Navigation – Plan du site

Fred Eboko, « Vers une matrice de l’action publique en Afrique ? Approche trans-sectorielle de l’action publique en Afrique », Questions de recherche, n° 45, 2015

Mélissa Haussaire
Vers une matrice de l'action publique en Afrique ?
Fred Eboko, « Vers une matrice de l'action publique en Afrique ? Approche trans-sectorielle de l’action publique en Afrique contemporaine », Questions de recherche, n° 45, février, 2015, 40 p., Paris, CERI, Les Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tarik Dahou, Vincent Foucher (dir.), « Le retour du politique », Cahiers d’études africaines, n° 17 (...)

1L’action publique en Afrique s’appuie sur une matrice d’acteurs, semblable quel que soit le secteur : voici la thèse que défend Fred Eboko dans ce numéro de la revue Question de Recherche, qui diffuse des travaux exploratoires ou en cours. Partant de ses travaux sur les politiques de lutte contre le sida au Cameroun, l’auteur met en évidence une nouvelle manière de définir et de mettre en œuvre l’action publique dans la période post ajustement structurel, basée sur des partenariats multiples et multi niveaux. En comparant les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’environnement, il montre que la reconfiguration de l’action publique y suit des processus similaires et repose sur les mêmes types d’acteurs. Avec cette proposition théorique d’une matrice d’acteurs récurrents, Fred Eboko veut offrir un outil d’analyse à l’étude des politiques publiques en Afrique, terrain longtemps étudié avec les outils de l’anthropologie, mais dont les politistes s’emparent aujourd’hui dans le contexte d’un « retour de l’État »1.

  • 2 Bayart Jean-François, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internati (...)

2De nombreux auteurs ont montré que l’action publique, en Afrique, est le fruit de l’interaction d’une multitude d’acteurs et de leurs intérêts divers2. Fred Eboko présente une typologie des acteurs (organisations internationales, agences de coopération bilatérales, plateforme de coordination, structure étatique, associations, bailleurs, experts…) et de leurs activités (intermédiaires, conseil, normalisation, exécution, accompagnement, circulation des idées...), travail qui doit permettre une réflexion plus générale sur l’action publique et la place de l’État en Afrique. L’idée développée ici est que cet ensemble d’acteurs, leurs statuts, leurs stratégies et les relations qu’ils entretiennent s’uniformisent, malgré la diversité des pays et des secteurs de l’action publique.

  • 3 Hassenteufel Patrick, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes (...)

3La récurrence de cette configuration d’acteurs invite l’auteur à questionner ses effets dans les différents secteurs, en partant d’une idée bien connue de l’analyse des politiques publiques : la mise à l’agenda d’une politique ne correspond pas à l’existence d’un problème social mais elle répond aux intérêts et mobilisations de divers acteurs dans un contexte spécifique3. Le cas de la santé l’illustre bien : l’ampleur de la mobilisation internationale contre le sida et ses résultats révèlent, par contraste, le peu de réponse apporté au paludisme et à la tuberculose, en dépit de l’impact de ces maladies, de leur mortalité et des traitements existants pour les soigner ou les prévenir. Parce que le sida est construit très tôt comme un problème public dans les pays du nord, un programme mondial de lutte contre la maladie est mis en place dès 1986 et, à partir de 1996, les Nations unies et la Banque mondiale financent et coordonnent des actions multilatérales de recherche et d’accès aux soins. À l’inverse, la lutte contre le paludisme et la tuberculose, maladies tout aussi mortelles, souffre de la déliquescence des institutions de santé, induite par les plans d’ajustements structurels qui poussent à réduire les investissements du secteur. À partir des années 2000, les institutions engagées dans la lutte contre le sida élargissent leur action aux deux autres maladies, ce qui va permettre certaines avancées médicales et politiques. Le domaine de l’éducation connait également des politiques changeantes en fonction des acteurs qui s’y impliquent. Jusque dans les années 1980 les États africains privilégiaient l’enseignement supérieur, afin de bénéficier de cadres locaux bien formés. L’éducation a également souffert des réductions budgétaires imposées par les plans d’ajustements structurels. L’intervention de la « communauté internationale » a alors contribué à uniformiser les politiques mises en place en renforçant l’éducation primaire, avec l’idée d’apporter un savoir minimum à tous. Dans le domaine de l’environnement enfin, l’influence des associations internationales est prépondérante dès le début du XIXe siècle mais leur multiplicité donne lieu à des actions peu coordonnées, entre conservation et développement durable, pour lesquelles l’État joue aujourd’hui un rôle d’appui ou de caution.

