Navigation – Plan du site

Philip Auslander, Glam rock : la confusion des genres

Sébastien Zerilli
Glam rock
Philip Auslander, Glam rock. La subversion des genres, Paris, La Rue musicale, coll. « Culture sonore », 2015, 333 p., Traduit de l'anglais (États-Unis) par Alexandre Brunet et Christophe Jaquet, ISBN : 9782707185396.
Haut de page

Texte intégral

1Son nom laisse à penser que le « glam rock » (contraction de glamourous rock) est un des satellites du système-rock ; une des nombreuses variations de ce genre musical souche. Dans son ouvrage, Philip Auslander ne s’attache pourtant pas à pointer la filiation entre ce qu’il appelle le « rock psychédélique », étendard sonore de la contre-culture des années 1960 et le glam rock, consacré au milieu des seventies. Bien au contraire, l’auteur cherche à montrer que l’un et l’autre constituent deux « référentiels » (p. 134) musicaux singuliers, structurés autour de principes exclusifs.

2Le rock psychédélique consacre l’authenticité. La forte charge politique et biographique des chansons qui lui sont affiliées, l’identité parfaite entre la personne qui les a écrites et l’artiste qui les joue sur scène, l’absence de mise en scène durant les concerts, principalement caractérisés par la transe introspective de musiciens virtuoses, en sont la preuve pour Philip Auslander.

3Le glam rock, quant à lui, se distingue par son goût de la théâtralité. Pour les glam rockeurs, les chansons ne sont pas le medium privilégié de transmission d’un témoignage militant et personnel. Elles sont plutôt des ressources au service d’un show visuel et spectaculaire. Cette focalisation du glam rock sur l’image, au détriment du son, explique d’ailleurs le format de ses « tubes » : la majorité des titres de son répertoire est assez simple, elle est fortement inspirée du rock’n’roll des années 1950 qui « a servi de source d’objets trouvés musicaux à remettre au goût du jour ou à intégrer tel quels dans de nouvelles compositions » (p. 65). L’accent porté sur la théâtralité par les artistes glam explique qu’ils se considéraient autant, sinon plus, comme des acteurs que comme des musiciens. Sur scène, les icones glam n’ont jamais prétendu livrer leur vérité d’homme ou de femme. Maquillés, habillés de costumes flashy et pailletés, juchés sur d’extravagantes chaussures à talons compensés, ils incarnaient un personnage dont ils ne passaient le costume qu’avant d’entrer en scène. Ainsi de Vincent Furnier, qui devenait on stage Alice Cooper ou de David Bowie, qui redevenait lui-même après les apparitions spectaculaires de Ziggy Stardust.

4L’artificialité de l’image des gloires du panthéon glam rock constitue pourtant une spécificité sur laquelle l’auteur se base pour développer son propos. Effectivement, en popularisant une cohorte d’artistes maquillés et travestis, « le glam a postulé le caractère construit des identités sexuelles » (p. 72). L’identité queer (fabriquée) des glam rockeurs, bricolée avec des fragments d’identité masculine et des lambeaux d’identité féminine, ainsi que l’ambiguïté sexuelle qui la caractérisait, s’inscrivaient ainsi à rebours des canons du genre essentialisés en partie par la mythologie du rock psychédélique. L’auteur prend soin de remarquer que l’attitude et le look des glam rockeurs « étai[ent] bien plus le résultat d’une collision de genre masculin et féminin que l’absorption des deux codes par une troisième voie » (p. 73). C’est bien ce télescopage, ce copier-coller identitaire, symétriquement opposés à une quelconque hybridation ou synthèse des genres, qui provoquaient ce hiatus, cette « juxtaposition dissonante » (p. 250) soulignant par contraste l’artificialité de normes sexuelles essentialisées.

5L’auteur s’attache d’ailleurs longuement, en analysant méticuleusement les concerts du groupe T-Rex, les shows de David Bowie et les performances de Brian Ferry, Roy Wood et Suzy Quarto, à relever l’ensemble des ressources dont disposaient les glam rockeurs pour discréditer les moules masculin et féminin. Il souligne les stratégies vocales des artistes : en chantant des paroles à la teneur explicitement hétérosexuelle avec une voix parodique, exagérément masculine ou bien un timbre excessivement précieux, le sens des mots s’en trouvait ainsi brouillé, comme l’image de leurs interprètes. Philip Auslander s’attarde aussi longuement sur les stratagèmes scéniques et chorégraphiques des artistes glam. En plus des costumes et du maquillage, le maniement spectaculaire des instruments de musiques, à la charge sexuelle clairement identifiée, participait également du trouble dans le genre : soumis, à tous les sens du terme, aux sollicitations et aux gesticulations de leur guitariste, plusieurs chanteurs de groupes glam endossaient ainsi, dans des scénettes explicites, des rôles socialement associés à la féminité.

