Navigation – Plan du site

René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD n° 2)

Etienne Chomarat
René Vautier en Algérie (DVD n°2)
René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD n°2), Les Mutins de Pangée, 2014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en ligne : http://www.lesmutins.org/rene-vautier-avoir-20-ans-dans-les

1Ce DVD issus du coffret édité par Les mutins de Pangée1 offre une sélection de sept films, cinq ayant été réalisés par René Vautier entre 1970 et 1975, et deux autres ayant été réalisés par d’autres documentaristes en 1996 et en 2000. Les thèmes principaux développés dans ces films sont d’une part la guerre d’Algérie, le colonialisme et le racisme français, et d’autre part le parcours ainsi que l’œuvre du cinéaste, et les réactions qu’elle a entrainées. Sont particulièrement mis en avant, à travers des récits de vie, les positionnements politiques, moraux et affectifs des citoyen-ne-s français-e-s vis-à-vis des violences faites aux Algérien-ne-s et de leurs souffrances, mais aussi vis-à-vis de l’ordre régalien et de la raison d’État.

2Techniquement si simple (1971) et La caravelle (1970), deux courts témoignages, Le remords (1975), une discussion mise en scène entre Vautier et une de ses amies, et le long métrage Avoir 20 ans dans les Aurès (1975), fiction basée sur un grand nombre de témoignages de Français appelés pendant la guerre d’Algérie, parlent des relations franco-algériennes pendant après la guerre. Ces films analysent plus particulièrement les positionnements de citoyens Français face à l’ordre régalien et face aux Algériens. .

3Dans Techniquement si simple, un homme, filmé en plan poitrine, est attablé devant une bouteille de rouge et quelques dattes. Poseur de mine durant la guerre d’Algérie puis technicien du pétrole, il raconte à la caméra son arrivée à Hassi Messaoud après la guerre et sa rencontre avec un Algérien qui devait devenir son futur collègue. Ils vont passer, en guise de période d’immersion avant leur mission, cinq jours ensemble afin de s’assurer qu’ils puissent bien collaborer ensemble. Le village de l’Algérien n’étant pas très loin et se trouvant être un lieu où le technicien a effectué son service durant la guerre d’Algérie, ils décident d’y aller quelques jours. À travers son récit transparaît la déresponsabilisation, l’indifférence, la mauvaise foi, l’ignorance – « je faisais simplement un boulot de technicien », « j’ai pas vraiment fait la guerre » – et le racisme – « les Arabes sont des gens qui ne savent pas demander », « ces gens-là ils ont pas de tact » – d’un homme faisant face aux conséquences de ses actes durant la guerre : des enfants, des femmes, des hommes ont perdu des membres à cause des mines.

4Dans La caravelle, René Vautier interview une enseignante de français qui a travaillé à Tunis, dans une maison pour enfants qui accueillait des réfugiés algériens. Elle raconte une anecdote touchante à propos d’un enfant qui avait peur des avions du fait d’avoir été bombardé, nous laissant ressentir sa compassion et son désir d’amitié entre les peuples.

  • 2 Camp apparemment réservé aux opposants à la guerre. Voir en ligne :
  • 3 Une chanson de Pierre Tisserant et trois autres composées pour le film. Voir en ligne : http://www. (...)

5Dans Le remords, René Vautier a mis en scène, dans un simple plan d’ensemble, une discussion qu’il a probablement eue avec une de ses amies ou amantes. Il est donc filmé arrivant en soirée dans la chambre de cette amie puis conversant avec elle. Il lui raconte une scène qu’il vient de vivre, qu’il qualifie d’« infamie », bien qu’il n’ait pas l’air particulièrement choqué ou outré. Il s’agit d’un Algérien qui, cherchant une adresse en France, s’est retrouvé face à l’indifférence des gens, puis à la violence crue des policiers qui l’ont ignoré puis frappé. René, qui est le seul à avoir répondu à l’Algérien et qui, ne connaissant pas l’adresse en question, lui a dit d’aller voir les policiers, a assisté, impuissant, à cette violence, puis l’a fuit sans se préoccuper du sort de l’Algérien gisant sur le trottoir. Ayant imprimé la scène dans sa mémoire il compte alors en faire un film, ce qui le rend plutôt joyeux. Son amie, moins enjouée, le renvoie à la lâcheté dont il a fait preuve. La conversation tourne alors autour du positionnement de Vautier en tant qu’être et en tant que cinéaste. Le remords vient ainsi montrer une certaine faiblesse du cinéaste, certaines contradictions internes qui le travaillaient concernant sa place dans la société en tant que cinéaste. Avoir 20 ans dans les Aurès, présenté dans une version restaurée et numérisée, met en scène un petit groupe de jeunes appelés qui, après être passé par le camp d’insoumis de Biskra2, se retrouvent dans un commando de chasse pendant la guerre d’Algérie, aux environs du putsch des généraux d’avril 1961. Entre acceptation de leur condition de soldat, devant faire la guerre et se livrer à des crimes de guerre, et indignation, actes de résistance et de solidarité, on observe une confrontation entre différentes visions de la guerre et du monde. Le film montre ainsi les dissensions qu’il y a eu au sein de l’armée pendant la guerre, ainsi que le fossé séparant une jeunesse amenée à prendre les armes et ses gouvernants qui l’y obligent. Il dénonce l’embrigadement des jeunes et, plus généralement, la guerre. Les chansons qui l’accompagnent3 appuient élégamment le propos.

