Navigation – Plan du site

Carmen Alén Garabato, Henri Boyer (dir.), « Regards sur le post-colonialisme linguistique », Mots. Les langages du politique, n° 106, novembre, 2014

Aurélie Journée
Regards sur le post-colonialisme linguistique
Carmen Alén Garabato, Henri Boyer (dir.), « Regards sur le post-colonialisme linguistique », Mots, n° 106, novembre 2014, 2015, 132 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-544-6.
Haut de page

Texte intégral

1Ouvrage collectif réunissant les contributions de onze chercheurs, ce numéro de Mots. Les langages du politique se consacre à l’analyse des impacts de la décolonisation sur les politiques linguistiques et culturelles conduites par les États concernés. Divisé en deux parties – un dossier thématique d’une part, des varias de l’autre –, ce volume se fonde ainsi sur une lecture multi-angulaire, s’attachant tant à l’étude des discours linguistiques postcoloniaux des pays décolonisés que de ceux des pays et/ou régions ex-colonisateurs. Cette représentation de deux points de vue permet d’esquisser un riche panorama de la pluralité des situations possibles.

2La problématique principale, qui consiste à interroger l’existence ou non d’un « post-colonialisme linguistique », pose de nombreuses questions sous-jacentes. En effet, comment ce phénomène peut-il se définir ? Quelles illustrations particulières en donne chaque pays ? En quoi la défense d’un unilinguisme influe-t-il sur la pratique et/ou le développement des langues vernaculaires ? Quelles sont les implications de la définition d’une norme linguistique sur les variations qui peuvent exister par rapport à celle-ci ? Comment la norme elle-même est-elle définie ? Par qui ? En ce sens, l’est-elle de façon endogène ou exogène ? Quelles conséquences cela a-t-il en pratique ? Enfin, en quoi les politiques linguistiques dans un contexte postcolonial peuvent-elles s’apparenter, dans une certaine mesure, à un néocolonialisme ? C’est à l’ensemble de ces questions que cet ouvrage se propose d’apporter des réponses.

3Les deux principaux terrains pris pour objets d’étude sont l’Afrique et l’Amérique Latine – et notamment le Brésil (p. 10) –, soit deux des plus grands ex-empires coloniaux, l’un permettant d’interroger les liens entre la perpétuation de la francophonie et le développement de l’usage des langues vernaculaires locales ; l’autre la promotion de l’hispanophonie en terre à dominante linguistique lusophone.

4Quelles qu’elles soient, chacune des politiques linguistiques conduites par les différents États étudiés semble être amenée à se développer dans deux espaces particuliers, aux visées a priori très différentes : l’école d’une part, le(s) marché(s) de l’autre. Cette dichotomie correspond également à la distinction entre anciennes colonies et ex-empires coloniaux. En effet, tandis que la langue répond à des enjeux éducatifs, patrimoniaux et identitaires, dans des États tels que le Sénégal elle apparaît être davantage un outil économique pour les pays occidentaux et les instances supranationales desquelles ils participent.

  • 1 Cf. Pierre Martinez, cité ans ce volume par Michèle Verdelhan-Bourgade, « Programmes et instruction (...)
  • 2 Ou « Marché commun du Sud », crée en 1991 par le traité d’Asunción, et unissant – entre autres – le (...)

