Navigation – Plan du site

Beth Driscoll, The New Literary Middlebrow. Tastemakers and Reading in the Twenty-First Century

Marie-Pierre Pouly
The New Literary Middlebrow
Beth Driscoll, The New Literary Middlebrow. Tastemakers and Reading in the Twenty-First Century, Palgrave Macmillan, 2014, 240 p., ISBN : 9781137402912.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Beth Driscoll prend pour objet les formes contemporaines du goût littéraire « moyen » et les caractéristiques récurrentes de ce goût, en rassemblant une série d’analyses qui portent essentiellement sur les intermédiaires de la culture littéraire middlebrow (émissions télévisées, éducateurs, critiques, prix et festivals) au début du XXIe siècle, documentant ainsi les formes de prescription institutionnelle d’une modalité de lecture spécifique.

  • 1 À l’image du titre de l’ouvrage de Levine, Highbrow/Lowbrow. Lawrence W. Levine, Culture d’en haut, (...)

2Le middlebrow, qui se définit comme la position intermédiaire entre la culture légitime (highbrow) et la culture populaire (lowbrow), ne trouve pas d’équivalent exact en français, tout comme la tripartition courante qui, avec des réminiscences phrénologiques, file la métaphore des sourcils pour désigner une place dans une hiérarchie culturelle ternaire : highbrow, middlebrow ou lowbrow. Les variantes – upper middlebrow, lower middlebrow – suggèrent une homologie nette avec les divisions traditionnelles de classe. Les termes d’art moyen et de culture moyenne n’ont pas en français la même prégnance dans le langage ordinaire et évoquent en filigrane l’homme moyen plutôt que le « milieu » ou l’entre-deux. Le middlebrow est quant à lui un terme très établi dans la culture anglophone, à connotation relativement péjorative, associé au féminin et à l’ethos de sérieux middleclass (opposé à l’aisance et au raffinement aristocratique). Beth Driscoll retrace l’histoire de ses usages concernant la culture littéraire, en s’appuyant sur une série de travaux récents qui ont contribué à éclairer une notion relativement peu travaillée jusqu’alors, les deux pôles extrêmes ayant concentré l’essentiel de l’attention universitaire1. Cet entre-deux, qui couvre une large fraction de la production littéraire et du public lecteur, se caractérise par la combinaison d’un environnement commercial et d’un public de masse d’une part et, d’autre part, d’aspirations culturelles élevées mais distantes de la conception la plus légitime de la littérature, définie dans les régions les plus autonomes du champ littéraire (notamment dans certains pans de la critique universitaire, journalistique ou de l’avant-garde littéraire) où se pratique un type de lecture dense et faisant référence à l’histoire littéraire.

  • 2 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minui (...)

3L’ouvrage emprunte une série d’hypothèses aux travaux de Pierre Bourdieu. Son étude de la photographie, art moyen dans les années 1960, doublée de ses travaux sur la bonne volonté culturelle et la nouvelle petite bourgeoisie culturelle, offre une première série de pistes pour analyser les formes culturelles moyennes, suivant des recettes établies et reconnaissables, mais marquées par le souci d’une certaine légitimité culturelle2. Les travaux de Pierre Bourdieu sur le champ littéraire insistent sur les grandes polarités qui le structurent (circulation restreinte et art pour l’art vs circulation de masse et art commercial) plutôt que sur les positions intermédiaires. Tout en s’appuyant de façon centrale sur les schèmes d’analyse proposés par Bourdieu, et en reconnaissant le caractère durablement structurant de ces polarités, il s’agit de documenter plus précisément les caractéristiques des positions lectorales intermédiaires.

  • 3 Janice A. Radway, A Feeling for Books : The Book-of-the-Month Club, Literary Taste and Middle-Class (...)

4Le livre de Beth Driscoll s’inscrit également dans le sillage du travail de Janice Radway sur le Book-of-the-Month Club, dont le sous-titre insistait sur les aspirations petite-bourgeoises qui animaient ce club de vente de livres par correspondance créé en 19263. Comme Radway, Driscoll souligne certaines dimensions des modalités (féminines, émotionnelles, éthiques) de la bonne volonté lectorale en la rapportant à une position de classe marquée par le désir de respectabilité et la volonté d’être rassuré sur la valeur sociale de ses pratiques. Les deux auteures partagent le même intérêt pour les processus de médiation du goût et les formes de sélection opérées en amont par les tastemakers : ceux du Book-of-the-Month Club pour Radway, ceux d’Oprah Winfrey, du Man Booker Prize ou des festivals littéraires pour Driscoll. Toutes deux mettent l’accent sur la dimension genrée de cette modalité de la pratique lectorale et du dénigrement dont elle fait l’objet. Enfin, de façon apparemment plus anecdotique, les deux auteures livrent un récit de leur trajectoire culturelle et de celles de leur famille et mobilisent parfois, comme matière première de l’analyse, leurs propres goûts et pratiques middlebrow (participation à des clubs de lecture, pari sur le Man Booker, etc.). Dans le cas de Beth Driscoll, la volonté de réhabilitation nuit parfois à l’analyse : elle prend ainsi parti contre Jonathan Franzen, auteur littéraire américain qui avait manifesté son ambivalence à l’égard de son invitation par Oprah Winfrey, trop middlebrow à son goût, dans un conflit très médiatisé ayant sans doute contribué à l’arrêt de l’émission télévisée sous sa forme antérieure. L’épisode, révélateur de la persistance de certaines hiérarchies culturelles, mériterait un traitement plus impartial et surtout plus analytique.

