Navigation – Plan du site

Caroline Rainette, Le Peuple et sa souveraineté dans l’art révolutionnaire (1789-1794)

Sébastien Zerilli
Le peuple et sa souveraineté dans l'art révolutionnaire (1789-1794)
Caroline Rainette, Le peuple et sa souveraineté dans l'art révolutionnaire (1789-1794), Paris, L'Harmattan, coll. « Historiques », 2015, 344 p., Préface : Joëlle-Andrée Deniot, ISBN : 978-2-343-05559-6.
Haut de page

Texte intégral

1Il existe des livres aux titres sibyllins dont la signification ne se découvre qu’après que le lecteur en ait lu toutes les pages. A contrario, l’étude que signe Caroline Rainette débute par un titre-programme aux allures d’annonce de plan. Dès la première phrase de l’ouvrage, l’objectif est affiché : observer l’évolution de la définition de deux notions, celles de « peuple » et de « souveraineté », à travers l’analyse du riche matériau iconographique révolutionnaire et sur une période qui court des évènements exaltants de 1789 aux dérives causées par la dictature montagnarde et l’hégémonie de Robespierre. Bien que le travail de Caroline Rainette soit construit de manière thématique, et que l’auteure se focalise successivement sur la notion juridique de souveraineté et le concept, plus sociologique, de peuple au miroir de l’art, ses analyses lui permettent de mettre en lumière un seul et unique processus : l’irrésistible radicalisation du mouvement révolutionnaire.

  • 1 Frédéric Bluche, Manuel d’histoire politique de la France contemporaine, Paris, PUF, 2008 [2001], p (...)

2L’analyse des débats autour des notions de souveraineté, de délégation et de représentation en fournit un premier exemple. La Constitution de l’an I, adoptée en 1791 après un long travail de gestation de la part des membres de l’Assemblée constituante, consacre les principes de la souveraineté nationale et du mandat représentatif. Deux raisons expliquent ces choix. La première est strictement pratique : la taille de la population française ainsi que celle de son territoire sont trop importantes pour qu’une véritable démocratie directe puisse se mettre en place. La seconde est de nature plus politique : le peuple doit être représenté par des élus éduqués et compétents, aptes à prendre les bonnes décisions en son nom. Cependant, les révolutionnaires les plus radicaux contestent la légitimité de ces principes. Pour le club des Jacobins, et surtout sa frange la plus exigeante composée des Montagnards, l’activité des représentants, dont le comportement peut être faillible, doit être strictement contrôlée. Le peuple, en vertu de son droit naturel à l’insurrection, peut et doit ainsi à tout moment rappeler à ses représentants le but et le sens de leur élection. Avec la prise de pouvoir des Jacobins et l’influence croissante des Montagnards au sein de la Convention, régime qui succède au système mis en place par l’Assemblée constituante entraîné avec la chute de la royauté le 10 août 1792, le discours des révolutionnaires change pourtant radicalement. « [L]a Convention va clamer sa pureté, et l’hostilité envers la représentation fait place à une identité entre représentants et représentés » (p. 111). « Quand il était dans l’opposition, le jacobinisme ne cessait d’invoquer la volonté du peuple contre le pouvoir en place. Désormais […] le gouvernement jacobin prétend représenter le Peuple vertueux et s’identifier à lui.1 ». Un raisonnement syllogistique à l’efficacité redoutable s’impose alors : le peuple ne peut pas se révolter contre lui-même, or les représentants sont le peuple. Donc, le peuple ne peut pas contester les choix de ses représentants… Dès lors, le droit à l’insurrection, autrefois considéré par les Jacobins comme naturel, se trouve délégitimé. De même, l’activité des nombreuses « sections » de citoyens, cellules militantes à l’intérieure desquelles s’ébauchait une sorte de démocratie directe, doit être rigoureusement contrôlée.

