Navigation – Plan du site

Marie-Laure Legay, Histoire de l’argent à l’époque moderne, de la Renaissance à la Révolution

Clément Weiss
Histoire de l'argent à l'époque moderne
Marie-Laure Legay, Histoire de l'argent à l'époque moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Armand Colin, 2014, 221 p., ISBN : 978-2-200-28647-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Goff Jacques, Le Moyen Âge. Essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010.

1Dès l’introduction, Marie-Laure Legay situe sa réflexion dans le prolongement de celle de Jacques Le Goff en se demandant quelle place l’argent a pu occuper dans la société d’Ancien Régime. Si le médiéviste considérait qu’il n’est pas « un personnage central » au Moyen Âge1, la moderniste estime au contraire que la période qui va de la Renaissance à la Révolution française a fait de l’argent le « grand ordonnateur de la vie sociale ». D’emblée, l’auteure met au jour une tension entre les pratiques concrètes et les discours : l’argent est bien une « force génératrice de la modernité » permettant le « passage du féodalisme au triomphe de la valeur marchande », mais des « remparts idéologiques et institutionnels » ont empêché « la promotion continue du concept d’argent comme forme ultime de richesse » (p. 5-6). En somme, « l’argent se dé-diabolisa » à l’époque moderne sans connaître la « sacralisation qui le caractérisa au XXe siècle » (p. 24).

  • 2 Aglan Alyan, Feiertag Olivier & Marec Yannick, Les Français et l’argent, entre fantasmes et réalité (...)

2Citant le philosophe allemand Georg Simmel, Marie-Laure Legay insiste sur le pouvoir contradictoire de l’argent, à la fois « libérateur et aliénant ». Elle estime que son étude permet d’historiciser la notion de valeur et d’étudier la monétarisation des relations sociales. L’historiographie commence depuis quelques années à considérer l’argent comme un objet d’« histoire totale »2 qu’il ne s’agit plus de limiter à sa dimension technique, la monnaie. Dans cette perspective, l’auteure dresse en douze chapitres thématiques un panorama complet de la place de l’argent à l’époque moderne. L’ouvrage aborde des sujets aussi variés que le rôle de l’argent dans le fonctionnement des institutions (l’appareil monarchique, notamment) ou dans les rapports sociaux (à travers la tension entre l’argent et l’éthique aristocratique au chapitre 4, ou la naissance de la consommation au chapitre 10), mais aussi sa prise en charge idéologique, par le discours religieux (chapitre 1) ou par le discours critique des Lumières (chapitre 11).

  • 3 Legay Marie-Laure, La banqueroute de l'État royal. La gestion des finances publiques de Colbert à l (...)
  • 4 Bruguière Michel, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 198 (...)

3Auteure d’un ouvrage remarqué sur la banqueroute de la monarchie française3, Marie-Laure Legay insiste particulièrement sur l’importance du crédit et de la dette dans les relations monétarisées sous l’Ancien Régime, et ce à tous les niveaux de la société. Elle éclaire notamment de façon remarquable la fuite en avant perpétuelle qui conduit la monarchie française à s’en remettre quasi systématiquement aux avances d’intermédiaires privés pour assurer son fonctionnement, notamment en temps de guerre (chapitre 8), mais aussi à des expédients qui témoignent autant de sa fragilité que de sa souplesse, à l’image de l’institutionnalisation de la « grande braderie » des offices (chapitre 7). L’auteure va plus loin en estimant que cette dépendance de la monarchie vis-à-vis de ses bailleurs de fonds conduit à la création d’une société dans la société, celle « des créanciers à part de la société civile » (p. 166-167). Ce groupe, estimé à 200 000 individus par Barbé-Marbois en 1796, joue selon Marie-Laure Legay un rôle clef dans la dynamique révolutionnaire. L’auteure insiste sur le fait que ce n’est pas la banqueroute de l’État royal en tant que telle qui a provoqué la Révolution française, mais que l’instrumentalisation de la crainte de la cessation de paiement a rompu le rapport de confiance entre la monarchie et ses rentiers, ces derniers cherchant à « avoir prise sur les décisions qui mettaient leur capital en jeu, ce que le régime leur refusa » (p. 189). Le sujet des finances suscite de multiples prises de parole dans les années 1780 et conduit beaucoup de créanciers et rentiers inquiets à prendre le « masque révolutionnaire » et à s’unir « aux amis de la République », comme le dira Cambon (cité p. 191). L’auteure souligne la schizophrénie de la monarchie qui, en raison d’un « contexte institutionnel complètement démuni » (p. 176), est contrainte de s’en remettre largement à des banquiers et financiers privés tout en cherchant à se prémunir – en vain – de leurs actions spéculatives contre les finances publiques. Marie-Laure Legay rationalise peut-être trop cette aporie en cherchant à y lire l’échec d’une « double politique d’encouragement du capitalisme financier et d’encadrement des marchés par voie extraordinaire » (p. 175-176), alors que la monarchie semble plutôt faire face à une situation de précarité et d’urgence qui la conduit à user de tous les expédients possibles, quitte à tantôt couvrir, tantôt condamner certaines pratiques, comme la spéculation sur les effets royaux. Des manieurs d’argent comme Clavière, pourtant soupçonnés d’agiotage à de nombreuses reprises, n’en continuent pas moins de jouer un rôle clef dans les années 1780 comme pendant la Révolution, car l’administration des finances – que celles-ci soient royales ou révolutionnaires – ne peut se passer d’eux4. Cette contradiction est en réalité présente dès le XVIe siècle, comme en témoigne l’étude de l’affaire Semblançay : sous François Ier, le financier Semblançay est mis en accusation pour avoir emprunté à titre personnel afin de financer les guerres de la monarchie, alors qu’il est évident que « sans recourir à son propre crédit », il n’aurait jamais pu faire parvenir « les fonds en temps et en heure aux armées » (p. 138). Pour Marie-Laure Legay, cette affaire est révélatrice de « l’ambiguïté de la gestion » qui se maintient jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et se cristallise dans le rapport entre la monarchie et ses bailleurs de fonds.

