Navigation – Plan du site

Jézabel Couppey-Soubeyran, Marianne Rubinstein, L’économie pour toutes

Mathilde Fois-Duclerc
L'économie pour toutes
Jézabel Couppey-Soubeyran, Marianne Rubinstein, L'économie pour toutes. Un livre pour les femmes, que les hommes feraient bien de lire aussi, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 164 p., ISBN : 978-2-7071-7857-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baudelot Christian et Establet Roger, Allez les filles ! Une révolution silencieuse, Seuil, coll. P (...)

1Le modèle « Monsieur Gagnepain, Madame Aufoyer » a vécu. Les femmes ont massivement investi la vie économique au cours des dernières décennies ; elles sont désormais plus nombreuses que les hommes sur les bancs des universités1, représentent 48 % de la population active en France et sont de plus en plus nombreuses à des postes de direction. Malgré cela, constatent Jézabel Couppey-Soubeyran et Marianne Rubinstein, l’univers économique est resté fondamentalement masculin, son langage et son habitus renforçant les inégalités entre hommes et femmes. Ces dernières ont moins de culture économique et financière que les hommes (y compris à niveau de diplôme équivalent), et généralement moins confiance dans leur capacité et leur légitimité à entrer sur le terrain de l’économie. Le chiffre roi, la forme ampoulée, et l’omniprésence des arguments d’autorité dans les discussions économiques jouent en défaveur des femmes. Actrices dominantes de la vie économique, par les choix qu’elles opèrent en matière de consommation et d’épargne, par leur travail ou leur place dans l’entreprise, elles s’en remettent cependant plus souvent que les hommes à leurs conseillers, à leurs banquiers ou à leur entourage pour prendre des décisions économiques. Prenant pour point de départ ce décalage gênant, les deux économistes affirment d’emblée la prétention du livre : se débarrasser des formules académiques et approches savantes au profit de questions simples, ancrées dans le réel mais néanmoins intimement liées à de grandes questions économiques, afin de « donner à l’économie sa part féminine ».

2L’économie pour toutes se décompose en dix chapitres abordant des thèmes variés, du logement aux banques, des inégalités entre hommes et femmes aux inégalités sociales et aux discriminations à l’embauche, de la vie d’entreprise au pouvoir d’achat et aux retraites, en passant par l’intégration européenne et, sujet inattendu, le bonheur ! L’ouvrage se veut accessible à toutes (et tous !), mais sans concessions sur l’exactitude et la précision des faits et des explications économiques : on y trouve de nombreux éléments de cadrage en histoire économique contemporaine, des ordres de grandeurs concernant l’ensemble des problématiques traitées, ainsi que des sources faciles d’accès (enquêtes INSEE, publications du CEPREMAP) pour qui voudra approfondir sa découverte. Les dix chapitres adoptent une même démarche « bottom-up », du micro au macro, l’objectif étant de passer en douceur des expériences personnelles quotidiennes (votre futur investissement immobilier, votre porte-monnaie, etc.), connues de toutes, aux théories et analyses économiques les plus actuelles (les bulles immobilières, les cycles économiques notamment).

3Mais il ne s’agit pas d’un « regard uniquement féminin sur l’économie », ni encore moins de « se mettre au niveau des femmes ». Le point de départ réside toujours dans des interrogations largement partagées par les hommes et les femmes, mais face auxquelles, semble-t-il, les femmes se sentent plus souvent démunies. Par exemple, dois-je acheter ou louer ? Mon banquier gère-t-il bien mon argent ? Comment concilier travail et vie de famille ? À quoi sert l’Europe ? Devrais-je travailler plus longtemps avant de prendre ma retraite ?

