Navigation – Plan du site

Marion Carrel, Catherine Neveu (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes

Jean-François Blanchard
Citoyennetés ordinaires
Marion Carrel, Catherine Neveu (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2014, 328 p., ISBN : 9782811112479.
Haut de page

Texte intégral

1Des formes de citoyenneté existent en dehors d’une relation d’appartenance impersonnelle à la collectivité nationale. Défendant une approche ordinaire de la citoyenneté, particulière et ancrée dans le social, Christine Neveu (CNRS) et Marion Carrel (université de Lille 3) nous proposent un panel d’expériences où des formes de vivre ensemble, imaginées, partagées et vécues collectivement, émergent empiriquement comme un construit social et politique en donnant une réalité à ce qui pourrait être considéré — à tort — comme des signaux faibles de citoyenneté. L’objectif de l’ouvrage est, au terme d’une approche compréhensive des acteurs sociaux (entretiens, observation participante), de livrer au lecteur une étude de ces expériences de citoyenneté et d’en analyser la trajectoire, afin d’en cerner les contours et le contenu Les auteurs se placent dans une perspective globale d’affaiblissement des États-nation, et, suivant en cela des auteurs tels que S. Sassen et E Isin, considèrent la Ville comme territoire de prédilection de réalisation de la citoyenneté. En outre, le thème de la « justice spatiale », développé par E. Soja, constitue la clé d’analyse de la problématique territoire-identité-citoyenneté. De fait, les problématiques étudiées apparaissent le plus souvent à l’intersection de différents champs de recherche en sciences sociales tout en s’y distinguant, ce qui concourt à une bonne structuration de l’objet de recherche au fil de l’ouvrage, et valide sa pertinence heuristique renforcée par une investigation anthropologique multi-située allant jusqu’aux confins géographiques de l’Europe, en Turquie.

  • 1 Parmi les très nombreux ouvrages recensés dans lectures.org sur cette problématique nous proposons (...)
  • 2 Études de cas conduites par le GRAC (groupement recherche action) et G Erdi Lelandais (Turquie)
  • 3 « Le signalement des sans-abris au 115 » d’A. Bidet et E. Le Mener et « Suivre la trace de la citoy (...)

2Ainsi, la mobilisation sociale1 est la toile de fond dans un bon nombre d’études de cas exposées : opposition à des programmes d’aménagement urbain, de gentrification ou de marchandisation de l’espace urbain (à Montréal, Barcelone Toulouse, Marseille et en Turquie2). Pour autant, ces expériences se placent sur le terrain de la citoyenneté dans la mesure où elles dépassent le principe de la défense du maintien d’un statu quo et d’intérêts particuliers et induisent une posture réflexive de la part des acteurs mobilisés. Les auteurs décrivent l’élaboration de contreprojets construits sur une représentation du vivre ensemble (voir notamment « les Pavillons sauvages », à Toulouse, étudiés par le GRAC, où l’on passe de l’ « ensauvagement » à la réinstitutionnalisation). Hors mobilisation, la citoyenneté est aussi abordée dans deux études (les conditions des appels au centre téléphonique du SAMU social : le 115, la conception du mot-clé « citoyenneté » chez les Éclaireurs de France3) sous un angle pragmatique, à l’échelle individuelle : la citoyenneté est alors conçue par les intéressés comme l’expression d’une appartenance collective. Cependant l’étude au long cours (sept ans) constituant une « ethnographie de la petite politique » réalisée dans le quartier de La Duchère, à Lyon, par L. Overney, vient rappeler que, face au pouvoir politique et administratif, la vigilance sur le long terme est de rigueur. En effet, et la problématique de la citoyenneté ordinaire s’inscrit généralement dans un rapport de forces qui est une lutte pour la reconnaissance. Dans un registre comparable, A. Debouley a suivi, dans la continuité de la « Loi Borloo » (2003), « loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine », sept situations de rénovation urbaine (Ile de France, Montpellier, Perpignan). Elle conclut, à son tour, à l’importance de la reconnaissance à accorder aux acteurs sociaux concernés - en général les habitants des quartiers - d’une capacité à penser le monde qu’ils occupent (compétence interprétative, compétence critique). Mais l’auteure souligne le facteur déterminant joué par l’efficience des acteurs sociaux à se mobiliser dans une logique de conflit (au moins dans une première phase). Cette présence latente du conflit, et la crainte de son exacerbation, apparaîssent, par contrecoup, comme des facteurs d’immobilisme dans l’étude de cas de cas conduite par F. Navarre sur la démocratie municipale et la tarification des cantines scolaires.

  • 4 Neveu et al., 2011, « Introduction, Questionning Citizenship ». Citizenship studies 15 (8), p. 961.

