Navigation – Plan du site

Nico Slate, The Prism of Race, W.E.B. Du Bois, Langston Hughes, Paul Robeson, and the Colored World of Cedric Dover

Raphaël Gans
The Prism of Race
Nico Slate, The Prism of Race. W.E.B. Du Bois, Langston Hughes, Paul Robeson, and the Colored World of Cedric Dover, Palgrave Macmillan, 2014, 268 p., ISBN : 9781137484093.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Slate Nico, Colored Cosmopolitanism: The Shared Struggle for Freedom in the United States and India(...)
  • 2 Cedric Dover définissait ainsi son identité (p. 10). Son père était anglais, sa mère indienne.
  • 3 Sur Cedric Dover, on pourra lire la fiche du site Open University, Making Britain, Discover how Sou (...)

1« Hommes de couleur de tous les pays, unissez-vous ». Ce slogan pourrait résumer à lui seul le livre de Nico Slate, professeur d’histoire à la Carnegie Mellon University de Pittsburgh. Après avoir consacré un premier ouvrage à l’histoire des liens entre les militants pour l’indépendance de l’Inde et les militants des droits civiques aux États-Unis1, l’auteur poursuit ce travail à travers la biographie intellectuelle de Cedric Dover. Eurasien2 né à Calcutta en 1904, décédé à Londres en 1961, entomologiste et intellectuel aujourd’hui oublié, Cedric Dover fut un militant acharné de la lutte contre le racisme et de la libération des « peuples de couleur »3. Dans l’ouvrage qu’il lui consacre, Nico Slate trace le portrait intellectuel d’un écrivain enracinant sa lutte dans son appartenance raciale au monde des hommes de couleur. Il montre un individu attaché à promouvoir leur unité au-delà de leurs différences pour lutter contre toutes les formes de domination qu’ils subissaient. Le prisme est la métaphore de cette solidarité : il révèle dans la lumière l’unité des couleurs, absorbées dans le noir.

2Nico Slate s’intéresse aux liens d’amitié et aux relations intellectuelles que Cedric Dover entretenait avec les penseurs, écrivains et artistes afro-américains, des liens qui lui ont permis de construire sa propre identité d’intellectuel de couleur. Après avoir retracé la vie et les combats intellectuels et politiques de Dover dans le premier chapitre, Nico Slate confronte en particulier ses idées et ses engagements à ceux de l’historien W.E.B. Du Bois, de l’écrivain Langston Hugues, du chanteur et acteur Paul Robeson, et d’artistes, comme le peintre Aaron Douglas, qui fournissent le titre et le thème des chapitres du livre. Cela lui permet de souligner les différentes facettes de l’œuvre construite par Dover.

3Nico Slate montre comment Cedric Dover a trouvé dans la pensée de W.E.B Du Bois la notion de la « ligne de couleur » qui partage la population entre « Blancs » et « hommes de couleur », dominants et dominés, où qu’ils soient dans le monde. Du Bois lui fait prendre conscience que ces derniers constituent la majeure partie de l’humanité. Il permet à Dover de fonder son identité d’Eurasien en tant qu’homme de couleur solidaire des autres hommes de couleur partout dans le monde, notamment des Afro-américains. Nico Slate souligne combien la relation entre les deux hommes a été une expérience fondatrice pour Dover, qui trouva en Du Bois un mentor.

4Plus égalitaire, la relation avec Langston Hugues s’est fondée sur le combat partagé pour l’émancipation des Afro-américains et des peuples colonisés. Avec Hugues, la littérature devient pour Dover le moyen de promouvoir les combats contre le racisme, la ségrégation et le colonialisme. Nico Slate souligne l’importance de la réception de l’œuvre de Hugues en Inde, lequel voyait la colonisation comme une forme de ségrégation, et la ségrégation comme un système de caste. À travers cette réception, Nico Slate décrit l’affirmation d’une société cosmopolite des « militants de couleur », Afro-américains, Indiens et Africains, luttant contre la domination « blanche ». Dover a adhéré fortement à ce cosmopolitisme, dont Hugues a été le propagandiste.

