Navigation – Plan du site

Mona Ozouf, De Révolution en République. Les chemins de la France

Maxime Triquenaux
De Révolution en République
Mona Ozouf, De Révolution en République. Les chemins de la France, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2015, 1376 p., ISBN : 978-2-07-014561-4.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « Quarto » des éditions Gallimard a gagné ces dernières années une place étonnante dans le champ éditorial. Du fait de son format (qui dépasse le millier de pages) et de ses choix éditoriaux, elle semble être devenue, en termes de légitimation symbolique, une sorte d’antichambre de la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » pour nombre d’écrivain·e·s, et une véritable instance de consécration pour les œuvres des plus grand·e·s auteur·e·s en sciences humaines et sociales. C’est ainsi qu’à la suite de Georges Duby, de Jacques Le Goff ou encore d’Ernest Kantorowicz, Mona Ozouf fait son entrée dans la collection.

  • 1 François Furet, La Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007.

2Cet exercice éditorial n’est pas nouveau pour Mona Ozouf. Elle rappelle ainsi au début de son introduction avoir elle-même participé à l’édition des œuvres principales de François Furet1 dans la même collection. Aussi fixe-t-elle dans la préface les différents objectifs d’une pareille « entreprise rassembleuse » : réunir en un seul lieu des textes épars, proposer le parcours d’une carrière de chercheuse, et surtout rendre compte d’une « vision de l’œuvre que les publications isolées n’avaient pas nécessairement fait apparaître », rendre possible « la révélation d’une organisation invisible du paysage intellectuel traversé » (p. 11). Il s’agit donc explicitement de chercher une unité dans le travail de Mona Ozouf, une forme de trait d’union qui justifie le statut d’« œuvre ». De l’aveu de l’auteure, il serait à trouver dans son intérêt toujours affirmé pour l’inventivité dont ont fait preuve les hommes et les femmes dans leur organisation politique et sociale, et notamment pour un « penchant utopique » (p. 13), que l’on retrouverait aussi bien dans la tabula rasa de la politique révolutionnaire, la consolidation de l’idée républicaine (notamment grâce à l’école) au XIXe siècle ou encore la constitution du sentiment national, les trois grands objets auxquels Mona Ozouf s’est consacrée et qui donnent au présent ouvrage sa structure.

  • 2 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires (...)

3Il s’agit ici d’un montage de multiples textes, d’époques et de statuts divers : articles de revues savantes ou de périodiques, conférences, chapitres de livres (un seul ouvrage figure dans sa totalité, La Fête révolutionnaire2). Par tout un travail de découpage, de collage et de retitrage, l’ensemble aboutit donc, en somme, à un livre nouveau, divisé en trois parties : « La Révolution », « La République », « La France, les France ». À l’intérieur de ces grands ensembles, chaque sous-section est introduite par un texte liminaire de l’auteure, daté de 2015. Le dispositif est donc bien celui d’une reconfiguration a posteriori du travail de toute une carrière en une « œuvre », unifiée par un plan d’ensemble et réorganisée, chapitre après chapitre, par Mona Ozouf elle-même.

  • 3 François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flamm (...)

4La première section reprend les principales recherches sur la Révolution française, de manière à inscrire son travail dans ce champ de recherche tout en soulignant l’originalité de ses propres partis-pris. Dans le premier chapitre (« Portraits singuliers, portraits de groupe »), des textes sur Marat, Danton et Saint-Just, repris du Dictionnaire critique de la Révolution française3 codirigé avec François Furet, voisinent ainsi avec des essais sur des personnages ou sur des questions plus personnelles : Manon Roland et son « analyse de la condition féminine en Révolution » (p. 77), ou le projet éducatif de Barnave destiné à Marie-Antoinette. Dans « Les idées et les mots », sans revenir à une histoire intellectuelle qui ferait de la philosophie des Lumières la cause de la Révolution, Mona Ozouf se concentre sur quelques idées au cœur du projet révolutionnaire : d’abord le principe du contrat social hérité de Rousseau, ensuite l’idéal du « législateur pédagogue capable de faire surgir et de former une humanité neuve » et enfin « une foi commune dans les capacités presque illimitées de l’action politique » (p. 194). Mais c’est principalement l’étude du symbolique qui a intéressé Mona Ozouf dans la Révolution, « le recours aux objets, aux images, aux spectacles » (p. 313) permettant de communiquer plus largement que les seuls discours. À ce titre, la fête « comme rêve commun à des hommes qui lui prêtaient le pouvoir, en rendant visible le lien humain, de faire surgir une communauté idéale » (p. 315) est l’objet idéal pour comprendre cette pensée utopique à l’œuvre chez les révolutionnaires, de même que le rapport au temps et au calendrier abordé dans un chapitre à part. C’est enfin la question de la mémoire qui est explorée (« La Révolution entre Histoire et mémoire », p. 649), à travers notamment les différents travaux autour du Bicentenaire de 1989. En montrant que la Révolution française, dès la période thermidorienne, a été l’objet constant d’une forte interrogation sur le statut de l’événement historique, et en constatant que « quand l’histoire critique et disjoint, la commémoration glorifie et unit » (p. 652), Mona Ozouf pose la question de la possibilité même de la commémoration de la Révolution française – et ce dès le début des années 1980 –, cet objet trop discordant pour être pris en bloc, pour conclure que « la Révolution française comporte de l’incommémorable » (id.).

