Navegación – Mapa del sitio

Mathilde Darley, Gwénaëlle Mainsant (dir.), « Police du genre », Genèses

Anne-Charlotte Millepied
Police du genre
Mathilde Darley, Gwénaëlle Maissant (dir.), « Police du genre », Genèses, n° 97, décembre, 2014, 159 p., Paris, Belin.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Voir Cardi Coline, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail socia (...)

1La surreprésentation des hommes parmi les personnes visées par le contrôle social (dans les milieux pénal, carcéral, scolaire...) écarte le plus souvent les femmes de l'analyse. Mais la dimension sexuée du contrôle social, trop peu étudiée1, est à mettre en évidence car elle reproduit et naturalise la différence des sexes, en faisant de la déviance un phénomène masculin. L'ambition de ce dossier est alors de « saisir les espaces et les modalités d'une “police du genre”, entendue ici comme l'ensemble des mesures visant le maintien sexué de l'ordre sexué dans la société » (p. 3). Il s'agit ainsi d'analyser le traitement différencié par les institutions sociales, pénales, policières, et d'étudier les « assignations et rappels à l'ordre genrés » (p. 3) envers les professionnels comme les publics. C'est donc l'action publique dans sa dimension genrée qui est appréhendée à travers les quatre enquêtes ethnographiques présentées ici.

2Dans « Comment la “Mondaine” construit-elle ses populations cibles ? Le genre des pratiques policières et la gestion des illégalismes sexuels », la sociologue Gwénaëlle Mainsant s'intéresse à la gestion sexuellement différenciée du proxénétisme par la police, à partir d'une recherche au sein de la brigade de répression du proxénétisme de Paris (la BRP, surnommée la « Mondaine »). Elle montre comment la BRP délimite et construit ses populations cibles que sont l'homme proxénète et les prostituées blanches à sexualité hétérosexuelle. Les populations écartées sont donc les prostitués masculins ou transgenres, et les femmes proxénètes. Cela s'explique à deux niveaux. D'abord par la structure de l'action policière : des différents types d'enquêtes possibles, celles d'initiative policière sont les plus valorisées, ce qui implique un rôle important des informateurs. Or ces derniers font partie des populations cibles, sexuellement et racialement circonscrites. Ensuite par la division sexuée du travail policier : la surreprésentation masculine est notamment due aux logiques de recrutement interne où sont reconduits les stéréotypes de genre. Dans une profession caractérisée par la performance de la virilité et la valorisation de la force physique, les femmes trouvent leur reconnaissance dans les tâches relationnelles, renvoyant au travail de care associé au genre féminin.

  • 2 Pour un exemple dans le contexte français, voir : Le Collectif Onze, Au tribunal des couples. Enquê (...)

3Dans leur article « Tels pères, telles mères ? La production des déviances parentales par la justice familiale québécoise », la politiste Émilie Biland et la sociologue Gabrielle Schütz étudient la construction judiciaire des déviances parentales à partir d'une enquête ethnographique dans trois palais de justice à Montréal et à Québec2. Elles montrent le rôle central de la justice familiale dans la « régulation de la parentalité hétérosexuelle, et à travers elle, des rapports sociaux de sexe » (p. 27). Les déviances sont constituées en tant qu'elles sont des obstacles à l'exercice de la responsabilité parentale (comportements violents, consommation de drogues ou d'alcool, problèmes de santé). Il est important de noter qu'au Québec, le recours aux juges est peu fréquent lors de séparations, ce qui explique leur investissement dans les affaires dites complexes, c'est-à-dire le plus souvent celles qui impliquent des allégations de déviances parentales. Il faut souligner le rôle clé des avocat-e-s dans la construction procédurale des déviances car ces dernier-e-s sélectionnent les accusations (envers l'autre parent) qui seront défendables. L'accusation est prise en compte par les juges si trois facteurs sont réunis : le respect du cadre procédural (par exemple, les accusations de violences conjugales sont écartées à cause de la focalisation de la justice familiale sur la prise en charge des enfants), l'objectivation des déviances par des professionnels ou des documents, et l'appréciation du comportement des justiciables à l'audience (entre autres le respect du formalisme des interactions). Au-delà des normes d'énonciation propres à la procédure judiciaire, l'étiquetage des déviances est aussi déterminé par les rapports sociaux de sexe, de « race » et de classe : on observe notamment un ciblage social et national de la judiciarisation qui touche les classes populaires et les étrangers. De plus, les défauts attribués sont sexuellement différenciés, ce qui permet de repérer une structure genrée des écarts au rôle de « bon parent » (qui tient à la persistance de la division sexuelle du travail parental après la rupture), elle-même traversée par l'ordre social. Enfin, il ne faut pas oublier que l'appréciation des juges est déterminée par leur propre situation sociale, la proximité sociale tendant à minorer les déviances.

