Navigation – Plan du site

Jean-Louis Fabiani, Sociologie de la Corse

Isabelle Jabiot
Sociologie de la Corse
Jean-Louis Fabiani, Sociologie de la Corse, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2018, 127 p., ISBN : 978-2-7071-8811-3.
Haut de page

Texte intégral

1Venant sans conteste combler un manque parmi les connaissances des sciences sociales sur la Corse, le panorama sociologique des questions économiques et politiques de l’île proposé par Jean-Louis Fabiani est prometteur en ce qu’il est fondé sur une déconstruction et une description des limites du paradigme de l’insularité. Par ce biais, il offre une lecture critique des contradictions sociopolitiques ayant pris place au cours des dernières décennies en Corse et qui tiraillent l’île au point d’enserrer son développement. Si l’ouvrage est accessible à un large public, il ne va par contre pas « plaire à tout le monde » (p. 6), ou du moins pas à tous les Corses à qui il s’adresse de manière privilégiée.

  • 1 Mathieu Marie, Alaoui Rachid, « L’immigration marocaine en Corse : une force de travail silencieuse (...)
  • 2 Peretti-Ndiaye Marie, Le racisme en Corse. Quotidienneté, spécificité, exemplarité, Ajaccio, Albian (...)
  • 3 C’est d’ailleurs l’une des thématiques de recherche de l’UMR LISA de l’Université de Corse. Voir pa (...)
  • 4 Meistersheim Anne, Le labyrinthe et les masques. Corse : Territoire, insularité et société, Ajaccio (...)

2Dès l’introduction, l’auteur expose le prérequis sur lequel se fonde sa grille d’analyse, à savoir la mise en évidence du « jeu permanent de la duplicité entre le centre national et la périphérie corse » (p. 5). Ni la méthodologie ni les sources ne sont par contre explicitées. Ce n’est qu’au fil de l’ouvrage que l’on déduit que l’auteur s’appuie sur des sources statistiques, une analyse des faits de société, une diversité de travaux en sciences sociales, ainsi que sur sa connaissance de l’île dont il est originaire et où il a exercé des fonctions publiques. Mais l’auteur s’appuie-t-il sur des enquêtes sociologiques ? La question reste en suspens alors que plusieurs affirmations, tel que « lire en public dans l’île n’est jamais bon signe. Ce n’est […] pas […] convenable pour un mâle » (p. 91), sont livrées sans données à l’appui. L’on s’étonnera aussi de ne pas voir cités des travaux contemporains sur des thèmes pourtant abordés, que ce soit sur l’immigration1 et le racisme2, sur le tourisme3 ou sur les liens entre territoire et développement4. C’est d’ailleurs précisément la question du développement de l’île avec pour toile de fond cet axe du rapport à l’autre qui structure l’ouvrage. Il s’ouvre sur les questions démographiques, donc sur la présence des immigrés (10 % de la population en 2012) et se finit sur « le tourisme comme destin ? » (p. 93), soit sur une subordination économique aux vacanciers. Ce choix laisse entrevoir tout le paradoxe corse qui, tel qu’analysé par l’auteur, est fondé sur une relation conflictuelle et de dépendance à l’altérité et à sa propre identité. La duplicité s’étend donc bien au-delà du rapport entre l’État français et la Corse.

3En revenant sur les cinquante dernières années de l’histoire corse, Fabiani expose dans la première partie les transformations et les tensions au cœur de la situation socio-économique de l’île. La sur-administration, l’importance de l’économie informelle, le fort taux de chômage, la saisonnalité des activités, le déséquilibre de la structure professionnelle, l’absence de masse critique locale, la faible dynamique d’innovation, etc. sont autant d’éléments qui assombrissent l’économie corse et la rendent « étroitement dépendante de la conjoncture extérieure » (p. 32). Malgré les changements récents, les projets d’implantation de nouveaux secteurs, dont l’industrie de haute technologie, restent mineurs. L’échec du développement de la Corse n’est pas que le fait des grands projets des années 1960 impulsés par l’État puisque l’île continue de peiner « à mettre en œuvre une véritable stratégie de développement » (p. 29), l’immobilité étant surtout due au manque de légitimité et à la difficulté des majorités successives à faire consensus. L’auteur reste toutefois optimiste, il voit un réel potentiel dans le vote du Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (PADDUC) en 2015 : la cause environnementale ayant souvent été confondue avec les revendications identitaires, cette proximité pourrait permettre « un changement de perspective sur la question du développement » (p. 29).

4Dans la deuxième partie, « les contradictions de la modernisation politique », l’auteur revient sur l’impossible contrôle du territoire par la France, sur l’émergence de l’ambivalence corse face à la colonisation (figure du colonisateur-colonisé), sur « l’irrésistible ascension des nationalistes » (p. 52) ainsi que sur la décentralisation progressive engagée par l’État. À partir de ce socle historique sont éclairées les principales caractéristiques du paysage sociopolitique actuel. Le clientélisme est décrit dans ses formes historiques et modernisées, le système politico-administratif actuel favorisant les liens de clientèle via « un régime d’économie fortement assistée » (p. 45) puisque les ressources transférées proviennent de la France ou de l’Europe. L’espace public est ensuite dépeint au travers des pratiques électorales, d’allégeance politique exhibée et de la force des liens informels et privés. Malgré l’essor de la télévision et des réseaux sociaux, le constat de l’auteur est sans appel : « “l’impossible espace public” en Corse est fondé sur un paradoxe […] l’opacité est la règle, la prise de position publique l’exception » (p. 50). La duplicité, ou l’existence d’un double langage, et la violence sont ajoutées au tableau de la scène politique corse, les actions de l’État étant mises en vis-à-vis de celles des Corses.

