Navigation – Plan du site

Noël Barbe & Marina Chauliac (dir.), L’immigration aux frontières du patrimoine

Ewa Tartakowsky
L'immigration aux frontières du patrimoine
Noël Barbe, Marina Chauliac (dir.), L'immigration aux frontières du patrimoine, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2014, 143 p., ISBN : 978-2-7351-1707-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rappelons que l’un des événements importants dans l’histoire de la valorisation du patrimoine des i (...)

1L’ouvrage dirigé par Noël Barbe et Marina Chauliac propose d’interroger des processus de patrimonialisation des populations immigrées en France. Il s’inscrit dans le développement des recherches qui, depuis les années 2000, portent sur le fait mémoriel appliqué aux immigrations et sur les phénomènes de patrimonialisation1. Les auteurs nous invitent à penser ces derniers à la fois comme phénomènes à la fois sociaux et politiques, tout en soulignant le rôle de la transmission individuelle et familiale nécessaire pour que la patrimonialisation soit effective.

2L’inscription de l’apport des migrants dans l’histoire locale et les manières de rendre visibles leurs mémoires dans l’espace urbain est pointée par Hélène Bertheleu, Véronique Dassié et Julie Garnier qui ont enquêté dans les quartiers périphériques d’Orléans, de Blois, de Bourges, de Montargis et de Chalette-sur-Loing. En se basant sur le cas de l’association portugaise de Chalette-sur-Loing qui organise régulièrement des manifestations festives autour de la danse, de la musique, de la gastronomie, les auteurs mettent en lumière, à travers cette valorisation du folklore portugais – non pas celui des immigrés portugais en France mais celui du Portugal –, la possibilité d’une transmission des mémoires entre première et deuxième génération des immigrés. Ce « détour par le folklore » et la « patrimonialisation de la culture dans le domaine public permet[tent] […] d’assurer une transmission privée » (p. 35). Inversement « la publicisation d’une histoire qui se décline dans le privé facilite son ancrage collectif » (p. 39), comme c’est le cas avec la patrimonialisation de l’église orthodoxe russe à Chalette-sur-Loing, rendue possible grâce à l’attachement au culte des descendants des migrants russes, lesquels ont accepté l’ouverture exceptionnelle de l’église en 2010, à l’occasion des Journées du patrimoine.

3Par rapport à l’intentionnalité de transmission patrimoniale, les mêmes auteures dégagent une typologie d’acteurs dans des processus de patrimonialisation : les « concernés », ayant eux-mêmes un lien avec des « ancêtres » migrants ; les « initiés », qui s’engagent pour porter dans l’espace public des projets de patrimonialisation des immigrations suite à une « rencontre » avec ceux dont la trajectoire fait directement ou indirectement appel à la migration ; enfin, les « professionnels » qui « collectent » la mémoire des « groupes cibles » dans le cadre des politiques publiques. Les auteures mettent en évidence que les actions impulsées par les politiques publiques non seulement ne s’articulent pas toujours aux projets émanant des groupes immigrés mais que leur objectif, dans les territoires défavorisés, consiste davantage à « réaffecter une valeur et une image positive à ces territoires » (p. 32) qu’à valoriser la mémoire des migrations et la trace qu’elle laisse dans une aventure collective.

  • 2 Ce terme fait référence aux « entrepreneurs de morale » décrits par Howard S. Becker et désigne des (...)

4Dans leur article, Michèle Baussant, Evelyne Ribert et Nancy Venel présentent trois terrains de patrimonialisation de la mémoire de l’immigration dans le cadre associatif : la Fédération d’associations et centres d’émigrés espagnols en France (FACEEF), créée en 1991 ; l’association Les Oranges, dont les membres sont principalement issus de l’immigration algérienne, qui travaille pour la valorisation du patrimoine des migrations dans l’espace public ; l’Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des Juifs d’Égypte (ASPCJE) et l’association Nebi Daniel qui œuvrent toutes deux à la sauvegarde du patrimoine juif égyptien. Les résultats de ces trois recherches s’avèrent particulièrement convergents. Grâce à l’analyse des trajectoires biographiques de ces « entrepreneurs de la mémoire »2, les auteures arrivent à la conclusion que des socialisations militantes et politiques, passées ou continues, sont déterminantes dans l’engagement pour l’élaboration des mémoires collectives des groupes immigrés et de leur patrimonialisation.

