Navigation – Plan du site

Nicolas Poirier (dir), Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l’expérience démocratique

Thibault Scohier
Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l'expérience démocratique
Nicolas Poirier (dir.), Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l'expérience démocratique, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La bibliothèque du Mauss », 2015, ISBN : 9782356873545.
Haut de page

Texte intégral

1« Penser de façon conjointe les itinéraires de Cornelius Castoriadis et de Claude Lefort n’est pas quelque chose qui va de soi. » Ainsi commençait le fascicule de présentation du colloque « Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l’expérience démocratique », organisé par l’université Paris-Nanterre en octobre 2013, et dont le présent ouvrage, dirigé par Nicolas Poirier, reproduit les interventions. Ces penseurs ont en effet entretenu de leur vivant des relations compliquées, aussi bien personnelles que philosophiques. Ils étaient tous les deux des moteurs du groupe et de la revue Socialisme ou barbarie, ils ont tous les deux embrassé le marxisme avant de s’en éloigner et tous deux ont défendu jusqu’à la fin de leur vie une certaine vision de la démocratie. Mais ces points de rencontre sont aussi ceux qui incarnent le mieux leurs divergences comme le montrent bien les différents auteurs du recueil. Le livre est divisé en trois parties ; la première est consacrée à la comparaison directe des deux auteurs alors que la deuxième et la troisième s’intéressent individuellement à chacun d’eux.

2Castoriadis et Lefort ont ceci en commun que les historiens de la philosophie et les philosophes académiques en général ont longtemps ignoré leurs œuvres. Jean-Louis Fabiani, dans son intervention introductive, joliment intitulée « Qu’est-ce qu’une philosophie minoritaire ? », se penche sur la réception des deux auteurs dans le champ universitaire français. Castoriadis et Lefort souffrent du même manque d’intérêt de la part de la philosophie « officielle » de leur époque ; cela est toutefois plus vrai pour Castoriadis que pour Lefort. Il aura fallu attendre leur mort et le travail d’un certain nombre de leurs « disciples » (au nombre desquels figurent la plupart des auteurs réunis dans L’expérience démocratique) pour qu’ils soient reconnus comme de grands philosophes français du XXe siècle.

3Le cœur du livre est sans aucun doute la comparaison entre deux théories de la démocratie proposée par Antoine Chollet, Philippe Caumière et Robert Legros. Castoriadis et Lefort partent d’une même critique de la démocratie bourgeoise divisée en classe. Mais après le départ définitif de Lefort de Socialisme ou barbarie en 1958, leurs routes s’écartent radicalement. Castoriadis va chercher dans la philosophie et l’histoire d’Athènes le « germe » de la démocratie et défend une version maximale de celle-ci. Les citoyens doivent reprendre le contrôle conscient de la création des institutions et de la transformation de la société. Cela passe par l’édification d’un nouveau régime (réellement démocratique) et surtout par une prise de conscience sur le projet d’autonomie. Les êtres humains sont en effet au cœur d’un combat entre l’autonomie (se donner ses propres lois) et l’hétéronomie (vivre avec des lois héritées) ; Castoriadis superpose donc le concept de démocratie et celui d’autonomie, qui sont à ses yeux les deux pôles de l’émancipation humaine et sociale.

4Lefort, même s’il milite pour une démocratie plus accomplie, est au contraire influencé par Machiavel et récuse l’idée que les êtres humains devraient chercher à prendre le contrôle de la réalité. Cette volonté pourrait déboucher sur un régime totalitaire. Il insiste au contraire sur le fait que l’essence de la démocratie tient à ce que son centre doit demeurer un « lieu vide », inaccessible. Lefort s’en tient également à la dichotomie entre les « Grands » et le peuple ; la démocratie naît du désir de ce dernier de ne pas être exploité (ce point est également détaillé par Nicolas Poirier). Le demos n’est donc pas le créateur de ses propres institutions ou de son propre contexte mais il est soumis à une lutte permanente entre la petite minorité qui détient le pouvoir et l’immense majorité des citoyens qui désirent seulement vivre paisiblement.

5La vision de Lefort reste cependant très influencée par son passé marxiste et surtout par ses contacts avec le « mouvement ouvrier ». Il base une partie de sa conception « critique » de l’essentialisation du prolétariat et de son pendant politique qui est le « parti des travailleurs sur la prise en main par les travailleurs de leur destin » ; Nicolas Piqué s’intéresse en particulier à l’injonction de Lefort, qui préconise aux chercheurs et aux philosophes d’enquêter directement auprès des ouvriers). Il étudie également, comme le montrent Cécile Vaissié et Patrick Massa, le fonctionnement de la société soviétique : Lefort s’inspire largement des témoignages des dissidents de toutes les générations et décrit avec une grande acuité l’importance de la mobilité sociale en URSS, alors que les thuriféraires du régime communiste avaient tendance à faire disparaître ce problème derrière l’idée de « société sans classe ». L’évolution politique de Lefort, décrite par Hugues Poltier, permet également de prendre conscience de son évolution idéologique qui l’amène à adopter une approche moins radicale et plus légaliste de la contestation démocratique. Serge Audier, dans la dernière intervention consacrée uniquement à Lefort, se centre sur son rapport à la modernité et sur ses liens avec Merleau-Ponty.

6La dernière partie du livre revient sur une série de problèmes classiques dans les études castoriadiennes. Le rôle de la « création » (poiesis) dans l’évolution des institutions politiques est ainsi pointée par Bruno Bernardi ; si la société peut s’auto-transformer, c’est parce qu’elle réussit à construire de nouveaux schémas à partir des blocs de signifiants élémentaires. Castoriadis récuse donc que la politique doive se cantonner à établir des règles de vie communes dans un monde traversé par des différences ou des séparations naturelles entre les individus. La dimension négative de ce problème apparaît avec l’analyse du monde contemporain : le processus de démocratisation, que Castoriadis appelle le projet d’autonomie, s’est inversé. Aujourd’hui, la réalité sociale est dominée par un mouvement d’hétéronomie basé sur la privatisation de l’individu et la généralisation du conformisme, montre Baptiste Calmjane. La démocratie et l’autonomie sont aussi les conditions sine qua non pour qu’une pensée philosophique digne de ce nom puisse émerger. L’article conclusif de Manuel Cervera-Marzal est une ouverture sur les liens entre Castoriadis et un autre penseur, Miguel Abensour, qui se retrouvent dans leur dépassement du marxisme, l’importance qu’ils donnent à la société contre le rôle de l’État et leur conception d’une histoire non-téléologique.

7L’expérience démocratique s’inscrit dans la suite des nombreuses publications visant à analyser, diffuser et critiquer les travaux de Castoriadis et de Lefort. Le pari de comparer ces auteurs est tenu puisqu’on voit clairement apparaître deux théories de la démocratie qui reposent sur des bases différentes et qui développent des points de vue prospectifs opposés. On peut toutefois regretter qu’une majorité d’interventions ne s’intéresse qu’à l’un ou l’autre de ces penseurs, sacrifiant le travail de comparaison à l’exposé de pans parfois déjà bien connus de leurs œuvres. Ce livre intéressera toute les personnes qui cherchent des visions alternatives de la théorie démocratique, qu’elle s’inscrive dans une ligne machiavélienne avec Claude Lefort ou dans une ligne autonomiste avec Cornelius Castoriadis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Nicolas Poirier (dir), Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l’expérience démocratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17529

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page