3Tout comme le sens du concept de représentation, celui de la notion de peuple va également sensiblement évoluer. Les premiers temps de la Révolution consacrent une vision inclusive et cosmopolite du peuple que symbolisent la Constitution civile du clergé et l’euphorique Fête de la fédération en 1790, ou encore les nombreux débats sur la naturalisation des étrangers, l’abolition de la distinction entre citoyens actifs et passifs, la reconnaissance des droits des femmes et l’abolition de l’esclavage. Avec la radicalisation du mouvement révolutionnaire s’impose une vision du peuple de plus en plus exclusive. Expurgé des aristocrates et des membres du clergé dont l’existence renvoie aux principes de l’Ancien Régime, délesté des bourgeois dont la richesse pervertit les mœurs, et amputé des étrangers suspectés de ne pas pouvoir aimer la France autant que leur pays d’origine, il finit par se confondre avec l’image du sans-culotte humble, laborieux et dévoué à la cause révolutionnaire.

  • 2 Claude Lefort, Essais sur le politique, xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 20 (...)
  • 3 Daniel Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, coll. « Champs/Histo (...)

4La compression de la notion de peuple comme les revirements autours du concept de représentation illustrent la pente totalitaire du mouvement révolutionnaire, jalonnée par la prise de pouvoir des Jacobins au sein de la Convention, la dictature montagnarde en 1793 puis l’instauration de la Terreur en 1794. La confusion entre religion et politique que symbolisent le culte de l’Être suprême et l’impératif de régénération décrétés par Robespierre, la fusion du peuple avec ses représentants ou encore le décloisonnement entre espace public et sphère privée, puisque partout doivent triompher les principes de la Vertu, ont un seul but : « dénier la division sociale sous toute ses formes [et] refaire à la société un corps2 » Aussi doit-on prendre Daniel Arasse au sérieux lorsqu’il affirme, dans un essai consacré à l’imaginaire de la Terreur que, de tous les citoyens, le bourreau était sans doute considéré comme le plus exemplaire3 !

  • 4 Jean-Claude Chamboredon, « L’édification de la nation », Ethnologie française, 1994, vol. 24 n° 2, (...)
  • 5 Philippe Bordes, « Estampes », in Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution fr (...)

5De ces métamorphoses, l’art révolutionnaire est comme l’écho visuel. Plusieurs caractéristiques définissent la production artistique de la période. L’instabilité institutionnelle et politique qui la caractérise dissuade la majorité des artistes reconnus de se manifester en faveur du processus révolutionnaire. « L’art révolutionnaire est donc en grande partie celui de l’art populaire. S’adaptant à une demande et à des conditions nouvelles, l’iconographie de la Révolution se caractérise par une production prolifique et diverse sur tous supports : tableaux et sculptures, gravures, estampes, caricatures […] faïences, médailles, papiers peints, etc » (p. 25-26). Autre caractéristique, que l’on peut cerner en reprenant une distinction faite par Jean-Claude Chamboredon, l’iconographie révolutionnaire est autant « documentaire » que « symbolique »4. « Tout au long du xviiie siècle on trouve des [images] consacrées aux événements du jour, mais la sensation nouvelle qu’avait les Français d’être directement concernés par ce qui se passait, la succession rapide des faits mémorables, et le relais offert par une presse libre en pleine effervescence ont créé une situation sans précédent5 » Le caractère informatif de la majorité de la production iconographique n’empêche pourtant pas les artistes de dramatiser les scènes représentées. Les ciels tempétueux, les poses pathétiques, l’écrasement ou l’exagération des perspectives sont autant d’éléments stylistiques qui permettent indirectement de jauger leur enthousiasme.

6L’art révolutionnaire se fait le miroir des évènements et des modifications du sens des concepts sur lesquels l’auteure se focalise. Ainsi, s’agissant de la notion de peuple, « l’iconographie va parfaitement suivre l’évolution du discours officiel : alors que les premiers temps de la Révolution étaient marqués par les effets de foule où toutes les classes se confondaient, au fil des mois l’image va privilégier le citoyen ordinaire, l’anonyme, symbole de l’esprit nouveau » (p. 273). De même, concernant le processus de fusion du peuple avec ses représentants, les illustrations sont nombreuses qui représentent des scènes de serments dans lesquelles, grâce à des sortes d’illusions d’optiques, ceux-ci se confondent avec celui-là.

