Navigation – Plan du site

Adrien Thomas, Les frontières de la solidarité. Les syndicats et les immigrés au cœur de l'Europe

Ismail Ferhat
Les frontières de la solidarité
Adrien Thomas, Les frontières de la solidarité. Les syndicats et les immigrés au coeur de l'Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2015, 135 p., ISBN : 978-2-7535-3570-1.
Haut de page

Texte intégral

1La question des migrations de travail est probablement l’un des sujets les plus malaisés pour le mouvement ouvrier, qu’il soit partisan ou syndical. En effet, comment se positionner, et agir, vis-à-vis d’un phénomène que les employeurs ont parfois utilisé pour peser sur les salaires, briser les grèves et affaiblir le syndicalisme ? Dès 1845, dans son ouvrage intitulé Situation de la classe laborieuse en Angleterre, le théoricien révolutionnaire Friedrich Engels soulignait que les ouvriers irlandais, qui commençaient à migrer vers les centres industriels anglais, étaient moins organisés politiquement et syndicalisme que les travailleurs d’origine anglaise. De plus, en acceptant les conditions de travail les plus extrêmes, ils tiraient les salaires vers le bas. Dans le même temps – et du fait même de ces accusations –, le travailleur migrant suscitait des réactions xénophobes dans une partie du monde salarial, y compris celui qui était membre d’organisations revendicatives. Le soutien d’une partie du syndicalisme français, durant les années 1930, à la législation restrictive sur le travail des étrangers (confer la loi du 10 août 1932), en est un exemple. Dans l’actualité la plus brûlante, les « nationaux-populismes » (Pierre-André Taguieff) revendiquent à travers l’Europe la réservation des Etats-providence aux travailleurs nationaux, critiquant les migrations du travail qui altéreraient les systèmes sociaux.

2Adrien Thomas, chercheur au CEPS (Centre de recherche public en sciences sociales, Luxembourg), s’intéresse donc à un thème à la fois récurrent et délicat pour le mouvement ouvrier. Il développe un exemple méconnu de l’interaction entre le syndicalisme et travailleurs étrangers, celui du Luxembourg. L’exemple peut paraître incongru : le niveau de vie élevé, le caractère de micro-État, la part de l’activité financière et bancaire rendent pour le moins étonnant le cas du Luxembourg. Pour souligner son intérêt, Adrien Thomas rappelle quelques chiffres. Le Luxembourg compte 71 % de travailleurs immigrés ou frontaliers, soit un taux exceptionnel d’ouverture du marché du travail aux étrangers. Par ailleurs, il est un des pays les plus syndiqués en Europe, avec 37 % de syndicalisation. Malgré le déclin de l’industrie, les deux centrales syndicales, l’OGBL (de sensibilité socialiste) et le CGBL (issu du catholicisme social) restent influentes. Comment le pays réussit-il à concilier ces trois caractéristiques ?

3L’auteur souligne que cette situation n’a rien de l’évidence « historique » ou « culturelle ». Le mouvement ouvrier luxembourgeois naissant, lié aux puissants grands frères environnants (Allemagne, Belgique, nord de la France), était confronté à des débats proches de ceux qui concernent l’actuelle mondialisation. En particulier, les migrations de travail étaient perçues doublement comme une arme du patronat et comme un affaiblissement de la conscience de classe du monde ouvrier. Le BMIAV (né en 1920, ancêtre de l’OGBL) pouvait être ainsi particulièrement méfiant vis-à-vis des travailleurs étrangers. Les demandes de protection de l’emploi national, de quotas minimaux d’immigrés et de lutte contre les flux migratoires étaient récurrentes durant l’entre-deux-guerres. Dans le même temps, les syndicats percevaient plus ou moins favorablement les ouvriers selon leur origine ethnoculturelle. La passionnante analyse d’Adrien Thomas souligne une dimension ethnique alors ouvertement revendiquée. Les syndicalistes socialistes étaient en effet attachés aux ouvriers d’Europe du nord, supposés plus « progressistes » et donc plus proches du mouvement ouvrier. Les syndicalistes communistes privilégiaient les ouvriers latins et polonais, supposés plus radicaux et moins portés à l’institutionnalisation social-démocrate.

