Navigation – Plan du site

Sophie Devineau, Emmanuelle Annoot, Thierry Dezalay (dir.), Formation, qualification, éducation, emploi. La construction du genre

Stéphanie Boyer
Formation, qualification, éducation, emploi
Sophie Devineau, Emmanuelle Annoot, Thierry Dezalay (dir.), Formation, qualification, éducation, emploi. La construction du genre, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Genre à lire...et à penser », 2014, 196 p., ISBN : 9791024003337.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ouvrage Formation, qualification, éducation, emploi. La construction du genre, Sophie Devineau et ses collaborateurs présentent les comptes-rendus de leurs recherches empiriques sur les mécanismes sociaux à l’origine des inégalités sociales de genre dans le domaine de l’éducation, de la formation et de l’emploi. Une approche pluridisciplinaire - sociologie de l’éducation, sociologie du travail et sciences de l’éducation - est utilisée afin de multiplier les points de vue sur le sujet, cherchant ainsi à illustrer le fait que les différences sexuées se construisent à partir de nombreuses contraintes sociales. Après une brève présentation du cadre épistémologique dans lequel s’inscrivent les résultats de recherche présentés, l’ouvrage, découpé en trois parties, s’intéresse aux enseignants et enseignantes des premiers degrés et du supérieur ainsi qu’aux étudiants et étudiantes.

2Roland Pfefferkorn ouvre la réflexion, en nous invitant à penser les rapports sociaux en termes de rapports de classe, mais aussi de sexe et de racisation. Il s’agit en effet de rendre compte de la complexité des rapports sociaux dans lesquels s’inscrivent les expériences individuelles, et de réfléchir à leurs articulations et croisements. La sociologie des rapports sociaux, largement inspirée de l’analyse marxienne, se penche sur les différents groupes sociaux ainsi que sur les conditions de production et de reproduction de leur historicité. Selon l’auteur, un rapport social implique une tension entre des groupes sociaux aux intérêts antagoniques, qui se transforme en enjeu social. Les rapports sociaux se reproduisent et se construisent selon une perspective dialectique qui permet de rendre compte et de penser le changement.

3Dans la première partie de l’ouvrage, les auteurs s’intéressent au rôle des enseignants et enseignantes des premiers degrés. Les travaux de Clothilde Lemarchand illustrent comment la question de l’atypie et de la mixité dans les formations techniques est souvent évacuée de leur discours. Alors que certains adoptent un parti-pris d’indifférenciation, c’est-à-dire qu’ils ne cherchent pas à aider une personne en particulier par souci « d’égalité », d’autres, bien conscients des inégalités entre les filles et les garçons, sont plus enclins à avoir recours à des mesures de discrimination positive. Cependant, la plupart du temps, les difficultés liées à l’identité sexuée sont niées. Certains adoptent même une posture inégalitaire explicite. Il apparaît, finalement, que les enseignants et enseignantes sont en général très peu sensibilisés et outillés face aux difficultés d’accueil et d’intégration des jeunes filles atypiques.

4Les travaux de Sophie Devineau visent, quant à eux, à mettre en lumière les luttes et initiatives méconnues des enseignantes féministes. Celles-ci militent, de l’intérieur, pour transformer le système d’éducation, autant en matière de parité professionnelle que d’éducation égalitaire des élèves. Il s’agit d’un défi de taille, car des différentes instances de socialisation, l’école est celle qui a le mieux réussi dans le domaine de l’égalité de genre, laissant parfois l’impression que celle-ci est atteinte et que plus rien ne reste à faire. Devineau, en s’intéressant plus précisément à la place des féministes dans le mouvement syndical, cherche à entrer au cœur de la « fabrique du discours et de l’action féministe de l’école ». Le fonctionnement de la prise de parole égalitaire entre les sexes, la féminisation des textes et le contrôle du langage en situation pédagogique constituent les principaux leviers d’action de ces militantes.

5 Dans la seconde partie portant sur les enseignants et enseignantes du supérieur, Ali Azzi et Emmanuelle Annoot dressent le portrait de la place des femmes dans l’enseignement universitaire. Bien que le nombre de femmes présentes à l’université ne cesse d’augmenter, la parité sexuelle est loin d’être atteinte. En plus d’être inégalement représentées selon les disciplines, les femmes se heurtent au phénomène du « plafond de verre ». Leur carrière se termine souvent en tant que maître de conférences, bien avant d’être nommées professeures. Ainsi, les femmes, de par leur statut hiérarchique inférieur, sont, en général, écartées des champs de pouvoir universitaire. Les inégalités qui se creusent entre les femmes et les hommes au cours de leur carrière universitaire génèrent des activités différenciées selon le sexe. Les femmes tendent à occuper « l’espace du dedans » ; elles s’investissent davantage que les hommes dans les tâches administratives et l’enseignement et, en contrepartie, n’occupent pas « l’espace du dehors », tel que les colloques internationaux, les comités de lecture ou encore les contrats de recherche. Or, l’occupation de cet espace est primordiale pour l’évolution d’une carrière académique ; ce sont ces dimensions qui apportent pouvoir et reconnaissance. À ce sujet, Annoot formule lhypothèse que les récentes mutations sociales, qui ont des répercussions sur l’organisation de l’enseignement supérieur, affecteront davantage les femmes puisqu’elles sont plus nombreuses à s’occuper des tâches administratives. Finalement, la maternité continue d’influer sur le développement professionnel des femmes. Bien conscientes du « double travail » qui les attend en vertu d’une socialisation genrée, elles sont nombreuses à renoncer à leur vie familiale et personnelle pour se concentrer sur leur carrière universitaire.