5L’ensemble de ces textes permet ainsi de mettre en évidence au moins deux phénomènes. D’une part, malgré la prédominance du français, les États désormais indépendants tendent à promouvoir la transmission des langues vernaculaires dont ils n’ont pu faire usage (ou plein usage) pendant les années coloniales : « les pays ont en effet, au moment de leur indépendance, fait le choix du français comme langue officielle, langue de l’administration et langue de l’enseignement, et œuvrent depuis en interne pour allier ce choix avec celui de la reconnaissance de leurs langues locales […], qui se réalise surtout au primaire, et différemment selon les pays » (p. 33). Cette volonté se traduit concrètement par la mise en place de programmes particuliers fondés sur l’introduction de modèles d’apprentissage spécifiques (tels que l’« approche par compétences »1) hérités de pratiques française ou nord-américaine. Si, en théorie, cette action tend à répondre à une structuration fonctionnelle et efficace de l’apprentissage, celle-ci s’avère problématique en pratique, l’efficacité d’un modèle d’apprentissage apparaissant toute relative puisqu’étroitement liée aux réalités (historiques, économiques, politiques) du pays dans lequel il est adopté. Cette démarche apparaît d’autant plus paradoxale, dans de tels cas, à mesure que l’affirmation d’une politique éducative indépendante passe par l’emprunt d’un mode de transmission occidental. De même, la survivance du français comme principale langue nourrit l’idée d’une décolonisation ambigüe, de telle sorte que « si la place du français est variable dans tous ces pays selon l’existence ou non d’autres langues officielles ou le rapport aux langues nationales […], le français est toujours langue officielle, seconde et de scolarisation, du fait qu’il est la langue de l’ancien colonisateur » (p. 33). L’on peut dès lors s’interroger sur la résurgence manifeste d’une certaine forme de colonialisme, ou, tout du moins, d’un impérialisme qui ne dit pas son nom. D’autre part, dans un contexte postcolonial, les anciennes puissances occidentales œuvrent à maintenir ou à promouvoir leur langue nationale (ou celle qu’elles définissent comme « norme ») en dehors de leurs frontières, par le truchement de groupements économiques et/ou d’organisations culturelles. Ces pratiques sont ainsi permises par la mise en place de marchés communs (tels que le Mercosur2, qui unit l’Espagne à une partie de l’Amérique du Sud), propices non seulement aux échanges économiques mais aussi à l’expansion linguistique (comme en témoigne la politique culturelle menée en faveur de la diffusion de l’espagnol par des organisations étatiques telles que l’Institut Cervantès).

  • 3 Eugen Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1 (...)

6Il est intéressant de constater que des États colonisateurs ont finalement appliqué aux pays colonisés la même politique linguistique qu’ils menaient en interne à l’échelle nationale. En tentant d’imposer le français qu’elle considérait comme norme, mettant ainsi à mal l’usage local des langues vernaculaires par les paysans, « la France est arrivée à mettre sur pied un arsenal juridico-politique et technologique pour imposer la langue française à “près d’un quart de sa population”3, à savoir les paysans, afin de pouvoir faire émerger chez eux une conscience d’appartenance à la Nation française » (p. 14). Telle fut donc la politique adoptée dans les territoires africains : « le projet colonial de la France était tout à fait clair. La France entendait mettre sur pied une politique d’assimilation à l’endroit de ses colonies africaines par le biais d’une instruction en français. Au même titre que les paysans français, les habitants de la Sénégambie allaient être francisés, et pour ce faire, la langue demeurait un élément incontournable aux yeux de l’autorité coloniale » (p. 15).

  • 4 Cf. Virginia Garin, « Discours, normes et pouvoirs en hispanophonie. L’exemple de la promotion de l (...)
  • 5 Cf. El Hadji Abdou Aziz Faty, « Politiques linguistiques au Sénégal au lendemain de l’Indépendance. (...)
  • 6 Cf. Laura Santone, « Quand la politique tire la langue. Le Vaffa Day du M5S », p. 87-103.
  • 7 Action contestataire « anti-politique » menée par l’italien Beppe Grillo.

7De l’ensemble de ces exemples émerge un point commun : l’instrumentalisation de la langue, tendant à la création de langages promus à des fins identitaires ou encore économiques4 Cette observation s’impose eu égard aux débats menés sur l’enseignement du wolof5, ou après avoir analysé la rhétorique du Vaffa67, résultat de la combinaison de deux processus – « sloganisation » d’une part, et « estropiement du nom propre » d’autre part – pouvant respectivement se définir comme « tout usage de répétitivité formelle et de liaisons récurrentes dans les énoncés propres à l’intervention publique (Maurice Tournier) » (p. 95), et par une « pratique qui répond ad personam, sous forme d’attaque directe […] en lui conférant une caractérisation nominale et en sollicitant à la fois l’argumentation ad populum [appel à la foule] » (p. 97). Une utilisation à visée économique de la langue peut être illustrée par l’exemple de la « commodification », processus au cours duquel « la langue espagnole devient dans les discours et dans les faits une marchandise que l’on peut négocier dans un marché donné » (p. 43). Elle se traduit dans les faits par le développement de projets de recherche spécifiques, tels que « La valeur économique de l’espagnole : une entreprise multinationale » (cité p. 43), ou encore par la tenue de forums, dont les Congrès internationaux de la langue espagnole, ou CILE (p. 43).

