Navigation – Plan du site

Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités

Madhura Joshi
Enfants de couples mixtes
Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2015, 306 p., préface de Serge Paugam, ISBN : 978-2-7535-3614-2.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage d'Anne Unterreiner est issu de sa thèse de Doctorat en sociologie soutenue en 2012. Dans un contexte où les mariages mixtes entre « nationaux » et « migrants » sont entachés de suspicion, comment s'identifient les enfants des couples mixtes qui ont grandi potentiellement avec plusieurs références nationales ? Quels sont les facteurs susceptibles d'influencer l'identité nationale ? Tels sont les questionnements de ce travail.

2Dans son introduction, Anne Unterreiner souligne la nécessité de prendre en compte le parcours migratoire et la transmission dans le processus d'identification nationale des enfants de couples mixtes. Elle se positionne contre une vision essentialiste et conçoit la construction identitaire en terme de processus, c’est-à-dire toujours en devenir.

3Le premier chapitre est consacré à la description de la démarche méthodologique. Anne Unterreiner a fait son enquête dans les trois « villes-mondes » – au cœur des réseaux d'échanges – que sont Francfort-sur-le-Main, Paris et Londres. Elle a interviewé des personnes sur leur vécu et sur la manière dont ils se regardent (ou non) au prisme d'identités nationales. Les « enfants » dont il est question sont âgés de 14 à 56 ans et sont définis comme (p. 24) « les descendants d'unions entre individus nés dans des pays différents, quel que soit le pays. » Elle définit l'identité en tenant compte des apports de la théorie interactionniste – comme étant un produit des interactions entre soi et autrui. L'« événement biographique » (une situation de crise qui peut faire changer ou prendre des chemins imprévus dans la vie) et les « discours identitaires » (en quels termes s'identifient les enquêtés) sont deux des notions opératoires. Trois modes d'identifications qu'emploient les enquêtés apparaissent à travers l'analyse des entretiens : la transmission familiale, la socialisation et le regard d'autrui sur soi.

4Le deuxième chapitre présente quelques éléments contextuels importants pour contraster les trois contextes : l'Allemagne et la France sont des États mono-nationaux alors que le Royaume-Uni est un État multinational ; les politiques d'intégration et l'acception de la mixité diffèrent dans ces trois pays. Ce qui influence la façon dont les « nationaux », les migrants et leurs enfants s'identifient (ou non) à la « nation ». Si chacun des trois pays a une histoire et un passé colonial différents, dans le contexte contemporain il semble y avoir une convergence concernant les politiques d'immigration (par leur durcissement).

5L'identité française se décline sur l'idée républicaine avec une forte identification nationale, la mixité y est perçue en termes de différences d'appartenance nationale. Au Royaume-Uni, la race reste un critère officiel dans les recensements (par exemple : White and African, White and Asian etc.) même si le terme péjoratif « half-caste » employé dans l'administration coloniale et en usage jusqu'aux années 1960 (cité par une interviewée âgée d'environ 50 ans) a pratiquement disparu. Parmi les enquêtés au Royaume-Uni, l'identification raciale est plus fréquente pour caractériser la mixité et pour l'identification de soi. Or la nationalité allemande résulte du jus sanguinis, c'est le modèle communautaire qui domine en Allemagne et de fait les identifications se font plus sur le critère de l'appartenance à une communauté ethnique.

6Le troisième chapitre identifie les quatre registres d'identification à la nation du pays de résidence employés pour se positionner par les enquêtés : la socialisation culturelle (où les enquêtés évoquent la « langue », la « culture », les « valeurs », la « mentalité », les « traditions ») - plus fréquemment évoqué en Allemagne et en France qu'au Royaume-Uni ; la citoyenneté (où les enquêtés identifient les droits et les devoirs – payer ses impôts, adopter les règles, être « héritiers » de l'histoire politique du pays) identification la plus fréquemment rencontrée parmi les enquêtés en France ; ensuite le caractère utile de la nationalité (où l'appartenance nationale est vécue non comme essentielle mais plutôt un aspect fonctionnel ou pragmatique) – plus fréquemment rencontré au Royaume-Uni qu'en Allemagne et en France ; et enfin l'identification raciale (plus fréquemment évoquée au Royaume-Uni).

7Les quatre chapitres suivants sont consacrés à une analyse des quatre pôles identitaires entre lesquels naviguent les enquêtés : « héritier », « enraciné », « étranger », ou ils se disent avoir une identité « transnationale » ou « au-delà du national ».

8L'identité d’héritier se caractérise par l'appropriation des référents identitaires des deux parents. Les plus jeunes parmi les enquêtés qui n'ont pas encore pris de distance par rapport aux parents énoncent ainsi plus fréquemment que les adultes comme étant « moitié-moitié » (halb-halb en allemand) ou se disent « Français ET Allemand », ou disent « avoir quelque chose de chacun ». Cette identification est influencée également par des relations soutenues avec la famille élargie grâce à une migration « pendulaire » (entre le pays de résidence et le pays d'origine du parent étranger).