5La République est la deuxième grande articulation dans les travaux de Mona Ozouf, qui poursuit notamment son enquête sur les fêtes et les emblèmes (la devise, les célébrations mémorielles) : comment inventer une nouvelle manière d’« entraîner et séduire », quand la fête républicaine « se voue à la représentation du même » (p. 855) et que les problèmes de l’autorité et de son incarnation sont radicalement différents de ceux de l’Ancien Régime ? Mais c’est surtout l’école qui est le grand instrument de l’enracinement républicain sous la IIIe République, et à laquelle un chapitre est dédié. La grande réussite de l’école est ainsi d’être « le lieu où se gagne, se consolide et se célèbre la victoire du principe républicain sur le principe monarchique » (p. 903) et, malgré sa « naissance controversée » (p. 781), d’avoir donné toute sa force à l’idée républicaine. Une idée républicaine qui n’est pourtant pas sans paradoxes ni dilemmes, notamment concernant les questions de l’unité et de la division, de l’universel et du particulier. « Celle-ci s’est en effet édifiée sur une exigence radicale : la dissolution des liens antérieurs et l’éradication des différences » (p. 1039), en particulier dans les « petites patries » régionales, comme la Bretagne, chère à l’auteure.

  • 4 Theodore Zeldin, Histoire des passions françaises, Éditions Recherches, 1978-1981, 5 vol.

6Enfin, la question de la France et de l’identité nationale donne corps à la dernière section. Une France abordée en premier lieu par la manière dont elle a organisé et perçu son propre espace, entre simplification départementale et conservation des identités régionales, le débat enflammé étant toujours celui de la diversité et de la dissemblance. La symbolique est à nouveau interrogée, dans ce qu’elle peut indiquer des « traits spécifiques à la France » : sont présentées entre autres choses Marianne, Descartes, le mythe de l’origine gauloise, ou encore une note de lecture polémique d’un livre du Britannique Theodore Zeldin sur les « passions françaises4 ». Rappelant le débat lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy, c’est avec l’interrogation sur l’« identité française » que l’auteure clôt le volume, considérant que « c’est toujours la passion de l’unité qui en France fait entendre la voix la plus impérieuse » (p. 1251) et que la « menace de la déliaison » (p. 1253) reste la principale peur nationale.

  • 5 Voir à ce sujet une analyse récente qui reprend quelque peu l’idée dans Antoine Lilti, Figures publ (...)
  • 6 Mona Ozouf, Récits d’une patrie littéraires, Paris, Fayard, 2006.
  • 7 Mona Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris Fayard, 2006. Pour une a (...)

7Le choix d’un montage de textes divers implique un effort de sélection, dans une démarche de refus de toute exhaustivité. La mise en parallèle de textes d’origines diverses peut ainsi permettre de redonner aux moins connus la place qu’ils pouvaient mériter, quel que soit leur statut éditorial. Par exemple, le portrait de Marie-Antoinette (« Marie-Antoinette, vie privée, vie publique » p. 130-137), publié en juin 2006 dans le magazine L’Histoire, donne à lire une analyse fine de l’image de la reine tiraillée entre une aspiration à la vie privée et les contraintes du modèle de représentation royale de la monarchie bourbonienne5. A contrario, le travail de sélection implique l’occultation de pans entiers des travaux de Mona Ozouf, totalement absents du Quarto. Cette dernière justifie notamment l’élimination de textes qui « relevaient de l’analyse littéraire » (p. 11), recueillis dans un autre livre6. Cette division n’est pourtant pas sans poser problème, d’une part parce qu’elle semble quelque peu illusoire (pourquoi dès lors reprendre dans le Quarto un article sur « Stendhal et l’idée républicaine » (p. 810-823) ?), d’autre part parce qu’elle produit une fausse rupture entre d’un côté une pratique historienne qui se voudrait « sérieuse » et de l’autre une démarche plus littéraire et plus libre. Ce faisant, la part la plus explicitement polémique du travail de Mona Ozouf, notamment ses textes sur la question des femmes et du féminisme7, est quelque peu escamotée, ce qui est d’autant plus dommageable qu’elle s’articule en même temps à la problématique de l’identité, de l’universel et du particulier qui se déploie dans presque tous ses travaux.

