Navigation – Plan du site

Isabelle Guérin, La microfinance et ses dérives, émanciper, discipliner ou exploiter ?

Alexia Blin
La microfinance et ses dérives
Isabelle Guérin, La microfinance et ses dérives. Emanciper, discipliner ou exploiter ?, Demopolis, 2015, 291 p., ISBN : 978-2-35457-049-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre d’Isabelle Guérin offre une analyse critique de la microfinance, révélatrice des désillusions que suscite aujourd’hui ce secteur, à la mesure, sans doute, des espoirs éveillés ces vingt dernières années. Il s’agit d’un ouvrage de synthèse, qui rend compte de quinze années d’enquêtes de terrain, réalisées par l’auteur et d’autres chercheurs dans différentes régions du monde – en particulier en Inde, au Sénégal, au Maroc, ou en Amérique du Sud. S’appuyant sur des recherches localisées et précises, il donne néanmoins une image globale des processus à l’œuvre dans le monde de la microfinance. Défini comme « l’ensemble des services financiers destinés aux populations exclues des institutions financières classiques » (p. 5), ce secteur recouvre principalement les mesures de microcrédit proposées aux populations – et en particulier aux femmes – démunies, majoritairement dans les pays du Sud.

2Le premier chapitre livre une description détaillée du paysage actuel de la microfinance, de la grande diversité de ses pratiques et de ses principes. On estime qu’en 2012 il y avait environ deux cents millions d’usagers du microcrédit dans le monde, ayant recours à des organisations aux statuts divers (de la banque publique aux institutions commerciales classiques, devenues aujourd’hui dominantes, en passant par les ONG et les coopératives). La concentration du secteur apparaît toutefois importante, tant en termes d’organisations (douze d’entre elles revendiquent plus d’un million d’usagers) que de régions (la grande majorité se situant en Asie du Sud). Si les trajectoires nationales ou locales, les taux d’intérêt pratiqués ou les conditions d’accès peuvent être fort variés, le livre met en évidence une évolution générale consacrant la domination du modèle commercial. Depuis les années 2000 s’est en effet imposée l’idée que la microfinance devait être rentable, afin de pouvoir attirer des investissements privés. Ce tournant a eu des conséquences profondes sur le secteur, et s’est traduit par une recherche effrénée de rentabilité, une concurrence entre organisations pour trouver de la clientèle, des phénomènes de saturation et des crises de surendettement dans certaines régions.

3En dressant ce portrait de la microfinance, I. Guérin entend revenir sur trois visions, dominantes sinon généralisées de ce secteur. Il s’agit tout d’abord de la vision enchantée, largement médiatisée sous la forme d’innombrables success stories, d’un microcrédit capable d’endiguer à lui seul la pauvreté mondiale, d’émanciper les femmes, et de répandre la démocratie en même temps que les valeurs de l’économie de marché dans toutes les régions du monde. Incarnée par le Prix Nobel de la paix Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank au Bengladesh, cette vision est dangereuse car elle assigne à la microfinance des objectifs démesurés, et tend à discréditer d’autres solutions, notamment les programmes publics de lutte contre la pauvreté. Elle voudrait faire croire que le seul problème des populations pauvres est la difficulté d’accès au capital, et que chacun peut être considéré comme un entrepreneur en puissance, pour qui la prospérité est à portée de main. La deuxième vision erronée, est celle qui fait de la microfinance une « niche de marché », un secteur à exploiter pour les banques commerciales. Enfin, la troisième perspective rejetée par l’auteur, est celle de la microfinance « désincarnée », adoptée par les tenants de l’économie du développement, au premier rang desquels l’économiste du MIT Esther Duflo. Cette dernière se voit reprocher de produire principalement des résultats chiffrés à l’intention des décideurs politiques, et de fournir « une vision du monde d’une simplicité et d’une naïveté à la fois déconcertante et tragique » (p. 15).

4Face à ces perspectives jugées caricaturales, le livre propose une analyse socio-économique globale, qui prenne en compte à la fois la diversité des contextes locaux et les nombreux obstacles structurels auxquels se heurtent les politiques de lutte contre la pauvreté. Il entend dépasser l’échelle d’analyse individuelle, privilégiée par les conceptions dominantes, étudier les « usages vécus » de la microfinance (p. 23), et tenir compte des ambiguïtés inhérentes à l’endettement dans les pays du Sud. Très critique vis-à-vis des évolutions récentes du secteur, en particulier de ses formes dominantes, des organisations les plus médiatisées et les plus reconnues, l’auteur prend cependant beaucoup de précautions pour ne pas rejeter en bloc le travail de toutes les institutions, et pour récuser l’idée que la microfinance relèverait d’un complot visant à priver les populations pauvres de toutes leurs ressources économiques, mais aussi sociales et culturelles.