4Les thèmes traités dans l’ouvrage sont d’une actualité brûlante et très sensibles dans l’univers économique et social, y compris pour les non-initié-e-s. Les deux premiers chapitres traitent ainsi deux questions centrales pour tous les ménages : le logement et « la banque ». Or les mécanismes du marché immobilier et le fonctionnement du crédit bancaire ont des répercussions sur la vie de la plupart des gens, bien que ces phénomènes soient souvent mal connus ou mal compris. La crise actuelle en a renforcé la complexité, tout en révélant leur importance fondamentale pour l’ensemble de la vie économique. Les auteures abordent donc ces problèmes par l’expérience individuelle : « location ou achat immobilier ? « mon banquier est-il devenu schizophrène ? », s’interrogent-elles avec la lectrice, glissant des explications les plus intuitives (déterminants du prix d’un logement et arbitrage entre achat et location, choix d’un placement financier) à des considérations plus complexes aux prises avec l’actualité récente : la réglementation bancaire promue par les accords de Bâle et le projet européen d’Union Bancaire, ou encore les effets de la hausse du prix de l’immobilier sur la cohésion sociale et sur la compétitivité. Les mutations financières ont également transformé la gouvernance des entreprises, d’où la question « mon entreprise est-elle sous emprise ? » : depuis les années 1980, des investisseurs institutionnels (fonds de pension, compagnies d’assurance…) gèrent les actifs de millions d’actionnaires, et influencent par leurs placements les stratégies des firmes dont ils possèdent le capital, en les orientant davantage vers la rentabilité financière et le versement des dividendes aux actionnaires. Ce « capitalisme actionnarial » globalisé a ainsi contribué à la fragilisation des relations salariales et freiner l’investissement productif à long terme au nom de la profitabilité financière à court terme.

  • 2 Becker Garry, A Treatise on the Family, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1981.
  • 3 Akerlof Georges, «Market for lemons:  Quality Uncertainty and the Market Mechanism", Quarterly Jour (...)
  • 4 Jacquemet Nicolas et Edo Anthony, Les discriminations à l’embauche sur le marché du travail françai (...)

5Le thème des inégalités hommes-femmes, traité à partir de nombreuses données statistiques sur les inégalités salariales, le plafond de verre, le travail domestique notamment, fait pour sa part l’objet d’un développement original sur l’économie de la famille2, non sans humour puisque les rencontres entre divorcés, « marché d’occasion du mariage », sont comparées au célèbre marché des voitures d’occasion, les « lemons » rendus célèbres par Georges Akerlof3. Le chapitre sur les discriminations à l’embauche mêle quant à lui considérations positives – les résultats d’une étude du CEPREMAP4 - et normatives, avec une évaluation des politiques de « discrimination positive ». Les inégalités de classe et la stratification sociale sont également questionnées au regard de leurs évolutions récentes, à partir de l’opposition radicale entre « richesse des rentières et malheur des caissières ». Les inégalités de revenu et de patrimoine se sont creusées depuis les années 1980, tout comme s’est accru le poids de l’héritage économique et culturel dans la réussite sociale. Parallèlement, le rendement des revenus du capital sur longue période étant supérieur au taux de croissance de l’économie, il permet une augmentation continue, potentiellement sans limites, des inégalités de richesse entre rentières et travailleuses.

6Mais la crise de 2007 pose un nouveau problème : dans la tourmente et au bord du gouffre, de nombreuses banques ont été « sauvées » par les banques centrales, à grand renfort de liquidités. Ces politiques monétaires « expansionnistes » pourraient générer de nouvelles bulles spéculatives, et in fine de prochaines crises financières. En même temps, les politiques d’austérité budgétaire ont freiné la consommation, l’investissement, et donc la production, ce qui assèche les recettes fiscales et creuse les déficits publics. Les Etats pourraient alors persister dans des politiques de rigueur qui pèseraient sur la demande globale et accéléreraient la baisse des prix, faisant craindre une menace déflationniste. Mais la crise a également accru les pressions sur les systèmes de protection sociale, si bien que pour de nombreuses salariées, la question « devrais-je me résoudre à travailler plus longtemps ? » est devenue cruciale. L’architecture de la protection sociale était déjà fragilisée par les évolutions démographiques, mais concernant les retraites, c’est la dégradation du marché du travail qui a déstabilisé un système principalement « bismarckien », fondé sur les cotisations sociales et la socialisation des risques.

