Navigation – Plan du site

Séverine Lathuillière, Gilles Caron. Le Conflit intérieur

Alexis Creten
Gilles Caron
Séverine Lathuillière, Gilles Caron. Le Conflit intérieur, Paris, Éditions Montparnasse, 2015.
Haut de page

Texte intégral

1Ce court documentaire (à peine une quarantaine de minutes) présente la carrière du photojournaliste Gilles Caron, cofondateur de l’agence Gamma, sous différents angles. Il en fait ressortir les tensions, en explore les facettes, permet de réfléchir à sa trajectoire remarquable, mais également à celle du photojournalisme en général. Ainsi, on commence par découvrir l’expérience personnelle qu’a Caron de la guerre d’Algérie ; épreuve qui a fait naître en lui un besoin de témoigner de l’horreur de la guerre, ainsi que le refus de combattre. La réalisatrice, Séverine Lathuillière, poursuit en présentant le photojournaliste sous les traits du héros : elle décrit le regard qu’il porte sur les personnes et les situations, sur la souffrance vécue par les populations et sur sa position difficile face à ces drames humains qu’il doit « capturer », puis laisser derrière lui. La réalisatrice réussit à aborder ces thèmes communs à l’ensemble des photojournalistes au travers du destin de l’un d’entre eux, Gilles Caron, tout en rappelant l’impact qu’il a eu sur le devenir de cette profession.

2Cet hommage audiovisuel à Gilles Caron et à sa carrière brève mais marquante (décédé en 1970, à 30 ans, lors d’un reportage au Cambodge) a été réalisé dans le cadre de l’exposition « Gilles Caron. Le conflit intérieur », qui s’est tenue en 2013 au musée de l’Élysée, à Lausanne1. Ce documentaire et l’exposition s’appuient sur l’ouvrage de l’historien de l’art contemporain Michel Poivert2. Au cœur de ce documentaire se trouvent la position du photoreporter et la crise morale qu’elle peut générer, mais également la façon dont Gilles Caron aborde ce double enjeu dans son œuvre. Peu à peu, il tourne la caméra vers lui-même et transforme le photographe en sujet du reportage, faisant de la sorte ressortir sa crise de conscience.

3La voix off accompagne la présentation d’une succession de photos prises par Gilles Caron : des centaines de clichés, des planches et des pellicules. Cette profusion d’images ne se limite pas aux photos les plus emblématiques du photographe, mais présente également des clichés moins connus, certains d’apparence plus banale, d’autres d’une violence d’autant plus insupportable qu’ils proviennent de scènes vécues. L’univers sonore, hormis la voix off, est composé d’un thème musical discret présent durant tout le documentaire, ainsi que d’extraits d’anciens entretiens avec Gilles Caron ou des pistes sonores qui rendent les images plus vivantes (comme ces passages d’enregistrements de l’ambiance des manifestations de Mai 68). Un bonus est ajouté au documentaire : un montage vidéo de moins de cinq minutes présentant la planche complète des clichés pris lors des événements de Mai 68, dont une partie est déjà montrée durant le documentaire.

4Les différentes parties du film, calquées sur les chapitres du livre de Michel Poivert, retracent chronologiquement la carrière du photoreporter et invitent par-là à une démarche réflexive sur son travail. Ensuite, dans la dernière partie, la narration se concentre sur la position de Gilles Caron et les conflits moraux vécus par celui-ci. Cette structure permet de découvrir la vie et l’œuvre du photographe, mais aussi une facette plus personnelle de celui-ci, qui permet de mettre en lien l’évolution artistique de Gilles Caron avec son parcours et son questionnement moral incessant. Sa rencontre avec Don McCullin, le fameux photographe de guerre anglais, fut le déclencheur de ce changement artistique faisant apparaître le journaliste dans la photo et le plaçant ainsi au centre de la situation dont il rend compte. Un exemple est particulièrement emblématique de cette nouvelle posture du photographe et révèle les enjeux moraux et éthiques du métier : sur un cliché3 de Gilles Caron, on voit Raymond Depardon filmant un enfant squelettique allongé sur le sol durant la guerre civile au Biafra.

