Navigation – Plan du site

Dominique Orlowski, Buchenwald par ses témoins. Histoire et dictionnaire du camp et ses Kommandos

Nicolas Haesler
Buchenwald par ses témoins
Dominique Orlowski (dir.), Buchenwald par ses témoins. Histoire et dictionnaire du camp et de ses kommandos, Paris, Belin, 2014, 554 p., ISBN : 978-2-7011-8962-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je fais allusion ici à la controverse que connaît actuellement la recherche historique par rapport (...)
  • 2 Comme par exemple Olusoga, David, Erichsen, Casper W., The Kaiser’s Holocaust. Germany’s Forgotten (...)
  • 3 Pour ce sujet je renvoie à : Benz, Wolfgang, Distel, Barbara (sous la dir. de.), Terror ohne System (...)
  • 4 Kautsky, Benedikt, Teufel und Verdammte. Erfahrungen und Erkenntnisse aus sieben Jahren in deutsche (...)

1L’ouvrage rédigé sous la direction de Dominique Orlowski est constitué de deux parties. La première (p. 15 à 39) propose un aperçu rapide de l’histoire du camp de concentration de Buchenwald. L’exercice périlleux de la synthèse est ici très bien réalisé. Car même si le lecteur n’y trouve rien de fondamentalement nouveau, l’histoire de ce camp est d’une part bien décrite et d’autre part mis en contexte de façon tout à fait intéressante1. Dominique Durand présente tout d’abord les origines du phénomène concentrationnaire avec l’apparition des premiers camps de concentration sur l’île de Cuba durant la guerre hispano-américaine de 1898. Ils sont ensuite utilisés plus fréquemment lors des guerres coloniales, surtout en Afrique du Sud et dans la colonie allemande de la Deutsch-Südwestafrika. Durand partage le point de vue de certains historiens2 selon lequel il y a lien entre les camps de concentration de la colonie allemande et ceux du IIIe Reich et qu’il y aurait eu transfert de connaissance dans les pratiques d’enfermement, de brutalisation et de déshumanisation des détenus. L’auteur évoque également les camps soviétiques mais n’entre pas dans la controverse qui porte sur la nature et les liens entre ces phénomènes d’enfermement. Il est ici principalement question de mettre en exergue les apparitions originaires d’un phénomène que l’on pourrait qualifier d’enfermement radical. Cette radicalisation se développe véritablement en l’Allemagne dans les années 1930 après l'arrivée d’Hitler au pouvoir. La succession des phénomènes bien connus du Reichstagsbrand – l’incendie du parlement allemand, de la Notverordnung – l’ordonnance d’urgence qui supprime des libertés civiles - et finalement de la Ermächtigungsgesetz – loi de pleins pouvoirs - permettent à Hitler de renforcer son pouvoir et d’éliminer légalement toute forme d’opposition politique. Ainsi, c’est dans le contexte de la répression politique sans précédent qu’il faut concevoir l’origine du camp de Buchenwald. Avec les camps de Dachau près de Munich et de Sachsenhausen près de Berlin, Buchenwald est un des camps de concentrations dits « modernes » issus de la réorganisation totale des camps de concentration sous l’égide de Theodor Eicke et la IKL (Inspektion Konzentrationslager) et censés remplacer les camps sauvages – les wilde Lager3 – qui apparurent partout en Allemagne dès les mois de janvier et février 1933. Ainsi, la région de la Thuringe ne fait pas exception à cette évolution. En 1933 c’est dans une école patriotique à Nohra, au sud-ouest de Weimar, qu’est établi un camp de regroupement des premiers détenus politiques de la Schutzhaft. Ces détenus sont dispersés au courant de l’été 1933 et envoyés en partie dans le camp de Bad Sulza, au nord-est de Weimar. Au fil de la réorganisation du système concentrationnaire en 1936, le camp de Bad Sulza est fermé et remplacé par un camp situé sur une parcelle inexploitable agricolement sur le flanc nord de l’Ettersberg au nord-ouest de Weimar. Durant l’été 1937, les travaux débutent sur ce site caractérisé par la rigueur climatique. Le camp était conçu pour durer et constituait un ensemble complexe de zones d’habitation, de détention et de travail conçus par l’architecte Robert Riedl. Le tout était entouré d’une clôture de barbelé électrifié. Comme le relève l’historien Eric Penet dans sa thèse, « [ce camp] deviendra la plus pure représentation de la Weltanschauung nazie » (p. 20). Benedikt Kautsky, ancien détenu, relève dans son livre que le camp de Buchenwald était surtout un camp des contradictions avec un agencement plus chaotique et une violence plus arbitraire4. En plus du règlement interne du camp – mis en place et généralisé par Theodor Eicke - la topographie du camp devenait ainsi elle aussi un instrument de contrôle, de hiérarchisation et de soumission, reléguant les détenus au rang de « peuple nu » comme le dira David Rousset, c’est-à-dire d’êtres déshumanisés, de simples corps, corvéables à merci.