5Le cœur de l’ouvrage est consacré à l’analyse des effets produits par vingt ans de progrès de la microfinance. Malgré les dérives possibles, le microcrédit a-t-il tenu une partie de ses promesses ? Il semblerait bien que non. Tout d’abord, il n’a pas fait naître un tissu de petites entreprises performantes à même de créer des bassins d’emplois. La plupart des fonds du microcrédit sont en réalité dédiés à la consommation, ou à la stabilisation d’entreprises existantes. La manière dont ils sont employés a plutôt contribué à renforcer les inégalités et les hiérarchies établies – les usagers en mesure de bénéficier des fonds étant ceux qui disposent des ressources (économiques, sociales, culturelles) les plus importantes au sein des populations pauvres. La multiplication de l’offre a parfois conduit à des crises de surendettement, le microcrédit venant se superposer aux autres cercles de la dette plutôt que de s’y substituer. L’usurier n’a pas disparu, il trouve même parfois sa position renforcée. L’émancipation des femmes, présentée comme un des objectifs majeurs de la microfinance, semble aussi être restée lettre morte. Le ciblage des femmes par les organismes de microcrédit vise l’efficacité des remboursements plus que le bouleversement politique des rapports de genre, et encore une fois les bénéficiaires constituent une minorité relativement privilégiée. Qu’il s’agisse des femmes, de la question de l’endettement ou de celle de l’épargne, la microfinance actuelle a tendance à reproduire les logiques de domination et d’inégalités plutôt qu’à les subvertir.

6Le livre prend soin de replacer la microfinance dans une perspective historique, la comparant aux autres formes d’endettement. Cette analyse fait apparaître le microcrédit actuel comme une forme de crédit aux pauvres bien adaptée à l’ère du capitalisme néolibéral et de la financiarisation. En misant sur l’endettement des personnes et leur esprit d’entreprise, on prétend substituer des solutions individuelles aux politiques publiques de régulation ou d’investissement. Il existe un lien très fort entre l’engouement pour la microfinance et les programmes de dérégulation et de désengagement de l’État, se plaçant parfaitement dans la lignée des « programmes d’ajustement structurels » mis en œuvre dans les pays du Sud depuis les années 1980 sous l’égide de la Banque mondiale et du FMI.

  • 1 Voir par exemple les débats autour du dernier ouvrage de Laurence Fontaine, Le mARché. Histoire et (...)

7Le dernier chapitre repose sur l’idée que, sous couvert de neutralité, le microcrédit véhicule une vision politique à la fois du marché et des pauvres. I. Guérin intervient ainsi dans les débats sur les potentialités émancipatrices du marché, et son rapport à la démocratie1. Si elle refuse de tomber dans une vision romantique des solidarités locales des sociétés traditionnelles, qui seraient menacées par les forces marchandes de la microfinance, elle affirme également que « la dimension émancipatrice du marché réclame de multiples conditions, à commencer par un État de droit » (p. 186). Elle dénonce également une vision des pauvres comme « consommateurs impulsifs et impatients » (p. 137), responsables de leur situation et qu’il faudrait discipliner, ou comme entrepreneurs nés dont l’énergie ne demanderait qu’à être « libérée ». L’accent mis dans le livre sur les formes de résistances au microcrédit, particulièrement vives ces dernières années, permet de récuser cette vision de la pauvreté, en mettant en évidence un décalage entre les attentes des populations et les solutions proposées.

8En conclusion, l’ouvrage s’interroge sur les alternatives possibles à la microfinance dominante. L’auteur revendique l’héritage de Karl Polanyi, refuse les solutions qui passeraient uniquement par l’échange (le marché) ou par la redistribution (l’État), et plaide plutôt pour laisser une place à la sphère de la réciprocité. Elle invite à penser le microcrédit en termes « d’économie solidaire », et donne des exemples d’organismes qui auraient réussi à « ré-encastrer la microfinance » (p. 235), en ne cherchant pas à se substituer à l’État, en articulant services financiers et luttes politiques, et en s’adaptant explicitement à la demande des populations, plutôt que de chercher à imposer un modèle marchand universel, dont elle a montré qu’il contribuait à renforcer les problèmes qu’il était censé résoudre.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les débats autour du dernier ouvrage de Laurence Fontaine, Le mARché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Gallimard, 2014, contre lequel I. Guérin prend clairement position. Voir le compte-rendu : http://lectures.revues.org/14862.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Blin, « Isabelle Guérin, La microfinance et ses dérives, émanciper, discipliner ou exploiter ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17781

Haut de page

Rédacteur

Alexia Blin

Doctorante au Centre d’Etudes Nord Américaines (EHESS), Boursière de la Fondation Thiers – Centre de Recherches Humanistes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page