Skip to navigation – Site map

Lisa Gitelman, Paper Knowledge: Toward a Media History of Documents

Julien Delsarte
Paper Knowledge
Lisa Gitelman, Paper Knowledge. Toward a Media History of Documents, Duke University Press, 2014, 224 p., ISBN : 978-0-8223-5645-5.
Top of page

Full text

  • 1 Professeure d’anglais et de médias, culture et communication à la New York University.
  • 2 Voir, à ce propos, Thierry Bonnot, L'attachement aux choses, Paris, CNRS Éditions, coll. « Le passé (...)

1L’ouvrage que propose Lisa Gitelman1 discute les séries de développements qui ont donné lieu à certains types de documents (preprinted forms, typescript, PDF, zines) et, par ricochet, les transformations sociétales et idéelles importantes que ces documents ont engendrées au fil des époques. Avec une grande aisance pour resituer les objets dans leurs contextes, l’auteure met la focale sur les conditions historiques, entendues comme l’intersection entre les parcours biographiques des individus et les structures institutionnelles. Mais, au-delà de ce découpage sériel et historique, Gitelman procède aussi à une observation fine de ce que signifie la modernité par le biais de l’ordre social, de la bureaucratie ou encore des techniques. De façon implicite, l’ouvrage discute cette dialectique constitutive des objets : d’un côté, nous faisons les objets mais, de l’autre, ils nous font également2. Sans vouloir revendiquer une quelconque innovation scientifique ou un apport majeur pour l’étude générale des documents, Gitelman propose de remettre en question le champ des media studies et, surtout, ce que l’on désigne par la « print culture ».

  • 3 C’est-à-dire le passage d’une situation où l’on sait « comment compléter les documents » à une situ (...)

2Une des thèses principales formulées par Gitelman est de considérer que le document est marqué par l’imbrication du « connaître » et du « montrer » ; c’est ce qu’elle appelle la know-show function. Selon l’auteure, la documentation revêt une fonction épistémique dans la mesure où le document nous montre et nous apprend quelque chose. La relation entre le « montrer » et le « connaître » est donc en quelque sorte entremêlée : en montrant nous connaissons, et en connaissant nous montrons. Dans la vie de tous les jours, il nous arrive en effet de montrer tel document à une autorité (administrative ou autre) dans le but de nous faire connaître de celle-ci. En cela, si les documents peuvent faire l’objet d’une instrumentalisation par les individus tant par des pratiques habituelles que par des affordances propres aux objets, force est de constater que les documents sont eux-mêmes porteurs de formes de pouvoir, d’autorité ou de contrôle. En prenant l’exemple des formulaires criblés de « blancs » (blanks) à compléter, Gitelman montre qu’en procédant à une « division du travail mental »3, ces documents ont généré une structuration du savoir et une rationalisation bureaucratique. Ainsi, en suivant la pensée de Max Weber sur la bureaucratie, l’auteure reconnaît que le rapport que l’on entretient avec le document est devenu « objectifiant », voire déshumanisant. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de résistance, et c’est là que Gitelman nous pousse à relier le « pouvoir est partout » foucaldien avec « l’homme ordinaire » de de Certeau : les documents sont aussi liés à des mouvements de contre-institutionnalisation et de contre-modernité qui peuvent être menés par des « amateurs ». En cela, le fait d’« objectifier » les documents ne suggère pas que ces derniers ne puissent pas « inspirer des passions » et des mobilisations (p. 33). Au final, c’est par la force des stratégies et des agencéités collectives et individuelles que les processus sociaux parviennent à remodeler les pratiques documentaires. Néanmoins, il appert que cette domination des documents reste prégnante dans notre quotidien actuel. À ce propos, l’auteure constate que certains documents, comme un ticket d’embarquement d’avion ou un certificat de décès, conservent le pouvoir de nous localiser à l’échelle globale. Cette localisation, explique Gitelman, doit se comprendre par le fait que les documents aident à trianguler « le moi [the self] en relation avec, d’un côté, l’autorité des documents et, de l’autre, l’autorité des systèmes spécifiques et des bureaucraties » (p. 135, nous traduisons).

