Navigation – Plan du site

Claude Martin (dir.), « Être un bon parent ». Une injonction contemporaine

Cécile Brotons
« Être un bon parent »
Claude Martin (dir.), « Être un bon parent ». Une injonction contemporaine, Rennes, EHESP, coll. « Lien social et politiques », 2014, 247 p., EAN : 9782819902606.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1960, les importants changements démographiques en ce qui concerne la fécondité, la nuptialité, ou encore le divorce, ont considérablement fait évoluer la « condition parentale », c’est-à-dire l’ensemble des « conditions dans lesquelles les parents exercent leur rôle » (p. 9). L’origine de cette évolution se trouverait du côté des mutations du travail et de l’emploi (féminisation du marché du travail, transformation des rythmes…) et des réformes de l’État social (politique familiale, conciliation entre vie familiale et vie professionnelle...). Par ailleurs, les conseils et prescriptions en direction des parents font l’objet d’un important marché depuis plusieurs années. Cette logique du marché renvoie elle aussi à une forte demande politique, ayant pour objectif d’assurer la réussite de la mission éducative. C’est dans ce contexte que Claude Martin propose d’étudier ici la production normative de la fonction parentale sous l’angle de la construction d’un « problème public » (soit « un fait social ordinaire transformé en enjeu de débat public », p. 13), à travers le développement de trois grandes parties.

2La première partie, intitulée « Figures du bon et du mauvais parent », est consacrée aux normes parentales et à la manière dont elles ont été produites et ont évolué au fil des années. Ces normes sont analysées par Marie-Clémence Le Pape à travers les représentations de la famille véhiculées par les affiches et les brochures des campagnes de santé publique. L’auteure relève l’existence d’une tension entre une image stéréotypée et figée des fonctions parentales et une représentation « moderne » de la vie familiale, telle qu’elle est dépeinte par les sociologues de la famille depuis quarante ans. Les affiches et les brochures représentent les deux parents de manière inégalitaire : l’image du père est renouvelée (sa responsabilité est davantage reconnue) et toujours socialement valorisée (il fait figure d’autorité), tandis que celle de la mère reste figée sur des stéréotypes passés car elle est toujours considérée comme la figure domestique tutélaire.

3Des systèmes d’indicateurs du bien-être de l’enfant ont également contribué à produire ces normes. Pascal Eric Gaberel prend le cas de l’Amérique du Nord depuis les années 1990. Si à l’origine, ces indicateurs devaient mesurer de potentiels dangers auxquels l’enfant était exposé, ils sont apparus comme des révélateurs du cadre de vie et de l’éducation offerte par les parents, la norme du bien-être de l’enfant définissant implicitement les conditions de la bonne « parentalité » (terme qui désigne la condition parentale et ses pratiques). Ciblant désormais davantage la responsabilité parentale que les conditions socio-économiques concourant au bien-être des enfants, les nouveaux indicateurs provoquent une stigmatisation des familles monoparentales et des mères adolescentes non mariées, particulièrement celles qui sont d’origine afro-américaine.

4Pour clore cette première partie, Florence Brunet, Pauline Kertudo et Elsa Ramos proposent d’étudier les modalités de réception et d’appropriation de ces normes éducatives par les parents, dans le contexte particulier de la parentalité adoptive. En effet, si tous les parents sont confrontés aux normes, l’intérêt de cette étude est de montrer que les normes de la parentalité adoptive sont plus explicites que celles de la parentalité « biologique » car le projet parental et familial d’adoption est soumis à la caution de l’État. La parentalité adoptive est décrite comme « supérieure » à une parentalité biologique, notamment à cause du fait que la première serait plus réflexive et conscientisée que la seconde.

5Dans la deuxième partie, la définition de la politique de soutien à la parentalité est abordée à travers l’analyse de Benoît Bastard portant sur les questions de normalisation des divorces et de reconnaissance de la diversité des configurations familiales. Les interventions institutionnelles (la médiation, l’accueil parents-enfants, le conseil conjugal et familial...) laissent poindre un contrôle social qui s’exerce sur les situations familiales. L’accroissement du nombre de divorces et la diffusion des pratiques d’intervention ont modifié l’exercice de la parentalité pour tous les parents (y compris ceux qui ne sont ni séparés ni divorcés).

6L’action publique serait ainsi atteinte d’un phénomène de « parentisation », selon Jessica Pother (p. 109). Par exemple, dans le cadre de la politique de prévention de la délinquance, les acteurs institutionnels ont tendance à surinvestir des « déficiences de parentalité » parmi les causes de « déviances juvéniles ». Le nombre de parents français à soutenir augmenterait donc de manière significative car les différents dispositifs mis en place s’adressent aux plus vulnérables et tendent à disqualifier davantage les parents des milieux populaires.

7Ces idées sont reprises par Gérard Neyrand qui pointe les ambivalences et contradictions induites par ce processus de construction de la politique de soutien. L’auteur défend l’idée d’une « sur-responsabilité » (p. 142) qui est conférée aux parents, dans le sens où ils sont rendus seuls responsables de la mission éducative, alors que le poids des rapports sociaux et des autres facteurs externes est évacué. De plus en plus de familles éprouveraient donc des difficultés à s’ajuster aux attentes normatives. Les problèmes d’intégration sociale de certaines populations sont alors renvoyés à une « déficience » parentale et stigmatisés comme une démission.

  • 1 L« EBP » est une approche anglo-saxonne provenant du domaine médical. En matière de soutien à la pa (...)
  • 2 Biesta Gert, « Why “what works” won’t work: Evidence-based practice and the democratic deficit in e (...)

