Navigation – Plan du site

Éric Delassus, Penser avec Spinoza. Vaincre les préjugés : Analyse et commentaire de l'Appendice de la partie I de l'Éthique

Thibault De Meyer
Penser avec Spinoza
Eric Delassus, Penser avec Spinoza. Vaincre les préjugés : Analyse et commentaire de l'Appendice de la partie I de l'Ethique, Paris, Bréal, coll. « La philothèque », 2014, 205 p., ISBN : 978-2-7495-3392-6.
Haut de page

Texte intégral

1Penser avec Spinoza est un cours d’introduction à la lecture de l’Éthique, le maître ouvrage de Spinoza (1632-1677). L’Éthique est un traité difficile à lire à cause de sa rigueur « géométrique »  ; il faut constamment suivre l’ordre des définitions, des propositions et des démonstrations. Il y a cependant quelques rares passages où Spinoza prend un autre ton, où il semble s’adresser à un public plus large que celui des seuls philosophes. C’est notamment le cas de l’appendice à la première partie de l’Éthique dans lequel Spinoza critique le concept de cause finale qu’il estime responsable d’un grand nombre d’illusions. Éric Delassus, enseignant de philosophie, part de ce passage accessible pour susciter l’intérêt des étudiants à la pensée de Spinoza en s’attachant notamment à montrer comment sa critique des causes finales s’articule à des concepts fondamentaux de l’Éthique.

2Ce livre relativement court (200 petites pages) se compose de deux parties. La première, plus courte, consiste en une présentation générale des concepts spinozistes, la seconde est la lecture de l’appendice à proprement parler. Nous commencerons par présenter cette deuxième partie avant d’aborder de manière plus sommaire la première.

3La deuxième partie commence par le texte de l’appendice à la première partie de l’Éthique et se poursuit avec un commentaire précis de chaque mouvement argumentatif de celui-ci. L’appendice se développe en cinq temps. Spinoza rappelle d’abord les principaux résultats auxquels il a abouti au terme de la première partie de l’Éthique (la substance existe nécessairement, il n’y a qu’une seule substance, tout est dans la substance…). Delassus souligne combien ce récapitulatif est important pour comprendre la suite de l’appendice. Spinoza continue ensuite avec sa critique de la notion de cause finale. Il avance notamment que tous ceux qui n’acceptent pas l’Éthique sont victimes du « préjugé » finaliste. Delassus souligne de manière tout à fait intéressante que cette critique du préjugé sous-entend une conception constructiviste de l’ignorance : « ce que laisse entendre ici Spinoza, c’est qu’il n’y a jamais d’ignorance à l’état pur » (p. 102), l’ignorance ce n’est pas l’absence d’idées, c’est la construction de beaucoup de fausses idées. Le préjugé finaliste qui comble l’ignorance de ceux qui ne comprennent pas Spinoza consiste en effet en ce que « les hommes supposent communément que toutes les choses naturelles agissent, comme eux-mêmes, en vue d’une fin, et bien plus, ils considèrent comme certain que Dieu lui-même dispose tout en vue d’une certaine fin, car ils disent que Dieu a tout fait en vue de l’homme, mais il a fait l’homme pour en recevoir un culte ». Spinoza considère que tout cela n’est qu’un seul préjugé, le préjugé finaliste ; Delassus le suit sur ce point. Pour notre part, il ne paraît pas si simple de comprendre en quoi toutes ces différentes idées sont réductibles à une seule : n’est-il pas possible de concevoir des causes finales sans honorer les dieux  ? Ou de considérer des causes finales sans considérer l’homme comme la cause finale de toute chose ? Le reste de l’appendice profite de ces amalgames pour critiquer (trop) facilement ceux qui érigent des cultes aux dieux et de généraliser ensuite cette critique à tous ceux qui défendent des idées finalistes.

4Spinoza annonce les trois autres temps de l’argument de son appendice : l’origine du préjugé finaliste, la fausseté de ce préjugé et les liens qu’il entretient avec d’autres préjugés (le Bien et le Mal, le Mérite et la Faute, l’Ordre et la Confusion…). L’origine du préjugé finaliste est à chercher dans la conjonction de deux faits de la condition humaine : on naît tous ignorants des causes et on a tous conscience de vouloir certaines choses. Comme on a conscience de nos volontés tout en en ignorant les causes, on s’imagine qu’elles sont sans causes (c’est l’un des tours de force de Spinoza d’avoir conçu la volonté comme causée par d’autres pensées ; la volonté n’est pas plus libre que la peur par exemple). Une fois qu’on s’attribue une volonté libre, on a tendance à concevoir que les autres aussi agissent en vue d’une fin. Enfin, on constate qu’il y a, dans la nature, beaucoup de choses qui nous conviennent : le soleil nous réchauffe, l’eau nous hydrate, les animaux nous procurent de la viande… Dans la mesure où l’on ne trouve pas de causes à toutes ces choses, on s’imagine qu’elles ont été disposées par Dieu en vue de notre bien. L’ignorant, on s’en rend compte, ne cesse de bâtir édifice sur édifice, illusion sur illusion, analogiquement à la façon dont un petit mensonge nous contraint, pour le couvrir, à en inventer de plus gros.

  • 1 Jonathan Bennett, 1984, A Study of Spinoza’s Ethics, Hackett, p. 217.
  • 2 Robert Pasnau, 2001, « Intentionality and final causes », in Ancient and Medieval Theories of Inten (...)

