Navigation – Plan du site

Margarethe von Trotta, Hannah Arendt

Yves Laberge
Hannah Arendt
Margarethe Von Trotta, Hannah Arendt, Blaq Out, 2014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Char René, Feuillets d'Hypnos. Paris, Librairie Gallimard, collection « Espoir », 1946. Hannah Aren (...)

1« Notre héritage n'est précédé d'aucun testament » Hannah Arendt se référait constamment à cet aphorisme de René Char (publié initialement dans Feuillets d'Hypnos en 1946)1.

2Produit en 2012 après plusieurs années de préparation et d’entretiens avec des témoins de l’époque, le film Hannah Arendt est disponible en France sous format DVD depuis 2013. Réalisé et co-scénarisé par Margarethe von Trotta, le long métrage Hannah Arendt est une coproduction germano-franco-luxembourgeoise de 113 minutes.

  • 2 Arendt Hannah, Les Origines du totalitarisme, Paris, Gallimard, 2002 [1951].
  • 3 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, collection « Folio », 1997 [1963 pour l’édit (...)

3Les lignes qui suivent résumeront uniquement les prémisses de l’intrigue sans en révéler le dénouement. Ce film de fiction est un portrait partiel de la philosophe Hannah Arendt (1906-1975), une universitaire d’origine allemande établie à New York depuis la guerre. Presque tout le film se déroule autour de 1961, avec quelques retours en arrière pour évoquer brièvement le moment où, trente ans plus tôt, l’étudiante Hannah Arendt suivait à l'Université de Marbourg les cours d’un philosophe réputé, Martin Heidegger. Le film débute par un prologue, que l’on comprend plus tard, montrant l’arrestation du criminel de guerre nazi Adolf Eichmann. Hannah Arendt était déjà célèbre pour ses livres et particulièrement Les Origines du totalitarisme2, paru en 1951. Dix ans plus tard, au moment où l’action du film débute, Hannah Arendt obtient la possibilité d’assister au procès d’Adolf Eichmann, incarcéré en Israël pour crimes de guerre. En retour, elle promet une série d’articles au magazine New-Yorker, qui déjà à cette époque rejoignait un très vaste lectorat. Dès sa parution dans le New-Yorker, le premier article d’Hannah Arendt sur le procès Eichmann a eu un retentissement énorme et des conséquences imprévues. Sans disculper ni excuser Eichmann, elle le considère néanmoins comme un rouage d’un système implacable. Par ailleurs, Hannah Arendt écrit que certaines associations juives ont aussi collaboré avec les nazis, et que c’est ce qui expliquerait en partie le nombre si élevé de victimes juives lors de la Shoah. Cette déclaration déplacée a l’effet d’une bombe de la part de la philosophe de qui on attendait tout sauf des propos considérés comme un désaveu, une trahison. Un livre célèbre d’Hannah Arendt découle de cette réflexion et de ce procès, Eichmann à Jérusalem3, qui parut aux États-Unis en 1963. Indiquons que ce film de fiction ne prétend nullement livrer une biographie complète d’Hannah Arendt, mais qu’il la montre dans une multitude de situations : dans son travail (ses cours, son travail d’écriture, ses rencontres avec son éditeur, ses voyages) et dans sa vie privée (avec son mari, ses amis et proches collègues). Inévitablement, cet épisode entourant ce procès marqua un tournant dans la vie et la carrière d’Hannah Arendt. Elle voudra s’expliquer, nuancer sa pensée, répondre aux centaines de lettres reçues ; mais ce sera peine perdue. Le mal était fait.

4Sur le plan narratif, le choix de la réalisatrice de se concentrer sur une courte période et sur cette polémique permet d’approfondir et de nuancer l’intrigue au lieu d’inclure trop de morceaux de vie et d’étapes éparses dans des contextes opposés, à des époques différentes. En outre, ce choix permet d’éviter d’inclure trop de personnages secondaires qui nuiraient à la compréhension du récit qui met en évidence la personnalité d’Hannah Arendt.

5Du point de vue artistique, le film Hannah Arendt se distingue par sa justesse de ton. La principale force de son scénario est d’avoir pu exprimer un grand nombre d’idées philosophiques et de débats d’une manière claire et vivante, par exemple dans la séquence où Arendt enseigne devant un groupe d’étudiants américains. Il n’est pas toujours aisé de montrer à l’écran les processus de réflexion, d’écriture, de création. Douée dès ses débuts, la réalisatrice Margarethe von Trotta avait déjà tourné en Allemagne de l’Ouest des films remarquables comme le très bergmanien Les sœurs ou l'équilibre du Bonheur (1979), qui a surtout circulé dans le réseau du Goethe Institut, et son film le plus percutant, Rosa Luxemburg (1986).