7Plusieurs remarques peuvent être faites à propos de l’ouvrage de Caroline Rainette. D’ordre formel d’abord : le morcellement scolaire de son texte, divisé en parties, chapitres, sections et paragraphes, suturés par une multitude de chapeaux et autre transitions, rend la lecture parfois laborieuse. Autre bémol, même s’il ne s’agit pas d’un ouvrage de vulgarisation : la disproportion éclatante entre la masse extraordinaire des références érudites et des sources savantes utilisées et l’absence de repères élémentaires, concernant par exemple la chronologie des évènements ou bien les processus électoraux complexes de la période, qui clarifieraient parfois le propos.

8L’ampleur et la subtilité des analyses juridiques et sociologiques développées par l’auteure à propos des notions de peuple et de souveraineté interrogent quant à elles plus radicalement le lecteur : l’analyse iconographique que le titre de l’ouvrage laissait supposer n’est-elle pas finalement délaissée au profit de remarques théoriques qui, quoique stimulantes et suggestives, se retrouvent dans la plupart des manuels de droit constitutionnel et d’histoire politique ? En somme, bien qu’elle ait annoncé une analyse des images du peuple et de la souveraineté dans l’art révolutionnaire, Caroline Rainette ne propose-t-elle pas finalement qu’une étude imagée de ces concepts ?

  • 6 Emmanuel Fureix, « L’iconoclasme politique au xixe siècle: la dépacification des signes (1814-1871) (...)

9Son travail est en fait plus subtil. Ses commentaires sur l’iconographie révolutionnaire l’amènent inévitablement à se pencher sur l’éventail des symboles consacrés par la période et reproduits dans leurs œuvres par les artistes. Or, l’arsenal symbolique révolutionnaire s’oppose à la panoplie de symboles consacrés par l’Ancien Régime. La destruction de ses signes « est donc un acte politique destiné à assoir le règne de la liberté face aux menaces de la royauté » (p. 52) Ainsi « l’iconoclasme révolutionnaire » (idem) est-il la preuve que les symboles sont des idées faites signes, qui rendent sensibles et tangibles une vision du monde et un système de valeur. De plus, « les signes politiques sont des marqueurs de souveraineté6 ». Employés dans des rituels politiques performatifs, ils consacrent symboliquement la délégation de la souveraineté du peuple à son ou ses représentants. C’est la raison pour laquelle les symboles révolutionnaires se retrouvent dans les nombreuses illustrations de scènes de serment sur lesquelles l'auteur se penche. Grâce à son étude, Caroline Rainette souligne donc implicitement que représentation idéologique, représentation juridique et représentation symbolique sont inextricablement liées.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Bluche, Manuel d’histoire politique de la France contemporaine, Paris, PUF, 2008 [2001], p. 62.

2 Claude Lefort, Essais sur le politique, xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 2001 [1986], p. 301

3 Daniel Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, coll. « Champs/Histoire », 2010 [1987], p. 206.

4 Jean-Claude Chamboredon, « L’édification de la nation », Ethnologie française, 1994, vol. 24 n° 2, p. 190.

5 Philippe Bordes, « Estampes », in Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, coll. « Quadrige/Dico poche », 2005 [1989], p. 421.

6 Emmanuel Fureix, « L’iconoclasme politique au xixe siècle: la dépacification des signes (1814-1871) », communication présentée au congrès 2009 de l’Association française de sciences politique : http://www.congresafsp2009.fr/sectionsthematiques/st44/st44fureix2.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Caroline Rainette, Le Peuple et sa souveraineté dans l’art révolutionnaire (1789-1794) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17752

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Prépare un doctorat sur l’histoire de l’édition de vulgarisation en sciences humaines et sociales (dir. Valérie Tesnière, EHESS, année universitaire 2015-2016)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page