  • 5 Théorie introduite par Mundell Robert, « A Theory of Optimum Currency Area », American Economic Rev (...)

7Concernant l’intégration européenne, la question de la citoyenneté permet d’introduire le débat actuel concernant la viabilité du projet initial, de la coopération politique à la coopération monétaire : au-delà du décalage entre la réalité de la zone euro et la « zone monétaire optimale » de la théorie économique5, les auteures pointent les nombreux manquements institutionnels (les défauts de la politique monétaire unique, la quasi-absence de politique budgétaire supra-nationale et d’institutions de régulation financière à l’échelle européenne) et déséquilibres de balance courante entre les pays européens (les fameux excédents allemands versus les déficits grecs et espagnols).

  • 6 Davoine Lucie, L’économie du bonheur, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012.
  • 7 Senik Claudia, « The French Unhappiness Puzzle: the Cultural Dimension of Happiness », Paris, PSE W (...)

8Le dernier chapitre fait la part belle à une branche émergente de la discipline, l’économie du bonheur6. Après avoir dégagé les principaux facteurs déterminants du bonheur individuel (le revenu et l’état de santé), les auteures en étudient ses variations au prisme du cycle de vie, montrant ainsi la régularité des crises existentielles partagées par de nombreux trentenaires et « quadra », les « pics » de bonheurs se situant avant 25 ans puis, de nouveau, au moment de la retraite. Au niveau collectif, la corrélation entre revenu et bonheur est plus complexe à établir (c’est le fameux paradoxe d’Easterlin ). Un exemple ? Le « malheur français », mis en évidence par l’économiste Claudia Senik7. Contre ce malheur, la présentation du chantier économique des « nouveaux indicateurs » destinés à prendre en compte la qualité de vie des populations et non plus seulement la croissance du PIB des nations.

9L’ouvrage conviendra à celles et ceux qui souhaitent s’initier à l’économie à partir de questions concrètes, sans technicité mais avec une grande rigueur dans les explications. Le choix de s’adresser préférentiellement à un public féminin est expliqué dès l’introduction, mais il semble finalement que là ne soit pas le caractère essentiel du travail de pédagogie fourni par les auteures. Il reste à espérer que l’aspect très girly de cette édition – en couverture, une femme en train de se maquiller trace une courbe, au rouge à lèvres, sur son miroir – n’ait pas d’effet désincitatif sur les potentiels lecteurs masculins.

Haut de page

Notes

1 Baudelot Christian et Establet Roger, Allez les filles ! Une révolution silencieuse, Seuil, coll. Points, Paris, 1992

2 Becker Garry, A Treatise on the Family, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1981.

3 Akerlof Georges, «Market for lemons:  Quality Uncertainty and the Market Mechanism", Quarterly Journal of Economics, vol. 84, no 3,‎ 1970, p. 488-500.

4 Jacquemet Nicolas et Edo Anthony, Les discriminations à l’embauche sur le marché du travail français, Paris, Rue d’Ulm, coll. CEPREMAP, 2013.

5 Théorie introduite par Mundell Robert, « A Theory of Optimum Currency Area », American Economic Review, 51, 1961, pp. 657-665.

6 Davoine Lucie, L’économie du bonheur, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012.

7 Senik Claudia, « The French Unhappiness Puzzle: the Cultural Dimension of Happiness », Paris, PSE Working Papers n°2011-34, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Jézabel Couppey-Soubeyran, Marianne Rubinstein, L’économie pour toutes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mars 2015, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17497

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Fois-Duclerc

Étudiante en M2 Formation aux métiers de l’enseignement en Sciences Economiques et Sociales, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page