Navigation – Plan du site

Sabrina Tricaud, Les années Pompidou

Sébastien Zerilli
Les Années Pompidou
Sabrina Tricaud, Les Années Pompidou, Paris, Belin, coll. « Histoire », 2014, 326 p., ISBN : 978-2-7011-8953-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L'Histoire, n° 276, mai 2003.
  • 2 Cette expression est tout aussi révélatrice. On la retrouve non seulement à plusieurs reprises dans (...)

1Pour ses 25 ans, L'Histoire dressait la « Chronique des années 1970 »1. À la lecture du sommaire de ce numéro, on est pourtant surpris de constater que pour ses concepteurs, cette décade se confond avec le septennat de Valéry Giscard d'Estaing. Aucune référence n'est faite dans les pages du dossier du magazine au nom et au mandat écourté de son prédécesseur. Est-ce à dire que les « années Pompidou » ne sont qu'une phase de transition, une sorte d'intérim entre le départ de Charles de Gaulle et la victoire de « VGE » ? L'élection de Georges Pompidou n'aurait-elle représenté que l'inflexion d'un « gaullisme gaullien » – expression a priori redondante mais pourtant significative que l'auteur emploie plusieurs fois (p. 89 et p 128) – vers un gaullisme pompidolien soucieux d'entreprendre un « changement dans la continuité »2 ? En bornant ces années Pompidou entre 1968 (date à laquelle, au poste de Premier ministre, il se distingue par son analyse des événements de mai) et 1974 (date de son décès au poste de président), l'auteur elle-même n'entretient-elle pas cette impression en embrassant une période au cours de laquelle, investit de mandats politiques et de responsabilités institutionnelles différents, Georges Pompidou aurait pourtant de bout en bout mené une politique gaulliste ?

2Au terme de la lecture de l'ouvrage, on ne peut pourtant qu'abandonner cette hypothèse. Tout l'intérêt du livre de Sabrina Tricaud consiste en effet à démontrer que ces années Pompidou ne sont absolument pas des années creuses dans l'histoire contemporaine française, mais représentent au contraire une période décisive dans de nombreux domaines.

3Le changement le plus important, et le plus commenté, est sans doute l'entrée définitive de la France dans la « société d'abondance ». Et l'auteur de dresser dans le premier chapitre l'inventaire de tous les bouleversements liés à ce véritable « basculement anthropologique » (p. 49). À l'apogée des « trente glorieuses », dans cette France qui s'industrialise, se modernise et s'enrichit, se fait entendre une revendication inédite : celle du « droit au bonheur ». Lié aux aspirations d'une classe moyenne en expansion, il recouvre deux aspects. Tout d'abord un droit matériel au confort et au « mieux-être », auquel font écho la diffusion des télévisions, des machines à laver et des réfrigérateurs à l'intérieur des foyers, ou encore la création des premiers supermarchés. Une revendication plus philosophique ensuite, que l'on pourrait qualifier de « droit au plaisir ». Réclamé avec fureur par les baby-boomers en mai 1968, il se diffusera par capillarité dans toute la société sous la forme édulcorée du « jeunisme » et trouvera dans les toutes nouvelles stations balnéaires et de sports d'hiver des espaces pour s'épanouir.

4Au cours de cette période, l'auteur relève également un certain nombre d'évènements politiques qui, pour être moins fracassants, n'en demeurent pas moins cruciaux. D'abord la stabilisation institutionnelle du régime puisque « l'élection de Georges Pompidou et sa pratique présidentielle […] ont montré que la Ve République s'installait dans la durée » (p. 89). Avec son enracinement s'enclenche la bipolarisation durable de la vie politique française. La gauche se met en ordre de bataille. Sous la houlette de François Mitterrand, le tout nouveau Partit Socialiste né lors du congrès d'Epinay signe en 1972, avec le Parti Communiste, un programme commun de gouvernement. Conséquence directe de cette bipartition, le centre, après la performance électorale de Jean Lecanuet lors de l'élection présidentielle de 1965, entame un balancement chronique entre la gauche et la droite. En plus de ces changements concernant les rapports de force politiques, il faut également noter des évolutions sensibles dans l'exercice du pouvoir pompidolien. Ainsi la restructuration des services de presse et de communication de l'Élysée participe-t-elle de « la modernisation de la pratique présidentielle, de la volonté de désacraliser la fonction et de rapprocher les pouvoirs des français » (p. 102). Autre modification notable dans la politique hexagonale à cette époque : un changement du profil de ses principaux protagonistes. Avec la présidence Pompidou, « la République des énarques […] succède à la République des professeurs et des avocats » (p. 109).