8Véritable outil stratégique, la langue ne répond ainsi plus seulement à des enjeux identitaires nationaux, mais également à des nécessités géopolitiques s’imposant d’elles-mêmes de par l’évolution de la configuration de l’espace économique. Ce phénomène apparaît à travers le développement des eurorégions, à partir desquelles, en tant « qu’organisations de coopération transfrontalières formées le long des frontières européennes » (p. 71), se forge un langage certes plurilinguistique mais à l’analyse sémantique convergente, déduction faite d’un « crawling thématique » qui « consiste à identifier séparément dans chaque langue des terminologies pertinentes par rapport au thème eurorégional » (p. 74). Force est de constater que de nouveaux langages émergent à mesure de l’évolution des situations politiques, géographiques, et géopolitiques des États dans le monde et des relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres.

9En conclusion, l’apport majeur de ce volume provient sans conteste du regard posé à la fois sur les pays anciennement colonisés et sur les ex-empires coloniaux eux-mêmes. À l’instar d’une diplopie, cet angle d’approche multiple opère un renversement de point de vue dont la réflexivité ne peut qu’interpeller le lecteur. La brièveté des textes présente avantages et inconvénients. Synthétiques et précis – tant dans leur construction que dans le lexique employé –, ils permettent de cerner efficacement les problèmes posés et les enjeux subséquents. Néanmoins, certains articles ne semblent répondre que partiellement aux attentes du lecteur, et gagneraient sans doute à être approfondis (bien que celui-ci soit invité à le faire par lui-même grâce à la présence de riches bibliographies). L’on peut également regretter l’absence d’une conclusion générale, qui permettrait de croiser chacune des observations émises et d’élargir ainsi le champ d’horizon, dont le dessin est pourtant déjà bien entrepris par l’ensemble des questionnements posés au fil des différents articles composant ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Cf. Pierre Martinez, cité ans ce volume par Michèle Verdelhan-Bourgade, « Programmes et instructions officielles pour le français en Afrique francophone. Un rapport ambigu à la décolonisation », p. 36. L’approche par compétences (ou APC) se fonde sur l’établissement de curriculums, qui « consistent principalement à définir des finalités éducatives, à établir les besoins des apprenants, à déterminer des objectifs, des contenus, des démarches, des moyens d’enseignement et des formes d’évaluation ».

2 Ou « Marché commun du Sud », crée en 1991 par le traité d’Asunción, et unissant – entre autres – le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, l’Uruguay, et le Venezuela.

3 Eugen Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, p. 93. Cité dans ce volume par El Hadji Abdou Aziz Faty, « Politiques linguistiques au Sénégal au lendemain de l’Indépendance. Entre idéologie et réalisme politique », p. 14.

4 Cf. Virginia Garin, « Discours, normes et pouvoirs en hispanophonie. L’exemple de la promotion de l’espagnol au Brésil », p. 43-57.

5 Cf. El Hadji Abdou Aziz Faty, « Politiques linguistiques au Sénégal au lendemain de l’Indépendance. Entre idéologie et réalisme politique », p. 13-25.

6 Cf. Laura Santone, « Quand la politique tire la langue. Le Vaffa Day du M5S », p. 87-103.

7 Action contestataire « anti-politique » menée par l’italien Beppe Grillo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Journée, « Carmen Alén Garabato, Henri Boyer (dir.), « Regards sur le post-colonialisme linguistique », Mots. Les langages du politique, n° 106, novembre, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17275

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Journée

Pré-doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS (Paris), sous la direction de Marie Mauzé, anthropologue américaniste directrice de recherche au CNRS habilitée à diriger des thèses. Titulaire d’un master Recherche en histoire de l’art (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – spécialité « Histoire et esthétique de la photographie », et du Diplôme de muséologie de l’École du Louvre (2013), elle suit actuellement une année préparatoire au doctorat en vue de la réalisation d’une thèse portant sur les modalités et les enjeux des pratiques photographique et cinématographique propres à l’art contemporain amérindien aux États-Unis, de 1960 à nos jours.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page