5Si la réappropriation culturelle – objet de la troisième partie de l’ouvrage  et les revendications environnementales ont fait partie des thèmes inauguraux de la mobilisation corse autour de la réappropriation culturelle (riacquistu), c’est dans ce domaine que l’État français a abandonné le plus vite ses prérogatives. Pourtant « la mobilisation culturelle a perdu de son ampleur et peut-être, à terme, l’essentiel de sa signification » (p. 68). Fabiani expose alors le processus de réinvention de la tradition à rebours de l’homogénéisation des gouts culturels et du discours identitaire, « condition nécessaire au désir d’autonomie » (p. 83). Avec l’exemple de la langue et des chants polyphoniques, il montre que l’impératif d’authenticité a conduit à faire doublement violence à l’histoire – la vie sociale est réduite à l’une de ses dimensions et le mythe de « l’autarcie culturelle » (p. 71) prend place – alors que la certification de l’authenticité de la culture corse ne peut se faire sans les appuis institutionnels du centre.

  • 5 Terme péjoratif désignant les Français, les continentaux.

6Nombreux sont également les paradoxes au sujet du tourisme auquel est consacrée la dernière partie et qui est devenu une véritable manne sur l’île (un tiers du PIB régional en 2011). En tant que première activité, il n’échappe pas aux logiques du néoclientélisme, aux arrangements illégaux, à la criminalité ordinaire et à la violence nationaliste. Bien plus, si les protestations environnementales et la lutte contre la spoliation face à l’affairisme ont permis de faire en sorte que l’île ne soit pas « balnéarisée », le développement est tel que « le processus d’acquisition de terre […] devrait concerner à terme 40 % du littoral » (p. 100). Pour permettre un développement durable, les élus et les opérateurs favorisent désormais une Corse pour les « super-riches », stratégie qui n’est pas en soi écologiste et qui nécessitera de passer par la désanctuarisation de l’espace corse alors même que sa sanctuarisation a nourri le discours identitaire nationaliste. Autre point noir, si « un des thèmes de la mobilisation autonomiste était clairement le refus […] de “récurer les bidets des pinzuti5 » (p. 112), cette perspective semble pourtant « constituer l’horizon indépassable de la vie sociale » (p. 112), à moins de n’avoir recours à une densification de la population immigrée…

7Au terme de l’ouvrage, on regrette les absents de ce tableau sociologique : la diaspora corse ayant pourtant une emprise forte (transfert de ressources, voix électorales, patrimoines familiaux et villageois, etc.) et les agriculteurs/éleveurs sont tout juste évoqués. Si l’auteur souligne la progression continue de l’élevage et l’importance des ressources issues de l’agriculture, cette absence est d’autant plus étonnante que, au regard des terres et savoir-faire disponibles, ces secteurs pourraient servir le désir autonomiste corse. L’auteur se fait en effet intellectuel engagé assumant ses positions publiquement – figure qui peine à se constituer sur l’île (p. 50) –, l’énoncé des conditions d’émergence des contradictions ayant pour vocation de permettre une évolution de la situation, tel est d’ailleurs le devoir des institutions de savoir (p. 118). C’est à ce titre qu’il ponctue l’ouvrage de multiples recommandations. Le développement « ne cesse de ses heurter à ces contraintes structurales. La vigueur de ce constat sociologique doit s’imposer à tous ceux qui entendent prendre des décisions à propos du futur de la Corse » (p. 37). Le clientélisme et la rhétorique nationaliste voient ici leurs limites bien décrites précisément parce que le développement de l’île doit passer par « une réévaluation des effets du discours identitaire aujourd’hui hégémonique » (p. 21) au-delà duquel la Corse doit se penser.

  • 6 Bromberger Christian, La Méditerranée entre amour et haine, Paris, Éditions de l’aube, 2018.

8Tel que formulée en conclusion, la perspective de l’auteur était de « rapatrier la Corse dans son espace historique, celui de la méditerranée occidentale » (p. 120), soit de ne pas considérer la Corse comme un isolat source d’une homogénéité ethnique, cas le plus probant des limites du paradigme de l’insularité. Si l’auteur a sans aucun doute ouvert une porte à cet égard, son point de vue critique sur la situation sociopolitique pourrait se mouvoir en une sociologie réellement critique en considérant une échelle de plus grande envergure, celle par exemple d’une anthropologie de la Méditerranée6. Il s’agirait alors non pas d’analyser la dynamique des contradictions entre passé et présent, entre identité et altérité, entre dépendance et autonomie pour penser l’élaboration des spécificités socioculturelles corses, mais de la comparer avec celles en œuvre sur d’autres territoires traversés par les mêmes préoccupations, et d’aller sociologiquement au-delà de l’exception corse.

Haut de page

Notes

1 Mathieu Marie, Alaoui Rachid, « L’immigration marocaine en Corse : une force de travail silencieuse », Hommes et Migrations, n° 1242, 2003, p. 53-60.

2 Peretti-Ndiaye Marie, Le racisme en Corse. Quotidienneté, spécificité, exemplarité, Ajaccio, Albiana, 2014.

3 C’est d’ailleurs l’une des thématiques de recherche de l’UMR LISA de l’Université de Corse. Voir par exemple Furt Jean-Marie, Tafani Caroline (dir.), Tourisme et insularité. La littoralité en question(s), Paris-Corte, Karthala-Lisa, 2014.

4 Meistersheim Anne, Le labyrinthe et les masques. Corse : Territoire, insularité et société, Ajaccio, Albiana, 2012.

5 Terme péjoratif désignant les Français, les continentaux.

6 Bromberger Christian, La Méditerranée entre amour et haine, Paris, Éditions de l’aube, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Jabiot, « Jean-Louis Fabiani, Sociologie de la Corse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17778

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Jabiot

ATER, Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST, CAS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page