5De son œuvre ressort une volonté continue de restituer l’humanité des gens, aussi bien des victimes que des soldats (considérés également comme des victimes de l’absurdité de la guerre). Gilles Caron cherche à faire apparaître cette « part d’humanité que l’histoire commande de refouler », une humanité oubliée des livres d’histoire et des récits de bataille. Ses clichés montrent des protagonistes s’interrogeant sur le sens de la guerre qu’ils vivent ; quête qu’il poursuit lui-même depuis l’époque de son service en Algérie. Il arrive à exprimer une compassion à travers ses photographies, à dépasser cette « pornographie de la douleur » qu’il dénonce pour arriver à une profonde empathie, afin de pousser à la réflexion quiconque regarde ses clichés. Cette humanité, on la retrouve dans chacun des reportages de Gilles Caron, c’est le fil conducteur autour duquel s’articulent ses multiples clichés. Il privilégie toujours la compréhension à la seule image choc : tant dans le regard de la jeunesse de Mai 68, plongée en pleine réflexion, loin de l’insouciance dont on qualifie souvent la jeunesse, que dans celui des victimes de la guerre qui continuent d’essayer de vivre, ce qui contraste avec l’action qui caractérise les combats.

  • 4 Leblanc Audrey, « Fixer l'événement », Sociétés & Représentations, n°32, 2011/2, p. 57-76. URL : ww (...)
  • 5 Pataut Marc et Roussin Philippe, « Photographie, art documentaire », Tracés. Revue de Sciences huma (...)

6Mais cette image choc est nécessaire et inévitable dans le métier de photojournaliste. Gilles Caron s’en sert pour attirer le lecteur et pour le pousser à s’intéresser à l’autre. Il soulève ainsi les ambiguïtés du métier, ce voyeurisme et ce goût pour la violence qui est de plus en plus prégnant mais qu'il est obligé d'accepter. De plus, il a l’intuition que le photojournalisme doit inaugurer de nouvelles formes de récits. Il a comme projet de raconter l’actualité autrement, en y intégrant ses propres sentiments sur l’humanité. Cela passe notamment par la création de nouveaux schémas visuels, intégrant le photojournaliste, faisant de lui un acteur, le rendant apparent. Il fait en effet partie intégrante de la situation qu’il cherche à montrer, comme en témoigne la situation survenue pendant un reportage qu’il faisait sur une insurrection au Tchad en 1970. Il se trouve au milieu d’un groupe de rebelles Toubous dans le Tibesti tchadien lorsque les forces gouvernementales les assiègent. Il tente alors de mener une négociation entre les deux parties et est retenu captif durant un mois, devenant ainsi pleinement acteur des événements. Le récit mis en scène se confond désormais avec ce que les journalistes expérimentent eux-mêmes directement, avec les situations auxquelles ils participent, ce qui ne manquera pas d’intéresser les chercheurs en sciences sociales dont les analyses sont elles aussi marquées par leur présence sur le terrain étudié. Pour approfondir cette question, le spectateur se référera utilement à des articles tels que celui d’Audrey Leblanc4 (qui s’appuie également en partie sur les conceptions de Gilles Caron) ou celui de Marc Pataut et Philippe Roussin5 qui invite notamment à considérer les parallèles existant entre ce type d’enquête et celles menées par les sciences sociales.

7« Envie de vivre vite. De mourir jeune. Je fous toujours tout en l'air mais pourquoi pas ? » prophétisait Gilles Caron. Bien que courte, sa carrière marqua le photojournalisme français en mêlant information, art et réflexion. Le documentaire aborde cela de façon complète et permet au spectateur de découvrir cet homme, son parcours, ses idées, sans que la moindre connaissance préalable ne soit nécessaire à son visionnage.

Haut de page

Notes

1 La page de l’exposition sur le site du musée de l’Élysée : http://www.elysee.ch/no_cache/expositions/detail/article/gilles-caron-le-conflit-interieur.

2 Poivert Michel, Gilles Caron. Le conflit intérieur, Arles, Éditions Photosynthèses/Musée de l’Élysée, 2013, 410 p. Voyez le compte rendu réalisé par Audrey Leblanc : http://etudesphotographiques.revues.org/3399.

3 La photo : http://expo-foto.fr/wp-domains/expofoto/uploads/2014/08/gilles_caron_depardon_e_fondation_gilles_caron1.jpg.

4 Leblanc Audrey, « Fixer l'événement », Sociétés & Représentations, n°32, 2011/2, p. 57-76. URL : www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2011-2-page-57.htm.

5 Pataut Marc et Roussin Philippe, « Photographie, art documentaire », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 11, 2011, p. 47-66. URL : http://traces.revues.org/5253.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Creten, « Séverine Lathuillière, Gilles Caron. Le Conflit intérieur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 avril 2015, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17625

Haut de page

Rédacteur

Alexis Creten

Étudiant en 3e année de bachelier en sociologie et anthropologie à l’Université libre de Bruxelles. Expérience d’assistant de recherche dans le cadre de l’étude EQUOP-ULB

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page