Navigation – Plan du site

Laurent Jeanpierre, Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives

Anne-France Kogan
La culture et ses intermédiaires
Laurent Jeanpierre, Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, Paris, Archives Contemporaines, 2014, 267 p., ISBN : 978-2-8130-0097-2.
Haut de page

Texte intégral

1La croissance des marchés culturels et du nombre de scènes de valorisation des biens symboliques fait augmenter le nombre des intermédiaires de la culture de façon tout à fait inédite. Mais qui sont tous ces protagonistes qui rendent possible l’existence et la reconnaissance sociale des œuvres ? Comment s’organisent ces populations qui occupent des positions d’intermédiaires dans la culture ? Comment qualifier ces positions d’intermédiation culturelle au-delà du fait qu’elles semblent combiner des systèmes de valeur qui ont longtemps été antagonistes, comme ceux de l’art et du commerce ?

2Cet ouvrage offre des réponses à ces questions qui opèrent comme un point d’entrée pour saisir les changements actuels du fonctionnement des arts et des industries culturelles. Il fait suite au programme de recherche ANR IMPACT (Intermédiaires de la création artistique, autonomie et organisation de la création. Analyse sociologique et prospective stratégique de 2009 à 2012), et en présente les principaux résultats.

3En choisissant de s’intéresser plus spécifiquement aux intermédiaires professionnels des secteurs artistiques et culturels − quels que soient leurs statuts et leurs tailles – l’objectif de ce livre, dirigé par Laurent Jeanpierre et Olivier Roueff, est d’analyser les transformations actuelles de l’intermédiation et d’étudier la façon dont les artistes et les travailleurs de la création font système, au sens où ils prennent part à un jeu commun.

4Réunissant des chercheurs issus de plusieurs pays et surtout de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, économie, études culturelles, sciences de gestion, sciences de l’information et de la communication, sociologie), cet ouvrage propose plus largement, des réflexions sur les différentes manières d’analyser ces métiers, leur place et leur évolution en menant des enquêtes approfondies et variées. Celles-ci portent sur les agents artistiques, les producteurs et les distributeurs de cinéma, les managers et les tourneurs dans les « musiques actuelles », plusieurs opérateurs numériques dans ce même secteur, les agents d’auteurs, les éditeurs de bande-dessinée, les sociétés des ventes volontaires d’œuvres d’art, les marchands d’art moderne et les galeristes de graffiti art, les acteurs de la presse en ligne en langue française, les sites de revues scientifiques comme Cairn ou encore les plateformes de distribution de contenus numériques. Dans chacun de ces systèmes d’acteurs, différents protagonistes se distribuent une ou plusieurs tâches contribuant aux processus de production et d’appréciation des œuvres et des biens culturels : par exemple, le financement des œuvres, le montage des équipes artistiques, la contractualisation de leurs relations, l’évaluation critique, la distribution, la fabrique des œuvres, le contrôle et la répartition des recettes, la défense juridique ou syndicale, etc. Et cela aussi bien dans des secteurs culturels industrialisés comme l’industrie cinématographique ou le secteur musical, que dans les arts visuels ou autres.

5Comme l’évoquent les co-directeurs de l’ouvrage dans l’imposant chapitre introductif de présentation et de synthèse, le rassemblement de nombreuses études de cas avec une diversité d’approches théoriques ne favorise pas la comparaison, mais permet de se défaire d’une vision fonctionnaliste dominante qui envisage les rôles des mondes de l’art comme irréversiblement distincts. En effet, il apparaît que l’espace des carrières de ces intermédiaires n’est plus réductible à celui des « professions » ou des « métiers » : il se définit mieux à l’échelle des systèmes d’intermédiation. L’alternative proposée par ces auteurs est de considérer ces systèmes comme une écologie sociale plus labile où les luttes de frontières et les stratégies de déplacement entre activités sont permanentes. Avec cet objet central pour enquête, le livre pose ainsi les premiers jalons d’un déplacement de la focale dominante d’analyse dans la sociologie des intermédiaires de la culture en France.

6Un deuxième résultat avancé par ces deux auteurs, est qu’avec une telle prolifération d’intermédiaires, on peut parler d’un âge d’or des intermédiaires culturels, d’autant que, plus ces derniers sont puissants, plus l’influence qu’ils exercent sur les projets créatifs a des chances d’être grande. En bas de l’échelle sociale ou économique de l’intermédiation, l’intermédiaire imite l’artiste d’une autre manière : il partage avec ce dernier des formes précaires d’emploi, de gratification et de carrière, en écho à la longue traîne qui caractérise l’économie de la culture.

