Navigation – Plan du site

Cary Cooper, Jonathan Michie, Why The Social Sciences Matter

Marc Loriol
Why the Social Sciences Matter
Cary Cooper, Jonathan Michie, Why the Social Sciences Matter, Palgrave Macmillan, 2015, 216 p., ISBN : 9781137269911.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre, parrainé par l’académie britannique des sciences sociales, se propose en 11 chapitres de 15 à 20 pages chacun de donner un aperçu de ce que les sciences sociales peuvent apporter - à côté des autres disciplines académiques - à la compréhension d’un certain nombre de sujets « d’actualité » et de « société », c’est-à-dire ceux qui sont définis comme tels dans l’agenda médiatique. L’objectif est de démontrer que les sciences sociales, - c’est-à-dire des approches pluridisciplinaires - proposent des grilles de lectures originales et fiables sur des sujets couramment présentés de façon idéologique ou polémique.

2Dans le premier chapitre sur le développement infantile, Pasco Fearon, Chloe Campbell et Lynne Murray développent, entre autres, l’exemple d’une recherche sur la dépression post-natale et ses impacts sur l’attachement mère-enfant. C’est le fait d’être moins attentive aux besoins de son enfant et de moins lui parler qui aurait le plus d’effets délétères sur son développement futur et les interactions mères-enfant. Face à la difficulté du traitement (niveau élevé de rechute) et pour prévenir les risques à long terme sur l’enfant, des programmes d’accompagnement personnalisés sont destinés à faire évoluer les façons concrètes de faire des mères dépressives sans forcément chercher à le guérir.

3Le chapitre suivant sur la santé et le bien-être au travail (James Campbell Quick, Robert J. Gatchel et Cary. L Cooper) propose de combiner une démarche de « psychologie positive » (apprendre à voir plutôt le bon côté des choses) et une approche cognitivo-comportementale des apprentissages collectifs. Il ne faut pas se limiter à l’histoire et à la personnalité de l’individu, mais envisager aussi le rôle de l’environnement. Se sentir bien dans son travail passe par l’intériorisation des normes et pratiques du groupe, y compris quand cela peut entraîner des comportements nocifs : par exemple, si le groupe de collègues fume, un nouveau salarié non fumeur risque de s’y mettre également.

4À l’occasion du chapitre consacré au changement climatique, John Urry rappelle que le problème n’est pas seulement scientifique et que les incitations économiques pour changer les choix et comportements individuels seront insuffisantes. Les interactions entre les phénomènes naturels (fonte des glaces, risques accrus de dérèglements) ; les comportements sociaux et les réponses politiques (comme les défaillances ou les instrumentalisations face aux catastrophes de la Nouvelle-Orléans ou de Fukushima) sont difficilement prévisibles et appellent d’importants changements de société (nouveaux modèles de consommation, raccourcissement des circuits économiques, etc.).

5Nicky Gregson et Mike Crang dévoilent ensuite les enjeux sociaux du tri sélectif des déchets. Considéré comme la solution la plus rationnelle, le tri pose toutefois nombre de problèmes : développement d’emplois pénibles, précaires et dangereux, exportation des déchets des pays riches vers les pays pauvres dans des conditions non optimales, qualité insuffisante du tri responsable de pollutions, de gaspillages, de produits de qualité insuffisante pour être valorisés économiquement, etc. Cela invite à réfléchir à des stratégies alternatives : moindre production de déchets, de déchets plus faciles à trier, programmes de qualification des salariés du secteur, etc.

6Rod Hick s’attaque quant à lui à la question de la pauvreté et des inégalités et notamment au débat entre les approches par la « pauvreté absolue » (déterminée par la non couverture des « besoins fondamentaux ») ou par la « pauvreté relative » (dans les pays riches, plus les inégalités sont élevées, plus les problèmes sociaux liés à la pauvreté auront des conséquences néfastes, indépendamment du niveau de richesse). Sans trancher entre ces deux options, il se contente d’en souligner leurs apports et limites respectives.

  • 1 La notion de « path dependency », proposée notamment en science politique par Paul Pierson rend com (...)

7Le chapitre 6 consacré aux crises financières et à la croissance durable (Jonathan Michie) défend l’idée que face à la complexité croissante des systèmes économiques, il faut dépasser les oppositions classiques en économie (entre keynésiens et libéraux) pour une approche multidisciplinaire. L’histoire, par exemple, permet de mettre au jour les effets de « dépendance au sentier emprunté »1, la sociologie ou la science politique peuvent apporter un éclairage sur les réseaux sociaux et les rapports de pouvoir, etc. L’auteur prône ainsi le passage d’une approche strictement économique à une approche élargie à l’ensemble des sciences sociales.

8À propos des débats sur la sécurité alimentaire, Camilla Toulmin observe que la controverse entre les tenants d’une approche malthusienne pour qui la terre ne pourra pas nourrir un nombre croissant d’habitants et ceux plus optimistes qui pensent que des solutions nouvelles peuvent toujours être trouvées existe depuis plus de deux siècles. Les sciences sociales ne peuvent trancher dans ces débats, mais peuvent en souligner les dimensions politiques (la plupart des famines sont liées à des guerres, des mauvais choix des dirigeants), culturelles et sociales (habitudes alimentaires, inégalités, gaspillages, obésité, économique (lobbying), etc.).

