Navigation – Plan du site

Quand le capitalisme cynégétique envahit la réserve du Dja : une réponse de Samuel-Béni Ella à Emmanuel Galland

Samuel-Béni Ella
Quand le capitalisme cynégétique envahit la réserve du Dja
Samuel-Béni Ella Ella, Quand le capitalisme cynégétique envahit la réserve du Dja. Étude de sociologie de la chasse déviante, Yaoundé, Presses universitaires de Yaoundé, 2014, 172 p., Préface de Roger Ngoufo, ISBN : 978-2-8493-6046-0.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1En lisant la diatribe non fondée d’E. Galland, nous comprenons d’emblée que notre cher recenseur n’a pas bien saisi la logique de notre démonstration, qui est adossée sur la caractérisation d’une situation de déviance. En effet, trois éléments caractérisent une situation de déviance : l’existence d’une norme sociale, le comportement de transgression de cette norme, et le processus de stigmatisation de cette transgression. Nous le rappelons fort bien à la p. 31.

2« l’ouvrage […] s’embourbe dans une première partie déconnectée de l’enquête empirique où l’auteur passe en revue de manière cavalière la littérature sur la déviance en sciences sociales » dixit E. Galland… Réponse : En aucun endroit de notre ouvrage nous annonçons qu’il s’agit d’une enquête empirique. Nous parlons bien d’une enquête sociologique. Et l’enquête sociologique n’est pas qu’empirique. Bien plus, toute bonne enquête sociologique est adossée sur un cadre théorique bien précis. C’est ce que nous essayons de faire de la p. 27 à la p. 46 (20 pages), pour réaliser ensuite notre démonstration factuelle de la p. 47 à la p. 121 (75 pages). La première partie théorique de notre ouvrage permet ainsi au lecteur (non initié à la sociologie de la déviance) de comprendre ce que c’est qu’un comportement déviant et la méthodologie d’étude des comportements déviants.

3« On assiste ainsi à un exposé sous forme de catalogue des différents courants, sans transition, du marxisme au fonctionnalisme en passant par le culturalisme et l’interactionnisme » dixit E. Galland… Réponse : Le but ici n’est pas de montrer la relation entre les différentes théories sociologiques de la déviance, mais plutôt de faire un bref aperçu de celles qui corroborent notre thèse… En sociologie, tout bon chercheur doit préciser sa grille de lecture

4« L’intention de l’auteur est de cerner une définition de la déviance qui convienne à la suite de son étude et, in fine à la thèse qu’il veut défendre » dixit E. Galland… Réponse : Nous avons construit notre définition de la déviance en nous inspirant de deux précieux ouvrages de sciences sociales, à savoir : le Dictionnaire de la sociologie de R. Boudon et al et le Lexique des sciences sociales de M. Grawitz. Mais, nous attendons que Galland nous précise sa meilleure définition de la déviance.

5« Samuel-Béni Ella Ella propose une définition de la déviance comme ce qui ne respecte pas les normes “normales” » dixit E. Galland… Réponse : Cette définition n’est pas la nôtre. C’est une pure invention de Galland. Nous lui recommandons de cerner notre définition de la déviance à la p. 30 de l’ouvrage. Voilà une preuve palpable qu’il s’agit bel et bien d’un compte rendu dévoyé.

6« La partie empirique se veut une présentation des différentes normes qui encadrent le monde de la chasse, présentées sur la base d’une opposition entre normes locales et normes globales » dixit E. Galland… Réponse : Voilà encore une pure invention de Galland. Dans aucune page de notre ouvrage nous opposons normes locales et normes globales de la chasse au nord de la réserve du Dja. Tout au contraire, la sociographie de ces normes cynégétiques montre bel et bien qu’elles convergent vers un seul et même objectif : la conservation de la faune sauvage.

7« L’exposé emprunte le format d’un inventaire à la Prévert des différents registres normatifs, qui vont des codes coutumiers à des citations de l’Ancien Testament […]. On observe un cruel manque de mise en contexte historique et social de ces normes, dont on aurait aimé savoir la place et le rôle qu’elles jouent au quotidien dans la vie des chasseurs de la région du Dja » dixit E. Galland… Réponse : Il ne s’agit pas ici d’un travail d’histoire ou d’anthropologie des normes de la chasse, mais plutôt d’une étude de sociologie de la déviance, qui exige au chercheur de présenter avant tout les normes établies dans la société étudiée avant de passer à l’analyse sociologique proprement dite. D’autant plus que toute déviance est construite par les normes sociales et que toute situation de déviance se caractérise avant tout par l’existence d’une norme sociale. À cet effet, notre observation participante nous a permis de constater que les normes divines font bel et bien partie de la culture des nouvelles sociétés badjoué étudiées, au nom de l’acculturation. À titre d’exemple, les rites de veuvage sont désormais présidés par le prêtre ou le pasteur. Par ailleurs, 99% des chasseurs interrogés sont des chrétiens pratiquants. En juin 2013, ces chasseurs nous avaient d’ailleurs invités à un culte d’offrandes pour la construction du temple de leur église. Croyez-vous donc que des gens peuvent se sacrifier pour construire un temple à DIEU et ne pas se reconnaître dans les normes divines de la chasse prêchées de temps en temps dans leur temple ?