6Tout au long de l’ouvrage, l’auteur passe ces stratégies au filtre d’une grille conceptuelle et théorique lui permettant en quelque sorte de systématiser l’opposition entre rock psychédélique et glam : ce dernier, foncièrement spectaculaire et visuel serait de l’ordre du « montrer-faire » alors que le précédent, privilégiant l’authenticité, serait simplement de l’ordre du « faire » (p. 119 et suivantes) ; le second, soulignant l’artificialité des normes de genre, devrait être appréhendé sur le « mode subjonctif », performatif du « comme si », alors que le premier, cherchant à consacrer la communion identitaire entre des fans et des artistes qui se livrent, devrait être pensé sur un « mode indicatif » qui ne fait que constater et acter le réel tel qu'il est (p. 175 et suivantes). Tout un éventail de concepts est également mobilisé pour penser l’identité sexuelle-caméléon et le genre-arlequin des artistes glam. Ainsi l’auteur emploie-t-il ici les notions d’« identité queer » ou de « masculinité glam » (p. 67) ; là les concepts de « poly » et d’« ambisexualité » (p. 143 et 144) ; ailleurs, ceux de « machisme féminin » et de « masculinité féminine » (p. 244 et 249), sans que leur sens ne soit vraiment précisément défini et distingué.

  • 1 La récurrence du terme, employé dans le sens défini par la linguistique, est frappante et révélatri (...)

7Un lien est sans doute à établir entre le foisonnement du lexique employé par l’auteur et la méthodologie de l’ouvrage. L’immense majorité du propos est en effet consacrée à l’exégèse savante de tel concert, à la glose érudite de telle chorégraphie, à la dissection scrupuleuse de tel passage télévisé. Armé de ces concepts, l’auteur développe tout au long de l’ouvrage une « sémiotique de la performativité » (p. 164) lui permettant de référencer les multiples « signifiants » de la culture glam1. Ce n’est que dans sa conclusion, en guise d’ouverture, qu’il aborde les répercussions de la mode glam pour ses fans dans « la vie réelle » (p. 270), affirmant simplement que ce courant musical a permis de « défier le conservatisme qui succédait aux années 1960 » (p. 279).

  • 2 Florence Tamagne, « Rock », in Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (di (...)
  • 3 François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze &Cie et les mutations de la vie intellec (...)
  • 4 Claude Chastagner, De la culture rock, Paris, PUF, coll. Perspectives critiques, 2011, p. 19.

8Publié dans la toute nouvelle collection « Culture sonore », dont la notice reproduite dans les premières pages de l’ouvrage nous indique qu’elle s’attache à observer « comment le champ social est construit par le son et l’écoute » (texte non paginé), on aurait préféré que l’ouverture de la conclusion soit plutôt le point de départ de l’introduction ; qu’il ne s’agisse pas d’un envoi concluant l’ouvrage mais plutôt d’une sorte d’interrogation-fil rouge le structurant. « [L]oin d’être un objet mineur, le rock apparaît comme un phénomène socio-musical complexe, qui mérite d’être étudié non seulement pour lui-même, mais comme un révélateur de mutations sociales et culturelles essentielles à la compréhension de […] la seconde moitié du xxe siècle.2 » En élaborant presque de bout en bout de son étude une sorte de sémiologie du glam rock, à l’affut de tous les « signifiants » du genre musical, l’auteur verse dans les excès des cultural studies dénoncés par François Cusset, consistant à penser les activités culturelles comme « des textes à déchiffrer, et non plus des phénomènes sociaux3 ». Bien malgré lui, l’auteur, dont la finesse des descriptions laisse à penser qu’il est un fan du genre, prête le flanc à la critique de ceux qui considèrent que « pour les postmodernistes […] marqués par le poststructuralisme de la French Theory, [le] rock n’est qu’une coquille vide […] sans profondeur ni substance, [déconnecté de] tout engagement social véritable4 ».

  • 5 Patrice Bollon, « Totems, tabous et horizons de la pensée contemporaine », Le Magazine Littéraire, (...)

9Dans un article paru dans le dernier numéro du Magazine Littéraire, Patrice Bollon s’étonnait, qu’il soit inconcevable pour un universitaire français de penser que « David Bowie ou Lou Reed puissent être plus importants pour comprendre notre temps que tel ou tel tâcheron de la pensée5 ». On se serait volontiers rangé du côté du journaliste si Philip Auslander avait, en se penchant sur le glam rock, proposé une analyse sociologique de l’éclatement des identités sexuelles opéré par ce genre musical, et non pas une dissertation subtile et érudite sur l’esthétique glam rock de la subversion des genres.

Haut de page

Notes

1 La récurrence du terme, employé dans le sens défini par la linguistique, est frappante et révélatrice : on le relève p. 71, 77, 90, 140, 158, 164, 195 et 259.

2 Florence Tamagne, « Rock », in Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, coll. Quadrige/Dicos Poche, 2010, p. 719.

3 François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze &Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003, p. 148.

4 Claude Chastagner, De la culture rock, Paris, PUF, coll. Perspectives critiques, 2011, p. 19.

5 Patrice Bollon, « Totems, tabous et horizons de la pensée contemporaine », Le Magazine Littéraire, n°553, mars 2015, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Philip Auslander, Glam rock : la confusion des genres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 mars 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17454

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Prépare un doctorat sur l’histoire de l’édition de vulgarisation en sciences humaines (dir. Valérie Tesnière, EHESS, année universitaire 2015-2016).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page