Navigation – Plan du site

Sophie Denave, Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques

Nicolas Simonpoli
Reconstruire sa vie professionnelle
Sophie Denave, Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2015, 305 p., ISBN : 978-2-13-060768-7.
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, exercer plusieurs métiers au cours d’une même vie professionnelle semble être une situation relativement courante. La mobilité professionnelle – dont l’impensé voudrait qu’elle soit toujours ascendante – est fortement valorisée auprès des employeurs qui y voient les marques de l’ambition, de l’envie de réussir ou encore de la maîtrise de son existence. À l’inverse, la recherche d’un « emploi à vie » parait de plus en plus dévalorisée. Elle serait le fait d’individus sans envergure, craintifs, qui ignoreraient les avantages d’une carrière constituée autour des principes de mobilité et de flexibilité. Face à cette représentation stéréotypée, Sophie Denave nous propose une étude détaillée des « bifurcations » et des « ruptures » professionnelles. Ces termes ne sont pas communs et rompent avec la notion de « reconversion » que l’auteure juge trop imprécise. Son objet est donc circonscrit à tout changement de domaine professionnel – et non de profession – opéré après un minimum de trois années d’ancienneté dans le métier initial. À partir de cette définition, et sur la base des chiffres de l’INSEE, la chercheuse estime que les bifurcations professionnelles concernaient 11,6% de la population active française en 2006. Dès lors, elle tente de comprendre les logiques plurielles qui régissent ces ruptures, notamment en interrogeant leur lien avec d’éventuelles « bifurcations biographiques ». Ces interrogations sont appliquées à un échantillon d’une quarantaine d’individus qui ont pour expérience commune d’avoir connu une bifurcation professionnelle.

  • 1 Négroni Catherine, « La reconversion professionnelle volontaire : un projet de formation construit (...)
  • 2 Congé individuel de formation (CIF) ou droit individuel à la formation (DIF).

2La première partie de l’ouvrage décrit les différentes étapes du « processus de rupture professionnelle ». Celui-ci est pensé en opposition au concept de « projet », souvent mobilisé dans l’approche des reconversions1 mais empreint de biais téléologique et intellectualiste indéniables. A contrario, en distinguant trois moments dans le processus de bifurcation, Sophie Denave entend réaffirmer les caractères contingent et socialement inégalitaire de cette période de transition. La première phase est celle du désengagement, qui s’inscrit fréquemment dans « une période critique » durant laquelle l’acteur voit les satisfactions liées à sa profession progressivement décliner. Les retranscriptions d’entretiens évoquent « l’usure » et les « rapports d’emblée malheureux » à des métiers imposés par une orientation scolaire « forcée ». Dans ce contexte, émerge un « événement déclencheur » qui cristallise le sentiment que la situation professionnelle est devenue insupportable. Cet événement peut-être d’ordre professionnel ou extra-professionnel mais ne prend sens que dans une configuration précise. « Autrement dit, ce n’est pas l’événement en lui-même qui produit la décision de quitter son emploi mais son avènement dans un contexte singulier » (p. 65). Débute alors la phase de « transition professionnelle », qu’appréhendent différemment les individus en fonction des ressources – économique, culturelles et sociales – dont ils disposent. Selon les cas, « la prise de risque » est plus ou moins maitrisée. Certains opèrent leur bifurcation au travers de dispositifs réversibles ou sécurisés (formation professionnelle ou continue dans le cadre d’un dispositif réglementaire2, mise en disponibilité de l’entreprise, année sabbatique, chômage, etc.), alors que d’autres quittent leur emploi sans perspective prédéfinie. « Les réorientations professionnelles ne se déroulent donc pas nécessairement dans des conditions favorables et exigent parfois d’accepter des emplois de façon transitoire ou durable sans appétence pour les métiers eux-mêmes » (p. 106). Enfin, la troisième étape est l’insertion dans un nouvel emploi. Les probabilités d’accéder à un métier « choisi » sont fonction des ressources sociales de l’acteur, mais aussi des caractéristiques de la profession envisagée. En ce sens, les métiers dits à « faible mobilité » connaissent un coût d’entrée élevé qui nécessite soit un patrimoine économique conséquent, soit un certain niveau de qualification, ce qui défavorise des reconvertis souvent moins diplômés. Dès lors, ces derniers se tournent plus fréquemment vers des métiers dont l’accès est moins réglementé. Les secteurs de la formation (sportive, syndicale, en management, etc.) ou du spectacle semblent être privilégiés car la compétence professionnelle et le capital social des reconvertis y est plus facilement monnayable.