8« Selon lui, la nouvelle génération de chasseurs de cette région ferait preuve d’un “utilitarisme” et d’un “arrivisme” éhonté, alimentés par “la percée fulgurante du capitalisme cynégétique global depuis l’époque coloniale” (p. 124) » dixit E. Galland… Réponse : notre cher « lecteur » ne précise pas qu’il s’agit là de la conclusion de notre ouvrage. Et nous ne comprenons pas l’utilisation du conditionnel. Car, le chapitre 5 de l’ouvrage (p. 81 à 85) contient des faits palpables qui explicitent ces comportements utilitaristes et arrivistes des nouveaux chasseurs badjoué. Et le chapitre 6 (p. 87 à 121) met au grand jour, avec des faits objectivables à l’appui, la relation existant entre ces comportements déviants et la percée fulgurante du capitalisme cynégétique.

9« L’auteur décide plus ou moins que les chasseurs sont déviants du fait qu’ils ne suivent pas la normalité que celui-ci énonce à leur place […] pourquoi les [les techniques traditionnelles] appeler techniques “normales” si personne ne les utilise, si ce n’est au nom d’une normalité pré-établie par l’auteur lui-même ? » dixit E. Galland… Réponse : Encore une fois, E. Galland ne comprend pas qu’il s’agit d’une étude de sociologie de la déviance. Toute déviance est construite par les normes sociales. Ce sont ces normes sociales qui stigmatisent les chasseurs de déviants et qui classent les techniques traditionnelles de « techniques normales » de chasse. Ce n’est pas l’auteur de l’ouvrage qui décide ou qui pré-établit la normalité. D’ailleurs, les chasseurs reconnaissent cela. C’est pourquoi, ils se cachent pour utiliser les techniques de chasse interdites (c’est le propre des déviants de se cacher parfois) : c’est ce que R. King Merton (1965) appelle la déviance aberrante (lire p. 30 de l’ouvrage). Bien plus, notre cher recenseur confond ici « normes sociales » et « pratiques sociales ». Ce n’est pas parce que les nouveaux chasseurs folklorisent les techniques de chasse créées et acceptées par les « entrepreneurs de morale » de leur société que leurs pratiques de chasse sont normales.

10« […] la démonstration tend à les [les sociétés traditionnelles idylliques] opposer à une modernité vue comme délétère, aussi capitaliste fut-elle » dixit E. Galland… Réponse : Ce n’est pas le but de notre démonstration. Comme dans toute bonne étude de sociologie de la déviance, il s’agit pour nous ici de répondre à la question de savoir Quand, comment et pourquoi la chasse déviante prospère-t-elle au nord du Dja, malgré la sensibilisation et la répression faites ici ? Encore une fois, ce sont les normes de la chasse établies ici qui qualifient les techniques traditionnelles de chasse de « techniques normales » et les techniques d’accueil de « techniques déviantes ». Nous ne pouvons parler, à la fois, de « nouvelles sociétés badjoué » et de « sociétés traditionnelles idylliques ».

11« la dimension normative des propos de l’auteur nuit parfois à la qualité de sa démonstration » ; « Signalons encore des termes à forte teneur morale tels que “arrivisme”, “cupidité” […] Un tel vocabulaire le place plutôt du côté des intellectuels moralistes […] assez nombreux […] au Cameroun » dixit E. Galland… Réponse : Rappeler les normes cynégétiques établies au nord du Dja, débusquer et faire comprendre les comportements de transgression de ces normes ainsi que le processus de stigmatisation de cette transgression veut-il dire moraliser les chasseurs étudiés ? Je crois vraisemblablement que non. Il s’agit plutôt là d’une caractérisation d’une situation de déviance qui constitue la toile de fond de notre étude de sociologie de la déviance, qu’E. Galland confond avec un travail d’éthique cynégétique ou de philosophie morale de la chasse au nord de la réserve du Dja.

12« […] dans ce type de littérature orienté vers la recherche-action » dixit E. Galland… Réponse : La recherche-action vise la transformation de la société par les décideurs. Il est impossible de publier un travail de recherche-action sans y remercier le décideur ou l’entreprise l’ayant commandé. E. Galland oublie tout simplement qu’E. Durkheim (l’un des pionniers de la sociologie de l’anomie ou de la déviance) recommande que la recherche sociologique ne doive pas avoir qu’un intérêt théorique. C’est dans cette lancée que nous faisons des recommandations aux décideurs concernés par notre trouvaille à la fin de notre conclusion, décideurs qui sont libres de les implémenter ou pas.

13« lorsqu’il dénonce in fine “la chasse déviante marchande comme responsable de l’exploitation du chasseur autochtone et de la dépravation des mœurs” (p. 112) sans aucune prise de distance par rapport à ces énoncés » dixit E. Galland… Réponse : Les faits objectivables justifiant ces propos sont largement présentés de la p. 112 à 121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel-Béni Ella, « Quand le capitalisme cynégétique envahit la réserve du Dja : une réponse de Samuel-Béni Ella à Emmanuel Galland », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 avril 2015, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17623

Haut de page

Rédacteur

Samuel-Béni Ella

Sociologue spécialiste du Dja, chargé de cours à l’université de Yaoundé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page