Navigation – Plan du site

Pascal Moliner, Christian Guimelli, Les représentations sociales. Fondements historiques et développements récents

Louise Déjeans
Les représentations sociales
Pascal Moliner, Christian Guimelli, Les représentations sociales. Fondements historiques et développements récents, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La psychologie en plus », 2015, 139 p., ISBN : 978-2-7061-2211-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme expliqué par les auteurs, « cet ouvrage de la série “Psychologie sociale” s’inscrit dans la c (...)
  • 2 Denise Jodelet, « Représentation sociale : phénomènes, concept et théorie », in Serge Moscovici (di (...)

1Cet ouvrage, de la série « Psychologie sociale » dirigée par Nicole Dubois1 dresse avec clarté et concision un état des lieux de la théorie des représentations sociales, depuis ses fondements théoriques jusqu’au panorama de ses développements et évolutions les plus récents. Les auteurs s’engagent en effet à retracer l’histoire de ce célèbre concept de psychologie sociale, utilisé aujourd’hui par des chercheurs du monde entier. D’après la définition de Denise Jodelet : « Le concept de représentation sociale désigne une forme de connaissance spécifique, le savoir de sens commun, dont les contenus manifestent l’opération de processus génératifs et fonctionnels socialement marqués. Plus largement, il désigne une forme de pensée sociale »2. Comme l’expliquent les auteurs, une des raisons de ce succès réside sans doute dans la flexibilité du concept. De par ses différentes orientations, la théorie des représentations sociales offre en effet un cadre conceptuel applicable autant à des problématiques qu’à des champs disciplinaires variés.

  • 3 Emile Durkheim, « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de métaphys (...)
  • 4 Serge Moscovici, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1961.
  • 5 Ce sont surtout les travaux d’Ivana Marková qui, avec son approche dialogique, s’attachent aujourd’ (...)

2A l’origine du concept de représentation sociale, on retrouve la notion de représentation collective inventée à la fin du XIXe siècle par le sociologue Emile Durkheim3. L’ouvrage nous le rappelle, cette dernière avait été pendant près de soixante ans trop souvent boudée par les sciences sociales, et c’est finalement en 1961 que Serge Moscovici ouvre la voie aux études sur les représentations sociales avec La psychanalyse, son image et son public4. Moscovici s’interroge alors sur la réception et la perception de la théorie psychanalytique dans les années 1950, en s’intéressant à sa massive propagation, des sphères de l’intelligentsia jusqu’au grand public. En venant préciser notablement la première définition durkheimienne de cette notion, il jette alors les bases d’une véritable psychologie sociale des représentations. Surtout, il s’attache à expliciter les divers processus de communication demeurant selon lui au fondement d’une représentation sociale5. Celle-ci cesse également d’être considérée comme le fruit d’une société dans sa totalité. Avec Moscovici, on commence en effet à penser qu’à un même objet peuvent être associées diverses représentations, chacune d’entre elles émergeant de groupes sociaux différenciés évoluant au sein d’une même société.

3De manière à illustrer, mais surtout à incarner la pertinence scientifique de cette théorie, le livre s’ouvre avec l’exemple médiatique du débat sur le mariage pour tous en France. De fait, les auteurs observent qu’il n’est possible d’apprécier justement la teneur des arguments développés qu’en analysant la construction des points de vue formés par les différents acteurs de ce conflit idéologique ; les arguments avancés s’élaborant de toute évidence autour de certaines représentations sociales contrastées de l’institution familiale aujourd’hui. Par son actualité, cette discussion s’inscrit dans une perspective dynamique et permet de donner corps à la description du cheminement historique des recherches dans ce champ disciplinaire, puis à l’exposé des principaux courants théoriques participant à la définition conceptuelle de l’étude des représentations sociales. Ce retour descriptif sur les différentes approches théoriques – sociogénétique, structurale, sociodynamique et dialogique – ainsi que sur leurs interrelations permet à Pascal Moliner et Christian Guimelli de rendre compte des métamorphoses de la notion de représentation. Envisagée aujourd’hui comme une véritable « structure cognitive partagée » (p. 17), celle-ci a en effet connu de nombreuses évolutions jusqu’à la naissance de l’étude scientifique autonome d’un savoir de sens commun dans le champ de la psychologie sociale. Ces différents courants théoriques ont été développés successivement, mais l’approche sociogénétique demeure celle fondatrice initiée par Serge Moscovici. Par la suite, les recherches sur les représentations sociales ne semblent pas avoir fait l’objet de véritable rupture épistémologique. C’est pourquoi l’ouvrage explore les nuances de ces différentes orientations théoriques, en rappelant au lecteur qu’elles doivent être considérées comme complémentaires et non opposées.