5Comme Langston Hugues, Paul Robeson partageait avec Cedric Dover la préoccupation d’articuler lutte contre le racisme et lutte contre l’exploitation. Cela les a tous deux conduits à apporter leur soutien à l’URSS et aux mouvements communistes, avant comme durant la guerre froide. Le marxisme leur fournissait un cadre théorique pour expliquer et dénoncer la violence employée pour soumettre les hommes de couleur, tandis qu’une société socialiste signifiait la fin de toute domination, en particulier raciale. À partir des années 1950, Dover s’est encore retrouvé dans la solidarité que Robeson affichait avec les peuples des États décolonisés : elle leur a permis de dénoncer l’iniquité d’une ségrégation raciale que les diplomates de ces États pouvaient subir lorsqu’ils se rendaient dans le Sud des États-Unis. Nico Slate décrit longuement les liens personnels qui liaient Robeson à Nehru et sa famille. Il montre ainsi comment le réseau intellectuel de Dover s’inscrit dans un ensemble de solidarités internationales, au sein duquel celui-ci souhaitait occuper une place essentielle.

  • 4 Cedric Dover, American Negro Art, London, Little Brown & Company, 1960.

6À la fin de sa vie, Cedric Dover s’est consacré à dresser un panorama de l’art afro-américain, dans un ouvrage4 dont Nico Slate souligne l’importance dans son dernier chapitre, probablement le plus intéressant. En affirmant l’existence d’un art spécifique aux Afro-américains, Dover posait la question de l’enracinement racial des productions culturelles. Selon lui, la situation sociale des Afro-américains avait donné naissance à un art spécifique dont la dignité était aussi incontestable que celle de la population au sein de laquelle il était né. L’émancipation politique des Afro-américains ne devait donc pas avoir pour conséquence la disparition de cet art original. Cette émancipation ne signifiait pas l’abandon de leur identité culturelle, confondue par Dover avec leur identité raciale.

  • 5 « We must be both “racial” and anti-racial at the same time, which really means that nationalism an (...)

7Nico Slate nous montre qu’à la différence d’autres biologistes contemporains, Cedric Dover ne croyait pas en l’existence de races, fixes et essentialisées. Il n’en était pas moins conscient de leur réalité sociale, une réalité qui s’imposait à lui dès lors que l’ordre colonial le désignait comme homme de couleur. Le fait d’être métis a été un élément essentiel de cette prise de conscience. Au début de sa carrière intellectuelle, Dover a valorisé le caractère hybride de son existence et de son appartenance, qu’il voyait alors comme la promesse d’un monde métissé, débarrassé de la question raciale ; mais dans le même temps, il a aussi affirmé la solidarité nécessaire des hommes de couleur. Plutôt que de lutter pour dénoncer l’inanité du concept de race, il a finalement choisi d’affirmer l’importance de l’appartenance raciale pour des hommes de couleur qui voulaient voir leur dignité reconnue et respectée, une position résumée par l’affirmation qu’il fallait être à la fois « racial » et « anti-racial » pour dénoncer le racisme, dont Nico Slate a fait la ligne directrice de son livre5.

8Cette position n’est pas moins critiquée au sein du monde des hommes de couleur dont il affirme l’existence qu’à l’extérieur de celui-ci. Nico Slate étudie avec soin ces critiques portées aux positions de Cedric Dover et des intellectuels avec lesquels il s’était lié, qu’il s’agisse de contester l’appartenance raciale pour lutter contre le racisme ou de réfuter leurs thèses marxistes. Il est attentif à restituer la logique des positions théoriques et idéologiques de chacun, à noter les différences, à critiquer lui-même les contradictions de leur raisonnement, sur la logique ou sur les faits, en particulier lorsqu’il s’agit de Dover. L’auteur trace ainsi de l’intellectuel un portrait nuancé et attachant.

  • 6 « The American Negro is a product of Western Civilisation », (p. 129.).
  • 7 Voir par exemple Cohen Claudine, « La Mulâtresse et la courtisane : classification raciale dans la (...)

