Navigation – Plan du site

Christophe Broqua, Catherine Deschamps (Dir.), L’échange économico-sexuel

Laure Sizaire
L’échange économico-sexuel
Christophe Broqua, Catherine Deschamps (dir.), L’échange économico-sexuel, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2014, 420 p., Postface de Rose-Marie Lagrave, ISBN : 978-2-7132-2459-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tabet Paola, 1987, « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant une compensation », Les Te (...)
  • 2 Tabet Paola, 2004, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Ha (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Christophe Broqua et Catherine Deschamps, entend revisiter la notion d’échange économico-sexuel élaborée par Paola Tabet en 1987, dans un article aujourd’hui célèbre : « Du don au tarif : les relations sexuelles impliquant une compensation »1. L’idée centrale est « l’existence d’un continuum dans les formes de relations sexuelles entre homme et femme impliquant un échange économico-sexuel »2 (Tabet, 2004, p. 9). Ce concept majeur de la pensée féministe matérialiste a permis de sortir d’une vision excluant l’économique du sexuel pour au contraire montrer que les échanges sexuels entre hommes et femmes sont structurellement insérés dans des transactions économiques implicites ou explicites. Rompant ainsi avec la dichotomie prostitution/mariage qui ne sont finalement que les deux extrêmes d’un continuum, les contributions de cet ouvrage s’inscrivent dans la continuité de cette théorie, la poursuivent et l’enrichissent.

2Plusieurs auteurs contemporains, sociologues ou anthropologues, se sont ainsi attachés à réfléchir à l’usage de cette notion dans leurs travaux qui portent tous sur des formes de sexualité rétribuée dans des aires géographiques et culturelles très variées. La richesse ethnographique des contributions nous emmène ainsi en Afrique de l’ouest, dans les pays du Maghreb, en Bolivie en passant par l’Asie du Sud-Est jusqu’à la France pour explorer les relations intimes au prisme de l’échange et des transactions.

  • 3 Zelizer Viviana, 2001, « Transactions intimes », Genèses, n° 42, p. 121-144.

3Ce domaine reste encore insuffisamment exploré notamment en raison d’une idéologie dominante dans les pays occidentaux qui conçoit la relation sexuelle comme un don dénué de toute dimension économique alors que dans d’autres parties du monde la gratuité de la sexualité n’est pas nécessairement présupposée. À Haïti, par exemple, « la ressource essentielle de la femme (sa richesse ou sa “terre”), c’est son sexe » (Tabet, p. 26). L’ouvrage est ainsi né d’un colloque intitulé « transaction sexuelle » où il était justement question non seulement de penser deux mondes finalement loin d’être « antagonistes », que sont les espaces intimes et l’argent (Zelizer, 20013), mais également d’ouvrir le concept d’échange économico-sexuel à différentes formes de sexualité rétribuée.

4Paola Tabet, dont la contribution ouvre ce livre, avait construit cette notion pour penser les rapports sociaux de sexe en plaçant la sexualité comme une composante majeure de la domination de la classe des hommes sur la classe des femmes. Les différents articles qui suivent, tout en s’inscrivant dans cette continuité n’optent cependant pas forcément pour ce point de départ, et laissent ainsi apparaître, en offrant un cadre d’analyse plus large, de nouveaux objets et perspectives de recherche.

  • 4 Connell Raewyn, 1995, Masculinities, Cambridge (Mass.), Polity Press.

5Cet ouvrage collectif fait état d’une diversité de configurations impliquant des échanges économico-sexuels. Christine Salomon décrit, par exemple, les relations qui se nouent entre « vieilles blanches » et « jeunes blacks » à Paris ou au Sénégal, tandis que Corine Cauvin Verner met en avant l’histoire de femmes blanches qui tombent amoureuses des « hommes bleus » durant des séjours touristiques dans le Sahara. Des configurations restées jusque-là dans l’ombre : lorsque l’échange économico-sexuel implique une compensation de la femme à l’homme. Fatiha Majdoubi, pour sa part, dresse un tableau des « Miss » et « Madame Visa », des femmes « en position de pourvoyeuses de ressource et (qui) font circuler les hommes » (p. 293). Ce « rapport de papier » est interrogé par l’auteur pour penser les remaniements des rapports de genre au sein de cet autre rapport de pouvoir. La contribution de Gianfranco Rebucini illustre par ailleurs les échanges qui s’établissent entre hommes, dans le cadre de relations homosexuelles au Maroc. Elle offre ainsi la possibilité d’étudier les transactions sexuelles entre hommes et montre également comment la construction de formes de « masculinité hégémonique » ou « marginalisée » (Connell, 19954) passe aussi par la sexualité. Sur ce point, la contribution de Mélanie Gourarier qui analyse des formes communautaires de la séduction en France, constituées essentiellement de jeunes hommes qui souhaitent « devenir le prix de l’échange », met également en lumière le rôle majeur de l’accès à la sexualité dans la construction de la virilité. Autant d’exemples qui montrent les bouleversements que le monde a connu ces dernières décennies : les divers mouvements de libération des femmes, les transformations profondes des comportements sexuels et de l’intimité mais aussi l’avènement des nouvelles technologies de communication, la circulation des idées et des hommes avec conjointement une fermeture des frontières.

