Navigation – Plan du site

François Pouillon, Anthropologie des petites choses

Sarah Demichel-Basnier
Anthropologie des petites choses
François Pouillon, Anthropologie des petites choses, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Des Mondes Ordinaires », 2015, 225 p., ISBN : 978-2-35687-380-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion de Progrès est apparue avec le siècle des Lumières. Elle est entendue ici comme une idéol (...)

1Chaque discipline garde des traces de son histoire - celle de la société et de l’époque dans lesquelles elle s’est constituée - l’anthropologie en est un bel exemple. C’est de cet héritage historique que François Pouillon dresse la critique, à travers un ouvrage qui se propose modestement de revenir aux petites choses présentes dans notre quotidien. Partant du postulat qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais objet pour l’anthropologie, l’auteur choisit de porter attention aux délaissés des grands desseins qui furent assignés à l’ethnologie et plus tard, à l’anthropologie sociale. Entre autres, l’on trouve la justification de la colonisation par l’établissement d’une frontière culturelle infranchissable entre « eux » - les « sauvages », et « nous » - la « civilisation ». La restriction de ces disciplines à l’étude des « peuples sans histoire » était sous-tendue par la croyance en un progrès1, qui serait la recette de l’évolution et du développement de ces peuples « égarés » des sentiers de notre Histoire - occidentale et unilatérale, est-il encore nécessaire de le préciser ?

  • 2 Claude Lévi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Paris La Haye : Mouton, 1968.
  • 3 Ce terme est emprunté au sociologue Shmuel Eisenstadt et, bien qu’il fasse de la sociologie, ses te (...)
  • 4 Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Aubier, Paris, 1994.
  • 5 L’évolutionnisme est une idéologie occidentale qui postule que chaque société suit un même mouvemen (...)

2L’anthropologie a connu un renouveau dans la seconde moitié du XXe siècle, qui tient en partie sans doute aux multiples crises écologiques, politiques, sociales, culturelles etc. qui remettent en cause notre modèle de société occidental. Il faut désormais raisonner en termes de « structures »2, considérer que nous sommes face à des « modernités multiples »3, et qu’il est nécessaire par ailleurs d’exercer une « anthropologie à domicile » ou « contemporaine »4… Cependant, cela ne suffit pas à masquer la saillance de certaines cicatrices. La tendance évolutionniste5, pour François Pouillon, imprègne encore nos sociétés occidentales, ce qui n’est pas sans influence sur la discipline : il semblerait, en effet, que cette opposition entre « eux » et « nous » se soit parée d’euphémismes : « sociétés traditionnelles » et « sociétés modernes » ; « sociétés sans histoire » ou « sociétés sans écriture ».

  • 6 Georges Balandier, « Réflexions sur une anthropologie de la modernité », Cahiers internationaux de (...)
  • 7 James Scott, « Infra-politique des groupes subalternes », Vacarme, n°36, 2006.

3En rappelant la capacité d’initiative des populations « exotiques », autrefois étudiées en ethnologie, cette Anthropologie des petites choses peut se situer dans le sillage de Georges Balandier6, ou encore être rattachée à des travaux tels que ceux de James Scott7 : « une observation plus attentive montre en effet que, loin d’être fatalement soumises [les populations] à la tyrannie de la coutume, on y trouve, tout autant qu’ailleurs, du libre-arbitre, de la déviance, du non-conformisme, de l’histoire en somme » (p. 12). Spécialiste du monde arabe et riche de ses nombreux voyages, François Pouillon propose d’appliquer le regard dépaysé, interloqué de l’anthropologue immergé dans une nouvelle culture… aux choses et aux sujets qui jalonnent notre quotidien français. Il ne s’agit pas de les analyser à travers le prisme de concepts classiques issus de l’ethnologie - « clans » ; « tribus » ; « totems » etc.- qui ne sont pas toujours selon François Pouillon, d’une grande pertinence pour analyser des faits de nos sociétés contemporaines. La prétention d’ériger une théorie générale qui « tourne facilement à vide » (p. 17) n’est pas non plus de mise, mais il s’agit plutôt de se restreindre à une valeur sûre de la discipline, l’observation concrète, en posant ce regard étranger à ces « oubliés de l’anthropologie » (p. 20).