  • 8 Mona Ozouf, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, coll. « Blanc (...)
  • 9 Les crédits iconographiques indiquent (p. 1366) qu’il a été pris par Sophie Bassouls, photographe r (...)
  • 10 Voir sur le sujet le numéro complet de la revue COnTEXTES, « Le portrait photographique d’écrivain  (...)

8Le dispositif est donc assez singulier, voire original, et donne une place forte à la figure de l’auteure dans ce parcours de lecture proposé au lecteur ou à la lectrice. C’est notamment frappant dans la double introduction du livre : d’abord un « Parcours » présentée par Mona Ozouf elle-même, puis un « Fil de l’œuvre », composé d’un « texte de Yann Fauchoix » et de « commentaires de Mona Ozouf ». Ces sections mettent en avant un ensemble iconographique varié, légendé et commenté (photographies personnelles, reproductions de manuels scolaires, représentations d’œuvres d’art d’églises bretonnes, couvertures de livres, etc.) qui explorent d’abord la vie de l’auteure, puis ses travaux les plus importants. Une large place est ainsi faite à la biographie de Mona Ozouf, à son enfance dans une famille marquée par l’identité bretonne (elle est la fille de Yann Sohier, grande figure de la lutte pour la défense du breton), qu’elle a évoquée dans un de ses derniers livres8, à sa carrière d’historienne et à sa proximité avec des figures intellectuelles (« des amis pour la vie », p. 48) comme Pierre Nora, François Furet ou encore à son époux Jacques Ozouf (à qui le volume est d’ailleurs dédié), et même à ses propres enfants. Cette construction de la figure de l’auteure, à grand renfort d’iconographie, est ainsi menée jusqu’au bout puisque cette section introductive se termine par un portrait, représentant Mona Ozouf debout, les bras croisés et le sourire serein, devant des livres et des chemises d’archives empilés horizontalement. Ce portrait à la composition forte, sans aucune légende9, semble accomplir le dernier degré de la sanctification de l’historienne en auteure10.

9C’est donc un étonnant objet que ce livre, que l’on peut à bon droit, comme le concède elle-même l’auteure, « soupçonner de complaisance, de rationalité rétrospective, de cohérence fabriquée » (p. 1333), à la fois recueil anthologique et (auto-)consécration, s’écartant de la démarche scientifique et détachée de la chercheuse pour laisser place à une vie, à une voix, à une individualité. Ce qui n’est au demeurant pas si surprenant de la part d’une historienne qui a tant réfléchi à la question de l’écartèlement de l’identité, entre l’universalisme et le particulier.

Haut de page

Notes

1 François Furet, La Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007.

2 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1976.

3 François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988.

4 Theodore Zeldin, Histoire des passions françaises, Éditions Recherches, 1978-1981, 5 vol.

5 Voir à ce sujet une analyse récente qui reprend quelque peu l’idée dans Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, coll. « L’épreuve de l’histoire », 2014. Voir le compte-rendu pour Lectures de Louis Georges, http://lectures.revues.org/15851.

6 Mona Ozouf, Récits d’une patrie littéraires, Paris, Fayard, 2006.

7 Mona Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris Fayard, 2006. Pour une analyse très critique de ses énoncés sur le « féminisme français » et de ses liens avec tout un groupe faisant de la question de la séduction une marque de « l’identité nationale » (Claude Habib, Galanterie française, Paris, Gallimard, coll. « Hors série Connaissance », 2006, et Philippe Reynaud, « Les femmes et la civilité : aristocratie et passions révolutionnaires, Le Débat, 1985/5, novembre-décembre 1989) voir Joan W. Scott, « La séduction, une théorie française », in De l’utilité du genre, Paris, Fayard, coll. « à venir », 2012, p. 157-189.

8 Mona Ozouf, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2009.

9 Les crédits iconographiques indiquent (p. 1366) qu’il a été pris par Sophie Bassouls, photographe reconnue de l’agence Sygma, et spécialisée notamment dans le portrait d’artiste.

10 Voir sur le sujet le numéro complet de la revue COnTEXTES, « Le portrait photographique d’écrivain », dirigé par Bertrand Jean-Pierre, Durand Pascal et Lavaud Martine, 12, 2014 (en ligne : http://contextes.revues.org/5904) ou encore, dans registre plus littéraire, les très beaux textes de Pierre Michon sur le sujet : Michon Pierre, Corps du roi, Lagrasse, Verdier, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Triquenaux, « Mona Ozouf, De Révolution en République. Les chemins de la France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17846

Haut de page

Rédacteur

Maxime Triquenaux

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française (Lyon 2).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page