9L'identité d'enraciné est plus fréquemment rencontrée en France par rapport aux deux autres pays. Ceux qui déclarent avoir pris « racine » le disent à cause d'une activité professionnelle, d'une vie familiale ou d'une propriété achetée dans le pays de résidence traduisant un sentiment d'appartenance ou une faible transmission parentale de référents identitaires parentaux, contrairement à l'identité d'héritier. Cette identité d' « enraciné » se dit « ni X ni Y », ou « Halbe » (moitié) et non « Halb-Halb ». En France, le répertoire d'identification est fondé sur le politique (les enquêtés se disent ainsi « Français » ou « Français d'origine X »), mais persistent les tensions entre identité pour soi et identité pour autrui. Dans ces cas, (p. 173) : « (…) la souffrance de ceux dont l'identité nationale n'est pas reconnue n'en est que plus forte. »

10L'identité d'étranger peut être évoquée par les enquêtés pour renvoyer à un pays autre que celui de leur résidence. Résultant de la transmission familiale ou de la socialisation, ou signalant de faibles liens avec le groupe majoritaire, ou encore énoncée en réaction aux discriminations subies, cette identité était plus fréquemment déclarée en Allemagne où le répertoire est fondé uniquement sur la socialisation.

11Une des stratégies face à une pression sociale ou face à un choix est de se déclarer une identité « non-nationale » ; il s'agit très souvent d'une identité acquise, et non pas transmise. Les enquêtés mettent en avant une identité professionnelle ou sociale (« journaliste », « mère ») ou « au-delà du national » (en se disant « humain », « terrien », « citoyen du monde » ou encore se déclarant « Parisien »). Compenser l'opposition initiale des identités nationales transmises ou s'opposer au concept de nation comme fondement de l'existence de frontières et d'inégalités entre les êtres humains peuvent en être le but. Il peut s'agir aussi de retourner le stigmate ou de ne pas avoir à choisir face au regard d'autrui sur soi, tel un enquêté à Londres qui se dit « both and neither » (je suis « les deux et aucun des deux »).

12Le dernier chapitre tente d'établir le lien entre transmission, socialisation et appropriation et démontre à travers les exemples, comment il y a une navigation entre les quatre pôles identitaires. Les parents des enquêtés qui sont partis jeunes de leur pays ou qui ont eu un événement biographique (par exemple une fuite, une rupture, un exil) ne transmettent pas forcément les référents identitaires (langues, pratiques coutumières, liens avec la famille ou des amis) aux enfants. Par la suite, les enfants de couples mixtes peuvent s'intéresser aux origines de leurs parents et essayer de comprendre leur parcours en apprenant la langue ou en visitant le pays où sont nés leurs parents. Par contraste, la forte transmission est observée dans les familles où les parents ont migré à l'âge adulte, avec le maintien des liens de filiation ou d'amitié dans le pays étranger et une migration pendulaire.

13L'adolescence est une période de crise identitaire qui peut alterner le mode d'identification ; elle peut amener l'enfant à se distancier des discours des parents à l'âge adulte, avec une possibilité d'alterner les liens de socialisation. Alterner peut permettre de gérer les situations de tensions intergroupes (en cas de conflits entre parents) ou de développer de nouveaux liens sociaux. Lorsque l'altérité est « visible » par le phénotype, les enfants de couples mixtes en situation minoritaire peuvent avoir à faire face au rejet, aux insultes, aux moqueries, aux brimades ou encore à la surveillance (par les contrôles de police). Vivre dans un environnement multiculturel – dans les « villes-mondes » dans certains cas – devient alors salvateur pour développer une image de soi positive.

14Le travail d'Anne Unterreiner est structuré à partir du corpus recueilli, elle analyse les entretiens en croisant les données avec celles d'autres études sur le thème – en ceci le travail respecte la démarche comparatiste. C'est une lecture passionnante pour qui s'intéresse aux questions par rapport à la mixité, aux répertoires d'identification, aux politiques publiques d'intégration, et surtout pour ce que disent les personnes sur leur vécu. S'il y a une part de déterminisme dans la façon dont on s'identifie en termes de transmission familiale ou des liens sociaux, les individus se dotent de discours identitaires comme une stratégie pour retourner un stigmate. En d'autres termes, c'est face au regard d'autrui que les individus peuvent se considérer tout à la fois comme « héritier », « enraciné », « étranger » ou choisir d'aller au-delà des catégorisations nationales pour se dire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madhura Joshi, « Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17686

Haut de page

Rédacteur

Madhura Joshi

Enseignante contractuelle (anglais) à l'université Toulouse 1-Capitole et membre du laboratoire DIPRALANG, Université Montpellier III

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page