6Les échanges économico-sexuels se situent aujourd’hui à différentes échelles allant du local au transnational, comme l’illustre notamment la contribution de Gwenola Ricordeau sur les « mariages par correspondance » entre femmes philippines et hommes étrangers. Elle met en lumière une « globalisation du marché matrimonial » et plus largement des transactions sexuelles. Un aspect prégnant de l’ouvrage montre ainsi le développement d’intimités transnationales souvent liées à des dynamiques migratoires (Combessie, Roux, Majdoubi, Salomon) et rend compte à la fois d’une marchandisation des échanges et d’une sexualité commerciale importante et dans le même temps de la porosité des frontières entre le marchand et le non-marchand.

7Ces formes de sexualité rétribuée demandent également à être envisagées dans une approche intersectionnelle, c’est-à-dire en prenant en compte l’imbrication des multiples rapports de pouvoir au sein des relations intimes. Il s’agit de sortir du strict cadre d’analyse des rapports de sexe pour penser leur articulation aux autres rapports de domination (classe, race, âge etc.). Toutes les contributions sont traversées par cet enchâssement. De la « sexualité transactionnelle » à Dakar (Fouquet), à la sexualité prémaritale au Mali (Castro), les échanges économico-sexuels se négocient et se renégocient dans les rapports sociaux de sexe mais aussi au sein d’autres rapports, notamment des rapports de pouvoir économique avec la « monétarisation de la sexualité et des sentiments en Afrique » (Omokaro). La dimension économique tient en effet un rôle majeur dans l’accès des hommes à la sexualité des femmes et ceux qui ont moins de ressources sont non seulement marginalisés par rapport à la masculinité dominante mais y voient un « renversement des relations de pouvoir à leur désavantage » (Omokaro, p. 154). Mais d’autres aspects apparaissent également structurants : les rapports de race et de nationalité, de classe ou encore d’âge. Les relations qui se nouent entre les femmes occidentales et jeunes hommes racisés et plus jeunes, originaires de pays moins développés (Salomon, Verner), les « mariages par correspondance » (Ricordeau) ou les « mariages de papiers » (Majdoubi) en passant par la sexualité commerciale en Thailande (Roux) sont des transactions intimes traversées par cette imbrication de rapports de pouvoir. Elles s’inscrivent, certes, dans des rapports d’oppression et de domination comme le jeunisme, le sexisme, le racisme ou dans les hiérarchies Nord/Sud mais sont aussi significatives quant à leurs « aspects de subversion qui contiennent une volonté de résistance et une exigence de liberté que les individus tentent d’exercer » (Salomon, p. 245).

8Et toutes les contributions sont soumises à ces tensions, ce va-et-vient entre émancipation et rappel à l’ordre social. En faisant la part belle aux capacités d’agir des individu-e-s, il est possible de voir à l’œuvre les micro-résistances et les acteur-e-s se mouvoir dans des logiques contraignantes : des maisons closes de Bolivie, où les femmes sont in fine « justicières d’un ordre sexué de la société extrêmement normatif » malgré une transgression des normes de genre dans leur activité prostitutionnelle et leur manière d’agir (Absi), aux femmes libertines européennes qui évoluent dans le continuum des échanges économico-sexuel se déplaçant stratégiquement à l’intérieur de celui-ci mais en quête finalement d’un « bon parti » ou d’un « bon métier » et toujours « contrôlées » par le stigmate menaçant de la prostitution (Combessie). Sans oublier les jeunes femmes sénégalaises naviguant elles aussi entre différentes figures, de la mbaraaneuse à la caga, cultivant stratégiquement l’ambigüité, elles se réapproprient les arts de plaire et de séduire transformés en instrument de pouvoir féminin, « subvertissant de facto le rapport de domination sous des apparences de conformité » (Fouquet, p. 148).

  • 5 Scott James C., 2008 (1990), La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours suba (...)
  • 6 Pheterson Gail, 2001 (1996), Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan.

9Cet ouvrage présente des contributions qui, tout en concevant les individu-e-s comme des acteur-e-s doté-e-s d’une réelle capacité d’action (agency) et maitrisant les « arts de la résistance » (Scott, 20085), nous rappelle aussi combien les normes sociales sont puissantes et combien la domination masculine n’a pas disparu et constitue au contraire un fait de structure. Et là où les hommes peuvent utiliser aussi leur corps, les femmes restent sur le ban des accusés, dès leur qu’elles sont « out of control » (Tabet, p. 25), soit hors des circuits traditionnels genrés (la mère ou l’épouse), le « stigmate de putain », la menace du whore stigma s’abat sur elles et « tant que durera la brûlure de ce fouet, la libération des femmes sera en échec. » (Pheterson, 2001, p. 1296).

Haut de page

Notes

1 Tabet Paola, 1987, « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant une compensation », Les Temps modernes, vol. 42, n° 490, p. 1-53.

2 Tabet Paola, 2004, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

3 Zelizer Viviana, 2001, « Transactions intimes », Genèses, n° 42, p. 121-144.

4 Connell Raewyn, 1995, Masculinities, Cambridge (Mass.), Polity Press.

5 Scott James C., 2008 (1990), La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Editions Amsterdam.

6 Pheterson Gail, 2001 (1996), Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Sizaire, « Christophe Broqua, Catherine Deschamps (Dir.), L’échange économico-sexuel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17840

Haut de page

Rédacteur

Laure Sizaire

Doctorante contractuelle, Université Lyon 2/Centre Max Weber (UMR 5283)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page