Navigation – Plan du site

Pinar Selek, Parce qu’ils sont arméniens

Paul Cormier
Parce qu'ils sont arméniens
Pinar Selek, Parce qu'ils sont arméniens, Paris, Liana Levi, coll. « opinion », 2015, 94 p., ISBN : 9782867467646.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle a été acquittée le 19 décembre 2014. Le parquet a fait appel, renvoyant l’affaire devant la Co (...)
  • 2 SELEK P., Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante. Devenir un h (...)

1Pinar Selek, sociologue, romancière et militante turque, est accusée par la justice de son pays, en raison de son travail de sociologue, d’un attentat pro-kurde. Elle est exilée en France depuis 20111. Ses travaux de recherche portent sur les populations marginalisées de Turquie (enfants des rues, LGBT...) ainsi que sur l’institution militaire2. Son but est de porter, dans ce court et touchant ouvrage, un témoignage militant et citoyen en cette année de commémoration du centenaire du génocide arménien tout en donnant à voir, dans un heureux entremêlement, le parcours d’une chercheuse engagée et l’histoire d’un pays où une chape de plomb pèse depuis un siècle sur les minorités nationales, religieuses, sociales ou politiques.

2Pinar Selek nous fait vagabonder, non sans frémissement, dans l’histoire de la Turquie, de ses communautés mais aussi dans des vies singulières aux destins souvent tragiques. On croise ainsi des personnages tels Madame Talin, qui impressionne la jeune Pinar alors enfant, quand elle dit faire partie des « rebuts de l’épée » (p. 28), glaçante expression désignant les survivants du génocide arménien de 1915. La touchante figure de Nisan Amca, le vieux sacristain de l’église arménienne qui entreprend une correspondance avec Pinar Selek pendant les longs mois de sa détention, l’aidant ainsi à résister face à la torture, présente une figure paradigmatique des populations minoritaires de Turquie. Tout comme les camarades d’école de la jeune Pinar, il a profondément intériorisé le rejet des Arméniens. On perçoit toute la violence symbolique qui s’exerce sur cette communauté car, aujourd’hui encore, « être arménien en Turquie, [c’est] déambuler sans révolte sur des avenues baptisées des noms des gouvernants responsables du génocide » (p. 35).

  • 3 Les alévis sont un groupe confessionnel hétérodoxe, dont les liens avec l’islam sont sujets à contr (...)

3En effet, la jeune République de Turquie, qui émerge des décombres de l’Empire ottoman en 1923, a délibérément et progressivement invisibilisé ses « minorités », notamment les populations non turques (grecs, arméniens, kurdes…) et non musulmanes sunnites (chrétiens, juifs et alévis3) vivant sur son territoire dans le projet de construction d’un Etat-nation « homogène ». Un des ressorts de cette invisibilisation sociale et politique a été l’occultation, avant même le négationnisme, du génocide arménien.

  • 4 A ce propos v. COPEAUX E., Espaces et temps de la nation turque. Analyse d’une historiographie nati (...)
  • 5 L’accusation de terrorisme à l’encontre des arméniens est alors renforcée par les attentats contre (...)
  • 6 Le traité de Lausanne du 24 juillet 1923 reconnait la République de Turquie et clôt la guerre turco (...)

4Pinar Selek évoque, lors de ses années de scolarité secondaire pendant le régime militaire qui suit le coup d’État de 1980 (1980-1983), la force et la violence du discours nationaliste mettant en œuvre une « turquification » de l’histoire qui prédomine alors4. Pour l’État turc, « le monisme prévaut dans tous les domaines » (p. 72), c'est-à-dire qu’il n’y pas de place pour d’autres identités que sa conception de la citoyenneté républicaine, turque et sunnite. Au risque d’être qualifié « d’ennemi » de l’État – et par conséquent du peuple turc – si l’on s’éloigne de cette ligne. La propagande scolaire, raciste et complotiste, contre les « ennemis » intérieurs et extérieurs des Turcs est alors à son apogée avec deux cibles principales: les Arméniens et les communistes, tous accusés de « terrorisme »5. On comprend la blessure et l’incompréhension de la jeune femme face à ces discours quand des proches de sa famille, des voisins, sont arméniens et que son propre père qui est emprisonné pour ses opinions politiques de gauche, entrent dans la catégorie des ennemis de l’État. D’où sa révolte et son choix de la sociologie afin de mieux comprendre les sources de la « maladie nationaliste » (p. 8) qui ronge la Turquie depuis le début du XXe siècle et qui a amené tant de drames (génocide des Arméniens, échange de population avec la Grèce6, pogroms de 1954, guerre civile avec les Kurdes…). Chez Pinar Selek, l’engagement scientifique n’est donc jamais très éloigné de l’engagement militant. Mais, au regard du contexte et du climat de suspicion à l’égard des sciences sociales qui prévaut en Turquie, peut-il en être autrement ?

  • 7 C’est le 24 avril 1915 qu’ont eu lieu les premiers massacres d’arméniens à Istanbul. Les commémorat (...)
  • 8 Journaliste et militant turco-arménien. Il a fondé le journal Agos en 1994 et largement contribué a (...)