  • 1 Becker Howard S. ; Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

7Fait suite à cette introduction une première partie titrée « Pourquoi les intermédiaires ? » qui présente en cinq chapitres les différents ancrages théoriques, concepts et enjeux scientifiques d’un tel questionnement. Célia Bense Ferreira Alves et Karim Hammou rappellent l’intérêt de s’inscrire dans la lignée des travaux d’Howard Becker1 dès lors qu’il s’agit de prêter attention aux acteurs souvent qualifiés d’intermédiaires parce qu’ils conditionnent l’accès des artistes à des ressources matérielles et symboliques ou à des publics. Christian Bessy et Pierre-Marie Chauvin reviennent sur les différentes recherches qui se sont intéressées à la dynamique d’évaluation des œuvres pour interroger la construction des formes d’évaluation des qualités des produits et des personnes afin de mieux comprendre le pouvoir de valorisation de certains intermédiaires. Dans un autre chapitre, Bernard Miège interroge les raisons de cet « intérêt excessif » pour l’intermédiation, en particulier dans les recherches menées sur les industries culturelles et créatives. En s’intéressant au secteur cinématographique français, Olivier Alexandre questionne l’outillage conceptuel traditionnel de la sociologie de la culture. Il propose un plan d’analyse concentrique pour se démarquer d’une analyse souvent trop bipolaire entre « art » et « commerce ».

8Ensuite, quatre parties composées de trois chapitres chacune, présentent les différentes enquêtes qui se répartissent en deux grands cadrages théoriques : le premier porte sur la contribution des différents intermédiaires à la construction de la valeur symbolique ou économique des œuvres ; le second traite du degré de professionnalisation des intermédiaires de la culture. Le premier peut être raccroché à la sociologie des marchés de biens ou de personnes, le second à la sociologie des professions.

9La partie intitulée « Des agents doubles », présente les différentes facettes du travail des intermédiaires professionnels, que ce soit dans la production cinématographique analysée par Laure de Verdalle, dans le cinéma d’auteur décrit par Audrey Mariette ou de l’activité de galeriste étudiée par Julie Verlaine. La partie suivante, « Jeux de rôles et de fonctions » rassemble trois études de cas qui interrogent le rôle, le statut et la nature des activités des agents artistiques d’Hollywood (Violaine Roussel), ceux du cinéma français (Delphine Naudier), et des intermédiaires des « musiques actuelles » (Wenceslas Lizé). La quatrième partie « Intermédiaires multiples ou intermédiation distribuée ? » analyse les modalités de structuration des intermédiaires, que ce soit dans le secteur de la pornographie (Mathieu Trachman), dans l’édition de bande dessinée en France (Jean-Matthieu Méon) et dans celui du graffiti art (Pierre-Edouard Weill). La dernière et cinquième partie de l’ouvrage interroge l’intermédiation culturelle à l’épreuve du numérique. Pierre-Jean Benghozi et Thomas Paris dans une approche économique de la culture, ou Keith Nagus qui étudie le cas de la musique, s’accordent pour attribuer au numérique, non seulement, une importante contribution aux évolutions de l’intermédiation, mais d’être aussi, à l’heure actuelle, le moteur principal de la réorganisation des industries culturelles. L’exemple de formes inédites d’intermédiation que sont les plates-formes de contenus numériques est présenté ensuite par Vincent Bullich et Thomas Guignard. Un dernier chapitre de Diana Crane clôt le livre en présentant les notions de monde culturel global et monde culturel urbain pour intégrer l’impact croissant de la mondialisation dans la production culturelle.

10Cet ouvrage est donc d’un véritable apport pour la sociologie de l’art et de la culture. Il apparaît aussi comme une contribution possible aux sociologies du travail, des organisations ou des marchés car l’étude des intermédiaires de la culture interroge nos manières de découper le monde social. À cet égard, on peut juste regretter le choix de n’avoir pas voulu considérer les intermédiaires et les artistes non professionnels, car cela aurait amené à revoir de façon encore plus radicale ce découpage du monde social, et la question des nouveaux liens entre capital, revenus et travail.

Haut de page

Notes

1 Becker Howard S. ; Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-France Kogan, « Laurent Jeanpierre, Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17420

Haut de page

Rédacteur

Anne-France Kogan

Maîtresse de conférences (HDR) en Sciences de l’Information et de la Communication au département Sciences Sociales et de Gestion de l’Ecole des Mines de Nantes. Elle y enseigne et mène ses recherches sur le triptyque : modalités de diffusion du numérique – mutations des organisations – évolutions des compétences. Ce triptyque est interrogé dans la sphère professionnelle mais aussi dans le cadre des nouvelles modalités de consommation désintermédiée. Les recherches plus récentes interrogent les modes de gouvernance des initiatives citoyennes en lien avec les différents usages du numérique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page