4Ces petites choses classées sous la forme d’un abécédaire ne sont, a priori, pas si insignifiantes. L’anthropologue s’attaque à des sujets saillants tels que l’éducation, le mariage, ou laissés à d’autres disciplines parce qu’ils étaient difficilement appréhendables par les outils dont disposent les sciences humaines, comme l’amour, dont s’est saisi la littérature. Le second fil rouge qui sous-tend cet ouvrage, après celui de la nécessité d’un regard dépaysé sur le territoire social de l’anthropologue, est qu’il n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » objet dont l’anthropologie peut se saisir. Ainsi, ce qui devient intéressant de manière paradoxale, mais non moins logique, c’est de s’intéresser aux choses qui n’intéressent - au premier abord – personne ou presque. Il ne faudrait toutefois pas penser que ces micro-analyses sont infondées, mais au contraire, elles s’inspirent de l’enseignement tiré des années de vie active de l’anthropologue. Le lecteur s’en trouvera probablement étonné du chemin que prend l’analyse, de la différence entre les accoudoirs des sièges de cinéma jusqu’aux sociétés sans État, ou encore comment le souvenir du haut-parleur de la voiture qui annonçait la représentation d’un spectacle de cirque dans la ville nous mène jusqu’à la prolifération des écrans. Le format de l’abécédaire présente l’avantage de se rendre aux mots qui intéressent - du moins au premier abord - plus particulièrement le lecteur, et où les diverses analyses sont en lien avec des souvenirs autobiographiques, des lieux communs, des ouvrages littéraires et cinématographiques, et où l’on retrouve des anecdotes ethnographiques de la culture maghrébine mises en regard avec les pratiques culturelles françaises – nous pourrions par exemple citer l’expérience d’un repas dans le désert saharien avec toute sa ritualité, de celle d’un repas au sein de sa propre maison avec un adolescent français… (p. 49).

5Au final, ces « petites choses » de notre société française sont mises au regard de leurs homologues de cultures et de pays différents par une anthropologie qui se restreint à l’observation concrète, sans s’aventurer dans un cadre théorique plus large. Cela pourrait être considéré comme un chemin de fuite, lorsque l’on sait la difficulté que représente l’établissement d’une théorie sociologique ou anthropologique générale. Mais il ne semble pas en être le cas ici : l’argumentation est pertinente et s’appuie sur des années d’enseignement et de terrain. Les anecdotes diversifiées et les références théoriques et culturelles variées n’enferment ni l’idée ni le propos, et peuvent permettre au lecteur d’établir des liens faciles avec ses expériences quotidiennes auxquelles il est susceptible d’étendre son raisonnement. Anthropologie des petites choses, c’est finalement le refus de l’idéologie occidentale, de la croyance en nos valeurs civilisationnelles et de nos représentations, et en même temps la réactualisation d’une leçon à l’anthropologue : les frontières que l’on tente, en tant que chercheur, d’établir entre les positions d’observateur et d’observé, d’ethnologue et d’informateur, sont beaucoup plus ténues qu’elles n’y paraissent.

Haut de page

Notes

1 La notion de Progrès est apparue avec le siècle des Lumières. Elle est entendue ici comme une idéologie véhiculant la possibilité pour l’être humain de s’émanciper par la raison, la science et les techniques.

2 Claude Lévi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Paris La Haye : Mouton, 1968.

3 Ce terme est emprunté au sociologue Shmuel Eisenstadt et, bien qu’il fasse de la sociologie, ses terrains de recherche (sociologie des civilisations et de la modernité) ont tout à voir avec les problématiques inhérentes à l’anthropologie occidentale aujourd’hui que sont le développement et la modernité. Eisenstadt Shmuel N., « La modernité multiple comme défi à la sociologie », Revue du MAUSS 2/2004 (no 24), p. 189-204. URL : www.cairn.info/revue-du-mauss-2004-2-page-189.htm. DOI : 10.3917/rdm.024.0189, consulté le 31/03/2015 à 12:39.

4 Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Aubier, Paris, 1994.

5 L’évolutionnisme est une idéologie occidentale qui postule que chaque société suit un même mouvement historique, les conduisant à terme à leur forme la plus avancée (celle-ci étant le modèle de société occidental).

6 Georges Balandier, « Réflexions sur une anthropologie de la modernité », Cahiers internationaux de Sociologie, vol.51, 1971.

7 James Scott, « Infra-politique des groupes subalternes », Vacarme, n°36, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Demichel-Basnier, « François Pouillon, Anthropologie des petites choses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 avril 2015, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17637

Haut de page

Rédacteur

Sarah Demichel-Basnier

Etudiante en Master de Sociologie option Recherche à Caen (UCBN)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page