Navegación – Mapa del sitio

Laurent Godmer, David Smadja (dir.), « Penser le politique par le film », Quaderni, n° 86, 2015

Rémy Besson
Penser le politique par le film
Laurent Godmer, David Smadja (dir.), « Penser le politique par le film », Quaderni, n° 86, 2015, 140 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1986-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Pour une distinction plus précise entre le et la politique, on renvoie à Marcel Gauchet, L’Avènemen (...)
  • 2 Un certain « tâtonnement analytique et méthodologique » est reconnu en introduction (p. 5).

1La revue Quaderni consacre son quatre-vingt-sixième numéro aux relations entre sciences politiques et cinéma, en adoptant un axe singulier : l’étude du politique. Il est donc moins question dans ce dossier de la répartition du pouvoir entre les différents représentants élus (ou non) de nos sociétés contemporaines, que de la façon dont les activités quotidiennes des habitants réunis en communautés et réglées par des institutions sont, en elles-mêmes, politiques1. Ce choix est original, car si les représentations de la politique (des hautes sphères de l’État au pouvoir très local), et les usages politiques des films (de la propagande aux développements des contre-cultures) constituent deux terrains d’investigation relativement convenus, l’analyse de formes audiovisuelles à titre d’agencements singuliers de « ce qui est commun aux hommes dans leur pluralité et qui les relie les uns aux autres » n’est pas fréquente (Laurent Godmer et David Smadja, p. 6). Ainsi, ce dossier qui a clairement plus une volonté exploratoire qu’une visée théorique2, conduit à reconsidérer, des objets, qui ont, par ailleurs, déjà été très étudiés.

  • 3 Si une telle approche est tout à fait pertinente, notons qu’elle a déjà été développée sur un corpu (...)

2Tel est le cas du texte sur Pierrot le fou (Jean-Luc Godard, 1965), qui à titre de film-clef de la Nouvelle Vague, a déjà été célébré par de nombreux analystes adoptant un point de vue auteuriste. Boris Gobille préfère lui réinscrire le film dans le contexte socioculturel de sa sortie en salle, afin de rendre compte des différentes facettes de l’affaire publique qu’il a constituée. L’optique choisie pour cela est une étude de la réception dans la presse généraliste et spécialisée particulièrement sensible aux réactions politiques. Il ressort de cette démonstration que le film a été pris dans plusieurs débats coexistant en France durant les années 1960, qui portaient notamment sur la figure de Godard dans l’espace public, sur l’influence des films sur les mœurs des spectateurs, ainsi que sur la représentation de l’illégalité au cinéma. Gobille démontre ainsi qu’au-delà des qualités esthétiques attribuées au film, c’est également le miroir déformant qu’il a tendu à la société qui l’a constitué, dès sa sortie, comme une référence partagée3.

  • 4 Eastwood « s’est ainsi prononcé en faveur d’une liberté d’expression totale, de la libéralisation d (...)

3La filmographie, déjà très commentée, qu’a choisi d’aborder Gwendal Châton est celle de Clint Eastwood. Dans ce cas, il s’agit moins d’une sociologie de la réception critique, que de complexifier les perceptions communément acceptées des choix politiques défendus par ce réalisateur. En effet, selon l’auteur, deux tendances également caricaturales s’opposent dans l’espace public français, l’une, fidèle au discours d’accompagnement d’Eastwood, décrit ses films comme apolitique, l’autre, suivant les engagements politiques du réalisateur, fait de ceux-ci des manifestes néoconservateurs. Proposant un parcours à la croisée de sa biographie politique et de sa filmographie (de Les Proies en 1971 à Jersey Boys en 2014), Châton démontre qu’il est, en fait, plus proche de positions libertariennes. Ce courant de pensée, prégnant aux États-Unis et peu répandu en Europe, réuni libéralisme économique et sociétale4, sur fond de détestation profonde de toute forme de bureaucratie. L’auteur montre bien en quoi cela conduit le réalisateur à proposer dans ses films, tantôt des critiques de l’armée, de la CIA, de la police, de l’institution médicale, et tantôt des modèles alternatifs, dont le plus présent est celui de « petites communautés reposant sur l’association volontaire » (p. 47). Il ressort de cette analyse qu’une connaissance fine de la philosophie politique américaine (plus que de l’opposition politique entre Républicain et Démocrate), alliée à une étude circonstanciée d’un corpus de films clairement définis, permet de réinterpréter la question du politique chez un réalisateur souvent considéré, sans autre analyse, comme un esthète désengagé ou un conservateur radical.

