Navigation – Plan du site
Lewis Mumford

Lewis Mumford

Pour une juste plénitude
Thierry Paquot, Lewis Mumford, Lewis Mumford. Pour une juste plénitude, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2015, 120 p., ISBN : 978-2-36935-026-2.
Notice publiée le 17 mars 2015

Présentation de l'éditeur

Lewis Mumford nous aide à dénoncer les méfaits du « toujours plus » et du « gigantisme » propres au capitalisme actuel, afin de redonner à chacun sa part d’autonomie, indispensable au mieux-être.

Lewis Mumford se présente comme un « généraliste » heureux de l’être, car cela lui permet d’associer des disciplines opposées, d’enrichir des questionnements inattendus, de contester des interprétations, à ses yeux, unilatérales. Lecteur infatigable, il puise dans ses lectures de quoi nourrir sa curiosité et prendre position. Mumford n’est pas vraiment un activiste, comme on dit aux États-Unis, mais un « intellectuel public », qui n’hésite pas à dénoncer la bombe atomique au lendemain du bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki, l’urbanisme au bulldozer de Robert Moses à New York, les agissements du Président Johnson au Vietnam, etc.

L’une de ses originalités et de ses forces est, chaque fois, de miser sur l’individu, sa capacité à devenir lui-même, malgré les obstacles de tous ordres. Les « besoins croissants » de ses concitoyens le désespèrent. Mumford possède un incroyable esprit critique, une culture transdisciplinaire et une volonté de changer le monde qui lui permettent d’élaborer de nombreuses alternatives. Il milite pour un régionalisme décentralisé, une ville à « taille humaine », un équilibre entre l’industrie et l’agriculture, et surtout il adhère à cette idée neuve à l’époque d’une démocratie de l’entraide et de la plénitude. Son œuvre s’inscrit dans le prolongement d’une tradition méconnue de pensée communautaire qui débute avec les œuvres des géographes anarchistes Pierre Kropotkine et Élisée Reclus. Critique d’une organisation économique qui sacrifie le progrès de l’humanité au perfectionnement des machines, l’auteur revient au souci du bien public, à la recherche d’un équilibre écologique et à la coopération sociale comme base de notre milieu de vie.

Les auteurs réunis dans cette collection constituent les racines de la pensée politique de la décroissance. L’apport de Mumford à cette pensée est présenté ici par Thierry Paquot ; la seconde partie de l’ouvrage est composée d’extraits qui offrent un accès direct à son œuvre.

Haut de page

Auteurs

Thierry Paquot

Philosophe de l’urbain, professeur des universités, collaborateur des revues Esprit, L’An 02, L’Écologiste, rapsode de L’Esprit des villes, est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages dont L’Art de la sieste (Zulma, 1998), Éloge du luxe, de l’utilité de l’inutile (Marabout, 2005), Introduction à Ivan Illich (La Découverte, 2012). Il a publié en février 2015 Désastres urbains. Les villes meurent aussi aux éditions La Découverte, et en mars 2015 Lewis Mumford pour une juste plénitude dans la collection Les précurseurs de la décroissance aux éditions le passager clandestin.

Publications du même auteur

Lewis Mumford

Lewis Mumford (1895-1990), critique d’architecture (de 1931 à 1963 dans The New Yorker), enseignant invité dans de prestigieuses universités, historien des arts des XIXe et XXe siècles aux États-Unis, militant anti-nucléaire, pacifiste, géohistorien des villes (La Cité à travers l’histoire, 1961), historien critique des sciences et des techniques (Technique et civilisation, 1934 et Le Mythe de la machine, 2 tomes, 1967), philosophe du « mieux-vivre » (The Condition of Man, 1944 et The Conduct of Life, 1951), sort d’un trop long oubli pour redevenir une des principales références des écologistes et des « objecteurs de croissance ».

Haut de page