9Mavis Maclean et Ceridwen Roberts abordent ensuite la question très marquée par les débats idéologiques du déclin du mariage et de la hausse des divorces en montrant que les statistiques sur le sujet peuvent être interprétées de différentes façons : risque de désorganisation sociale ou plus grande indépendance des femmes, par exemple. Les sciences sociales doivent permettre de mieux connaître les différents enjeux de ces transformations globales de la famille et du couple (par exemple les implications sur la prise en compte dans le travail de l’équilibre avec la vie privée).

10Le chapitre 9, consacré à la criminalité et l’application de la loi (Mike Hough), rappelle que les statistiques de la police sur les crimes et délits n’enregistrent qu’une partie de la criminalité réelle. De leur côté, les recherches de sociologie policière ont montré la difficulté de mesurer l’impact du travail des forces de l’ordre sur la criminalité. Par contre, la corrélation entre le sentiment de justice et la confiance dans les institutions d’une part et le respect des lois d’autre part semble plus solidement établie.

11Stuart Croft et Oz Hassan mettent en garde le lecteur contre une vision à leurs yeux trop optimiste et simpliste du printemps arabe. Les révoltes populaires seraient nées de la conjonction complexe de plusieurs évolutions politiques et sociales : part importante des jeunes dans la population ; augmentation du niveau d’éducation sans que les opportunités d’emplois qualifiés suivent ; corruption de régimes autoritaires à parti unique qui détournent de plus en plus les fruits de la croissance économique au profit d’une petite minorité ; développement des technologies de l’information et de la communication particulièrement appréciées par les jeunes générations, etc. Ces révoltes auraient ensuite été récupérées politiquement par les partis islamistes, mieux organisés que les mouvements sociaux qui en étaient à l’origine et déboucheraient plus sur une période d’incertitude et de dangers que sur des progrès à court terme.

12Le dernier chapitre, enfin, consacré aux migrations internationales (Cathy McIlwaine) rappelle que les formes et les raisons des mobilités sont multiples et hétérogènes : opportunités économiques inégalement réparties ; guerres, dictatures et catastrophes naturelles ; déplacement de compétences recherchées et spécialisées ; migrations de retour ; migrations légales ou illégales, etc. Cela influe sur les chances différentes d’intégration à la société d’accueil et la perception des questions par les opinions publiques. Les différents travaux en sciences sociales devraient ainsi permettre de relativiser la construction médiatique et politique des phénomènes migratoires essentiellement comme un danger assimilé à l’immigration illégale de travailleurs peu qualifiés.

  • 2 Le scientisme revient à considérer que pour chaque problème social, une solution optimale pourrait (...)

13En conclusion, cette présentation rapide des différents chapitres de ce livre illustre à la fois l’intérêt et les limites de la démarche. Si ces « débats de société » sont trop souvent cadrés de façon stéréotypée par des intellectuels médiatiques fondant leurs jugements moins sur des études précises que sur le rabâchage en boucle des opinions autorisées sur les plateaux de télévision, apporter un éclairage d’expert sans tomber dans une forme de scientisme naïf n’est pas facile pour autant. Plusieurs des articles de ce livre n’échappent d’ailleurs pas au travers scientiste2 : après avoir rappelé combien les réalités étudiées étaient complexes et pouvaient être brouillées par des considérations politiques ou idéologiques, plusieurs des auteurs concluent en affirmant qu’une étude rigoureuse, pouvait toutefois, à force d’efforts et de recherches, conduire à développer des modèles théoriques, des outils d’analyse et de mesures objectifs permettant d’aboutir à la bonne et juste interprétation. La volonté de légitimer les sciences sociales, et leur usage dans la décision politique au même titre que les « sciences exactes » est une motivation importante pour ces auteurs. D’autres contributions se contentent plus modestement de proposer un certain nombre d’éclairages pour doter le lecteur de connaissances de base sans pour autant trancher dans les débats publics. Cette piste paraît plus intéressante, mais cadre mal avec le projet de présenter, en quelques pages faciles à lire, les apports des multiples sciences sociales sur des sujets aussi larges, difficiles et controversés. L’ouvrage s’avère donc au final plutôt décevant.

Haut de page

Notes

1 La notion de « path dependency », proposée notamment en science politique par Paul Pierson rend compte du poids de l’histoire, du passé, sur les décisions et choix futurs : « Une fois établie, les modèles de mobilisation politique, les règles du jeu institutionnel et même les façons de voir le monde politique vont souvent auto-générer des dynamiques auto-renforçantes » : Pierson Paul, Dismantling the wellfare state, Cambridge University Press, 1994.

2 Le scientisme revient à considérer que pour chaque problème social, une solution optimale pourrait être atteinte grâce à une approche expérimentale rigoureuse indépendamment de tout enjeu politique, idéologique, social, philosophique ou religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Cary Cooper, Jonathan Michie, Why The Social Sciences Matter », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17165

Haut de page

Rédacteur

Marc Loriol

Sociologue du travail et de la santé, chargé de recherche au CNRS dans le laboratoire IDHES Paris 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page