Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Johann Chapoutot, La loi du sang....

Johann Chapoutot, La loi du sang. Penser et agir en nazi

Bastien Colet
La loi du sang
Johann Chapoutot, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, coll. « NRF Bibliothèque des histoires », 2014, 567 p., ISBN : 978-2-07-014193-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lorenz Konrad, Une histoire naturelle du mal, Paris, Flammarion, 2010.
  • 2 Adorno Theodor, Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Allia, 2007.
  • 3 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, 1997.
  • 4 Milgram Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1994.
  • 5 Browning Christopher, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande, P (...)

1L’ouvrage de Johann Chapoutot explore de manière pluridisciplinaire les motivations et l’univers mental du « tueur nazi ». Celui-ci constitue une énigme pour les chercheurs, qui ont élaboré différentes pistes herméneutiques afin de rendre intelligible l’action du « génocidaire nazi ». L’agent violent génocidaire (homme ordinaire participant à l’administration d’actes extraordinairement violents à l’échelle collective) s’est structuré comme objet d’étude dans les années 1950 autour des réflexions éthologiques de Konrad Lorenz1 et des travaux psycho-sociologiques sur « la personnalité autoritaire » de Theodor Adorno2. Dans le sillage de l’œuvre philosophique d’Hannah Arendt3, sociologues et historiens ont pu mobiliser un ensemble de facteurs aptes à fabriquer un meurtrier de masse : idéologie exterminatrice, culture de l’obéissance, rôle de l’appareil bureaucratique impersonnel. En outre, les expériences de Stanley Milgram4, dans les années 1970, révélèrent le caractère central du rapport à l’autorité : chaque individu a sa propre idée de l’obligation, et se soumet à l’autorité lorsque celle-ci est reconnue légitime. Dans Des hommes ordinaires5, Christopher Browning distinguait d’importants phénomènes de conformisme liés à la pression du groupe. L’analyse d’un contexte localisé de violence extrême soulignait ainsi des processus multiformes d’« habituation » à la violence, n’engageant pas nécessairement une motivation idéologique.

  • 6 Terestchenko Michel, Un si fragile vernis d’humanité : banalité du mal, banalité du bien, Paris, La (...)
  • 7 De Swaan Abram, The Killing compartments: the mentality of mass murder, Yale University Press, 2014 (...)

2Johann Chapoutot propose ici un renouvellement historiographique. Il dénonce certaines interprétations de l’« agent violent » faites par des historiens. Selon lui, l’acte de tuer a été rationalisé et expliqué à la lumière du conformisme, des chaînes de commandement ou de la routine. Il réfute les explications mentalistes6 et les interprétations psychologiques7 qui tendaient à dé-motiver l’acte de tuer. Ces travaux auraient nié l’adhésion et la motivation du tueur, perçu comme un être libre conscient de son rôle. L’acte « s’inscrit dans un récit et dans un projet, il répond à des angoisses et à des espoirs » (p. 16). L’auteur s’engage dans un travail de cartographie de « l’univers mental dans lequel les crimes du nazisme prennent place et sens » (p. 16). Son raisonnement repose sur une diversité de sources littéraires de nature politique, juridique, scientifique, philosophique et historique. L’auteur questionne ainsi le rôle des élites nazies (« les historiens, juristes, éthiciens, raciologues et hiérarques », p. 18) dans la construction du discours national-socialiste et l’accomplissement d’actes violents.

  • 8 Voir Mosse George, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne. Les racines intellectuel (...)
  • 9 Johann Chapoutot s’appuie notamment sur les textes de Carl Schmitt, hostiles au droit positif : Sch (...)

3Dans la première partie, intitulée « Procréer », l’auteur identifie les origines de la vision nationale-socialiste du monde, où la nudité représente un processus ontologique de retour à l’identité divine8. Il analyse les fondements de la « religiosité nazie », qui place les hommes à égalité harmonieuse avec le divin. Cette « religiosité » s’élève contre « le désenchantement juif du monde » (p. 74) et réintègre l’homme dans la nature par une soumission aux règles héréditaires du combat pour la vie. Le retour à un rapport spontané de l’individu à lui-même est perçu comme vital. C’est ce qu’illustre l’étude du corpus de textes juridiques et philosophiques convoqué par l’auteur9, témoignant des aspirations réelles des classes dirigeantes à abattre l’ordre normatif traditionnel.

  • 10 La Waffen-SS, branche militaire de la Schutzstaffel, était une armée politique composée uniquement (...)
  • 11 Christian Ingrao décrivait la manière dont le mécanisme idéologique nazi se déployait dans l’acte d (...)

4La seconde partie, « Combattre », décrit le moment où l’idéologie passe dans le champ empirique. L’acte de tuer prend place dans un espace hors du cadre éthique de la race. Pour l’auteur, le front de l’est en offre la démonstration. Cette guerre « racio-idéologique » montre que l’obéissance, telle qu’elle a été entendue jusqu’ici, ne fournit plus un schéma explicatif suffisant. Lorsqu’il se livre à des actes de violence extrême, le combattant engage le peuple allemand tout entier. Il y a un lien organique et religieux qui unit le tueur nazi à sa « race ». Ainsi, à l’instar de la Wehrmacht, la SS10 ne détenait pas, le monopole de l’ultra-violence11. Pour Johann Chapoutot, tous les combattants allemands ont pleinement conscience de se trouver à un moment critique où « l’être » doit s’accomplir au sein d’un espace hostile.