6Pour Thierry Dezalay, la construction d’un projet professionnel est indissociable des déterminants sociologiques de base tels que le genre et le milieu social. Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, l’accent est cette fois-ci mis sur les étudiants et étudiantes. Lorsque vient le temps de penser à sa carrière, les plus grandes disparités s’observent selon les différents milieux sociaux, et plus particulièrement lorsque cette dernière variable est croisée avec celle du genre. En effet, les enfants de différents milieux sociaux, et plus particulièrement les filles, n’élaborent pas les mêmes projets professionnels à un niveau académique équivalent. La principale raison pouvant expliquer cette situation est le fait que les ressources dont bénéficient les étudiants sont inégalement distribuées. Les enfants issus de milieux à fort capital culturel sont accompagnés et encadrés par leur milieu familial quand vient le temps de formuler un projet professionnel. Les filles issues de milieux populaires, quant à elles, revendiquent davantage leur autonomie en ce qui touche à leurs choix professionnels. Ce sont surtout les bons résultats scolaires qui les motiveront à poursuivre leurs études, parfois le soutien institutionnel. Cependant, ce dernier reste insuffisant pour permettre aux étudiantes de milieux populaires de se dégager des conditionnements sociaux. Par exemple, si pour les filles des milieux aisés la question de l’articulation travail/vie familiale n’est pas évoquée lorsqu’il s’agit de former un projet professionnel, cette question est très importante pour les filles issues de milieux populaires.

7Yong Li termine en abordant la construction sexuée du parcours d’insertion professionnelle des diplômés chinois en France en trois temps : la formation des projets d’études initiaux, l’insertion sur le marché du travail et le retour en Chine. Dès le départ, des différences selon le sexe s’observent. Les femmes sont plus nombreuses à profiter de la souplesse du système universitaire français pour changer de domaine d’étude. En contrepartie, cela ajoute un degré de difficulté supérieur à leur intégration en France. L’auteur remarque également à quel point femmes et hommes ne s’inscrivent pas dans la même temporalité lorsqu’ils étudient à l’étranger. Par exemple, certaines femmes optent pour une formation plus courte afin de ne pas tarder à « entrer dans le mariage ». L’insertion sur le marché du travail des femmes prend également un visage différent que celle de leurs collègues masculins. Elles sont plus nombreuses à occuper des positions « féminines » dans les entreprises (communication, marketing, finances), postes qui les mènent rarement à des emplois hiérarchiques plus élevés. Finalement, les différentes ambitions des femmes et des hommes les portent à adopter, en général, un regard différent sur le retour en Chine. Comme les hommes sont davantage attirés par des postes de pouvoir et désirent gravir les différents échelons de l’entreprise, ils sont plus nombreux à retourner en Chine, dans un environnement qui leur est plus familier. Les femmes, plus sensibles aux conditions de travail et au style de vie que leur offre l’environnement français, surtout pour fonder une famille, sont en général, plus craintives à retourner dans leur pays d’origine.

8En conclusion, la richesse du cadre théorique, à savoir la sociologie des rapports sociaux, permet de penser le changement à partir d’une lecture nuancée du social visant à traduire toute sa complexité. Une telle approche est plus que pertinente lorsque l’on considère que les enseignants (Lemarchand) et professeurs universitaires (Dezalay) ont tendance à nier les causes structurelles des difficultés que rencontrent les femmes et à chercher ces causes parmi des facteurs individuels. Voilà donc l’intérêt d’un tel ouvrage ; celui d’exercer une lecture critique et distancée du social en vue de transformer le regard des femmes et des hommes sur leurs rôles sociaux. Cependant, à multiplier les points de vue, cherchant ainsi à couvrir le plus large spectre possible, l’ouvrage tient plutôt du patchwork. On aurait aimé que les auteurs jettent un regard surplombant sur les différents textes pour mettre en lumière les raisons pour lesquelles ils ont été choisis et les liens qui les unissent. Alors que certains articles sont très (trop) détaillés, d’autres sont beaucoup trop succincts pour qu’on puisse réellement en saisir la pertinence et toutes les nuances. Le lecteur se retrouve devant des fragments n’ayant pas su dialoguer entre eux pour dévoiler les constances sous-jacentes de la fabrique des inégalités sociales de genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Boyer, « Sophie Devineau, Emmanuelle Annoot, Thierry Dezalay (dir.), Formation, qualification, éducation, emploi. La construction du genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17280

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Boyer

Étudiante en maîtrise de sociologie de l’éducation, Université d’Ottawa

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page