3La seconde problématique abordée dans cet ouvrage est celle d’une approche multiculturelle de la citoyenneté et son inscription dans l’espace territorial. Comme le souligne C. Neveu4, les identités citoyennes « aident à dévoiler les particularités culturelles fortes de certaines formes dominantes de citoyenneté, qui passent pourtant pour universalistes ». La définition de la citoyenneté stato-nationale qui prévaut généralement est une définition normative, transcendante et impersonnelle d’un régime procédural de type habermassien, essentialisé dans un rapport à l’État. Le cas exposé par P. Gonin et N. Kotlok, de travailleurs maliens émigrés en France, montre la façon dont se juxtaposent différents niveaux de citoyenneté entre la France, où la citoyenneté n’est pas accordée aux intéressés, et le Mali, où ceux-ci mènent des actions citoyennes en faveur de leurs compatriotes en ayant un statut particulier. Le cas étudié par G.E. Lelandais en Turquie : l’expulsion du quartier de Sulukule (Istanbul), à l’occasion d’une opération de rénovation urbaine, de la plus ancienne communauté Rom existante, montre que la citoyenneté ordinaire peut prévaloir, par le sens quelle donne à la notion de « vivre ensemble », sur la citoyenneté institutionnalisée.

  • 5 Isin E., 2009, « La ville comme lieu du social », Rue Descartes 63 ; Soja E., 2010, « The City and (...)

4L’ouvrage dirigé par C. Neveu et M. Carrel, présente huit études de cas qui ont en commun de montrer la « citoyenneté ordinaire » en action. Certaines de ces études de cas comprennent, comme nous l’avons indiqué, plusieurs terrains d’observation que les auteurs ont appréhendés par des méthodes de type socio-anthropologique permettant une description du fait social « de l’intérieur », en appréhendant les représentations, les discours et les pratiques des acteurs de terrain. L’ensemble, par ses méthodes, apporte ainsi un matériau riche et homogène qui montre la pertinence de la notion de citoyenneté comme concept micro et macrosocial permettant d’analyser les appartenances sociales et les modes de participation à la vie publique dans ce qui constitue le cœur de métier de la sociologie : le vivre ensemble, dans le contexte de la globalisation. Pour les auteurs, cette « citoyenneté ordinaire » constitue un concept fécond, dans un monde globalisé, au moment où la citoyenneté stato-nationale est en question. Cet ensemble apporte aussi une perspective d’analyse sur un certain type de mouvements sociaux, et sur le fonctionnement de la démocratie locale. L’approche pragmatique des auteurs et leur travail de terrain apportent la juste distance par rapport à une lecture idéologique des situations. Les apports théoriques tirés d’auteurs tels que E. Soja (justice spatiale), E. Isin (valorisation des valeurs d’autonomie, de différence et de sécurité dans la définition de la citoyenneté), R. Rosaloto (citoyenneté culturelle) ou même B. Latour (acteur-réseau) proposent une mise en perspective et invitent le lecteur à approfondir ces thématiques5. En effet, comment conceptualiser cette citoyenneté ordinaire ancrée dans le quotidien ? Si les concepts de « citoyenneté urbaine », ou « citoyenneté culturelle » apportent une lecture congruente avec le travail présenté dans cet ouvrage, ils ne rendent pas totalement compte de la richesse et de la diversité de la « citoyenneté ordinaire » telle qu’elle est présentée ici dans sa diversité, mais aussi dans sa précarité.

Haut de page

Notes

1 Parmi les très nombreux ouvrages recensés dans lectures.org sur cette problématique nous proposons de retenir :

Sociologie des mouvements sociaux : http://lectures.revues.org/5888, incontournable et

L’empowerment, une pratique émancipatrice : http://lectures.revues.org/10326 ;

Résister au quotidien : http://lectures.revues.org/11565;

Social Movements aud Globalization. How Protests, Occupations and Uprisings are Changing the World  http://lectures.revues.org/16556

2 Études de cas conduites par le GRAC (groupement recherche action) et G Erdi Lelandais (Turquie)

3 « Le signalement des sans-abris au 115 » d’A. Bidet et E. Le Mener et « Suivre la trace de la citoyenneté dans le scoutisme laïque des Eclés. » de M. Vanhoenacker.

4 Neveu et al., 2011, « Introduction, Questionning Citizenship ». Citizenship studies 15 (8), p. 961.

5 Isin E., 2009, « La ville comme lieu du social », Rue Descartes 63 ; Soja E., 2010, « The City and Spatial Justice », in B. Bret et al. ; Justice et injustice spatiale, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest ; Latour B., 1997, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte ; Rosaloto R., 1999, « Cultural Cityzenship in San Jose, California », PoLAR 17 (2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Marion Carrel, Catherine Neveu (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17851

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page