Navigation – Plan du site

Hicham Lasri, C’est eux les chiens

Kimberley Mees
C'est eux les chiens
Hicham Lasri, C'est eux les chiens, Éditions Montparnasse, 2014, 1h25, Ali’ N Productions.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cinéaste casablancais, il est touche à tout. Après des études juridique et économique, il s’est int (...)

1Le printemps arabe, cette contestation des peuples partie de Tunisie en 2010 et réclamant davantage de démocratie et de meilleures conditions sociales s’est assez rapidement répandue à la majorité des pays du monde arabe. Ainsi Hicham Lasri1 ancre-t-il son récit à Casablanca en février 2011 avec ces événements comme toile de fond.

  • 2 The Soufan Group (TSG), groupe américain de renommée internationale spécialisé dans les études d'in (...)
  • 3 Frédéric Vairel, Politique et mouvements sociaux au Maroc. La révolution désamorcée ?, Paris, Les P (...)
  • 4 Selon Amal Belahrach, président de la commission Emploi du patronat marocain, ce pourcentage n’aura (...)

2Si certains2 nient que le Maroc ait connu un printemps arabe en arguant que Mohammed VI a anticipé les revendications populaires en lançant une réforme constitutionnelle globale, une politique des grands chantiers pour relancer l’économie et des accords pour établir des partenariats stratégiques sur des marchés étrangers, Hicham Lasri est d’un avis totalement opposé. Pour lui, même si les citoyens n’ont pas voulu, comme ce fut le cas dans les pays voisins, renverser le roi et le pouvoir en place, ils ont néanmoins réclamé un changement du système3. Davantage de démocratie, moins de corruption et de bureaucratie, une refonte du système d’enseignement, une restructuration de l’économie (l’économie informelle représente 40 % du PIB marocain4), une meilleure protection des travailleurs et une réforme des droits sociaux, tels sont, entre autres, les changements exigés.

3Alors que des films ont été réalisés sur ces mouvements en Tunisie et en Egypte5, dont l’excellent Tahrir, place de la libération de Stefani Savona, il semble que C’est eux les chiens soit le premier à se pencher sur la situation du royaume.

4Le film s’annonce comme « un road movie punk au cœur du printemps arabe ». Pas certain que ce qualificatif lui sied, mais sous ses faux airs de documentaire, c’est bien un thriller prenant que nous offre à voir le cinéaste. Une équipe de télévision chargée de faire un micro-trottoir auprès de manifestants se retrouve à vouloir interviewer un homme perdu au milieu de la foule, l’air hébété et en quête de son passé. Tout juste libéré de prison après avoir été raflé lors des émeutes de la faim de 1981, résultat de tensions sociales et économiques, sous le règne de Hassan II, il reste étranger aux événements récents et n’a qu’une obsession, celle de retrouver sa famille et son fils, pour lequel il était allé chercher un stabilisateur de vélo, objet auquel il reste accroché tout le long de l’histoire, lorsqu’il s’est fait rafler.

5Le spectateur est rapidement pris d’une grande empathie pour cet homme, Majhoul, dont le prénom signifie « quidam », joué avec brio par Hassan Badida. Il va être entraîné dans une Casablanca en ébullition et agressive face à cet homme qui gène en voulant remuer un passé que tous veulent oublier. Même si seuls des flashs radio et télévisés de l’actualité permettent de garder le lien avec le printemps arabe, ils permettent de comprendre les réactions et la colère des personnages rencontrés en route.

6L’utilisation de la caméra embarquée, véritable protagoniste, avec les mises au point hésitantes, les mouvements erratiques, l’écran noir ou les problèmes de son, les acteurs amateurs et les passants non prévenus renforcent l’impression de témoignage du Casablanca quotidien et d’une ville « en mouvement ».

  • 6 Pour un décryptage des espoirs déçus du printemps arabe : Mathieu Guidère, Les cocus de la révoluti (...)

7Les fins non heureuses des révoltes de 1981 et de la quête de Majhoul (qui reste sujette à interprétations) renvoient aux déceptions des revendications du printemps arabe6. Cette ville où luxe, pauvreté, modernité et traditions se côtoient hésite entre changement et paralysie.

8Véritable coup de cœur, le film aurait pu se passer des deux courts-métrages de type « surréalistes » et de qualité inférieure. Par contre, l’entretien avec le Hicham Lasri aurait pu être plus long et apporte un éclairage très intéressant sur le film, autant sur le pourquoi de la forme choisie, que sur le fond.

Haut de page

Notes

1 Cinéaste casablancais, il est touche à tout. Après des études juridique et économique, il s’est intéressé au théâtre, à l’écriture de romans et de scénarii, à la bande dessinée, à la publicité et au clip avant de réaliser son premier film, The End, sorti en 2012. C’est eux les chiens est donc sont deuxième long métrage.

2 The Soufan Group (TSG), groupe américain de renommée internationale spécialisé dans les études d'intelligence et de prospective géostratégique, entre autres, a publié un étude sur le sujet : TSG IntelBrief: Morocco: Anchoring The Maghreb-Sahel, 2013, http://soufangroup.com/tsg-intelbrief-morocco-anchoring-the-maghreb-sahel/

3 Frédéric Vairel, Politique et mouvements sociaux au Maroc. La révolution désamorcée ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2014, 361 p. http://lectures.revues.org/16973

4 Selon Amal Belahrach, président de la commission Emploi du patronat marocain, ce pourcentage n’aurait pas diminué depuis : http://www.usinenouvelle.com/article/en-video-quand-jamal-belahrach-president-de-la-commission-emploi-du-patronat-marocain-revient-sur-la-hausse-du-smig-et-les-reformes.N274274

5 Quelques exemples ici : http://www.cinetrafic.fr/liste-film/8014/1/le-printemps-arabe

6 Pour un décryptage des espoirs déçus du printemps arabe : Mathieu Guidère, Les cocus de la révolution. Voyage au coeur du Printemps arabe, Paris, Éditions Autrement, coll. « Haut et fort », 2013, 157 p. http://lectures.revues.org/10532

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Hicham Lasri, C’est eux les chiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17174

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page