Navigation – Plan du site

Didier Eribon, Théories de la littérature. Système du genre et verdicts sexuels

Jean Zaganiaris
Théories de la littérature
Didier Eribon, Théories de la littérature. Système du genre et verdicts sexuels, Paris, PUF, coll. « Des mots », 2015, 108 p., ISBN : 978-2-13-065100-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier livre de Didier Eribon part de l’idée que les grands écrivains sont souvent de grands théoriciens. D’emblée, il précise que le mot « théorie » n’est pas entendu ici au sens d’une conceptualisation intellectualiste. Il ne s’agit ni de faire une théorie de la littérature, ni d’affirmer que les écrivains sont des sociologues ou des philosophes cherchant à produire des savoirs universitaires. Deux grands axes structurent l’ouvrage. D’une part, la façon dont les normes de genre sont déconstruites et reconstruites à partir des codes de la masculinité hétéronormative. D’autre part, l’évocation du concept de « verdict » pour parler des stigmatisations de classe, de l’homophobie et du racisme. Le « verdict » a trait à toutes les insultes qui définissent socialement certains modes de vie.

2Parler de « théories » de la littérature au pluriel consiste à restituer les différentes thèses avancées par un auteur au sein d’une œuvre complexe. Il s’agit de rendre compte de la « perception du réel » et des « aperçus existentiels » au sein de « productions discursives » (p. 5-6). De quelle façon, à un moment donné de l’histoire, un écrivain développe-t-il une stratégie littéraire mettant en scène des théories multiples, susceptibles de s’affronter entre elles ? Cette objectivation des discours évoquant les « modes d’existence » et les « réalités scandaleuses » d’une époque est un travail de relecture sociologique et philosophique de certains auteurs, principalement Proust et Genet.

  • 1 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Amsterdam, 2008.

3Si l’auteur de La Recherche développe une théorie de l’homosexualité comme « inversion », il n’en est pas de même pour le narrateur qui dépeint les mondes inconnus de l’homosexualité masculine et féminine qu’il découvre peu à peu ou bien pour un personnage tel que Charlus qui « échappe par tout son discours à ce qui est dit de lui » (p. 19). Les théories inscrites dans le roman ressemblent aux cordes du luth, séparées sur l’instrument mais participant toutes à la même mélodie. Le narrateur hétérosexuel devient le porte-parole d’un auteur homosexuel et met en lumière les privilèges d’univers sociaux où l’hétérosexualité est avant tout un régime politique. L’homosexualité est définie à partir de cette épistémologie du « placard » chère à Eve Kosofsky Sedgwick1, définissant les modes de vie homosexuels comme étant condamnés à être vécus plus ou moins dans la clandestinité. La honte d’être soi, le besoin de cacher ses désirs et ses plaisirs aux autres de peur d’être stigmatisé comme déviant et anormal, sont un des fils conducteurs de l’œuvre proustienne.

  • 2 Abdellah Baida, Le dernier salto, Casablanca, Marsam, 2014.

4Les romans montrent qu’il existe « une sorte d’instabilité fondamentale de la théorie de la sexualité » (p. 17), ne rendant pas compte de toutes les situations contradictoires ni de tous les personnages ambivalents des œuvres littéraires : « La théorie est non seulement contredite par la pluralité des manières d’être et de se penser soi-même. Elle est défaite aussi par des paroles qui, implicitement ou explicitement, viennent saper son autorité » (p. 17-18). Didier Eribon décrit les théories antagonistes de l’homosexualité dans l’œuvre proustienne à partir de la pluralité des identités homosexuelles et de la multidimensionnalité du monde social. Il attire aussi l’attention sur la manière dont le « moi réel » de l’auteur cède la place au « moi qui écrit », saisissant, dans une logique très proche de celle décrite par l’écrivain marocain Abdellah Baida dans son roman Le dernier salto2, ce moment de l’écriture entre réalité et fiction, entre description du réel et construction imaginative. Dans l’œuvre proustienne lue par Eribon, le « temps retrouvé » par l’écriture » et « façonnée par elle » débouche sur une reconfiguration au sein de l’œuvre entre le « moi réel » et le « moi qui écrit » (p. 33).

  • 3 Didier Eribon, Hérésies. Essais sur la théorie de la sexualité, Paris, Fayard, 2003, p. 12-15.

5Didier Eribon évoque aussi une dimension anticipatrice chez Proust, qui parle de l’idée d’enseigner les savoirs sur l’homosexualité au sein du monde universitaire. Proust fustigea aussi le racisme de Charlus préfigurant les dérives néfastes de « l’homonationalisme » contemporain, ce qui permet à Eribon d’attirer l’attention sur les liens existant depuis le XIXe siècle entre les modes de vie homosexuels et les institutions du mariage ou de la parenté : « à ceux qui se demandent étrangement pourquoi les gays et les lesbiennes souhaitent “aujourd’hui” se marier et avoir des enfants, il faut rappeler que cela a toujours été le cas pour une bonne majorité d’entre eux » (p. 38). Si l’on peut avoir l’impression que certains points auraient gagné à être développés davantage, la lecture des premières pages d’Hérésies. Essais sur la théorie de la sexualité (2003), un précédent ouvrage de Didier Eribon3, peut éventuellement nous éclairer sur les intentions implicites de l’auteur. Reprenant une idée de George Dumézil, il évoque l’intérêt de publier certains textes inachevés, sous la forme d’esquisses. L’important serait de poser un problème, de créer un concept, de produire des pistes de recherche et de laisser l’approfondissement pour plus tard ou pour certains volontaires, eux-mêmes hérétiques.

Haut de page

Notes

1 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Amsterdam, 2008.

2 Abdellah Baida, Le dernier salto, Casablanca, Marsam, 2014.

3 Didier Eribon, Hérésies. Essais sur la théorie de la sexualité, Paris, Fayard, 2003, p. 12-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Didier Eribon, Théories de la littérature. Système du genre et verdicts sexuels  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17660

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page