Navigation – Plan du site

Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio (dir.), Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat

Corinne Delmas
Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat
Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio (dir.), Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2014, ISBN : 9782724616606.
Haut de page

Texte intégral

1L’entrepreneur est souvent appréhendé en tant qu'acteur individuel, sous les traits de l’innovateur, du travailleur indépendant, du créateur ou du chef d'entreprise. À rebours d’une telle vision héroïque, ce dictionnaire s’attache moins à décrire cette figure récurrente dans les discours économiques et politiques qu’à éclairer les activités entrepreneuriales. Ses trente-deux notices, rédigées par des sociologues spécialistes de l’entreprise, en évoquent ainsi les appuis sociaux et institutionnels – marché, financement, recrutement, réputation, réseaux, etc. – et ciblent la façon dont les individus et les organisations les déploient. Elles soulignent par ailleurs la diversité des figures historiques de l’entrepreneur capitaliste, évoquant notamment celle du « capitaine d’industrie », ou celle de « l’entrepreneur des transitions », dont les premières ressources mobilisées « sont un jeu sur les incertitudes des règles et des réseaux de relation » (p. 225). En parcourant la diversité des carrières et profils entrepreneuriaux, elles mettent en relief tout autant les petits auto-entrepreneurs, les chômeurs créateurs, les chercheurs créateurs, que les « patrons du CAC 40 »…

2La notion d’« entrepreneur » fait l’objet d’usages multiples à propos de domaines diversifiés d’activité (morale, culturelle, politique, etc.). Si cette diversité « signale qu’un phénomène important se déploie dans les mondes contemporains à travers la production, la diffusion et la diversification des figures entrepreneuriales, cette profusion risque aussi de donner un caractère trop extensif à la notion » (p. 20-21). Face à ce risque de dilution de sens, les auteurs de ce dictionnaire ont fait le choix de restreindre la focale au domaine économique, « rien n’empêchant par la suite d’essayer de transposer le cadre analytique à d’autres domaines » (p. 21).

3L’introduction rappelle les dynamiques historiques expliquant l’importance croissante accordée à l’entrepreneuriat : recours à l’indépendance comme solution au problème du chômage, restructuration des appareils industriels et révolutions technologiques connues par les milieux productifs, émergence de la notion d’« intrapreneurs » liée à la valorisation de nouvelles méthodes de management des formes d’autonomie des salariés… L’usage foisonnant de la notion d’entrepreneur rend compte de plusieurs mutations des économies capitalistes et du marché du travail, dont l’« entrepreneurialisation » d’une société cherchant à se moderniser autour d’un discours normatif sur « l’esprit d’entreprise », et d’individus sommés d’être les entrepreneurs d’eux-mêmes.

4Comment, toutefois, cerner cette activité alors même que la catégorie socio-statistique de l’entrepreneur n’existe pas ? La notice ouvrant le dictionnaire, intitulée « À la recherche de l’entrepreneur », passe en revue divers facteurs analytiques, notamment le niveau et la dispersion des revenus, qui varient avec le secteur d’activité, et l’ancienneté d’exercice en indépendant, qui atteste un risque d’activité plus élevé que dans l’activité salariée. Plusieurs notices, dont celle consacrée à l’« Entrepreneur chez Max Weber », font pour leur part retour sur certaines définitions classiques de cette figure interstitielle située au carrefour de plusieurs espaces. « Un des appuis caractérisant l’activité entrepreneuriale est l’inscription des personnes concernées dans des mondes sociaux variés qui leur procurent des ressources et leur font subir des contraintes » (p. 26).

