Navigation – Plan du site

Sara Croché (dir.), « Concurrence des discours de vérité à l’école », Éducation et société, n° 33, 2014

Béatrice Mabilon-Bonfils
Concurrence des discours de vérité à l'école
Sarah Croché (dir.), « Concurrence des discours de vérité à l'école », Éducation et Sociétés, n° 33, 2014, Bruxelles, De Boeck, ISSN : 1373-847X, EAN : 9782804189921.
Haut de page

Texte intégral

1Nous savons, avec Jean-Pierre Vernant, qu’« il n’y a pas de groupe humain sans religion ». La mémoire collective d’une société se construit autour des récits qui fondent son identité ; les discours religieux en sont une des matrices principales. Pourtant, dans l’histoire politique et scolaire française, l’enseignement du fait religieux à l’école publique ne va pas de soi et l’actualité récente, qui met en tensions laïcité et religions, nécessite une réflexion étayée sur la coexistence de la pluralité des discours autant que sur les modèles pluriels qui structurent les représentations collectives des élèves comme des enseignants. L’étude, dans une perspective résolument comparatiste, des sociétés autres, des pratiques sociales autres, des religions autres et de ce qu’elles peuvent nous apprendre n’a de sens que si nous sommes capables, comme le disait Evans-Pritchard, de « retourner le miroir », et ce à la condition que nous acceptions que les acteurs sociaux croient vraiment ce quoi ils croient. Ce qui n’est pas si simple compte tenu des représentations sociales à l’œuvre dans l’espace scolaire républicain. À cette aune, la dernière livraison de la revue Éducation et sociétés ouvre un utile questionnement sur la manière dont les systèmes éducatifs, les programmes, les manuels, les professeurs et les élèves articulent les discours de la « science occidentale » avec les discours de croyances religieuses, les discours communs, les discours de tradition.

2L’objectif assumé est de traiter ces discours, dans la cohérence de la sociologie de la traduction, en tant que tels, sans les hiérarchiser a priori en étudiant le jeu des différents acteurs dans des chaînes de traduction, des bricolages, des arts de faire, qui sont autant de pratiques quotidiennes de négociation et de contournement, autant d’espaces de respiration et de résistance, qui construisent une école qui ne peut plus se définir par ce grand enfermement d’école moderne. Cela questionne la forme scolaire autant que sa puissance normative, dont Monjo montre qu’elle devient le lieu de formes concurrentes d’agir, entre agir stratégique et agir dramaturgique. L’école est aujourd’hui influencée de l’extérieur par les demandes des familles, voire des groupements religieux : en France notamment, l’école est confrontée à des demandes croissantes de pluralité cultuelles et culturelles, auxquelles elle répond autant par des arrangements locaux que par des réponses radicalisées, comme les onze mesures pour une « grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République » dont la revue ne traite pas mais qu’il serait intéressant de mettre en perspective.

3Mais l‘école est aussi influencé de l’intérieur par les enseignants eux-mêmes, qui font parfois état de leurs propres croyances pour contester les programmes, ainsi que le montre Sarah Croché au Sénégal et au Rwanda. Car, la question se pose de manières très différente selon qu’il s’agit de sociétés fortement religieuses ou de sociétés peu religieuses ou qui acceptent des élèves de religions minoritaires dans le pays d’accueil. Au cœur de cette articulation entre science occidentale religions et tradition l’école, il s’agit de savoir comment les élèves et les enseignants maintiennent leur culture et leurs croyances religieuses dans un espace scolaire qui marginalise les savoirs religieux.

4Jean-Émile Charlier questionne « l’école liquide » française qui, dans une époque qui réhabilite toutes les formes de vérité, est confrontée au « grouillement des vérités dans la classe ». José-Luis Wolf s’interroge sur les déterminants des opinions des élèves belges sur les savoirs scientifiques et les savoirs religieux. Coralie Delhaye analyse les manuels scolaires de religion grecs du secondaire notamment autour de la question de l’origine des espèces vivantes pour saisir, par une analyse de contenu, comment s’y expriment des discours antagonistes. Émilie Pontanier se demande comment, en Tunisie, la laïcité des lycées français permet de légitimer la vérité religieuse ou areligieuse des lycéens qu’ils soient tunisiens ou binationaux. Rachel Solomon Tsehaye interroge la gestion des conflits culturels inhérents aux choix éducatifs à Djibouti en analysant les relations entre éducation formelle et éducation informelle dans quatre types d’établissements. Sarah Croché met en évidence la production sociale des discours au Sénégal et au Rwanda, en montrant que les dispositifs peuvent être disjoints de l’institution. Enfin Pierre Clément présente les résultats d’une enquête sur les conceptions relative au créationnisme des enseignants menés dans trente pays choisis pour leur diversité religieuse.

5Ce numéro collectif a le double mérite de saisir l’école dans une perspective anthropologique encore peu fréquente et d’ouvrir une question qui, malgré son acuité sociale et politique, est peu traitée dans les travaux qui analysent l’espace scolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Sara Croché (dir.), « Concurrence des discours de vérité à l’école », Éducation et société, n° 33, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17801

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page