  • 5 Notons que de telles séries télévisées se développant dans d’autres pays, il est étonnant que ce ch (...)
  • 6 La référence explicitement mobilisée pour appuyer ce choix est le philosophe Jacques Rancière, qui (...)
  • 7 Une telle conclusion aurait pu être anticipée si les auteurs avaient pris en compte, de manière plu (...)

4L’article d’Antoine Faure et d’Emmanuel Taïeb porte moins sur un corpus déjà très analysé, que sur un champ d’études en pleine expansion, celui portant sur les séries télévisées dites de qualité, qui sont réalisées aux États-Unis depuis une quinzaine d’années5. L’hypothèse explicitement formulée est que les temporalités alternatives mises en scène dans ces fictions à épisodes conduisent à une subversion de l’ordre politique6. La réflexion porte ainsi sur les conséquences sociales de la création de formes culturelles mettant en partage un temps proche du nôtre (la vie d’un hôpital, d’un commissariat, d’un village isolé, d’une banlieue), mais qui tend vers l’utopie ou vers la dystopie, à la suite de l’intrusion d’un élément fictionnel (meurtre, disparition/apparition, dérégulation). Comme dans le cas de l’article de Châton, ce sont des institutions qui sont critiquées et l’appartenance à des communautés établies qui est mise en question. Si la conclusion est quelque peu déceptive, dans la mesure où lesdites séries proposent moins une subversion, qu’une ouverture vers d’autres possibles7, ce choix argumentatif conduit à prendre au sérieux les univers fictionnels de chacune des séries analysées (Breaking Bad, The Leftovers, The Wire, True Detective, notamment). Il y a là une ouverture vers la culture populaire qui est en soi remarquable (les trois autres articles portant sur des auteurs consacrés).

  • 8 Sur l’État : Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012, constitue la principale ré (...)
  • 9 Ce dernier terme est utilisé à plusieurs reprises par l’auteur.
  • 10 Comme cela est annoncé en introduction, l’article est, entre autres, le résultat d’un séminaire de (...)

5L’institution et la communauté se retrouvent également interrogées dans le dernier article du dossier, portant lui, sur le film de Pierre Schœller, L’Exercice de l’État (2011). Adoptant un point de vue résolument bourdieusien8, Charles Bosvieux-Onyekwelu considère la représentation des hauts fonctionnaires dans ce film comme un exercice de démystification9 basée sur la monstration d’objets et d’actions « en apparence les plus insignifiants » (p. 57). Si ce sujet semble, à première vue plus convenu, dans la mesure où c’est un ministre de la République dont on suit les faits et gestes, elle entre pleinement dans le thème du numéro, car l’auteur (et le réalisateur) s’intéresse moins à la politique, qu’à la manière dont fonctionne un cabinet ministériel et un corps de la fonction publique, qui a des codes particuliers, dont notamment un rapport singulier au temps et à la chaire. Si l’interprétation du film n’est parfois pas suffisamment distanciée vis-à-vis de celle de Schœller10, cette critique interne du film, croisée à une approche politiste, a pour intérêt principal de souligner l’importance des choix esthétiques opérés pour donner une forme filmique à la vie de cette communauté. Il y a là un nouvel apport vis-à-vis des trois autres articles, qui prenaient résolument leur distance avec les méthodes en usage dans le domaine de l’esthétique cinématographique.