5Après avoir montré l’origine du préjugé finaliste, Spinoza tente d’en montrer sa fausseté. Celle-ci peut en fait déjà être déduite de son origine : puisque les causes finales naissent dans l’imagination, elles ne peuvent être que fausses. Spinoza ajoute néanmoins un autre argument : « La doctrine finaliste met la nature à l’envers » : elle considère ce qui est postérieur (la fin) comme étant antérieur (la cause). Les commentateurs de Spinzoa se demandent aujourd’hui à qui s’adressait cette critique. Jonathan Bennett explique que la plupart des défenseurs de la notion de cause finale avaient anticipé cette critique : une majorité de philosophes ont conçu la cause finale comme antérieure dans l’entendement ; la réalisation de la fin dans la matière n’est presque jamais considérée comme une cause. Bennett pense par conséquent que si la critique de Spinoza ne s’applique qu’aux philosophes qui ont compris la cause finale comme la réalisation de la fin, Spinoza fait alors « un assaut bruyant sur une cible minuscule ».1 Robert Pasnau n’est pas d’accord avec cette conclusion, il tente de montrer qu’à cet endroit Spinoza a en tête des penseurs de la fin du moyen-âge.2 Il est dommage que Delassus n’aborde pas du tout cette controverse  ; de façon plus générale, aucune controverse n’est abordée de front dans le livre.

6Spinoza termine l’appendice en indiquant de quelle façon le préjugé finaliste est lié à d’autres illusions, comme celles du Bien et du Mal. Comme le résume Delassus : « Dans la mesure où les hommes sont convaincus que tout dans la nature a été conçu et créé en vue de leur intérêt, ils considèrent que ce qu’ils jugent utile est bon en soi et ce qu’ils estiment nuisible est mauvais en soi » (p. 168). Spinoza estime qu’on ne veut pas une chose parce qu’on la juge bonne. C’est, au contraire, parce qu’on veut une chose qu’on la juge bonne ; la volonté précède le jugement. Delassus explique que ce mouvement ne vise pas tant à relativiser les valeurs qu’à s’opposer à l’hypostatisation des valeurs, « à faire comme si elles existaient en elles-mêmes et par elles-mêmes, indépendamment de nous » (p. 173).

7Il nous reste à présenter la première partie de l’ouvrage de Delassus. Il s’agit d’une présentation générale de l’œuvre de Spinoza et des concepts qui lui sont les plus chers : la substance, l’attribut, le mode, les affects… La présentation de ces concepts est très claire, bien qu’elle soit parfois très rapide et ne respecte pas toujours l’ordre de la pensée de Spinoza. À titre d’exemple, prenons la section consacrée à la notion de substance. Delassus l’a fait commencer par la définition qu’en donne Spinoza : « Par substance, j’entends ce qui est en soi, et se conçoit par soi, c’est-à-dire, ce dont le concept n’a pas besoin du concept d’autre chose d’où il faille le former » (Éthique, livre 1, déf. 3). Dès la première ligne de son commentaire, Delassus écrit que la substance « désigne l’être dans sa totalité, le réel dans son infinité » (p. 25). Le lien entre cette explication et la définition de Spinoza ne saute pas aux yeux. En fait, la caractérisation de Delassus ne correspond pas à proprement parler à la définition de la substance, mais est une des conséquences de cette définition. En effet, l’affirmation de notre auteur pourrait recouper la proposition 15 de l’Éthique : « Tout ce qui est, est en Dieu [dans la substance] et rien, sans Dieu [sans la substance], ne peut ni être ni être conçu ». Rien ne peut être en dehors de la substance, tout ce qui est fait partie de la substance. Aujourd’hui, nous dirions plus aisément que tout ce qui est fait partie de la réalité. De là, nous sommes enclins à faire correspondre substance et réalité. Ainsi, le commentaire de Delassus n’est pas faux, mais en partant du tout de la réalité pour discuter de la substance, il inverse en fait la définition et le conséquent, la cause et l’effet. Il n’en reste pas moins que le point de départ de Delassus, même s’il fait entorse à la lettre de Spinoza, s’avère une bonne entrée en manière. Cette remarque s’applique également à la présentation des autres concepts : les inversions auxquelles procède Delassus ne suivent pas l’ordre de l’Éthique, mais elles ont néanmoins un réel intérêt pédagogique. (Ceci laisse peut-être entrevoir un aspect de l’expérience que le système spinoziste ignore : les causes finales, les inversions, nous permettent d’appréhender le monde ; elles sont utiles, et ce, peu importe leur statut épistémique).

  • 3 Isabelle Stengers, 2002, Penser avec Whitehead, Seuil.

8Le livre de Delassus s’adresse principalement à des élèves peu entraînés en philosophie. Pour eux, il s’agit d’une bonne entrée dans la philosophie de Spinoza. Cependant, pour les plus philosophes, le livre ne problématise probablement pas assez la pensée de Spinoza. Le titre Penser avec Spinoza rappelle le titre de l’ouvrage beaucoup plus ambitieux Penser avec Whitehead d’Isabelle Stengers.3 Un tel intitulé laissait supposer que l’auteur nous montre l’actualité, la vivacité, mais aussi les limites de la pensée de Spinoza, et ne se borne pas à une simple lecture de l’Éthique.

Haut de page

Notes

1 Jonathan Bennett, 1984, A Study of Spinoza’s Ethics, Hackett, p. 217.

2 Robert Pasnau, 2001, « Intentionality and final causes », in Ancient and Medieval Theories of Intentionality, Dominik Perler (ed.), Brill, pp. 301-23.

3 Isabelle Stengers, 2002, Penser avec Whitehead, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Éric Delassus, Penser avec Spinoza. Vaincre les préjugés : Analyse et commentaire de l'Appendice de la partie I de l'Éthique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17178

Haut de page

Rédacteur

Thibault De Meyer

Diplômé en anthropologie, en science politique et en philosophie à l’Université libre de Bruxelles, blogueur sur www.joueravecdespierres.be

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page