4L’étude de l’évolution des politiques de chaque secteur révèle que l’engagement des acteurs internationaux contribue aujourd’hui largement à définir les problèmes publics et à y répondre. Après la réduction du pouvoir des États africains par les politiques d’ajustement structurel des années 1980, ceux-ci agissent désormais au sein de cette matrice d’acteurs, qui l’encadre par le biais des mécanismes du nouveau management public et du financement basé sur la « performance ».

5La nomenclature proposée présente l’avantage de mettre au jour les différents acteurs souvent trop vite rassemblés sous l’appellation englobante de « communauté internationale ». L’utiliser de manière trop rigoureuse présente toutefois le risque d’homogénéiser les groupes décrits et, au contraire, de masquer les liens qu’ils peuvent entretenir. Il faut donc garder à l’esprit que les catégories identifiées regroupent des acteurs hétérogènes qui se chevauchent : dans la réalité, les « associations » comme les « fondations » ont des ressources et des modes d’action différents et inégaux ; les « experts internationaux » sont souvent membres d’associations ou d’organisations internationales et ancien fonctionnaires ; les bailleurs et les agences de coopération multilatérale sont présents au sein des structures étatiques sous forme d’agents détachés ou d’assistants techniques. De la même manière, la notion d’État, utilisée au singulier pour monter en généralité, pourrait être interrogée : elle masque la diversité des services et acteurs qui le composent comme la variété des situations nationales. Enfin, il serait malaisé d’assigner à chaque groupe un rôle propre, puisqu’en réalité ces rôles sont multiples et se recoupent : les différents acteurs peuvent tous être amenés à diffuser certaines normes ou savoirs, à endosser la figure d’expert, à agir comme intermédiaires, à défendre une sphère d’influence ou à mettre en œuvre une politique.

  • 4 Amselle Jean-Loup, Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Pa (...)

6L’action publique en Afrique est, comme l’écrit l’auteur à la suite de Jean-Loup Amselle4, « un mélange dont il est impossible de dissocier les parties ». En identifiant ces parties, la typologie proposée peut être un bon outil pratique pour investir le terrain, si on se garde de l’utiliser de manière trop figée dans l’analyse. Le texte invite donc à s’en emparer pour étudier la manière dont les acteurs interagissent selon les contextes nationaux, en montrant plus finement que « le Botswana n’est pas la République démocratique du Congo ».

Haut de page

Notes

1 Tarik Dahou, Vincent Foucher (dir.), « Le retour du politique », Cahiers d’études africaines, n° 178, 2005, p. 313-325 ; Azoulay Gérard, « Les nouvelles formes de l’aide publique au développement et l’éventuel “retour de l’État” dans les pays d’Afrique subsaharienne », Mondes en développement, n° 153, 2011, p. 57-70.

2 Bayart Jean-François, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, n° 54, 1999, p. 97-120.

3 Hassenteufel Patrick, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics », Informations sociales, n° 157, 2010, p. 50-58

4 Amselle Jean-Loup, Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Payot, 1990, p. 248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélissa Haussaire, « Fred Eboko, « Vers une matrice de l’action publique en Afrique ? Approche trans-sectorielle de l’action publique en Afrique », Questions de recherche, n° 45, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17657

Haut de page

Rédacteur

Mélissa Haussaire

Doctorante en science politique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page