Navigation – Plan du site

Anaïs Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction

Laure Ferrand
Rester bourgeois
Anaïs Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015, 283 p., ISBN : 978-2-7071-7565-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Paris, Éditions du Seuil, (...)
  • 2 Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979.

1Espaces de luttes et de distinction, les anciens quartiers populaires gentrifiés ou en cours de gentrification permettent de lire les enjeux de positionnement social de plusieurs générations de « nouvelles classes moyennes ». Si celles-ci tendent de plus en plus à n’être qu’un « mirage »1, leur réalité d’existence décrite et analysée par Anaïs Collet montre que leur survivance fait l’objet d’un travail de distinction utilisant le territoire comme ressource d’acquisition et de valorisation d’un capital culturel « classant » pour reprendre le vocabulaire de Pierre Bourdieu2.

2Reprenant dans cet ouvrage son travail de thèse, l’auteure s’attache à présenter le processus de gentrification à l’œuvre dans deux quartiers français : celui de la Croix-Rousse à Lyon, et celui du Bas-Montreuil en Seine Saint-Denis. Ces deux terrains d’enquête se nourrissent d’apports statistiques (recensements INSEE) et d’entretiens réalisés auprès d’une cinquantaine de ménages. La problématique est claire : observer comment les individus prennent part au changement urbain. « On cherchera ainsi à saisir les mécanismes de distinction en acte, dans le travail matériel, social et symbolique des habitants sur leur environnement » (p. 34). La mobilisation des notions de classes sociales, distinction, espace social, positionnement social ou encore de reproduction sociale est l’expression d’un héritage de la sociologie française bourdieusienne, nous amenant à penser que l’espace urbain ne peut être considéré indépendamment de l’espace social. C’est sur cette homologie que se base tout le travail d’enquête de l’auteure. Cinq chapitres composent l’ouvrage. Le premier retrace l’historique de chaque quartier. Les suivants analysent les différentes stratégies mises en place dans la gentrification : l’impact des trajectoires et de l’origine sociale dans les manières d’occuper l’espace (chapitre 2), l’occupation et la transformation du logement (chapitre 3), l’action de valorisation de l’image du quartier (chapitre 4) et l’investissement politique et social des habitants (chapitre 5).

  • 3 La notion de gentrification appliquée au cas parisien a notamment été étudiée par Anne Clerval dans (...)
  • 4 Les canuts étaient des ouvriers tisserands de la soie basés dans le quartier de la Croix-Rousse à L (...)

3Les défis principaux de l’ouvrage sont de définir la gentrification3 et de dresser un portrait des « gentrifieurs ». « La gentrification est ici appréhendée comme un processus d’appropriation, de transformation et de reclassement symbolique de l’espace, dans lequel certains habitants – appelés « gentrifieurs » pour cette raison – jouent un rôle central » (p. 31) Tout l’intérêt de l’ouvrage réside dans l’observation du processus. Celui-ci passe par la mobilisation de différentes ressources et stratégies aboutissant à un positionnement social des individus dans la catégorie des classes moyennes, voire à la revendication d’un entre-soi excluant les classes populaires. Que ce soit dans le quartier de la Croix-Rousse (en gentrification depuis les années 1960) ou dans le Bas-Montreuil (quartier en cours de gentrification intensive depuis le début des années 2000), il existe des points communs dans les manières de rendre son quartier « désirable » : une augmentation du prix de l’immobilier qui exclut les habitants issus des classes populaires qui y résidaient à l’origine, ou encore un aménagement spécifique des logements et des bâtiments s’appuyant notamment sur des mythologies comme celle de l’habitat autogéré ou celle du loft. Par exemple, on transforme les anciens ateliers des canuts4 lyonnais en grands appartements duplex privilégiant les espaces ouverts. La forme du logement est un enjeu pour les habitants : elle exprime une esthétique hybride mêlant « populaire » et « distingué » en vue de signifier la mobilité ascendante. À ces dimensions matérielles s’ajoutent des aspects symboliques renforçant le caractère distinctif de la gentrification : la patrimonialisation du territoire et la fabrication d’une image de quartier populaire « au bon sens du terme ». La patrimonialisation consiste à s’approprier (dans le cas lyonnais) voire à fabriquer (dans le cas du Bas-Montreuil) une histoire donnant un caractère « authentique » au quartier. À Lyon l’histoire des canuts ; dans le Bas-Montreuil le rejet de l’histoire ouvrière pour fabriquer une roman historique autour du cinéma des Frères Lumières. L’histoire locale est (ré)écrite, pour à la fois marquer une appartenance et élaborer des systèmes d’opposition entre les classes sociales. Pour illustrer, aux gentrifieurs l’image du « quartier-village » pour le Bas-Montreuil (p. 232), aux classes populaires la « banlieue » et les grands ensembles.