5En effet, au sein de la FACEEF, ce sont des personnes immigrées pour des raisons politiques dans les années 1960 qui ont, les premières, porté des projets mémoriels facilitant l’émergence de l’histoire des combats contre le régime franquiste. L’ASPCJE, elle, est constituée, entre autres, de sympathisants des mouvements communistes et/ou marxistes-sionistes, souvent emprisonnés en Égypte pour leur appartenance politique et/ou religieuse. Les membres actifs de l’association Les Oranges ont été marqués par la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 et militent en parallèle, notamment au MRAP, ou dans des associations soutenant la cause palestinienne.

6Mais l’émergence de certaines questions mémorielles et leur politisation dans la sphère publique résultent également des contextes politiques. Ainsi, la FACEEF a trouvé un intérêt particulier à transmettre la mémoire des républicains espagnols au moment de la « récupération de la mémoire historique » en Espagne, au milieu des années 1990. De la même façon, c’est l’assassinat à Paris en 1978 d’Henri Curiel, militant communiste et égyptien d’origine juive, ainsi que la visite officielle d’Anouar el-Sadat, président de la République égyptienne, en Israël en 1978 qui semblent avoir encouragé la création des associations de sauvegarde du patrimoine juif égyptien, associations qui développeront ensuite des stratégies d’« évitement du politique ». Leur travail de construction de la mémoire collective judéo-égyptienne s’opère dans un contexte tissé de contradictions et de divergences politiques vis-à-vis de l’extérieur, qui traversent leurs adhérents. Bien qu’hétérogènes, ces quelques exemples renseignent sur le transfert de compétences accumulées dans le champ militant associatif.

7Véronique Mouliné et Sylvie Sagnes, quant à elles, analysent dans la région Languedoc-Roussillon, des formes de valorisation mémorielle et de construction patrimoniale de l’héritage des réfugiés espagnols fuyant le régime franquiste en 1939. La commémoration de la Retirada en 1999 dans la ville d’Argelès-sur-Mer constitue un premier cas d’étude. L’association des Fils et filles de républicains espagnols et enfants de l’exode (FFREEE), qui voit le jour dans l’effervescence de cette première commémoration, entreprend un travail de patrimonialisation de la mémoire des exilés espagnols dans la région à travers les marches appelées « Camins de la Retirada », qui visent à « retrouver les lieux de la souffrance et de les marquer d’un signe qui les identifie comme des lieux de mémoire, appelant le recueillement » (p. 63). Or, d’autres associations ont déjà, dans le passé, érigé des monuments et des plaques en célébrant cette mémoire qui semble, désormais, occultée. Cet « oubli » ces lieux de mémoire s’explique par le fait que l’association s’adresse à la seconde génération de cet exode et souhaite faire table rase des luttes politiques internes dans la population des immigrés. Cette association vise à construire la mémoire de cette immigration comme appartenant au seul et même camp républicain. Les divergences entre la première et la deuxième générations s’expriment également dans des figures d’identification : si la première génération s’identifie à la figure du combattant et du résistant, la seconde privilégie la figure du réfugié et de l’interné. Le thème de la Retirada va se construire littérairement autour de la rhétorique de la victimisation, proche en cela des stratégies mémorielles du champ associatif, mais en mettant en relief des divergences politiques au sein du camp républicain.