5La politique internationale est également le théâtre de nombreux changements sous la présidence Pompidou. Parmi les plus important, on peut relever le développement de relations normalisées avec les pays d'Afrique, qui s'épanouiront en partie à l'intérieure d'une organisation naissante amenée à se développer dans les années 1980-1990 : la francophonie. Le mandat de Georges Pompidou cadre aussi avec la mise en place de mesures destinées à enclencher l'intégration économique d'une Europe qui s'élargit, dans un monde qui devient multipolaire. La fin de la convertibilité du dollar en or, décrétée par le président Nixon en 1971, instaure un flottement des taux de change auquel les européens décident de parer par plusieurs mesures dont l'instauration d'une Union économique et monétaire. « [L]'histoire de la monnaie européenne commence » (p. 268).

6L'ampleur des changements qui caractérisent ces années Pompidou explique qu'elles entraînent de multiples tensions. « La spécificité de cette période tient justement à cette constante tension entre progrès et dégâts du progrès, entre croissance et oubliés de la croissance, entre France modernisée et France “défigurée” » (p. 308). Si la France de Georges Pompidou s'homogénéise grâce à la démocratisation de l'enseignement et de toute une pléiade de biens de consommation, elle est tiraillée entre la réussite clinquante des jeunes cadres dynamiques et le quotidien harassant des cohortes d'« OS » (ouvriers spécialisés) dans les usines ; entre la disparition d'une France rurale de paysans et le développement d'un pays mécanisé dont les campagnes se peuplent d'agriculteurs-managers et dont l'environnement se dégrade. Elle s'interroge sur la validité de l'équation bonheur-croissance-consommation-progrès. La « Nouvelle société » planifiée par le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas lors de son discours de politique générale en septembre 1969, caractérisée par une féminisation sensible du monde du travail, ne consacre pas l'égalité des sexes et entretient les partages sexués de la sphère domestique, du monde économique et du microcosme politique. La libéralisation des mœurs et le démantèlement des dispositifs de censures souhaités par le président Pompidou sont finalement contrariés par la nomination à Matignon du conservateur Pierre Mesmer en juillet 1972…

7La profondeur de ces tensions explique à son tour pourquoi la France des années Pompidou, pays officiellement pacifié depuis le règlement du conflit algérien, est malgré tout caractérisée par une violence multiforme. Elle s'exprime parfois de façon symbolique et métaphorique : dans les œuvres des avants gardes artistiques qui refusent que l'art ne soit que l'instrument d'un soft power français destiné à contrer l'américanisation de la culture ; dans la scénographie des happenings des militantes du Mouvement de libération des femmes créé en 1970. Elle se manifeste pourtant souvent physiquement. Modérément, lors des nombreuses occupations d'usines décidées pour appliquer dans le monde du travail les principes de l'autogestion et que symbolise la grève des ouvriers de l'horlogerie LIP. Excessivement, lors des actions coups de poing des groupuscules gauchistes dirigées contre des patrons ou des militants d'extrême droite qui, au tout début des années 1970, sur les ruines d'Ordre Nouveau, bâtissent les fondations du Front National.

  • 3 Voir Winock Michel, Chronique des années soixante, Paris, Seuil, coll. «Points/Histoire», 1990 [198 (...)
  • 4 Voir Cusset François, La décennie, Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, coll. (...)

8Ces années Pompidou sont donc plus ambiguës qu'il n'y paraît. Si elles s'achèvent avec l'entrée de la France dans une période de crise durable, elles ne correspondent pas non plus exactement à cet âge d'or idéal auquel la mémoire collective les associe. Cet essai d'histoire atmosphérique dans lequel, à la manière de Michel Winock3 ou de François Cusset4, l'auteur retranscrit l'ambiance de l'époque en croisant faits divers, indicateurs statistiques, chiffres des entrées du box office, déclarations politiques et paroles des chansons populaires, est donc aussi indirectement une histoire des représentations. « La mémoire de cette période ‑ fût-elle toute différente de l'histoire – donne sa cohérence aux années Pompidou » (p. 13).

Haut de page

Notes

1 L'Histoire, n° 276, mai 2003.

2 Cette expression est tout aussi révélatrice. On la retrouve non seulement à plusieurs reprises dans l'étude de Sabrina Tricaud (p. 75 et p. 78) mais aussi dans d'autres publications traitant de cette période. Elle titre par exemple le premier chapitre du tome 18 de la Nouvelle histoire de la France contemporaine. Voir Berstein Serge et Rioux Jean-Pierre, La France de l'expansion, L'apogée Pompidou, Paris, Seuil, coll. « Points/Histoire », 1995, p. 9-33.

3 Voir Winock Michel, Chronique des années soixante, Paris, Seuil, coll. «Points/Histoire», 1990 [1987].

4 Voir Cusset François, La décennie, Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, coll. «Poche», 2008 [2006]; Cusset François (dir.), Une histoire (critique) des années 1990, De la fin de tout au début de quelque chose, Paris, La Découverte/Centre Pompidou Metz, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Sabrina Tricaud, Les années Pompidou », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 mars 2015, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17276

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Prépare un doctorat sur l'histoire de l'édition de vulgarisation en sciences humaines et sociales (sous la direction de Valérie Tesnière, EHESS, année universitaire 2015-2016).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page