5L’ouvrage souligne cette particularité, mais aussi la porosité croissante des frontières entre différents espaces et statuts, dans un contexte marqué par la promotion de l’entrepreneuriat pour créer son propre emploi. La figure de l’auto-entrepreneur en est emblématique par sa logique de cumul de statuts et d’emplois distincts et sa promotion en tant qu’« outil particulier de politique sociale, qui entend favoriser le recours à l’auto-emploi pour lutter contre le chômage » (p. 45). Les conditions de réussite dépendent d’autres statuts ; par exemple, pouvoir compter sur un conjoint salarié, fonctionnaire ou retraité peut être déterminant, alors même que les logiques d’action entrepreneuriale sont souvent portées comme des vecteurs de réalisation de soi. Les figures d’un entrepreneuriat hybride se multiplient sur fond de réflexions sur l’assouplissement des modalités de passage de la condition de salarié à celle d’entrepreneur, mais aussi de récits politiques et idéologiques promouvant la création d’entreprises : EIRL, formes hybrides d’auto-entrepreneurs via les sociétés de portage salarial, chercheurs créateurs, chômeurs créateurs, entrepreneur migrant transnational gagnant sa vie en jouant de l’écart entre ses pays d’origine et d’accueil, entrepreneuriat social, entrepreneurs du secteur informel, « entrepreneurs passionnés » créant une entreprise pour convertir leur passion en profession, entrepreneurs pluriactifs… La création d’entreprise peut ainsi être conçue comme un moyen de réaliser un projet de vie, c’est-à-dire comme un engagement dépassant le seul cadre professionnel. Devenir patron permettrait d’échapper à une mobilité « forcée », dans un contexte néocapitaliste où l’on demande aux salariés d’être de plus en plus mobiles. « C’est aussi avoir le sentiment de pouvoir choisir son activité et gérer son temps » (p. 426). L’ouvrage souligne par là-même à la fois les enjeux de qualification entrepreneuriale et la porosité des frontières entre indépendance et salariat, commerce et distribution, travail et loisir, profession et passion…

6Loin d’être une action volontariste, la création d’entreprise peut correspondre à un choix contraint, comme en atteste le cas des « chômeurs créateurs » : « À la vision mythifiée du capitaine d’industrie, il convient d’ajouter la figure assez courante du créateur d’entreprise confronté à des situations personnelles si défavorables, que fonder une entreprise peut être pour lui une issue “obligée” pour sortir de ses difficultés personnelles, bien plus qu’elle n’est un choix » (p. 115). Le caractère déterminant, ici, des appuis sociaux, de divers réseaux – dont les réseaux ethniques, évoqués dans le cadre de la notice « Entrepreneuriat et migration » – et des expériences et trajectoires professionnelles antérieures bat également en brèche l’image idéalisée de la création d’entreprise. Contre la vision de chefs d’entreprises se forgeant eux-mêmes à la force de leur travail et de leurs intuitions innovatrices, le dictionnaire souligne l’importance des solidarités privées : l’appui familial à la création d’entreprise, le rôle des conjoint(e)s et le poids des entreprises familiales dans le capitalisme contemporain (notice « famille ») ; il évoque également la norme masculine fondant la vision de la figure héroïque de l’entrepreneur (« femmes entrepreneurs »). Loin d’être solitaire, celui-ci est un acteur « socialisé », « encastré » dans des réseaux de relations. De plus, contrairement à une idée reçue, la plupart des créateurs d’entreprise ont un goût très modéré pour le risque (cf. notice « parcours biographiques et carrières entrepreneuriales »). Le choix de s’engager dans la création de sa propre entreprise est effectué dans bien des cas « parce que les acteurs ont beaucoup de ressources, ou au contraire parce qu’ils n’en ont guère » (p. 423). À rebours des success stories d’entreprises innovantes et de grands managers, la majorité des entreprises créées sont de de taille modeste et peu génératrices d’emplois. Les créateurs sont majoritairement de petits entrepreneurs, aux profils contrastés selon les secteurs, dont une forte proportion est constituée d’anciens chômeurs, et leur motivation principale est l’indépendance. L’inégalité des entrepreneurs face au recrutement, qui constitue pourtant une phase essentielle de l’entrepreneuriat, est soulignée dans une notice consacrée à cette thématique.

  • 1 Le dictionnaire n’évoque guère, par exemple, le secteur agricole, l’artisanat, les formes contrasté (...)

7Il faut saluer la publication de ce dictionnaire attestant la vitalité des recherches sur l’entrepreneuriat. S’il n’a pas évidemment vocation à l’exhaustivité1, cet ouvrage n’en demeure pas moins un outil très utile qui, enrichi de mots clés et d’une bibliographie, présente des concepts, de nombreux exemples et offre plusieurs pistes de réflexion stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Le dictionnaire n’évoque guère, par exemple, le secteur agricole, l’artisanat, les formes contrastées d’engagement et de politisation, les organisations patronales et professionnelles, tandis que les dispositifs publics sont évoqués par des biais (business plan, chômeur créateur)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio (dir.), Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 mars 2015, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17219

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page