  • 3 Berger Peter L., Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens-Klincksie (...)
  • 4 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

3La seconde partie de l’ouvrage s’intitule « les conditions de possibilité des ruptures biographiques ». L’auteure s’intéresse à la corrélation pouvant exister entre rupture professionnelle et rupture biographique. Se distinguant de la littérature à la fois constructiviste3 et totalisante4, elle formule l’hypothèse « selon laquelle les ruptures professionnelles, sans convertir les acteurs (c’est-à-dire sans les transformer totalement), sont susceptibles d’occasionner des transformations partielles des acteurs » (p. 166). Pour évaluer la transformation, quatre variables sont interrogées ; la situation matrimoniale, le niveau de vie, la sociabilité, le rapport au travail. Ainsi, certains vivent leur changement de métier dans une forme de continuité biographique. La rupture professionnelle n’occasionne aucune rupture dans le parcours de vie et permet même de maintenir des dispositions (à la stabilité, au plaisir, à la vie de famille, etc.) qui ne pouvaient plus s’exprimer dans l’ancienne profession. « Finalement, ils [les reconvertis] changent de métier pour ne pas changer leurs manières d’être et de faire » (p. 192). Cependant, dans certaines situations, la bifurcation professionnelle s’inscrit dans le cadre plus large d’une bifurcation biographique. La transformation est alors observable dans l’ensemble des sphères de vie de l’acteur. Dans cette perspective, Sophie Denave s’intéresse aux rôles socialisateurs joués par le couple, la parenté et les cercles amicaux. Les influences extérieures façonnent de nouvelles dispositions qui s’expriment dans des milieux hétérogènes ? participant à transformer l’individu.

4Enfin, on notera un dernier chapitre stimulant qui replace les parcours de vie des enquêtés à une échelle plus large. Les bifurcations sont alors perçues comme d’éventuels mouvements de « contre-mobilité », c’est-à-dire qu’elles participent à renvoyer les individus vers leur catégorie sociale d’origine ? après qu’ils s’en soient éloignés par leur métier initial. à ce titre, on retiendra les exemples de « retour à la terre » opérés par nombre d’exploitants agricoles et viticoles présentés dans cette enquête.

  • 5 Le mot n’apparait qu’une fois à la fin de l’ouvrage.
  • 6 Tissot Sylvie, Gaubert Christophe, Lechien Marie-Hélène (dir.), Reconversions militantes, Limoges, (...)

5Dans l’ensemble, cet ouvrage peut être considéré comme un outil de référence en ce qui concerne la compréhension des bifurcations professionnelles et biographiques. Toutefois, le lecteur regrettera le caractère trop général de la première partie, qui utilise les témoignages à des fins essentiellement illustratives. Cela s’explique par la constitution d’un échantillon qui se limite à « des populations qui n’ont en commun que le fait d’être confrontées à une même situation » (p. 279). Les champs professionnels traversés sont si distincts les uns des autres, qu’ils en deviennent incomparables et donc méconnus dans leurs spécificités propres. La seconde partie apparaît beaucoup plus convaincante, dans la mesure où elle mobilise plus finement la trajectoire biographique des enquêtés. Paradoxalement, on peut s’interroger sur le refus de l’auteure d’évoquer la notion d’identité5, alors même qu’elle semble au cœur de l’enjeu biographique. Dans cette perspective, les travaux sur les reconversions militantes6 auraient pu être mobilisés de façon pertinente.

Haut de page

Notes

1 Négroni Catherine, « La reconversion professionnelle volontaire : un projet de formation construit par l’acteur », Les Cahiers d’études du CUEEP, n° 52, 2003, p. 111-125.

2 Congé individuel de formation (CIF) ou droit individuel à la formation (DIF).

3 Berger Peter L., Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1986.

4 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

5 Le mot n’apparait qu’une fois à la fin de l’ouvrage.

6 Tissot Sylvie, Gaubert Christophe, Lechien Marie-Hélène (dir.), Reconversions militantes, Limoges, PULIM, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simonpoli, « Sophie Denave, Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 février 2015, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17196

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page