Navigation – Plan du site

Raphaële Andrault, Stefanie Bucheneau, Claire Crignon, Anne-Lise Rey (dir.), Médecine et philosophie de la nature humaine de l’âge classique aux Lumières

Jean Andris
Médecine et philosophie de la nature humaine de l'âge classique aux Lumières
Raphaële Andrault, Stefanie Buchenau, Claire Crignon, Anne-Lise Rey (dir.), Médecine et philosophie de la nature humaine de l'âge classique aux Lumières. Anthologie, Paris, Classiques Garnier, coll. « Textes de philosophie », 2014, 500 p., ISBN : 978-2-8124-3026-8.
Haut de page

Texte intégral

1Mais qu’est-ce donc que l’homme, cet être étrange que nous sommes, et quelle est sa nature ? Cette interrogation hante vraisemblablement la créature pensante depuis qu’elle est pensante et les philosophes n’ont pas manqué d’y être confrontés. Les médecins n’ont pas pu échapper, eux non plus, à l’impérieuse nécessité de se la poser. S’occupant à la fois des maux du corps et de ceux de l’esprit, ils sont forcément au cœur de la question. Et leurs réponses ont varié au fil des siècles, tant elles sont influencées par les idées philosophiques et les connaissances de leur époque. L’ouvrage dont il est question dans ces quelques lignes tente aujourd’hui d’illustrer cette évolution au cours d’une brève période, à savoir de l’âge classique jusqu’aux Lumières. Il s’appuie pour cela sur une série de textes soigneusement sélectionnés qui s’égrènent dans la littérature entre les dernières années du XVIe et le tout début du XIXe siècle.

2Il s’agit bien là d’une anthologie, comme le disent les directeurs de cette exposition. Quoiqu’ayant une structure globalement diachronique, l’ouvrage a pour fils conducteurs tantôt une filiation, tantôt une opposition dans la pensée des écrivains, plutôt qu’une séquence strictement chronologique. C’est ainsi que les premiers penseurs évoqués (dirions-nous « invoqués » ?) sont regroupés dans le chapitre « L’anthropologie entre philosophie et médecine ». On y découvre les définitions – ou plutôt descriptions – de la nature de l’homme proposées par des savants bien connus de l’histoire de la médecine (Du Laurens, Bacon, Riolan, Bartholin…) et par d’autres, dont le nom est moins célèbre (Buwler, Platner…). On y perçoit une profonde imprégnation théologique, tant la référence à Dieu est présente. Un héritage, direct ou indirect selon les auteurs, est clairement perceptible : celui de la vision duale de Platon, entre le corps et l’esprit – ou l’« âme ». Au fil des exemples sélectionnés, on sent glisser la pensée, de l’anthropologie antique (discours sur l’homme) vers une connaissance de plus en plus structurée du corps, connaissance sur la base de laquelle se construira ultérieurement la médecine. À cet égard, le titre de cette première partie est particulièrement bien choisi. Progressivement, la pensée se détache de ce dualisme pour envisager d’autres manières de comprendre la nature humaine, jusqu’à la vision de Kant, qui considère comme vaine la tentative de lier le corps et l’esprit, et s’intéresse à l’homme tout entier, à ses expériences et à ses rapports avec les choses. Vient ensuite Cabanis, qui prône la connaissance médicale comme fondement de la connaissance morale (entendons, selon ses propres termes, l’étude des « procédés de l’intelligence »).

3Le recueil de textes fondamentaux qui nous est ici proposé s’attache ensuite à illustrer la notion de différence entre l’homme et l’animal, dans la partie intitulée « La différence anthropologique ». C’est l’anatomie comparée qui s’attaque à cette question et qui soulève en même temps celle de la relation, au sein de l’organisme, entre organe et fonction. Elle est inévitablement amenée à considérer les différences structurelles, notamment au niveau cérébral, comme correspondant à des différences fonctionnelles, donc à des différences de capacités ou de facultés. Mais cette démarche ne va pas sans heurts. La description des grands singes, en particulier celle du chimpanzé, si proche de l’homme, entretient l’incertitude sur les limites du genre humain. Il se trouve des hommes comme Willis pour soutenir l’idée que la connaissance de l’animal peut donner accès à la connaissance de l’homme, tant sur le plan physiologique que sur le plan psychique. D’autres encore se sont préoccupés de la question, comme John Locke, qui fait remarquer que si, en théorie, la raison constitue le critère d’appartenance à l’humanité, ce critère n’est que rarement appliqué et c’est plutôt l’apparence externe qui est prise en considération, comme cela est fait à l’égard des idiots, par exemple. Mais peut-être, suggère John Gregory, faut-il étendre la comparaison anatomique entre homme et animal à une comparaison de leurs comportements respectifs, et ne pas tenir la seule raison comme critère distinctif.