4Après la seconde guerre mondiale, tout en nuançant les expressions les plus hostiles vis-à-vis des travailleurs migrants, le syndicalisme luxembourgeois continue à la fois à se méfier de flux trop importants et à trier entre « bons » et « mauvais » migrants. Les étrangers extracommunautaires sans tradition démocratique (Espagnols et Portugais) sont ainsi vus jusqu’aux années 1960 comme trop peu revendicatifs et syndicalisables. La véritable rupture, à l’instar d’ailleurs de nombre d’organisations syndicales européennes, a lieu à la fin de cette décennie. Les bouleversements migratoires, les mutations idéologiques ainsi que la montée des mobilisations sociales (et la participation à celles-ci des ouvriers immigrés) changent la position et le discours des syndicats. La concomitance entre le syndicalisme luxembourgeois et celui de l’exemple français, avec le plus grand intérêt de la CGT et la CFDT des années 1970 pour la question migratoire, est particulièrement nette.

5Les organisations syndicales du Luxembourg ayant évolué vers un intérêt plus positif vis-à-vis des travailleurs immigrés, comment concrètement se structurent leurs pratiques ? Jusqu’à aujourd’hui, les syndicats continuent à distinguer des populations plus ou moins favorables à l’action revendicative : une hiérarchie mentale existe, chez certains militants, allant des nationaux (supposés les plus proches du syndicat), à certaines minorités, comme la communauté portugaise, perçue comme plus rétive à l’adhésion et au militantisme. Par ailleurs, l’action syndicale chez les travailleurs immigrés ou transfrontaliers pose de nombreuses difficultés. Dans un pays marqué par le trilinguisme (français, allemand, luxembourgeois), l’usage des langues germaniques, en particulier le luxembourgeois, tend à écarter les étrangers. La traduction des documents et l’embauche de locuteurs des langues d’immigration deviennent dès lors des nécessités. Forme des cadres issus de l’immigration s’avère un enjeu central pour les organisations. Dans le cas des transfrontaliers, le dilemme du lieu de l’affiliation (dans le pays d’origine ou au Luxembourg) et les spécificités des revendications (durée des transports quotidiens) posent d’autres enjeux.

6Force majeure de cet ouvrage passionnant, Adrien Thomas évite le double piège d’un pessimisme excessif (le syndicalisme ne réussit pas à attirer les immigrés) et d’un discours lénifiant (l’immigration serait sans effets sur la syndicalisation). En effet, les organisations luxembourgeoises syndiquent 53 % des travailleurs nés en Luxembourg, 35 % des travailleurs nés au Portugal, mais uniquement 19 % des travailleurs nés en France : indéniablement, l’immigration pèse sur le taux de syndicalisation. Dans le même temps, ainsi dans le cas français, les travailleurs sont plus organisés que dans leur pays d’origine (8 %). De plus, l’organisation d’un marché du travail européen tend à revivifier l’accusation contre les migrants, alternativement considérés comme déprimant le niveau des salaires ou profitant des aides sociales. Or, ce discours existe chez les adhérents, voire les militants. Ainsi, le vote de la loi du 13 juillet 2010, restreignant aux nationaux le bénéfice de certaines prestations sociales, révèle une fracture inédite. Adrien Thomas souligne le discours « européanisé » et internationaliste des directions syndicales, qui s’oppose à un « réflexe nationaliste » chez les adhérents nés au Luxembourg. Le constat est donc éclairant : dans ce pays qui est l’un des plus riches du monde en termes de PIB, où les travailleurs nés à l’étranger sont très majoritaires, et où il n’existe aucun parti d’extrême droite d’importance, syndicalisme et immigration sont encore loin d’entretenir des rapports simples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Adrien Thomas, Les frontières de la solidarité. Les syndicats et les immigrés au cœur de l'Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17850

Haut de page

Rédacteur

Ismail Ferhat

Enseignant d’histoire, docteur du CHSP/Sciences-Po

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page