Navigation – Plan du site

Christian Faure, La Loi, le combat d’une femme pour toutes les femmes

Laure Mazzolini
La Loi
Christian Faure, La Loi. Le combat d'une femme pour toutes les femmes, Paris, Éditions Montparnasse, 2015, 90 min.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pavard Bibia, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (195 (...)
  • 2 Bard Christine (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Renne (...)

1Le téléfilm de Christian Faure, réalisé avec le soutien du Ministère des affaires sociales, de la santé et du droit des femmes et diffusé le 26 novembre 2014 sur France 2, s’intéresse au processus d’adoption de la loi Veil, votée dans la nuit du 29 novembre 1974 et promulguée le 17 janvier 1975. Celle-ci constitue un moment tournant dans l’histoire du féminisme en France. En effet, la grossesse non désirée constituait un nœud de difficultés et de contraintes (matérielles, culturelles, religieuses, sociales, familiales et conjugales) pour les femmes. Ce n’est pas un hasard si le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) a été, après l’autorisation de la pilule, un support privilégié des combats pour l’émancipation féminine en France1. Ceci a été particulièrement le cas lors de la deuxième vague de féminisme des années 1960-1970, qui avait mis spécifiquement en avant l’aliénation sexuelle et sociale des femmes dans les pays occidentaux2.

2L’avortement est un sujet qui a été souvent abordé à l’écran ces dernières décennies. Parmi les œuvres plus notables du côté français, il est important de souligner le travail de Claude Chabrol, qui, dans Une affaire de femmes réalisé en 1988, retrace les actions d’une « avorteuse » interprétée par Isabelle Huppert en s’inspirant de l’histoire de Marie-Louise Giraud, jugée puis guillotinée en France en 1943 pour avoir pratiqué 26 avortements. D’autre part, certains films, plus récents, comme Nos vies heureuses de Jacques Maillot réalisé en 1999 ou, plus directement Les bureaux de Dieu de Claire Simon sorti en 2008, mettent en avant les parcours de jeunes femmes face à l’avortement. Cependant, elles n’abordent que très peu l’histoire de la mise en œuvre et de la légalisation des pratiques abortives.

3Aussi en réalisant ce film pour les quarante ans de la Loi Veil , Christian Faure traite un sujet assez inédit à l’écran et permet ainsi aux téléspectateurs de suivre pendant trois jours le combat pour l’adoption de cette loi portée par Simone Veil (interprétée par Emmanuelle Devos). Celle-ci est alors ministre de la Santé du gouvernement de Jacques Chirac (1974-1976), au début de la présidence de Valery Giscard d’Estaing, présenté comme le premier président de la République libéral.

4Ces trois jours de lutte pour l’adoption de la loi légalisant l’IVG peuvent être perçus comme l’aboutissement, à la fin de l’année 1974, d’un combat féministe plus large mené depuis la fin des années 1960 par des organisations comme le MLF (Mouvement de Libération des Femmes) pour qui l’avortement libre et gratuit est primordial. Cette lutte est symbolisée médiatiquement par un Manifeste signé par 343 femmes reconnaissant avoir avorté , et publié par le Nouvel Observateur le 5 avril 1971. Cet activisme utilise aussi la voie judiciaire, ainsi par le procès de Bobigny qui, en octobre 1972, juge une adolescente mineure, ayant avorté à la suite d’un viol, et son « avorteuse » défendues par leur avocate Gisèle Halimi. De plus, la constitution d’autres associations, telles le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) en 1973, ou Choisir la cause des femmes en 1971 ainsi que la diffusion du documentaire militant Histoires d’A. réalisé en 1973 par Charles Belmont et Marielle Issartel révèlent ainsi que l’avortement est un sujet majeur de société dans la France du début des années 1970. L’interdiction par l’État de la diffusion de ce film a entrainé sa projection privée en mars 1974 pour les groupes parlementaires socialistes. Ceci a été suivi par l’autorisation de diffusion au début de novembre 1974, ce qui met ainsi en exergue le fait que l’avortement, et sa légalisation, deviennent peu à peu une préoccupation assez majeure d’une certaine partie des élites dirigeantes.

5Le téléfilm de Christian Faure, s’inscrivant dans ce contexte historique, montre les tractations politiques menées par Simone Veil et son directeur de cabinet (interprété par Lorant Deutsch) avec les membres de la majorité parlementaire pour l’adoption de la loi. Plus original, le travail avec l’opposition parlementaire de gauche apparaît car, paradoxalement, cette dernière était nécessaire pour l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi sur la légalisation de l’avortement. Du célèbre discours de Simone Veil du 26 novembre 1974 prononcé devant une assemblée quasi exclusivement masculine, à l’affrontement avec Françoise Giroud, alors secrétaire d’Etat à la condition féminine, les scénaristes abordent, de manière exhaustive et pédagogique, l’essentiel des débats politiques et philosophiques ayant mené à l’adoption de cette loi.

6Cette volonté de quasi exhaustivité peut aussi être la limite de ce téléfilm. Celui-ci s’attache davantage à certains moments à montrer plus qu’à expliquer les différents groupes de pression gravitant autour de la légalisation de l’avortement tels le MLAC mais aussi les opposants, les attaques personnelles dont fut victime Simone Veil (courriers antisémites, menaces de mort…) et la rivalité entre celle–ci et Françoise Giroud. Cette rivalité est au cœur de l’intrigue car elle révèle l’affrontement entre deux femmes qui sont le symbole aujourd’hui d’un moment important pour l’histoire des femmes. En effet, alors que Simone Veil met en avant l’argument médical pour aboutir au vote de la loi, en soulignant que de nombreuses femmes perdent alors la vie chaque année en avortant, Françoise Giroud insiste davantage sur le droit des femmes à disposer de leur corps. Cette opposition est soulignée par la création d’un personnage, totalement fictif, celui de la jeune journaliste, incarnée par Flore Bonaventura. La figure de cette jeune femme, travaillant à la rédaction du journal L’Express, permet aux scénaristes d’introduire, de manière plus attractive pour les téléspectateurs, un certain nombre de termes du débat tout en abordant également, ou en effleurant plutôt, le contexte historique. Ainsi, des sujets comme la souffrance des jeunes femmes avortant clandestinement en France, parfois rejetées par leurs familles, les départs organisés par le MLAC pour des pays où l’avortement est légal, le patriarcat encore très prégnant dans la société française, sont abordés. Ils sont vus par le prisme de cette jeune journaliste, personnage de fiction certes mais qui n’est pas sans évoquer un certain nombre de ces jeunes femmes journalistes du début des années 1970 à commencer par Françoise Giroud.

7Néanmoins, c’est l’évocation inédite sur le plan de la fiction, de Simone Veil, femme très discrète, de son appartenance à une élite et de son combat qui retient l’attention et constitue la singularité de cette œuvre. Christian Faure et ses scénaristes permettent, par ce téléfilm destiné à un grand public pour les quarante ans du vote de cette loi, de prendre connaissance du processus législatif ayant abouti à l’adoption d’une loi sociale majeure ,en insistant sur le rôle primordial des élites dans ce moment tournant pour les femmes mais aussi pour la société française.

Haut de page

Notes

1 Pavard Bibia, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) , Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 358 p.

2 Bard Christine (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 262 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mazzolini, « Christian Faure, La Loi, le combat d’une femme pour toutes les femmes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17469

Haut de page

Rédacteur

Laure Mazzolini

Enseignante d’histoire-géographie, académie de Versailles

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page