Navigation – Plan du site

Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle

Mathilde Roussigné
Usines en textes, écritures au travail
Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle, Classiques Garnier, coll. « Etudes de littérature des XXe », 2014, 261 p., ISBN : 978-2-8124-3185-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corinne Grenouillet mentionne notamment Dire le travail : fiction et témoignage depuis 1980 sous la (...)
  • 2 L'auteure déclare ainsi s'inscrire modestement dans les pas de Luc Boltanski, Ève Chiapello, Christ (...)

1S’inscrivant pleinement dans les récents apports des études littéraires sur les écritures du travail contemporain1, l’ouvrage propose une approche littéraire du rapport de l’homme à son travail, question déjà largement abordée par la sociologie, la psychologie et l’économie2. La délimitation du corpus des textes étudiés, aux statuts incertains et complexes, témoigne à la fois d’une ouverture du littéraire vers l’écriture ordinaire et d’un « parti-pris prolétarien » (p. 236). En effet, Corinne Grenouillet étudie moins les textes à vocation littéraire d’auteurs consacrés qu’un ensemble de témoignages, parus dans les quinze dernières années, qui se fondent sur une expérience vécue du travail ouvrier ou des « petits boulots » précaires des années 2000, et qui cherchent à donner à lire cette réalité sociale. Ils se situent ainsi « sur une ligne frontière […] entre l’écriture “ordinaire”, le témoignage documentaire, l’essai et la littérature » (p. 14).

2Résolument interdisciplinaire, l’approche de ces récits d’expériences laborieuses conjugue une réflexion sociologique, en abordant notamment la question du contexte de production et de la place des écrivains-travailleurs dans le jeu littéraire, et un travail littéraire qui interroge rapidement l’héritage de la littérature prolétarienne, questionne les modèles génériques, les topoï et le style qui traversent les textes. L’ouvrage reste toutefois accessible pour les non-sociologues comme pour les non-littéraires, l’auteure prenant le soin de définir avec simplicité les concepts qu’elle emprunte aux deux disciplines, de la notion de « jeu » littéraire privilégiée par Bernard Lahire à elle de « contrat de langue » développée par Nelly Wolf.

3La structure globale de l’ouvrage s’organise selon un resserrement progressif, dans un mouvement qui va des contextes (dans les trois premières parties) aux textes eux-mêmes (dans les cinq dernières parties). Dans un premier temps, Corinne Grenouillet rappelle les traditions d’écriture dans lesquelles s’inscrivent nos textes, retraçant l’histoire du débat sur la légitimité d’une prise de parole ouvrière, né de la démocratisation des pratiques d’écriture au XIXe siècle, et poursuivi notamment par le mouvement des écrivains prolétariens dans les années 1920-1930. L’intérêt de cette partie réside dans cette présentation très synthétique d’un héritage, mais surtout dans l’articulation qui y est faite avec les configurations éditoriales actuelles, très différentes. En soulignant la rupture des années 1980 où le relais éditorial, politique et culturel disparaît pour les témoignages du travail, l’auteure dresse un paysage nuancé du contexte de production littéraire actuel, dans lequel la thématique du travail semble s’imposer à nouveau, mais où « force est de constater que la diffusion des livres des “écrivains ouvriers” reste limitée en l’absence d’un mouvement de soutien politico-littéraire » (p. 38).

4De là, les deux parties suivantes abordent deux types d’auteurs de témoignages du travail tout à fait différentes : les travailleurs-écrivains et les écrivains ou journalistes reconnus. L’étude d’une dizaine d’écrivains issus du monde ouvrier, elle, donne lieu à une approche biographique de leurs différents parcours, ainsi qu’à des analyses de leur place dans le jeu littéraire, qui se fondent avant tout sur les déclarations que les écrivains eux-mêmes ont pu faire, dans leurs œuvres ou dans des interviews. Sont ainsi inventoriées différentes postures, des porte-paroles et des militants à des auteurs qui revendiquent à l’inverse le désengagement. La confrontation de ces postures à une brève analyse des réactions des lecteurs (notamment des lecteurs-travailleurs impliqués dans les textes) permet de saisir le contexte de manière élargie, de la production à la réception. Dans la troisième partie consacrée, elle, aux écrivains ou journalistes reconnus, les œuvres retenues sont uniquement des témoignages, certes écrits par des professionnels de l’écriture, mais qui cherchent à redonner voix à des travailleur qu’ils ont rencontrés. Il s’agit alors d’analyser les différentes pratiques qu’ils mettent en œuvre, du journalisme d’immersion de Florence Aubenas ou de Günther Wallfaff aux interventions d’écrivains sur le terrain par l’enquête, les résidences (Jean-Paul Goux, Sylvain Rossignol, Frédéric H. Fajardie), les ateliers d’écriture (François Bon, Christophe Martin) ou le théâtre (Alain Mollot, Bruno Lajara). Corinne Grenouillet s’intéresse ici à des enjeux pratiques -comment l’écrivain en vient-il aux ouvriers ? Par quels contrats ?-, éthiques – que penser de l’authenticité du journalisme d’immersion ?-, et stylistiques – quelle place les écrivains laissent-ils au je qui a enquêté, dans leur texte final ?