8Un exemple éclairant de la (non-)patrimonialisation d’une trace immatérielle de la culture d’une communauté de migrants est fourni à travers une pratique musicale de l’immigration kabyle en France, en l’occurrence la chanson des travailleurs immigrés, analysée ici par Ahmed Boubeker. Sans être reconnus comme artistes, ces travailleurs chantent pour « soulager la blessure de l’exil » (p. 84). Avec le temps, le statut de leur chanson change auprès des héritiers de cette immigration pour acquérir une dimension de patrimoine culturel : « Du café au cabaret, des petites salles de quartier aux véritables salles de concert, les références communautaires se transforment comme les publics » (p. 84). Mais la « redécouverte » et la réappropriation de ces styles musicaux à travers des actions associatives de valorisation, qui participent à leur donner une certaine légitimité, ne suffisent pas à sauvegarder ce patrimoine. Ahmed Boubeker relate comment des archives sonores de musiciens kabyles ont été progressivement détruites, égarées : Odéon, Pathé, Pacific, Teppaz, Philipps et bien d’autres, qui avaient enregistré des dizaines de chanteurs kabyles, mettent au pilon ces enregistrements au moment de l’indépendance de l’Algérie en 1962 ; le catalogue arabe et berbère de l’ORTF est à son tour mis au pilon en 1974 ; les bandes magnétiques de RTF sont vendues à un commerçant… La réapparition de ces musiques sur la scène française, grâce notamment au travail d’Ahmed Hachlaf, directeur artistique chez Pathé Marconi. Celui-ci a en effet sauvé une partie des archives sonores de cette société qui, au lendemain de 1962, a participé au renouvellement des styles musicaux de la world music. Le moment social de la transmission de la chanson kabyle « apparaît dans cette perspective militante comme l’affirmation publique d’un patrimoine qui relève d’une lutte pour la reconnaissance, une forme de conservation de la langue et de la culture berbères à travers ses transformations au-delà de la simple mémoire des origines » (p. 97-98).

9Enfin, l’article de Noël Barbe introduit à la dimension cinématographique de la patrimonialisation, en s’appuyant sur la série de films Le Lion, sa cage et ses ailes d’Armand Gatti datant de 1975. Ces films, présentés comme « réalisés avec les travailleurs migrants du Pays de Montbéliard », permettent de saisir des individualités en s’éloignant de toute catégorisation, qu’elle touche l’appartenance à un groupe immigré ou la classe sociale.

10Ainsi découvrons-nous que les possibles mises en récit du passé des migrants ou les formes plus institutionnelles de patrimoine relèvent de processus de patrimonialisation intrinsèquement politiques, et que la prise en compte de ce qui peut faire patrimoine résulte souvent d’inégalités. Interroger ces processus nécessite donc de prendre en compte à la fois la subjectivité des acteurs, leurs attentes de reconnaissance, l’état du débat public ainsi que le degré d’institutionnalisation des mémoires des migrations par les pouvoirs publics.

11L’immigration aux frontières du patrimoine a également le mérite de mettre en lumière la difficile définition de la notion de patrimoine car son acception classique se confronte aux obstacles propres à l’intégration du patrimoine des immigrations au sein du patrimoine national. Sur le plan théorique, cette notion se heurte à une conception républicaine de l’intégration des populations migrantes au sein de la nation et à la tradition de patrimonialisation régalienne, à forte dimension nationale. Sur le plan pratique, les trajectoires souvent chaotiques des migrants rendent difficiles la constitution d’un patrimoine matériel ; la mémoire se situe donc d’autant plus au cœur des enjeux de patrimonialisation.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que l’un des événements importants dans l’histoire de la valorisation du patrimoine des immigrations constitue la création d’un musée de l’immigration, projet qui ne verra le jour qu’en 2007 sous le nom de Cité nationale de l’histoire de l’immigration, rebaptisée Musée de l’histoire de l’immigration et qui ne sera inaugurée officiellement qu’en 2014. Accompagné de nombreuses polémiques, ce musée témoigne du fait que la patrimonialisation publique du patrimoine des populations immigrées n’apparaît nullement comme un processus neutre.

2 Ce terme fait référence aux « entrepreneurs de morale » décrits par Howard S. Becker et désigne des acteurs qui travaillent objectivement à la mise en cohérence des mémoires collectives et leur valorisation dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Noël Barbe & Marina Chauliac (dir.), L’immigration aux frontières du patrimoine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17751

Haut de page

Rédacteur

Ewa Tartakowsky

Docteure en sociologie, Centre Max Weber.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page