5Un épisode clé de l’ouvrage et de la trajectoire de prise de conscience de la question arménienne par Pinar Selek elle-même, se trouve dans le chapitre retraçant un voyage dans le sud-est de la Turquie, à Antakya. Elle réalise alors, face aux propos tenus par des militants de gauche, démocrates et progressistes, l’imprégnation profonde du négationnisme dans la population turque. À tel point que l’on peut aujourd’hui parler, pour reprendre ses termes, d’ « intériorisation du déni historique » (p. 57) dans l’ensemble de la société. À l’heure des commémorations du génocide arménien, la Turquie refuse toujours de reconnaître la responsabilité des autorités ottomanes dans ce premier génocide de l’histoire7. Les mouvements militant pour la reconnaissance du génocide arménien en Turquie, dont Pinar Selek est elle-même partie prenante, peinent encore à rassembler des soutiens et à obtenir une vaste audience. Ils rencontrent même parfois une opposition franche et violente comme en témoigne l’assassinat du journaliste Hrant Dink8, proche de Pinar Selek, à qui elle consacre des pages émouvantes. Celui-ci avait largement contribué à faire réémerger la « mémoire interdite » arménienne (p. 39).

6En dépit de sa brièveté, ce livre replace de manière admirable le combat pour la reconnaissance du génocide dans l’ensemble des luttes actuellement menées en Turquie, et ce, en dépit de la répression féroce menée par le régime. Déçue de la gauche turque (« avec la gauche, malgré elle » (p. 55) Pinar Selek appelle à une mobilisation plus vaste et plus ouverte, enfin détachée du nationalisme. Car, selon elle, « c’est dans cette pluralité que se développe une réflexion sur un projet commun de justice pour les Arméniens, de reconnaissance de leurs souffrances » (p. 87).

7Au final, Pinar Selek questionne les tabous de la société turque contemporaine à travers un récit tantôt poétique, tantôt militant. Il s’agit donc d’un livre de témoignage mais qui reste avant tout un livre de combat de la part d’une militante qui entremêle son parcours individuel, ses prises de position sur l’espace militant passé et présent en Turquie et une réflexion sur les désastres du nationalisme et de l’invisibilisation de pans entiers de la société de la mémoire collective. Comme elle l’écrit elle-même, « le témoignage d’une féministe antimilitariste qui a eu maille à partir avec l’État ne réparera sans doute aucune injustice. Mais pourra-t-il au moins en faire reculer d’autres ? » (p. 9).

Haut de page

Notes

1 Elle a été acquittée le 19 décembre 2014. Le parquet a fait appel, renvoyant l’affaire devant la Cour suprême.

2 SELEK P., Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante. Devenir un homme en campant, Coll. Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2014, 220 p.

3 Les alévis sont un groupe confessionnel hétérodoxe, dont les liens avec l’islam sont sujets à controverses et que l’on estime constituer entre 15 et 20 % de la population de Turquie. A leur propos v. MASSICARD E., L’autre Turquie. Le mouvement aléviste et ses territoires, Coll. Proche Orient, Paris, PUF, 2005.

4 A ce propos v. COPEAUX E., Espaces et temps de la nation turque. Analyse d’une historiographie nationaliste, 1931-1993, Paris, CNRS-Editions, 1997.

5 L’accusation de terrorisme à l’encontre des arméniens est alors renforcée par les attentats contre les diplomates turcs perpétrés par l’ASALA (Armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie).

6 Le traité de Lausanne du 24 juillet 1923 reconnait la République de Turquie et clôt la guerre turco-grecque de 1919-1922. Il met en place un échange de populations entre la Grèce et la Turquie. Un million et demi de chrétiens d’Anatolie et de Thrace orientale doivent gagner la Grèce tandis que 500 000 musulmans de Macédoine et d’Épire doivent quitter la Grèce et s’installer en Turquie. Les communautés grecques d'Istanbul, d'Imbros et de Tenedos ainsi que la communauté turque de Thrace occidentale sont toutefois épargnées par cet échange.

7 C’est le 24 avril 1915 qu’ont eu lieu les premiers massacres d’arméniens à Istanbul. Les commémorations internationales du centenaire du génocide se tiendront à Erevan le 24 avril 2015 en l’absence de la Turquie..

8 Journaliste et militant turco-arménien. Il a fondé le journal Agos en 1994 et largement contribué au combat pour l’expression de la mémoire arménienne et au combat démocratique en Turquie. Il est assassiné en janvier 2007 par des nationalistes turcs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Cormier, « Pinar Selek, Parce qu’ils sont arméniens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17189

Haut de page

Rédacteur

Paul Cormier

Doctorant en sciences politiques à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (Centre Emile Durkheim) et à l’Université de Lausanne (Institut d’Etudes Politiques, Historiques et Internationales). Prépare actuellement une thèse sur les conséquences biographiques de l’engagement en contexte autoritaire portant la gauche radicale turque des années 1970 à nos jours.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page