4Différents modèles ont été proposés pour expliquer le fonctionnement de l’organisme humain, ou du moins pour le représenter. Les deux modèles dominants sont sans doute l’iatrochimie et l’iatromécanique, mais chacun admet de nombreuses variantes. C’est ainsi que les modèles de Descartes, de Sténon, de Borelli et autres Beguin ou Van Helmont s’opposent, s’entrecroisent et se complètent, tout à la fois. Dans ces différentes représentations, persistent des traces de l’aristotélisme et du galénisme, ainsi que des théories de Paracelse. On y perçoit les maladresses et les hésitations de ces penseurs dans leurs tentatives de s’éloigner des conceptions anciennes, quitte à se réconcilier avec la théorie des humeurs.

5Vient ensuite une série de textes concernant quelques-unes des grandes découvertes médicales de l’âge classique, telles que la circulation du sang, la reproduction ou encore l’irritation, ce processus fondamental et omniprésent, qui préfigure ce que nous appellerions aujourd’hui l’excitabilité. Ces textes illustrent des controverses nées autour des découvertes en question. Mais au-delà des opinions favorables ou défavorables aux nouveautés, les arguments des uns et des autres permettent de décrypter les mécanismes de construction des données scientifiques nouvelles. C’est d’autant plus intéressant que ces dernières imposent de reconsidérer les opinions sur la nature de l’homme. Par exemple, la façon dont Harvey décrit les battements du cœur et le circuit sanguin relance le débat sur la source du principe vital. Deux autres exemples fameux, celui de la reproduction et celui de l’irritation, viennent encore illustrer le débat central qu’est celui de la nature de l’homme. La compréhension de ces trois grandes activités biologiques ne fait pas seulement l’objet d’échanges qui témoignent du bouillonnement des connaissances à la base d’une médecine plus moderne, elle remet en question de nombreuses notions philosophiques concernant la création du monde et surtout celle des êtres vivants, la relation entre corps et esprit, et même le divin. Et quand il s’agit d’irritation et de sensation, la discussion débouche inévitablement sur la notion d’âme, sur sa nature, sa localisation et son rôle. Les artisans de ce recueil ne manquent pas de faire remarquer que d’autres fonctions biologiques encore auraient pu être appelées à témoigner de cette grisante aventure scientifique. Voilà aussi qui permet de comprendre que la nouveauté scientifique ne survient pas d’un coup de baguette magique.

6Pour en revenir à l’âme – et aux controverses qu’elle suscite –, on voit celle-ci se différencier peu à peu des fonctions physiologiques telles que la respiration ou la perception. Le chapitre intitulé « L’union de l’âme et du corps » retrace l’élaboration progressive d’une nouvelle conception de l’âme en tant que pensée. Surgit alors la problématique du lien entre l’âme et le corps. Il faut aussi résoudre la question du siège de l’âme. Descartes la place dans la glande pinéale, ce que contestent les anatomistes. Certaines théories, comme celle de Gassendi, qui conçoit un « homme intérieur » siégeant dans l’enveloppe corporelle, ont au moins le mérite d’ouvrir la voie vers la notion de maladie mentale, maladie qui touche précisément cet « homme intérieur » sans altérer le corps visible. Et discuter de la relation entre l’âme (anima) et le corps conduit à s’interroger sur les notions de vie et de mort. Le recueil propose ainsi quelques exemples de textes abordant cette autre réflexion fondamentale, à laquelle Leibniz apporte une contribution importante. Ce dernier considère en effet qu’il y a en quelque sorte continuité spatio-temporelle de la vie, laquelle se transforme à travers un processus dynamique permanent. Cette vision diffère grandement de celle de Stahl, par exemple, pour qui la mort est une tendance inscrite dans la vie, en tant que processus de corruption progressive. Néanmoins, la vie elle-même lutte constamment contre cette corruptibilité, bien qu’elle cesse un jour de le faire. La question reste de savoir pourquoi la vie arrête de lutter contre la mort. La médecine se retrouve ainsi obligée de comprendre et de distinguer la vie et la mort, tâche difficile et délicate à laquelle Bichat, Winslow et autres Diderot ont tenté de contribuer. Les débats sur la nature et les signes de la mort ont été nombreux. La possibilité de revenir à la vie après une mort « imparfaite » hantait d’ailleurs la population, angoissée par les récits d’enterrements de personnes vivantes que l’on avait crues décédées.