  • 11 On se permet cette remarque car il s’agit de l’objectif assigné au numéro en introduction, trouver (...)
  • 12 À l’exception du courrier des lecteurs, l’analyse de la réception proposée par Gobille demeure cent (...)

6Ces quatre articles sont donc complémentaires, dans la mesure où ils appréhendent des thèmes similaires (principalement la communauté et les institutions) à travers des objets différents (la réception d’un film, la forme d’un film, la philosophie politique d’une filmographie, les temporalités produites par des séries télévisées) en faisant usage de méthodes distinctes. Il reste à regretter qu’un cinquième article n’ait pas pris comme objet d’étude les usages sociaux du cinéma, c’est-à-dire les pratiques d’appropriation amateurs de certains films par des spectateurs. Cela aurait rendu compte d’une autre manière dont le cinéma permet de penser le commun11. Ce manque est regrettable, car la question du politique dans ce dossier se prive ainsi d’une analyse portant sur les usages réels des films dans la société12. En effet, le cinéma repose tout autant sur ce que les gens font avec les films (et les séries télévisées), que ce qu’ils leur font. Enfin, il est regrettable que l’introduction générale du numéro ne réinscrive pas suffisamment l’approche (par ailleurs pertinente) proposée à l’articulation des très riches investigations développées sur le cinéma en anthropologie, histoire ou encore en sociologie. Il y a là une occasion manquée afin de saisir, au-delà des études de cas proposées, ce que les sciences politiques peuvent apporter aux études sur le cinéma, et ce en quoi des corpus de films peuvent conduire à renouveler les analyses des politistes.

Inicio de página

Notas

1 Pour une distinction plus précise entre le et la politique, on renvoie à Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tome 1 à 3, Paris, Gallimard, 2007-2010.

2 Un certain « tâtonnement analytique et méthodologique » est reconnu en introduction (p. 5).

3 Si une telle approche est tout à fait pertinente, notons qu’elle a déjà été développée sur un corpus plus large par Diana Gonzalez-Duclert, Le film-événement, Esthétique, politique et société dans le cinéma américain, Paris, Armand Colin, 2012.

4 Eastwood « s’est ainsi prononcé en faveur d’une liberté d’expression totale, de la libéralisation des drogues, de la liberté sexuelle, de l’avortement, de l’euthanasie ou encore du mariage homosexuel » (p. 42).

5 Notons que de telles séries télévisées se développant dans d’autres pays, il est étonnant que ce choix ne soit pas véritablement explicité dans l’article.

6 La référence explicitement mobilisée pour appuyer ce choix est le philosophe Jacques Rancière, qui avec Hanna Arendt, constitue une référence commune à l’ensemble des articles réunis dans ce dossier.

7 Une telle conclusion aurait pu être anticipée si les auteurs avaient pris en compte, de manière plus centrale, les conditions économiques de productions des séries.

8 Sur l’État : Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012, constitue la principale référence théorique mobilisée par Bosvieux-Onyekwelu.

9 Ce dernier terme est utilisé à plusieurs reprises par l’auteur.

10 Comme cela est annoncé en introduction, l’article est, entre autres, le résultat d’un séminaire de l’école doctorale de science politique de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne auquel le réalisateur a pris part (p. 55-56).

11 On se permet cette remarque car il s’agit de l’objectif assigné au numéro en introduction, trouver des « manières de voir comment les films pensent ce monde commun » (p. 7).

12 À l’exception du courrier des lecteurs, l’analyse de la réception proposée par Gobille demeure centrée sur les critiques.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Rémy Besson, « Laurent Godmer, David Smadja (dir.), « Penser le politique par le film », Quaderni, n° 86, 2015 », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 16 abril 2014, consultado el 19 julio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17713

Inicio de página

Redactor

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014)

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página