3Un autre point important que Gitelman met en lumière, c’est que nous sommes souvent induits en erreur par la familiarité des conditions présentes. Cette familiarité nous empêcherait d’appréhender les documents de façon critique. À la différence de l’information, les documents sont en effet liés à des paramètres spécifiques qui masquent d’une certaine manière une réalité présente. L’un des enjeux du livre est donc de proposer d’étudier les contextes passés pour appréhender d’une autre façon notre rapport au présent et, de ce fait, de le défamiliariser. En ayant ce regard rétrospectif sur une présupposée « culture de l’imprimé » (print culture), Gitelman remet cette dernière en perspective dans une « économie scripturale » c’est-à-dire, selon la formule de de Certeau, la « “tapisserie sans fin” de l’écriture » (p. x, nous traduisons) où l’écriture est à la fois considérée comme une discipline, exigeant contrôle et socialisation, mais aussi comme un mythe, car les écrits portent en eux le poids de l’histoire. En utilisant ce concept, l’auteure veut montrer que les spécificités liées au développement de techniques documentaires ont changé la façon de concevoir la reproduction et la représentation des documents, la propriété intellectuelle ou encore la circulation du savoir. Par exemple, pour Robert Binkley, au moment de la parution, en 1931, de son typescrit (manuscrit tapé à la machine) Methods of Reproducing Research Materials, la possibilité de faire circuler le savoir hors de la sphère académique relevait du rêve. Cette situation s’explique du fait des conditions techniques et institutionnelles entourant le typescript lui-même : son usage se restreignait à la sphère interne d’activités et sa caractéristique fût de ne pas être publié. Avec le passage au Xerox, c’est une véritable redéfinition de la production et des subjectivités bureaucratiques qui a été suscitée et qui a ouvert des chemins jusqu’alors insoupçonnés par le typescript. Gitelman nous enseigne qu’avec la possibilité de faire circuler des documents hors de la sphère d’où ils proviennent (par exemple, la fuite des papiers confidentiels relatifs à la guerre du Vietnam grâce à la technologie Xerox) mais aussi avec l’acquisition d’un format commun (PDF) pour une transmission plus évidente et un coût moindre, ces développements ont mené à une situation web, dite « en ligne » (online), qui se distingue de « l’imprimé ». En effet, selon l’auteure, ce dernier concept traduirait assez mal la possibilité de sortir de cet ancrage matériel que l’impression typographique pouvait susciter. En expliquant de façon historique certaines évolutions documentaires, Gitelman nous fait ainsi comprendre que les innovations techniques ont permis de véritables transformations sociales et de nouvelles formes d’actions.

4En suivant l'évolution des documents et en constatant les liens qu’ils entretiennent entre eux, Gitelman nous incite alors à considérer que les « petits outils de la connaissance » (p. 19, nous traduisons), c’est-à-dire ces acteurs et ces formes documentaires qui ont fait l’histoire des documents, offrent une image plus abondante de ce qui constitue les media studies et nous renseignent également sur un ensemble de techniques de contrôle. On peut dès lors considérer que les formes matérielles que prennent les documents peuvent nous informer sur les documents eux-mêmes mais aussi sur leurs contextes de circulation, si nous les replaçons dans le contexte d’où ils proviennent. Les documents peuvent donc être perçus comme le reflet de ce que les gens pensent et de ce que l’ordre social produit. Enfin, si l’auteure ne sépare pas le contexte de la circulation, cela n’a rien d’anodin. Pour elle, l’image plus générale qui entoure les documents n’est autre que celle du mouvement : tant des choses, des individus que des valeurs (p. 22). Dans un flux constant d’informations et d’actions, le savoir devient une ressource de plus en plus mobile et empilable. C’est ce que Gitelman souligne en observant le déplacement effectué par le fait de pouvoir reproduire l’information : on passe d’une situation où l’on pouvait avoir l’information en tête à une situation où l’on peut disposer de l’information à portée de main. Face à une évolution croissante de la publication et des échanges, le mérite de l’auteure est de garder les pieds sur terre en soulignant le maintien des inégalités sociales concernant l’accès aux documents et en rappelant l’institutionnalisation toujours grandissante de ces derniers.

5Fouillé, illustré et anecdotique, ce livre est destiné à un public intéressé par les sciences de l’information et de la communication, par les sciences sociales et historiques, et plus particulièrement par des thèmes comme l’évolution documentaire, la circulation du savoir ou les changements sociaux liés aux développements technologiques.

Top of page

Notes

1 Professeure d’anglais et de médias, culture et communication à la New York University.

2 Voir, à ce propos, Thierry Bonnot, L'attachement aux choses, Paris, CNRS Éditions, coll. « Le passé recomposé », 2014 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/16709.

3 C’est-à-dire le passage d’une situation où l’on sait « comment compléter les documents » à une situation où l’on sait « comment planifier la façon dont ils doivent être complétés ».

Top of page

References

Electronic reference

Julien Delsarte, « Lisa Gitelman, Paper Knowledge: Toward a Media History of Documents », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 03 April 2015, connection on 22 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17582

Top of page

About the author

Julien Delsarte

Étudiant en anthropologie à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page