5Les parties quatre et cinq, envisageant désormais le contenu des textes eux-mêmes, adoptent une approche thématique de la littérature ouvrière, en dressant un inventaire des topoï anciens et nouveaux qui se retrouvent dans les textes : la routine, la fatigue, la maladie et la mort, la grève, l’ennui, mais aussi les plans sociaux, les petits boulots, et le travail intérimaire. Ce répertoire thématique cherche avant tout à dégager des constantes qui éclairent des réalités sociales, donnent à comprendre les difficultés propres au travail ouvrier ou précaire. Les conclusions formelles et stylistiques restent ponctuelles. En un mot, il s’agit d’aborder les textes comme des témoignages, véridiques, et de rendre compte des objets récurrents qu’ils convoquent.

6Les parties six et sept, à l’inverse, sont consacrées à la question formelle. Dans un premier temps, Corinne Grenouillet s’intéresse à la question des modèles génériques, qui implique une interrogation sur l’enjeu épineux de la littérarité des textes étudiés. Elle propose ainsi de délimiter, avec souplesse, les frontières de ce qui relèverait du littéraire et de ce qui correspondrait plus à l’écriture ordinaire étudiée par les sociologues, à partir d’un niveau minimum de souci esthétique et d’éloignement des stéréotypes. Il s’agit ainsi de lire les textes au prisme de modèles éprouvés, et d’interroger leur capacité à les épouser ou, à l’inverse, à s’en dégager. Ainsi du modèle journalistique extrêmement figé, auquel certains textes empruntent beaucoup, ou du modèle réaliste, toute la difficulté résidant dans le fait qu’ « un certain nombre d’épisodes de la vie laborieuse sont déjà parlés, qu’ils constituent des scénarios situationnels connus » (p. 171), discours convenu qui peut parasiter jusque dans le choix des mots eux-mêmes, ainsi que le montre l’auteure à propos du registre du commentaire et du « langage syndical », qui envahissent certains textes.

  • 3 Lyotard François, La Condition postmoderne, Minuit, 1979.
  • 4 Adam Jean-Michel et Petitjean André, Le Texte descriptif, Nathan Universit », 1989.
  • 5 Wolf Nelly, Le Roman de la démocratie, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003.

7La septième partie, la plus longue et la plus fournie, aborde enfin la question des effets littéraires, en s’appuyant sur les textes les plus riches du corpus (Durand, Martinez, Piccamiglio, Beinstingel, Metz) et en analysant l’esthétique fragmentaire, les enjeux du régime descriptif du faire et les caractéristiques proprement stylistiques de ces témoignages qui remodèlent la langue de l’ouvrier, la novlangue managériale, et vont parfois jusqu’à faire du travail une « expérience poétique » (p. 226). Ces diverses réflexions mobilisent notamment les notions de postmodernité3, les travaux autour de la description4 et de sa « fonction mathésique » (p. 200), des renégociations du « contrat de langue » (p. 204) par les écrivains-ouvriers5.

8Une dernière partie propose des pistes de réflexion comparatives autour des démarches de Jean-Paul Goux et de François Bon, concernant la question de la mise à l’écrit des témoignages recueillis oralement. Corinne Grenouillet identifie les éléments qui indiquent une littérarisation des témoignages oraux, par un travail sur l’écriture elle-même, qui permet aux deux écrivains de faire advenir des voix « vivantes », luttant ainsi contre l’oubli.

9En intégrant dans son corpus des témoignages non consacrés comme des livres dont la littérarité est reconnue, l’ouvrage est un bel exemple de l’intérêt qu’il peut y avoir à être attentif tout autant à l’écriture ordinaire, dont le contenu informatif est non-négligeable pour comprendre le phénomène du travail précaire, qu’aux œuvres qui permettent de « faire l’expérience mentale et/ou poétique » de cette précarité. L’analyse textuelle se révèle ainsi précieuse pour la réflexion sociologique comme pour la réflexion littéraire.

Haut de page

Notes

1 Corinne Grenouillet mentionne notamment Dire le travail : fiction et témoignage depuis 1980 sous la direction de Stéphane Bikialo et de Jean-Paul Engélibertn numéro de La Licorne, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; Écrire le travail, dossier dir. Par Sébastien le Benoist et Sophie Garoya pour Initiales (n° 25, 2011), Intercâmbio, Revue d'Études Françaises [La littérature et le monde du travail], sous la dir. de José Domingues de Almeida, Portugal, Université de Porto, II série, vol. 5, 2012 ; et enfin Raison Publique n°15 : Le Travail sans fin, sous la dir. De Sylvie Servoise, Paris, PUPS, 2011.

2 L'auteure déclare ainsi s'inscrire modestement dans les pas de Luc Boltanski, Ève Chiapello, Christophe Dejours, Vincent de Gauléjac, Serge Paugam, Danièle Linhart, Michel Pialoux, Stéphane Beaud.

3 Lyotard François, La Condition postmoderne, Minuit, 1979.

4 Adam Jean-Michel et Petitjean André, Le Texte descriptif, Nathan Universit », 1989.

5 Wolf Nelly, Le Roman de la démocratie, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Roussigné, « Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17422

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Roussigné

Étudiante en littérature contemporaine (ENS de Lyon, EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page