7Au bout de cet extraordinaire parcours, les spécialistes qui ont construit l’anthologie soulèvent une dernière question : pourquoi les hommes sont-ils si différents les uns des autres ? Les tentatives de réponse ouvrent la voie à une anthropologie plus proche de celle que nous connaissons aujourd’hui. Cependant, les premières réponses restaient très moralisantes, faisant du premier homme un modèle de perfection dont se seraient écartées, à cause de leurs « manquements » successifs (exposition à des facteurs environnementaux, pratiques alimentaires, tatouages, coutumes spécifiques…), les diverses « variantes de l’espèce humaine ». En fait, la différence se loge partout : différence de sexe, différence d’âge, de race… Chacun de ces aspects suscite la réflexion de l’un ou l’autre des penseurs convoqués dans le recueil, depuis Malebranche jusqu’à Huarte, en passant par Boerhaave. Les questions vont bon train : l’enfant est-il déjà partie prenante de l’humanité ? Et la femme ? Oui, bien qu’elle soit si différente de l’homme pour les uns, alors qu’elle ne l’est pas pour les autres, ni physiquement ni moralement. On sent poindre le besoin de classer, de systématiser, qui trouvera sa meilleure concrétisation avec Linné ; et cette tentation n’épargnera pas l’espèce humaine et ses différentes « races ». Buffon, lui, semble à première vue ne pas souscrire pas à cette vision « structurée » des races humaines. Mais en fin de compte, il n’est pas vraiment tendre avec certaines d’entre elles puisqu’il va jusqu’à parler de « degrés de dégénérescence » à propos de différentes peuplades, dont il souligne avant tout les traits physiques et moraux les plus négatifs. Bref, les premiers balbutiements d’une anthropologie physique et d’une anthropologie culturelle sont plutôt douloureux.

8Ainsi cet ouvrage ne convoque-t-il pas seulement des médecins. Des philosophes, et non des moindres, sont fréquemment cités, dès lors qu’ils se sont frottés à la problématique concernée. Il est évident, par exemple, que l’anthologie n’en aurait pas été une si Descartes n’y avait trouvé la place qui lui revient. Il en va de même de John Locke ou d’Immanuel Kant, lequel a ramené dans le champ de la métaphysique la question du rapport entre l’âme et le corps.

9Le travail d’exégèse des textes proposés permet au lecteur d’avoir une vue d’ensemble des différents courants qui se sont succédés ou entrechoqués au cours de la période étudiée (essentiellement les XVIIet XVIIIe siècles, rappelons-le). Les repères majeurs sont posés. Et les commentateurs ne manquent pas de souligner, chaque fois que nécessaire, le lien entre les textes proposés et le débat sur la nature de l’homme. Chacun peut alors approfondir ce débat, chercher les jalons intermédiaires et réfléchir, voire méditer, sur la nature humaine.

10L’anthologie est le fruit du travail d’un collectif d’auteurs qui figurent sans nul doute parmi les meilleurs spécialistes. La liste de noms fournie en début de l’ouvrage semble en témoigner, si l’on se fie aux affiliations des auteurs, et les habitués de l’anthropologie médicale et de la philosophie des siècles concernés les reconnaîtront. Mais le profane aurait aimé que les noms des contributeurs soient assortis de leur spécialité. Or, seuls les quatre directeurs de l’ouvrage bénéficient d’une présentation succincte de leur itinéraire scientifique. Autre petite remarque : les pages d’illustrations, reportées en fin de texte, ne sont pas numérotées alors que dans le texte, des renvois y sont fait avec référence à la pagination. Mais nous reconnaissons volontiers que, devant le très grand intérêt de l’ouvrage, cette remarque peut faire figure de mesquinerie de notre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Andris, « Raphaële Andrault, Stefanie Bucheneau, Claire Crignon, Anne-Lise Rey (dir.), Médecine et philosophie de la nature humaine de l’âge classique aux Lumières », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17316

Haut de page

Rédacteur

Jean Andris

Docteur en médecine, ancien chercheur à la Faculté de médecine de l'Université catholique de Louvain (UCL, Belgique) et ancien enseignant en anatomie et physiologie à la Haute école Léonard de Vinci (Académie de Louvain, Belgique). Maître en histoire (mémoire sur les expertises médicales judiciaires en Brabant au XIXe siècle). Lauréat de la Société française d’histoire de la médecine pour 2013.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page