5C’est dans cet espace à conquérir que s’ancre l’ultime développement de Johann Chapoutot (partie « Régner »), qui décrit la vision nationale-socialiste de l’Europe future autour de l’hégémonie germanique. La conceptualisation du « mythe » de la colonisation vers l’est retient notre attention. Elle promeut un modèle de développement rural et familial qui dépasse le constat du surpeuplement des villes et la dénonciation des « vices » du prolétariat. La colonisation est donc moins une expansion de « l’espace vital » qu’une entreprise de purification par l’enracinement.

6Dans son ouvrage, l’auteur pointe la dimension performative du discours nazi. Le caractère multiforme des matériaux mobilisés par Johann Chapoutot restitue une architecture mentale qui va légitimer des comportements ultra-violents. Le tueur nazi n’est pas seulement mû par l’effet d’une action coercitive ou d’un élan passionnel. Sa démarche ne doit pas être sous-estimée, réduite à la posture passive de l’individu qui, confronté et habitué à la violence, va à son tour l’administrer. Il existe un lien magico-religieux qui l’unit à sa « race » et dont il tire une intransigeance « naturelle ».

  • 12 Browning Christopher, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande, P (...)
  • 13 Stéphane Audoin-Rouzeau et les travaux de l’école de Péronne sur la Grande Guerre relativisent ains (...)

7Toutefois, le fait d’analyser l’univers mental du tueur comme un construit idéologique diffusé par l’élite intellectuelle et politique nazie pose problème. La conception de l’élite défendue par l’auteur peut déjà apparaître restrictive. N’y a-t-il pas des élites au niveau local, dans les structures professionnelles, sociales et religieuses ou dans les différents lieux de sociabilité ? Par ailleurs, Johann Chapoutot se concentre sur les conditions de production et de diffusion des thèses nazies et moins sur les paramètres liés à leur circulation et à leur réception, qui varient considérablement. La temporalité, l’origine géographique et sociale des destinataires, la spécificité des situations familiales et des trajectoires individuelles rendent oscillantes adhésion et motivation. Ces paramètres ne sont pas mesurables à l’échelle globale, qui tend à uniformiser les perceptions. Aussi, ne contextualisant pas son propos, il nous semble que l’auteur fait abstraction de tout ce qui relève de l’expérience du combattant et des phénomènes de pression sociale dans un régime monolithique. La prise de décision et l’administration de la violence doivent être interrogées d’un point de vue empirique. Une analyse micro-historienne mettrait sans doute en relief l’installation par la hiérarchie d’appareils d’extermination psychiquement moins lourds pour les tueurs, et montrerait l’adoption de stratégies d’évitement (des exutoires tels que l’alcoolisme et les bordels militaires)12 : autant de pratiques qui, à notre avis, relativisent la thèse de Johann Chapoutot. Nous pourrons donc déplorer une approche purement verticale du phénomène. L’assimilation de la propagande a un effet certain, mais fournit un schéma explicatif qui nous semble incomplet13 pour comprendre la violence génocidaire.

Haut de page

Notes

1 Lorenz Konrad, Une histoire naturelle du mal, Paris, Flammarion, 2010.

2 Adorno Theodor, Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Allia, 2007.

3 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, 1997.

4 Milgram Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

5 Browning Christopher, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

6 Terestchenko Michel, Un si fragile vernis d’humanité : banalité du mal, banalité du bien, Paris, La Découverte, 2005. Avec les concepts d’« absence à soi » et de « présence à soi », l’auteur montre que l’agent violent observe un mouvement de balancement entre des moments de pleine conscience morale et des moments d’absence.

7 De Swaan Abram, The Killing compartments: the mentality of mass murder, Yale University Press, 2014. L’agent violent est psychologiquement cloisonné. Un compartiment « dyscivilisé » lui permet d’accomplir ses actes sans éprouver de sentiment de culpabilité.

8 Voir Mosse George, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne. Les racines intellectuelles du Troisième Reich, Paris, Pocket, 1999. La nature constituerait, du point de vue de la doctrine nazie, le cadre privilégié pour libérer la « virilité du germain » et faire corps avec le divin.

9 Johann Chapoutot s’appuie notamment sur les textes de Carl Schmitt, hostiles au droit positif : Schmitt Carl, Staat, Bewegung, Volk. Die Dreigliederung der politischen Einheit, Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1933.

10 La Waffen-SS, branche militaire de la Schutzstaffel, était une armée politique composée uniquement de nationaux-socialistes convaincus, soumis à de strictes critères de sélection liés aux théories raciales nazies. La Wehrmacht formait quant à elle l’armée de métier allemande.

11 Christian Ingrao décrivait la manière dont le mécanisme idéologique nazi se déployait dans l’acte du tueur. Il s’en était tenu à une étude de la SS. Ingrao Christian, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010.

12 Browning Christopher, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande, Paris, Les Belles Lettres, 2002 ; Cole Tim, « Multiple Experiences of the Holocaust in Budapest », Historik Tidskrift, vol. 128, n° 4, 2008, p. 707-723.

13 Stéphane Audoin-Rouzeau et les travaux de l’école de Péronne sur la Grande Guerre relativisent ainsi l’action de la propagande sur les combattants. La violence est indissociable du cadre et du moment qui la produisent : voir Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, Ingrao Christian, Rousso Henry, La Violence de guerre 1914-1945 : Approches comparées des deux conflits mondiaux, Bruxelles, Paris, Éditions Complexe, 2002 ; Audoin-Rouzeau Stéphane, Combattre : une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe siècle), Paris, Seuil, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Colet, « Johann Chapoutot, La loi du sang. Penser et agir en nazi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.17175

Haut de page

Rédacteur

Bastien Colet

Étudiant en master 2 d’histoire contemporaine à l’ENS Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search