  • 6 Denise Jodelet, Folie et représentations sociales, Paris, PUF, 1989.
  • 7 « … l’âge, le sexe, le statut socioéconomique (ouvriers, cadres, étudiants, etc.), et l’appartenanc (...)
  • 8 Serge Moscovici, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1961.

4Une fois les cadres historique et théorique dressés, le troisième chapitre se concentre sur la description synthétique des différentes méthodes et techniques de recueil et d’analyse des contenus représentationnels. C’est sans doute dans cet objectif de nature pédagogique que réside le point fort de ce livre, car cet exposé donne à voir la pluralité des manières d’appréhender empiriquement l’architecture d’une pensée sociale et met concrètement en évidence l’utilité de la théorie des représentations sociales dans l’analyse interprétative de la réalité sociale. Pour un individu non-initié aux études de représentation, ce chapitre pose donc les questions méthodologiques pertinentes pour la résolution d’une problématique donnée. En effet, aux différentes approches ethnographiques, sociologiques, interculturelles ou expérimentales correspond surtout le choix d’une population particulière, convoyant nécessairement des objectifs distincts. Denise Jodelet6 a par exemple étudié les processus représentationnels de la maladie mentale « chez les habitants d’Ainay-le-Château, petite commune rurale du centre de la France dans laquelle, depuis le tout début du XXe siècle, se pratique l’hébergement familial de malades mentaux » (p. 35). C’est l’homogénéité – culturelle et des pratiques sociales – de la population concernée qui justifie ici le choix d’une ethnographie. À l’inverse, Moscovici cherche à comprendre comment, au sein d’une population hétérogène, les déterminants sociaux7 peuvent motiver des représentations différenciées de la psychanalyse8. C’est donc l’approche sociologique qu’il va préférer pour résoudre cette problématique.

5Véritable guide pratique, le chapitre présente dans un second temps les différentes techniques de recueil des données : l’entretien, les techniques d’association verbale, les questionnaires et les supports iconographiques. Il aborde ensuite tour à tour les différentes méthodes d’analyse des contenus représentationnels : les analyses lexico-métrique, prototypiques et thématiques ainsi que les possibilités offertes par les logiciels d’analyse textuelle. Cette lecture n’est bien évidemment pas suffisante à la maitrise de ces derniers. Néanmoins, elle donne des clés pour comprendre les enjeux de la statistique textuelle et c’est une perspective qui semble intéressante puisque les outils décrits demeurent aujourd’hui encore peu exploités et restent cantonnés aux marges du paysage méthodologique en sciences sociales. Même si ces outils sont assez méconnus, leur efficacité fait aujourd’hui débat. Pourtant, les termes de cette controverse ne sont que succinctement abordés. Si cette démarche peut permettre au lecteur de se forger un jugement personnel, on peut regretter le fait que les limites respectives des différentes techniques ne soient pas particulièrement développées. Succède à cet exposé une présentation des méthodes d’analyse de l’organisation des contenus – l’analyse de similitudes et l’analyse en composantes principales – assortie de conseils et d’exemples pratiques.

  • 9 K. Meier et E. Kirchler, « Social representations of the euro in Austria », Journal of Economic Psy (...)

6Le quatrième chapitre illustre l’intérêt de la théorie par « des exemples d’application » (p. 78) de la théorie des représentations sociales en fonction des objectifs recherchés. Autrement dit, selon qu’il s’agit d’explorer les logiques sociales des individus et/ou des groupes, de communiquer ou d’orienter le changement social, les auteurs montrent – à l’aide d’expériences de psychologie sociale – comment une étude des dynamiques représentationnelles en jeu participe à la résolution de ces problématiques sociétales ; ils veillent par ailleurs à réinscrire ces différents cas dans les approches théoriques présentées dans le chapitre précédent. Par exemple, une étude menée en 19989 sur la base d’un échantillon représentatif de la population autrichienne afin de connaître la perception de l’euro a permis, notamment « par le biais d’une épreuve d’association verbale » (p. 78), d’identifier une relation logique entre la prise de position des Autrichiens à l’égard de l’euro et l’élaboration d’une représentation particulière de cette monnaie. Alors que les détracteurs de l’euro envisagent cette dernière comme « une devise vouée à l’instabilité, source de pertes financières et cause probable d’une perte de l’autonomie nationale », ses partisans la perçoivent comme susceptible de contribuer à la prospérité économique du pays. Avec cet exemple empirique, on comprend qu’une étude de représentations permet de déchiffrer la logique des attitudes à l’égard d’un objet.