6Au niveau visuel, la mise en scène est très soignée ; de plus, les dialogues réussissent à exprimer de manière vivante la pensée souvent polémique de la philosophe. L’idée d’inclure des images d’archives montrant le « vrai » Eichmann (sauf dans le prologue) est à la fois audacieuse mais aussi judicieuse ; cette stratégie de distanciation voulue par la réalisatrice avait toutefois l’avantage de ne pas en faire un héros ou un personnage rendu attachant par le talent d’un acteur.

7Du point de vue esthétique, les décors et les costumes sont réussis dans leur sobriété ; la direction d’acteurs est particulièrement impeccable. Le jeu de l’actrice Barbara Sukowa (déjà inoubliable dans le film Lola de Rainer Werner Fassbinder) est très juste pour ce rôle intériorisé d’une intellectuelle à la forte personnalité. Par ailleurs, les rôles secondaires de ce film sont particulièrement réussis, notamment les quelques séquences où l’on peut voir la jeune Hannah Arendt (à l’époque où elle vivait dans son Allemagne natale) qui est jouée par Friederike Becht.

8Techniquement, le montage est minimal, ce qui est excellent puisque ce procédé épuré permet des plans longs exigeant de la part des acteurs/actrices de tenir le ton juste et de manière uniforme durant de longues secondes. C’est souvent le propre du bon cinéma. On déplore deux exceptions qui brisent l’équilibre de ce montage, dans deux séquences de discussion avec le rédacteur du magazine New-Yorker (avec l’équipe de rédaction puis avec Hannah, juste avant la publication de son fameux article sur le procès Eichmann) ; le montage devient alors inutilement hachuré avec des plans trop brefs, comme dans une série télévisée.

  • 4 Sur ces points, on lira avec profit le texte de Lars Rensmann, « Totalitarianism and evil », dans l (...)

9Pour résumer sa pensée, Hannah Arendt voit en Eichmann un fonctionnaire médiocre, uniquement préoccupé par son obéissance aveugle à un système d’une injustice absolue et d’une inhumanité inouïe. C’est ce qui l’amène à traiter de ce concept de la banalité du mal, perçu comme une sorte de routine de la part des exécutants qui selon Hannah Arendt agiraient comme des bureaucrates, parce que la loi du pouvoir nazi les obligeaient à exécuter des ordres sans poser de questions, sans s’interroger sur le bien-fondé des décisions et sans jamais s’objecter. Il est évident qu’Eichmann adhérait totalement à l’idéologie nazie. Aux yeux d’Hannah Arendt, Eichmann mérite indéniablement la pendaison puisqu’il a envoyé à la mort des milliers de Juifs. Naturellement, d’autres éléments extérieurs au film pourraient être discutés ici (par exemple le manque d’informations d’Hannah Arendt sur de nombreux points), mais ils empêcheraient les éventuels spectateurs d’apprécier pleinement la progression dramatique de ce récit et son dénouement4.

  • 5 Margarethe von Trotta, « Je voulais que le public arrive à la même conclusion qu’Arendt ». Propos r (...)

10Quoi qu’on en dise, Hannah Arendt reste une œuvre polémique sur un sujet éminemment polémique, en continuité avec plusieurs longs métrages précédents de la réalisatrice. D’ailleurs, dans un excellent entretien avec Svenja Flaßpöhler pour Philosophie magazine, Margarethe von Trotta justifie son point de vue voulant rester fidèle à ce que fut Hannah Arendt, avec ses qualités et ses défauts, ses raisonnements exempts d’émotivité, et elle réaffirme sa volonté de raconter son récit d’une manière authentique, à partir de faits avérés, de lettres ayant été conservées et de témoignages recueillis, en transposant et en romançant très peu les situations historiques : « Je voulais que le public arrive à la même conclusion qu’Arendt »5. Or, s’il est difficile de conclure que tous les spectateurs parviendront au même diagnostic et aux mêmes conclusions, on peut certainement suivre son raisonnement selon son point de vue, sans forcément l’approuver ou l’adopter. En ce sens, le film Hannah Arendt fournit en moins de deux heures les éléments de base pour reconstituer d’une manière équilibrée mais inévitablement partielle ce vaste débat sur ce qu’Hannah Arendt a nommé « la banalité du mal » pour décrire cette dimension trouble de la bureaucratie de la Shoah. Tout au long du film, on peut bien voir les réactions d’Hannah Arendt, ses surprises face aux réactions de l’opinion publique et son entêtement lors de ce procès retentissant. On constate aussi qu’elle n’a pas assisté à toutes les séances de ce long procès et que sa perception de la situation était visiblement partielle, donc incomplète.

