Navigation – Plan du site
Le genre de la Résistance

Le genre de la Résistance

La Résistance féminine dans le Nord de la France
Catherine Astol-Lacour, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Histoire », 2015, 389 p., ISBN : 978-2-7246-1700-9.
Notice publiée le 20 avril 2015

Présentation de l'éditeur

La Résistance se développe sur un terreau fortement imprégné par la différence des rôles sociaux entre les sexes. Si elle entraîne quelques femmes dans une vie d'homme, la plupart agissent au cœur du foyer, dans la continuité des rôles traditionnels. Quand bien même elles acceptent le sacrifice à l’égal des hommes, les résistantes ne sont pas des combattants de l’ombre comme les autres.

Parce que l’histoire de la Résistance a longtemps été écrite au masculin, sa version féminine demeure méconnue. Que signifie résister au féminin ? Quel sens les résistantes ont-elles donné à leur engagement ? Comment a-t-il été perçu par la société, en temps de guerre puis après la guerre ? Autrement dit, dans quelle mesure l’identité féminine a-t-elle influé sur les modalités comme sur les représentations de l’engagement ?

L’ouvrage propose de découvrir la résistance féminine en l’éclairant d’un double regard : celui de sa répression orchestrée par l’occupant et celui des reconnaissances mises en œuvre à la Libération. Menée à l’échelle d’un laboratoire privilégié – le Nord, rattaché au commandement militaire allemand de Bruxelles –, cette étude de la mobilisation féminine dépasse les frontières régionales. En montrant le rôle majeur joué par les femmes dans le tissage des liens entre Résistance et société, elle donne sens à la formule du colonel Rol-Tanguy : « Sans elles, la moitié de notre travail eût été impossible. »

Haut de page

Auteur

Catherine Astol-Lacour

Catherine Astol-Lacour, docteure en histoire, est professeure d'histoire dans l'enseignement secondaire et membre du Centre d'histoire et de recherche sur la Résitance.

Haut de page