2Après l’achèvement des travaux de terrassement, de construction des premières rangées de baraquements et l’aménagement de routes par les premiers détenus, leur nombre resta relativement stable jusqu’à l’été 1938. Dominique Durand retient deux actions qui marquèrent ensuite l’évolution du nombre de détenus dans le camp. La première est l’action Arbeitsscheu Reich, qui fit passer le nombre de détenus d’environ 2500 à un premier pic de 7968 le 7 août 1938. La deuxième action fut la Nuit de Cristal suite à laquelle le nombre de détenus du camp de Buchenwald atteignit un nouveau pic d’environ 17 000 vers la fin novembre. Après les détenus politiques et les réfractaires au travail, les juifs étaient maintenant arrêtés massivement et sans discernement. Jusqu’à la fin de l’année 1938 le nombre de détenus décrut suite à des libérations ou décès pour atteindre 6363 le 1er mai 1939. Effectivement, le processus génocidaire ne s’étant pas encore systématisé, certains prisonniers, juifs y compris, pouvaient encore être libérés. Cela n’excluait bien évidemment pas les mauvais traitements. Avec le début de la guerre ce processus change et « le système concentrationnaire nazi connaît une triple inflexion ; les déportés sont de plus en plus nombreux, […] leur rôle économique s’accroît alors que la violence qui s’abat sur eux s’intensifie » (p. 25). Avec les offensives tant à l’ouest qu’à l’est la population de détenus change, avec notamment l’augmentation considérable des prisonniers de guerre soviétiques et de détenus Juifs, envoyés notamment de France (p. 28 à 32). Durand relève qu’en 1940 «le premier assassinat de masse dans un camp de concentration » (p. 25) par injection fut perpétré à Buchenwald. En revanche, il n’y avait pas de chambre à gaz. Elle était planifiée mais n’a pu être réalisée avant la libération du camp. Les cas de mortalité sont donc essentiellement explicables par les mauvais traitements, les exécutions, les expériences médicales et les conditions de vie et d’hygiène catastrophiques qui favorisèrent les maladies. Dès 1940, un four crématoire est installé dans le camp afin de faire disparaître les corps non sans que ceux-ci n’aient été dépouillés des dents en or, des peaux tatouées ou n’aient fait l’objet de dissections. À partir de 1942, l’intégration du système concentrationnaire dans l’office central d’administration économique décidée par Himmler et Oswald Pohl en 1941, commençait à se faire sentir à Buchenwald. Les détenus étaient soumis à des travaux exténuants principalement pour l’industrie de l’armement. Pour faire face à la demande croissante en matériel d’armement et pour parer à l’absence de main d’œuvre, le camp de Buchenwald et son réseau de Kommandos extérieurs s’agrandissaient. De plus en plus de détenus travaillaient pour l’effort de guerre allemand. Avec le transfert de détenus suite aux offensives soviétiques à l’est, le camp de Buchenwald était le plus grand camp de concentration en activité début 1945. Avant les marches forcées en avril 1945, il comptait environ 47 500 détenus. 28 000 détenus furent évacués vers Dachau avant que les troupes américaines n’entrent et ne libèrent le camp le 11 avril 1945. De 1937 à 1945, 265 980 détenus ont fréquenté le camp de Buchenwald. 56 000 y sont morts, soit environ 21 %.

  • 5 Bien évidemment je ne mentionne pas toutes les entrées mais essaye tout au plus de délimiter la lar (...)