4Comme le reconnaît implicitement l’auteure dans une courte conclusion, l’ouvrage porte finalement moins sur l’argent en soi que sur « la régulation de ses usages », d’un point de vue institutionnel notamment (p. 202). En ce sens, il n’est pas certain que l’interrogation liminaire de l’auteure (« De quoi parle-t-on lorsqu’on parle d’argent ? », p. 5) trouve ici une réponse méthodologique pleinement satisfaisante. Dans ses chapitres les plus convaincants, l’ouvrage s’apparente plus à une histoire du système fisco-financier français et de sa crise sous l’Ancien Régime qu’à une « histoire de l’argent » comme objet, valeur et support de représentations et de revendications.

  • 5 Ibid.

5À l’inverse, lorsque l’auteure interroge les dimensions culturelles et idéologiques de la question, son argumentation peine à convaincre, la faute notamment à des choix formels curieux dont on ne sait s’ils sont le fait de l’auteure ou de l’éditeur. Par son format et sa brièveté (un peu plus de 200 pages), l’ouvrage se rapproche plus d’un manuel de synthèse que d’un essai « à thèse », ce qui peut surprendre dans la mesure où écrire l’« histoire de l’argent » est une entreprise complexe, relativement neuve d’un point de vue historiographique, qui aurait donc nécessité des explications plus poussées sur la méthode employée et ses fondements épistémologiques, les cinq pages cumulées d’introduction et de conclusion passant trop rapidement sur ce point. En outre, l’absence totale de notes de bas de page est dommageable car elle ne permet pas de contextualiser les citations, exemples et chiffres avancés et nuit à la force de l’argumentation. Celle-ci donne parfois l’impression de reposer sur des choix d’exemples arbitraires, piochés à telle ou telle période. C’est le cas par exemple pour les ruptures chronologiques que l’auteure cherche à mettre en lumière : on a du mal à saisir comment opposer une phrase tirée de Gargantua à une citation du Traité de gouvernement civil de Locke suffit à prouver une rupture entre le XVIe et le XVIIe siècles dans la diffusion des pratiques de thésaurisation, ce d’autant que, quelques lignes plus loin, l’auteure cite les cas de la duchesse Marguerite de Bourbon et de Mazarin pour montrer que, même dans les rangs de la noblesse, « on thésaurisa à toutes les époques » (p. 80). De même, le choix de concentrer la Révolution française dans le dernier chapitre est discutable puisque cela tend à insister sur la « rupture » révolutionnaire, alors que Michel Bruguière a montré que, pour le monde de l’argent, cette rupture est largement à nuancer5. Par exemple, un sujet comme l’emprise des compagnies privées dans la fourniture aux armées aurait pu mériter une approche transversale, puisque les mécanismes et les turpitudes que l’auteure expose pour l’Ancien Régime (p. 128-132) sont comparables à ceux que l’on retrouve pendant la Révolution.

  • 6 Et encore moins une « nationalité instrumentale » comme il est écrit page 7.
  • 7 Hamon Philippe, L’or des peintres. L’image de l’argent du XVe au XVIIe siècle, Rennes, Presses univ (...)

6L’ouvrage pose un problème méthodologique plus large. S’intéresser aux rapports des individus à l’argent revient à se pencher sur des pratiques qui ont trait autant aux usages collectifs d’une époque ou d’une catégorie sociale qu’aux choix intimes des acteurs, ce qui doit inciter l’historien ou l’historienne à la plus grande prudence afin d’éviter l’écueil de la généralisation ou de l’essentialisation des comportements. En ce sens, l’argent n’est pas qu’une « rationalité instrumentale »6 (p. 201), il est aussi le support de projections et de fantasmes politiques et sociaux, ce qui nécessite d’étudier de front sa dimension instrumentale et sa dimension imaginaire. On peut regretter que discours et représentations soient limités le plus souvent à de simples citations pour l’exemple. Une analyse critique de la construction de nouveaux stéréotypes sociaux liés à l’argent aurait ainsi pu éviter d’écrire que « à Paris, plus encore qu’en province, la femme veut briller », sur la seule foi d’une citation de Louis-Sébastien Mercier qui joue du topos littéraire de l’épouse dépensière dilapidant l’épargne de son mari (p. 77-78). De même, à une exception près (p. 106-107), les représentations iconographiques insérées dans le texte ne sont jamais commentées, alors que l’auteure cite en bibliographie l’ouvrage pionnier de Philippe Hamon sur l’image de l’argent à l’époque moderne7.

7En dépit de ces réserves, l’ouvrage de Marie-Laure Legay mérite d’être salué car il constitue une synthèse utile, claire et au fait des travaux les plus récents, ainsi qu’un jalon dans la constitution de l’argent en objet d’histoire totale.

Haut de page

Notes

1 Le Goff Jacques, Le Moyen Âge. Essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010.

2 Aglan Alyan, Feiertag Olivier & Marec Yannick, Les Français et l’argent, entre fantasmes et réalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 10-11.

3 Legay Marie-Laure, La banqueroute de l'État royal. La gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution française, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011.

4 Bruguière Michel, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1986.

5 Ibid.

6 Et encore moins une « nationalité instrumentale » comme il est écrit page 7.

7 Hamon Philippe, L’or des peintres. L’image de l’argent du XVe au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Weiss, « Marie-Laure Legay, Histoire de l’argent à l’époque moderne, de la Renaissance à la Révolution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17530

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page