4L'article d'Arthur Vuattoux, « Adolescents, adolescentes face à la justice pénale », est issu d'une enquête de terrain menée dans une unité éducative auprès du tribunal (UEAT), un service de la Protection judiciaire de la jeunesse intégré au tribunal pour enfants. Le sociologue analyse les processus de production et reproduction des normes de genre par les professionnel-le-s de la justice, et leurs effets sur les « carrières institutionnelles » des adolescent-e-s. Il montre d'abord la disparition des filles tout au long de la chaîne pénale, attestée par les données statistiques. Ce « filtre de disparition des filles » joue en amont, en aval et lors de l'intervention judiciaire, à travers la réorientation de leurs dossiers hors de la chaîne pénale : on observe plus d'abandons de poursuites, des cas de non-transmission au parquet, de transfert au civil alors que les infractions commises relèvent du pénal, ou encore des recours à des prises en charges non judiciaires. L'auteur s'intéresse alors aux attentes et perceptions implicites des professionnel-le-s de l'UEAT qui s'inscrivent dans un ordre normatif (genré) qui dépasse le cadre professionnel. L'analyse des comptes rendus de la rencontre entre un jeune déféré et un éducateur de l'UEAT, qui établissent la personnalité de l'adolescent et proposent des sanctions (éventuellement appliquées par les juges), documente le poids des normes de genre en révélant chez les professionnels une volonté de « protéger » les filles et de « mettre un coup d'arrêt » aux comportements des garçons. Ainsi le regard professionnel est orienté par une grille de lecture genrée des situations et par des attentes de genre spécifiques. Le rôle du traitement institutionnel de l'intimité (et par extension de la sexualité), qui constitue une entrée privilégiée pour l'analyse des situations des filles, est prépondérant dans la production et reproduction de l'ordre de genre au tribunal pour enfants.

  • 3 Voir Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Éditions de la Maison des Sciences d (...)

5Dans leur article, « Une virilité interpellée ? En quête de genre au commissariat », Mathilde Darley et Jérémie Gauthier partagent les résultats d'une enquête sur le rôle des normes de genre dans l'accès à l'identité professionnelle policière réalisée dans différents services d'un commissariat français. L'intérêt réside dans la dimension heuristique de la relation d'enquête dans la mesure où le binôme homme/femme que forment les deux sociologues permet l'émergence de situations révélant les implicites genrés du métier policier. Les attentes genrées des enquêté-e-s vis-à-vis des enquêteurs sont particulièrement prégnantes dans les brigades valorisant la force physique et posent la question du rôle genré qu'ils doivent adopter. L'enquêtrice est amenée à performer un « genre féminin non accentué » tandis quel l'enquêteur est confronté à une mise à l'épreuve de sa masculinité. Les normes de genre s'observent aussi dans deux figures co-construites dans les interactions policières, la « collègue féminine » et le « jeune de banlieue », qui renvoient à deux tendances : la féminisation de la police3 et la composition masculine des populations cibles. Il apparaît que la focalisation du travail policier sur ces jeunes hommes déviants permet de justifier la minorisation quantitative et qualitative des femmes policières (déjà mise en avant dans l'article de Gwénaëlle Mainsant). Pour se faire accepter, la « collègue féminine » doit se montrer capable de démonstrations de virilité ou de force physique sur le terrain (c'est-à-dire l'attitude valorisée du travail policier) tout en préservant l'ordre de genre (il faut présenter des « garanties de féminité »). La construction genrée (et raciale) du « jeune de banlieue » vient alors renforcer la supériorité des policiers sur les policières, justifiée par la prétendue dangerosité du premier. Notons que ce ciblage de la clientèle policière conduit à l'éviction de la délinquance féminine, qui perturbe les représentations genrées des policiers.

  • 4 La notion de street level bureaucraty est empruntée à Lipsky Michael, Street Level Bureaucracy: Dil (...)

6Pour conclure, c'est l'approche « par le bas » qui retient notre intérêt à la lecture de ces quatre articles, car cette appréhension ethnographique de l’État permet de saisir « la manière dont le genre travaille les interactions entre les street level bureaucrats et leurs publics »4 (p. 4) et, à travers elle, les mécanismes de l'opérationnalisation du droit. Grâce à une perspective en termes de genre, ce dossier met donc en lumière les processus concrets par lesquels l’État cherche à maintenir l'ordre social à travers la prise en charge et le contrôle sexuellement différenciés des populations ciblées par ces mesures de « police », apportant ainsi une contribution appréciable à la sociologie du contrôle social.

Inicio de página

Notas

1 Voir Cardi Coline, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social », Déviance et société, vol. 31, n°1, 2007 ; Parent Colette, Féminisme et criminologie, PUM/PUO/De Boeck Université, Bruxelles, 1998.

2 Pour un exemple dans le contexte français, voir : Le Collectif Onze, Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales, Odile Jacob, Paris, 2013. Compte-rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/14209.

3 Voir Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 2007. Compte-rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/440.

4 La notion de street level bureaucraty est empruntée à Lipsky Michael, Street Level Bureaucracy: Dilemna of the Individual in Public Services, Russel Sage Fondation, New York, 1983.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Anne-Charlotte Millepied, « Mathilde Darley, Gwénaëlle Mainsant (dir.), « Police du genre », Genèses », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 25 febrero 2015, consultado el 15 noviembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17173

Inicio de página

Redactor

Anne-Charlotte Millepied

Master « Genre, Politique et Sexualité » à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página