Ces films, à travers ces personnes (fictives ou réelles) interviewées ou mises en scène, amènent donc à entendre et voir différents comportements et représentations mentales que pouvaient avoir les Français vis-à-vis des Algériens et de la guerre d’Algérie dans les années 1960. On peut ainsi imaginer le racisme qui habitait certains Français, qui a persisté après-guerre et continue d’exister aujourd’hui, mais aussi l’indignation, le refus et la volonté de désobéissance, l’empathie et la compassion qu’ont pu ressentir d’autres Français. On retrouve l’efficacité cinématographique de Vautier qui, par de simples prises de vues souvent fixes sur une personne ou deux, et en quelques minutes, arrive à résumer des problèmes psychologiques, sociaux ou sociétaux. Il n’en sort pas d’analyse globale mais des éléments de réponse pertinents grâce aux témoignages et aux images.

  • 4 Avoir 20 ans dans les Aurès a reçu le prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1 (...)

6La Bande annonce d’Avoir 20 ans dans les Aurès (1972), Remise du collier de l’hermine (2000), René Vautier, l’indomptable (1996), ainsi que Le Remords, dans une moins grande part, centrent le propos sur René Vautier lui-même, son œuvre et les réactions déclenchées par celle-ci. La bande annonce montre en effet les commentaires élogieux des journaux à propos du film qui a rendu célèbre René Vautier4. Dans Remise du collier de l’hermine, un caméraman a filmé la remise du prix de l’hermine à René Vautier à l’Institut Culturel de Bretagne, le 23 février 2000. L’émotion du cinéaste devant les applaudissements chaleureux se lit sur son visage, lorsqu’une l’interruption intempestive d’une ancienne conseillère générale Front National de la région Bretagne, Claudine Dupont-Tingaud, vient troubler la fête. Savoureuse réaction de René Vautier qui rappelle notamment que le film algérien René Vautier, l’homme de paix a reçu le prix de la tolérance de l’UNESCO et que son film Avoir 20 ans dans les Aurès, film « de propagande communiste » (dixit Dupont-Tingaud), a été interdit dans l’Espagne de Franco et... en URSS !

  • 5 René Vautier a fait un mois de grève pour obtenir « la suppression de la possibilité, pour la commi (...)

7L’indomptable, réalisé par Jacques Royer, revient avec humour sur le parcours de Vautier à travers des interviews et images de ses actions et de ses films. Il traite d’abord de ses nombreuses inculpations, de la censure, des expulsions et emprisonnements dont il a été victime, de ses « blessures de guerre », notamment suite à son travail en Afrique – illustré par des images de ses films Afrique 50, Terre tunisienne, Algérie en flammes, Avoir 20 ans dans les Aurès. Il en vient ensuite sur la reconnaissance, sur son activité autour de la Bretagne, avec notamment la création de l’Unité de Production Cinématographique Bretagne, une coopérative de production mise à disposition des « gens en lutte » en France et ailleurs pour des films dits « d’intervention sociale ». On peut voir des images de ses films La folie de Toujane, ou comment on devient un ennemi de l’intérieur (1974), Quand tu disais Valéry (1975), Quand les femmes ont pris la colère (1977). Il évoque alors les méthodes de financement participatif mises en place par Vautier dans ces années 1970 pour produire certains films sur les luttes sociales. Puis on le retrouve en lutte contre la censure, grâce à des interviews filmées et audio, des photos de sa grève de la faim en 19735 et des coupures de presse évoquant cette dernière. Le film revient ensuite sur la lutte pour la défense de l’environnement de Vautier, avec son film Marée Noire, Colère Rouge sur le naufrage de l’Amoco Cadiz en 1978. Il finit sur le sabotage qui a visé les témoignages qu’il avait recueillis à propos d’un lieutenant français tortionnaire en Algérie puis sur ses doutes à la fin de sa carrière.

8On retrouve donc dans ce DVD le regard critique et citoyen de Vautier à propos des rapports de dominations en général et des rapports franco-africains en particulier, thèmes qui lui sont chers et qui parcourent son œuvre. On sera ici plus précisément interpellé par des aspects psychologiques et militaires de ces rapports. On pourra apprécier son travail d’enquêteur, de porteur d’image et de parole, à la recherche de témoignages authentiques et parlants.

Haut de page

Notes

1 Voir en ligne : http://www.lesmutins.org/rene-vautier-avoir-20-ans-dans-les

2 Camp apparemment réservé aux opposants à la guerre. Voir en ligne :

http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=4

3 Une chanson de Pierre Tisserant et trois autres composées pour le film. Voir en ligne : http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/?page_id=13

4 Avoir 20 ans dans les Aurès a reçu le prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1972. http://lectures.revues.org/16285

5 René Vautier a fait un mois de grève pour obtenir « la suppression de la possibilité, pour la commission de censure cinématographique, de censurer des films sans fournir de raisons ». Voir en ligne : http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/14/le-cineaste-rene-vautier-se-souvient_1587858_3476.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Chomarat, « René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD n° 2) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mars 2015, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17496

Haut de page

Rédacteur

Etienne Chomarat

Administrateur d'un espace associatif d’éducation populaire à Marseille et d'une association anti-colonialiste.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page