4Ce processus de gentrification prend son sens dans l’action de ses gentrifieurs. À partir de l’analyse des trajectoires et la restitution des parcours de vie, Anaïs Collet nous plonge au cœur du quotidien des habitants. Il en ressort que leurs portraits sont divers et complexes, le terme de « bobo » étant un mot fourre-tout ne reflétant pas la réalité sociale. En effet, une multitude de variables qualifie ces habitants, leur point commun étant leur investissement des quartiers populaires. Parmi les variables les plus significatives, retenons l’existence de deux générations différentes de gentrifieurs, l’occupation d’emplois divers (des professions artistiques aux professions cadres) et un investissement très différencié – et donc inégal – dans le militantisme politique et associatif. Si les « pionniers », c’est-à-dire la première génération, se mobilisent pour leur cadre de vie et revendiquent la mixité sociale, la seconde génération, celle des années 2000, ne cherche pas à améliorer la vie de son quartier mais sa propre vie. Ces gentrifieurs sont plus ou moins bien dotés en capital économique : l’exemple de la fragilité de certains face aux prix de l’immobilier en est un exemple au chapitre 3. Certains Montreuillois occupant des professions artistiques ou culturelles ont ainsi accédé à des locaux peu onéreux, mais leur réhabilitation les a conduits à dépenser de l’argent dont ils ne disposent pas. Le « rêve » de l’atelier-logement est alors fragilisé car les professions exercées par ces gentrifieurs peuvent être précaires ou sources de faibles revenus. Pour résumer, si ce groupe est proche dans la structure sociale, ses membres sont profondément différents dans les valeurs et les aspirations qu’ils portent, l’auteur parlant alors d’« archipel » (p. 252). Si certains visent la réussite sociale (professions cadres financiers), d’autres cherchent plutôt à vivre de manière stable (professions intellectuelles).

  • 5 Nussbaum Ania, « Politique de la ville : quarante ans d’échecs », Le Monde, 5/02/2015. Disponible s (...)
  • 6 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, Les Ghettos du Gotha, Paris, Seuil, 2007.

5Tout l’intérêt de l’ouvrage réside dans l’actualité du sujet. À l’heure où les inégalités territoriales s’amplifient et où les politiques parlent d’« apartheid territorial et social »5, soulignons l’apport essentiel de la sociologie à la compréhension des mécanismes de tri social qu’opère l’espace. Cet ouvrage d’Anaïs Collet offre un enseignement pertinent et une réflexion essentielle sur la manière dont les classes sociales disposant le plus de capital économique sélectionnent et choisissent leurs espaces d’habitation, alors que les classes moyennes fragilisées se retranchent sur une logique de conservation et de valorisation d’un capital culturel assurant une distinction a minima. Pour reprendre les propos de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, l’apartheid ne vient pas des quartiers populaires, mais des quartiers les plus riches concentrant sur des espaces choisis leurs richesses matérielles et sociales ; d’où l’expression juste d’« apartheid inversé »6.

Haut de page

Notes

1 Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La république des idées », 2013. Compte rendu de Delphine Moraldo pour Lectures : http://lectures.revues.org/11102

2 Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979.

3 La notion de gentrification appliquée au cas parisien a notamment été étudiée par Anne Clerval dans son ouvrage Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013. Compte rendu de Aurélie Le Floch pour Lectures : http://lectures.revues.org/12813

4 Les canuts étaient des ouvriers tisserands de la soie basés dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Au XIXe siècle, l’activité était exercée dans des ateliers où vivaient également les familles de tisserands. Avec l’industrialisation, les canuts ont progressivement disparu.

5 Nussbaum Ania, « Politique de la ville : quarante ans d’échecs », Le Monde, 5/02/2015. Disponible sur : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/02/05/politique-de-la-ville-quarante-ans-d-echecs_4569855_4355770.html (consulté le 13 avril 2015).

6 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, Les Ghettos du Gotha, Paris, Seuil, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Ferrand, « Anaïs Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 avril 2015, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17734

Haut de page

Rédacteur

Laure Ferrand

Docteure en sociologie de l’Université Paris 5. Membre du CEAQ (Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page