8Michel Vandenbroeck, Griet Roets et Naomi Geens terminent cette partie en apportant un élément de comparaison : ils analysent en effet les politiques parentales en Belgique où ils ont observé un phénomène similaire. Les différentes tendances en matière de politiques familiales depuis 1997 consistent à décontextualiser et à individualiser les responsabilités éducatives. Ces phénomènes se perçoivent par exemple, à travers un recours à l’« Evidence-Based Practice »1 (EBP, pratiques basées sur la preuve). Ce nouveau modèle poserait problème car il s’applique de manière standardisée et la parole ne serait plus laissée aux parents concernés. Finalement, les programmes d’aide à la parentalité ne misent plus sur l’autonomie et le soutien individuel mais favorisent plutôt un « modèle technocratique » selon lequel les questions d’efficacité sont les seules importantes2.

9Enfin, la troisième et dernière partie révèle comment les interventions des professionnels du soutien à la parentalité contribuent à produire les normes du rôle parental. En France, selon l’étude de Arnaud Campéon, Delphine Keppens et Céline Rothé, l’action publique de soutien à la parentalité se manifeste depuis une dizaine d’années à travers un ensemble de mesures visant à mettre en « réseau » tous les acteurs dans le cadre des REAAP (Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents). Pourtant, le nouveau modèle de l’« EBP » tend à se diffuser depuis quelques années en s’opposant nettement aux pratiques des REAAP qui sont plus individualisées, basées sur l’écoute, et qui encouragent les parents à participer au fonctionnement du réseau. Les professionnels du soutien à la parentalité considèrent donc comme problématique l’association de ces deux modèles contradictoires.

10La production normative du rôle parental se perçoit également dans la façon dont les associations mandatées par la CNAF (Caisse nationale d’allocations familiales) offrent un accompagnement aux parents. Les dispositifs instaurés ont pour objectif de consolider les liens familiaux, d’aider les familles à être plus autonomes, et de conforter les parents dans leur fonction éducative. Ils prennent la forme d’ateliers, de conférences, de rencontres... généralement dans les centres sociaux où les parents peuvent échanger et recevoir des conseils. Mais Martine Sas-Barondeau observe que la mise en œuvre de ces dispositifs ne produit pas nécessairement les résultats attendus. En effet, ces aides sont mal perçues par les parents ciblés par ces actions (principalement de quartiers défavorisés), qui voient là une remise en question de leurs compétences parentales.

11Frédérique Giuliani note une transformation de la prise en charge de l’enfance en danger depuis une dizaine d’années. L’enfant qui fait l’objet d’une procédure de signalement reste désormais dans sa famille (il n’est plus ni retiré ni placé), à condition que ses parents intègrent un dispositif de « soutien à la parentalité ». Ces dispositifs sont basés sur l’amélioration et la consolidation des liens familiaux. Ils illustrent une nouvelle approche qui considère les parents comme des acteurs capables de développer des « compétences parentales » et produit donc de nouvelles attentes normatives du rôle parental.

12Enfin, Sandrine Garcia aborde les relations entre les parents et les professionnels de la petite enfance sous l’angle des « luttes de territoire » entre ces acteurs dans le cadre des crèches parentales. En redéfinissant une frontière entre expert et profane, ces professionnels s’octroient une autorité sur les parents et se mettent en position d’interdire ou de prescrire certains de leurs comportements. Les politiques sociales qui encouragent le développement des « compétences parentales » des parents issus des classes populaires (présupposant que ces compétences font défaut) ont donc une visée d’éducation qui pourrait être assimilée à un contrôle social, idée qui était rejetée initialement par ces mêmes politiques.

  • 3 Donzelot Jacques, La Police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977.
  • 4 Joseph Isaac, Fritsch Philippe, Disciplines à domicile : l’édification de la famille, Fontenay-sous (...)

13Ainsi, cet ouvrage collectif prolonge et actualise les travaux sur ce que Claude Martin appelle la « généalogie sociohistorique », travaillée dans les années 1970 par Jacques Donzelot3, Isaac Joseph et Philippe Fritsch4. Il permet de mieux saisir cette généalogie de la fonction parentale, prise entre l’espace public et l’espace privé. Ces contributions rapportent et analysent les mutations opérées dans le champ de la « parentalité » au cours des dernières décennies, et proposent même des éléments de comparaison internationale. L’émergence du concept de parentalité et des mesures de soutien qui l’accompagnent marque une nouvelle étape dans l’histoire des relations entre l’État et la famille.

Haut de page

Notes

1 L« EBP » est une approche anglo-saxonne provenant du domaine médical. En matière de soutien à la parentalité, cette conception repose sur différents modules d’intervention, qui sont adaptés, chacun, à des besoins ou à des sous-groupes spécifiques. Chaque module est justifié par des recherches empiriques qui ont démontré son efficacité. Cette conception entraîne une standardisation des pratiques, ce qui ne permet pas aux professionnels de prendre en compte le cas spécifique de chaque individu.

2 Biesta Gert, « Why “what works” won’t work: Evidence-based practice and the democratic deficit in educational research », Educational Theory, n° 57, 2007.

3 Donzelot Jacques, La Police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

4 Joseph Isaac, Fritsch Philippe, Disciplines à domicile : l’édification de la famille, Fontenay-sous-Bois, Éditions Recherches, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Brotons, « Claude Martin (dir.), « Être un bon parent ». Une injonction contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17654

Haut de page

Rédacteur

Cécile Brotons

Doctorante en première année de thèse de sociologie à l’Université Lyon 2 et membre de l’équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée (DVP) du Centre Max Weber (UMR CNRS 5283) à l’Institut des sciences de l’homme (ISH) à Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page