  • 10 Introduite par Léon Festinger en 1957 dans A theory of cognitive dissonance, cette théorie permet d (...)
  • 11 Des travaux de psychologie sociale mettent en évidence la manière dont certains éléments du champ r (...)

7Les concepts méthodologiques continuent à prendre corps dans le dernier chapitre. Celui-ci expose en effet les principaux prolongements théoriques et méthodologiques récents de la théorie, tels que la célèbre théorie de la dissonance cognitive10, ou la question – moins connue – des effets de masquage et de démasquage stratégiquement induits par les objets sensibles11. Par ailleurs, d’autres exemples d’études sur les représentations sont encore avancés, permettant d’expliquer qu’il n’est parfois possible d’appréhender justement la logique de certaines pratiques sociales relatives à un objet qu’en comprenant les diverses représentations qui ont été élaborées à son sujet car le sens donné à cet objet oriente par suite un comportement spécifique. Aussi et surtout, les auteurs abordent les problématiques de recherche en cours, n’hésitant pas à exposer les hypothèses encore non vérifiées et qu’il serait pertinent d’explorer.

8In fine, l’ouvrage peut sembler pêcher par un manque de profondeur dans l’analyse notamment théorique et épistémologique de la notion de représentation sociale et du champ disciplinaire dans lequel elle s’inscrit, ce qui peut laisser, au terme de la lecture, un goût d’inachevé. En effet, la compréhension partielle de cette théorie occasionne nécessairement certaines frustrations. On ne saurait néanmoins considérer cette observation comme une véritable critique négative lorsqu’on sait les contraintes éditoriales qui ont été définies lors de la réalisation de ce livre. Publié dans le cadre d’une réactualisation synthétique du Traité de psychologie sociale en six volumes dirigé par Jean-Léon Beauvois aux Presses universitaires de Grenoble à la fin des années 1990, l’ouvrage remplit sa mission pédagogique d’ouverture à un plus large public, autant par la forme que par le fond. Visiblement plus moderne et plus accessible que la précédente collection, il permet d’ailleurs de rendre compte, notamment par ses dimensions multi-méthodologiques, de l’utilité et de la scientificité d’une approche par les représentations sociales dans l’analyse de la réalité sociale. En ce sens, et même si l’exposé est parfois très succinct, on devine certainement la richesse conceptuelle de cette théorie et cet ouvrage semble bien pouvoir offrir au lecteur des clés d’analyse nouvelles et indispensables à l’étude des phénomènes sociaux.

Haut de page

Notes

1 Comme expliqué par les auteurs, « cet ouvrage de la série “Psychologie sociale” s’inscrit dans la collection “Psychologie en plus” dirigée par Pascal Pansu » (p. 4). Huit autres ouvrages sont d’ailleurs encore à paraître dans cette série autour de thèmes majeurs du champ de la psychologie sociale.

2 Denise Jodelet, « Représentation sociale : phénomènes, concept et théorie », in Serge Moscovici (dir.), Psychologie sociale, Paris, PUF, coll. « Le psychologue », 1997, p. 365.

3 Emile Durkheim, « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de métaphysique et de morale, Tome VI, n° de mai 1898.

4 Serge Moscovici, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1961.

5 Ce sont surtout les travaux d’Ivana Marková qui, avec son approche dialogique, s’attachent aujourd’hui à cet aspect de la recherche sur les représentations sociales.

6 Denise Jodelet, Folie et représentations sociales, Paris, PUF, 1989.

7 « … l’âge, le sexe, le statut socioéconomique (ouvriers, cadres, étudiants, etc.), et l’appartenance idéologique ou religieuse » (p. 37).

8 Serge Moscovici, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1961.

9 K. Meier et E. Kirchler, « Social representations of the euro in Austria », Journal of Economic Psychology, n° 19, 1998, p. 755-774.

10 Introduite par Léon Festinger en 1957 dans A theory of cognitive dissonance, cette théorie permet d’expliquer la manière dont un individu tente de résoudre un état de tension introduit par des éléments contradictoires. En effet, la dissonance survient lorsqu’une cognition nouvelle entre en contradiction avec des cognitions précédemment ancrées dans l’univers mental du sujet. Celle-ci introduit un état d’inconfort psychologique conduisant l’individu à chercher des stratégies pour rétablir un certain équilibre.

11 Des travaux de psychologie sociale mettent en évidence la manière dont certains éléments du champ représentationnel étudié sont dissimulés ou ne sont pas « exprimés dans des conditions normales de production discursive » (p. 97).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Déjeans, « Pascal Moliner, Christian Guimelli, Les représentations sociales. Fondements historiques et développements récents », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17340

Haut de page

Rédacteur

Louise Déjeans

Doctorante contractuelle en sociologie, Université Paris Descartes – CERLIS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page