9Le point le plus délicat du livre est cependant l’absence de critique de la notion de « ligne de couleur ». Il est clair que Dover conçoit la race et la couleur comme équivalentes, même si Nico Slate affirme qu’il était sensible aux différences culturelles qui traversaient le monde des hommes de couleur. Si Nico Slate rappelle les travaux portant sur l’histoire de la blanchitude aux États-Unis, il ne parait pas prendre suffisamment en compte la critique faite à Cedric Dover par l’artiste Earl J. Hooks, qui affirme que « le Noir américain est une création de la civilisation occidentale »6. La couleur de la peau a été le fondement de catégories idéologiques, culturelles et juridiques perçues comme des faits naturels. Or Nico Slate utilise essentiellement le terme de « blanc » en opposition à « noir » ou (homme) « de couleur », comme s’il ignorait que ces catégories étaient socialement construites. Pourtant, en reprenant comme allant de soi l’opposition binaire blanc/noir ou blanc/de couleur, Dover ne faisait que renverser une représentation forgée en Occident à l’époque moderne7, au risque de la faire perdurer.

10Une autre frustration peut toucher le lecteur francophone : l’évocation du mouvement de la négritude initié par Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor est à peine développée. Dans l’optique adoptée par Nico Slate d’étudier les résistances contre l’ordre occidental à l’échelle globale, il aurait été intéressant de pousser plus loin la comparaison entre la pensée de Dover et celle de Césaire.

11Au-delà de l’histoire intellectuelle, le livre de Nico Slate nous rappelle que la colonisation et la mondialisation des échanges depuis le XIXe siècle ont créé les conditions d’une société civile globale en favorisant la circulation des écrits et des hommes. Il n’est pas anodin de constater, même si ce n’est guère original, que les grandes métropoles ont été les centres de rencontre et d’échange entre ces hommes « de couleur », venus d’horizons différents.

12La conclusion du livre de Nico Slate, plus riche que ces lignes ne l’expriment, trace une généalogie entre la pensée de Cedric Dover et les mouvements de lutte féministes ou environnementaux, ainsi que l’émergence des « blacks studies » et autres « postcolonial studies ». Elle est suivie d’une intéressante postface comparant la façon dont Barack Obama et Cedric Dover se sont sentis obligés de choisir leur identité raciale: un choix qui s’est imposé à eux mais qui leur a ouvert la possibilité d’une liberté nouvelle, d’une identité revendiquée, non plus subie.

13L’ouvrage se termine sur la description émouvante de la bibliothèque de Cedric Dover et de la façon dont il la concevait comme le reflet de sa vie intellectuelle et des liens qu’il avait établis avec d’autres penseurs et artistes, en particulier afro-américains. Arrivé au terme du livre de Nico Slate, le lecteur réalise alors combien ce travail contribue à enrichir l’histoire et la perception globale des luttes pour la décolonisation et l’émancipation des Afro-américains au XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Slate Nico, Colored Cosmopolitanism: The Shared Struggle for Freedom in the United States and India, Cambridge, Harvard University Press, 2012. Il a aussi dirigé un ouvrage consacré à l’histoire des mouvements du « Black Power » : Black Power beyond Borders: The Global Dimensions of the Black Power Movement, New-York, Palgrave Macmillan, 2012.

2 Cedric Dover définissait ainsi son identité (p. 10). Son père était anglais, sa mère indienne.

3 Sur Cedric Dover, on pourra lire la fiche du site Open University, Making Britain, Discover how South Asians shaped the Nation 1870-1950, disponible en ligne : http://www.open.ac.uk/researchprojects/makingbritain/content/cedric-dover.

4 Cedric Dover, American Negro Art, London, Little Brown & Company, 1960.

5 « We must be both “racial” and anti-racial at the same time, which really means that nationalism and internationalism must be combined in the same philosophy », Dover Cedric, « Notes on Coloured Writing » , Phylon 8, n° 3, 1947, p. 222, cité en exergue de l’introduction du livre.

6 « The American Negro is a product of Western Civilisation », (p. 129.).

7 Voir par exemple Cohen Claudine, « La Mulâtresse et la courtisane : classification raciale dans la société coloniale », in Cohen Claudine, L’Homme des origines, savoirs et fictions en préhistoire, Paris, Seuil, 1999, ainsi que Paul Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, Éditions de l'EHESS, coll. « En temps et lieux », 2009, note critique d’Alain Blum pour Lecture : http://lectures.revues.org/1349.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gans, « Nico Slate, The Prism of Race, W.E.B. Du Bois, Langston Hughes, Paul Robeson, and the Colored World of Cedric Dover », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17462

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Gans

Enseignant d’histoire-géographie et éducation civique dans le secondaire, titulaire d’un master d’histoire culturelle contemporaine et d’une maîtrise d’histoire médiévale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page