11En dépit de ses déclarations, Margarethe von Trotta laisse le spectateur libre de se ranger ou non selon le point de vue d’Hannah Arendt quant à la culpabilité démontrée ou non d’Eichmann ; on peut très bien diverger ou contester son point de vue à partir des éléments montrés dans le film, qui ne sont évidemment que la pointe de l’iceberg d’une question éminemment plus complexe. On peut même regarder tout le film sans jamais être d’accord avec les points de vue exprimés. Inévitablement, les attaques des groupes de survivants de l’Holocauste (mais aussi de simples citoyens indignés) envers Hannah Arendt (dans la deuxième moitié du film) pourraient peut-être amener certains spectateurs à éprouver plus de sympathie envers le personnage central du film ou à admirer son entêtement. Mais on peut certainement apprécier ce film peu importe son point de vue préalable sur les questions très graves soulevées par ce procès.

  • 6 On se référera par exemple au document en ligne « Hannah Arendt. Grandes pensadores del siglo XX ». (...)

12Parmi les trois suppléments de ce DVD, l’entretien très éclairant avec le philosophe Alain Finkielkraut offre une analyse très fine du film, mais aussi à propos de la pensée d’Hannah Arendt et des rapports entre la réalité historique et la mise en scène. En dépit de son regard critique à la fois juste et nuancé, Alain Finkielkraut fournit certains éléments indispensables pour apprécier davantage le film lors d’un deuxième visionnement. Dans ce cas, il serait préférable de regarder le film avant de voir les suppléments. Par ailleurs, pour un accès plus précis aux explications de la philosophe, on trouvera aisément sur Internet, et en particulier sur YouTube, des entretiens filmés avec la « vraie » Hannah Arendt6.

13Au moins deux versions de ce DVD existent : il faut éviter la version nord-américaine (en format NTSC, zone 1) de Hannah Arendt qui est uniquement en allemand avec sous-titres anglais (avec l’actrice Barbara Sukowa vue de profil sur le boîtier). On préférera la version du DVD produite en France (en format PAL, zone 2) qui offre le choix entre les pistes sonores allemandes ou françaises, avec des sous-titres (optionnels) dans ces deux langues, en dépit de la couverture inappropriée (avec une croix gammée en fond visuel). Il faut cependant s’assurer de posséder un lecteur pouvant s’adapter au standard du DVD choisi, selon son pays. Le doublage en français est adéquat et permet de mieux suivre les dialogues sur un fond visuel très soigné sans avoir à s’attarder aux sous-titres.

Haut de page

Notes

1 Char René, Feuillets d'Hypnos. Paris, Librairie Gallimard, collection « Espoir », 1946. Hannah Arendt se référait constamment à cet aphorisme de René Char, poète et Résistant (publié dans Feuillets d'Hypnos en 1946).

2 Arendt Hannah, Les Origines du totalitarisme, Paris, Gallimard, 2002 [1951].

3 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, collection « Folio », 1997 [1963 pour l’édition en anglais].

4 Sur ces points, on lira avec profit le texte de Lars Rensmann, « Totalitarianism and evil », dans le récent collectif de Patrick Hatden (dir.), Hannah Arendt: Key Concepts, Durham, Acumen Publishing, 2014, p. 87-107.

5 Margarethe von Trotta, « Je voulais que le public arrive à la même conclusion qu’Arendt ». Propos recueillis par Svenja Flaßpöhler et traduits par Pierre Rusch. Philosophie magazine, n° 83, octobre 2014. http://www.philomag.com/les-idees/margarethe-von-trotta-je-voulais-que-le-public-arrive-a-la-meme-conclusion-quarendt-7344

6 On se référera par exemple au document en ligne « Hannah Arendt. Grandes pensadores del siglo XX ». À partir de la neuvième minute, ce reportage d’une heure reprend une émission réalisée par Roger Errera. L’entretien avec Hannah Arendt est doublé en français. https://www.youtube.com/watch?v=yioflqQ_xMw 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Margarethe von Trotta, Hannah Arendt », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 mars 2015, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17265

Haut de page

Rédacteur

Yves Laberge

Ph.D. Faculté des arts, Université d’Ottawa

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page