3Le dictionnaire constitue la deuxième partie du livre (P. 42 à 514). Les prés de 500 entrées peuvent être classées en quatre catégories thématiques : les personnes, l’agencement du camp et les commandos, la vie quotidienne et finalement la mémoire. Les entrées biographiques portent sur les responsables SS du camp et majoritairement sur les détenus. Les entrées sur la vie quotidienne couvrent l’expérience concentrationnaire dans toute son amplitude, des procédures d’arrivées au camp et de l’appel jusqu’aux travaux en passant par la santé, l’hygiène, la nourriture, les exécutions et le vocabulaire5. Or, c’est bien dans la transformation des actes quotidiens anodins en outils de torture et de répression que réside la terrifiante réalité des camps de concentration. Toutes ces entrées sont constituées à partir de témoignages, de sources orales et d’archives privées. Accompagnées de nombreuses illustrations fort impressionnantes, elles permettent « rendre concrètes les conditions de vie dans les camps » (p. 11). Les entrées portant sur l’agencement du camp montrent l’ampleur et la complexité des lieux. Ainsi, le camp de Buchenwald n’était pas seulement constitué d’une zone de détention avec sa porte et son inscription terrifiante Jedem das Seine, d’une zone de travail, de la Kommandantur, d’une zone de résidence pour officiers et gardes SS, mais aussi d’une importante caserne SS, d’un cinéma, d’un casino, d’un bordel, d’une écurie et d’un vaste réseau de Kommandos extérieurs, dont le plus connu est le camp de Dora. Pour tous ces éléments le dictionnaire apporte des informations concises et permet ainsi d’avoir une vision globale du camp de Buchenwald. Finalement, les entrées sur les associations mémorielles permettent d’avoir une vue sur l’ensemble du monde associatif qui travaille à préserver la mémoire de ce lieu et surtout des victimes.

4Dans l’ensemble, ce livre impressionne tant par la diversité de ces entrées que la clarté du propos et l’impression visuelle des illustrations. Tout cela concourt à ce que le lecteur en tire véritablement un aperçu du quotidien concentrationnaire. Le livre favorise plutôt une approche diversifiée qu’une analyse approfondie, sans pour autant tomber dans le superficiel. En cela, tant un large public pourra y trouver des informations passionnantes, tant de futurs chercheurs pourront utiliser la bibliographie et surtout la liste des sources afin de mener des lectures et recherches supplémentaires. Ce livre est donc une belle démonstration que le travail de mémoire ne s’arrête pas.

Haut de page

Notes

1 Je fais allusion ici à la controverse que connaît actuellement la recherche historique par rapport au lien entre les camps de concentration de l’époque coloniale (surtout en Afrique du Sud et dans la colonie allemande du Südwestafrika) et le système concentrationnaire nazi. A ce propos, on peut lire la publication récente de l’historien Jonas Kreienbaum qui aborde cette thématique en mettant en avant la complexité thématique et les imprécisions dans certains rapprochements entre ces deux systèmes concentrationnaires. Kreienbaum, Jonas, «Ein trauriges Fiasko» Koloniale Konzentrationslager im südlichen Afrika 1900 – 1908, Hamburg, Hamburger Edition, 2015.

2 Comme par exemple Olusoga, David, Erichsen, Casper W., The Kaiser’s Holocaust. Germany’s Forgotten Genocide and the Colonial Roots of Nazism, London, Faber & Faber, 2010.

3 Pour ce sujet je renvoie à : Benz, Wolfgang, Distel, Barbara (sous la dir. de.), Terror ohne System. Die ersten Konzentrationslager im Nationalsozialismus 1933 – 1935, Berlin, Metropol, 2001 et Benz, Wolfgang, Distel, Barbara (sous la dir. de.), Der Ort des Terrors, München, Beck, 2005, tome 1.

4 Kautsky, Benedikt, Teufel und Verdammte. Erfahrungen und Erkenntnisse aus sieben Jahren in deutschen Konzentraitonslagern, Zürich, Büchergilde Gutenberg, 1946.

5 Bien évidemment je ne mentionne pas toutes les entrées mais essaye tout au plus de délimiter la largeur thématique de cette catégorie d’entrées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Dominique Orlowski, Buchenwald par ses témoins. Histoire et dictionnaire du camp et ses Kommandos », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 mars 2015, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17448

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page