5Le premier chapitre revient sur les significations du terme middlebrow, ajout tardif (années 1920) au couple binaire highbrow/lowbrow apparu à la fin du XIXe siècle en Angleterre et aux États-Unis. Le terme est d’emblée satirique et souligne la volonté, vouée à l’échec, d’imitation de la maîtrise culturelle des classes supérieures par les middlebrow (« qui espèrent qu’un jour ils s’habitueront aux choses qu’ils sont censés aimer », selon le bon mot de Punch en 1925) : le middlebrow est marqué par l’ambition culturelle et l’absence d’aisance pour y parvenir, et désigne autant les porteurs d’aspirations culturelles que les biens culturels dont ils s’emparent. Définie par la double distance à la culture légitime, à l’égard de laquelle elle est révérencieuse, et à la culture populaire, dont elle cherche à se démarquer, la culture middlebrow est rarement décrite plus substantiellement. De fait, elle tire sans doute l’essentiel de ses propriétés de sa position intermédiaire : une culture de classe moyenne sérieuse et révérencieuse, éloignée des facilités comme de l’ésotérisme, fortement dépendante des validations culturelles exercées par des intermédiaires médiatiques. L’opposition de la lecture littéraire pure et de la lecture profane, correspondant aux polarités du champ littéraire, trouve une traduction genrée, la lecture littéraire pure étant globalement définie comme masculine par opposition à la lecture middlebrow perçue comme féminine : lecture d’évasion, domestique, non professionnelle, marquée par l’investissement affectif ou la volonté d’amélioration de soi, jamais tout à fait distinctive du fait de sa large diffusion.

6Les quatre chapitres restants, parfois déjà publiés sous forme d’articles, sont des études de cas qui analysent successivement différents aspects de la médiation lectorale middlebrow : les clubs de lecture, et en particulier Oprah’s Book Club, émission télévisée américaine de l’animatrice de talk show Oprah Winfrey (chapitre 2) ; les argumentaires mobilisés dans la réception et la médiation d’Harry Potter par les enseignants d’une part et les critiques d’autre part (chapitre 3) ; l’histoire, restituée sur la base d’archives, de l’établissement d’un prix délibérément conçu comme middlebrow, le Booker prize, devenu Man Booker prize (chapitre 4) ; enfin, l’analyse du type de modalité lectorale (féminine, émotionnelle, sérieuse, révérencieuse) promu par les festivals littéraires. Ce dernier chapitre s’appuie principalement sur une enquête par questionnaire sur le public du festival international de Melbourne, administrée en ligne par les organisateurs du festival ; l’auteure traite en particulier la question ouverte demandant aux festivaliers de mentionner les choses appréciées dans le festival (chapitre 5).

7L’ouvrage éclaire ainsi la promotion par divers intermédiaires culturels d’une modalité de lecture profane – adoptée, semble-t-il, dans la période récente, par des lectrices relativement dotées de capital culturel – caractérisée par la valorisation de l’identification affective, la volonté éthique d’analyser sa vie à travers celle des autres, le goût pour les récits de rédemption et d’amélioration, la sensibilité à la valeur culturelle du « produit », à la fois certifié et digeste, sans facilité ni avant-gardisme.

8Le raisonnement n’échappe pas à certains raccourcis courants, en s’étonnant par exemple de l’origine sociale relativement haute d’amatrices du middlebrow littéraire : une compréhension partielle de la thèse de l’homologie conduit à croire que l’on devrait observer dans la réalité une parfaite superposition des polarités structurant le champ littéraire et de la structure de l’espace social. La qualité des matériaux récoltés (notamment les archives d’un prix, des tweets, des critiques littéraires, des questionnaires officiels) et la rigueur de leur traitement sont discutables bien que la diversité des cas évoqués et la prise en compte des reconfigurations récentes et l’internationalisation des médiations littéraires (réseaux sociaux, internet, télévision, clubs de lecture et clubs sur twitter) soient appréciables. Les nouveaux réseaux médiatiques capitalistes accroissent la visibilité du public caractérisé par son nombre, amplifient la vénération centrée sur la figure publique de l’écrivain et font, sans doute, peser une incertitude accrue sur la valeur des prescriptions culturelles, qu’il serait intéressant d’analyser à travers l’étude plus ethnographique des modalités lectorales ordinaires.

Haut de page

Notes

1 À l’image du titre de l’ouvrage de Levine, Highbrow/Lowbrow. Lawrence W. Levine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L'émergence des hiérarchies culturelles aux États-Unis, La Découverte, traduit de l’anglais par Olivier Vanhée et Marianne Woolven, 2010.

2 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965.

3 Janice A. Radway, A Feeling for Books : The Book-of-the-Month Club, Literary Taste and Middle-Class Desire, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Pouly, « Beth Driscoll, The New Literary Middlebrow. Tastemakers and Reading in the Twenty-First Century », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17419

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page