Navigation – Plan du site

Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet et Tommaso Venturini, « Méthodes digitales. Approches quali/quanti des données numériques », Réseaux, n° 188, 2014

Marie-Anne Paveau
Méthodes digitales
Tommaso Venturini, Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet (dir.), « Méthodes digitales. Approches quali/quanti des données numériques », Réseaux, n°188, 2015, 276 p., La Découverte.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est à partir des choix épistémologiques et des approches théoriques d’une analyse du discours réf (...)
  • 2 Dans cette livraison figurent également deux articles en varia, l’un sur l’usage de Twitter par les (...)

1Le titre de cette livraison suscite immédiatement l’intérêt de cellui qui s’intéresse aux univers numériques, sous l’angle des données, des discours, des textes, et plus généralement des signes : coprésence des deux termes digitales et numériques, promesse d’informations sur les méthodes de traitement, et hybridation bienvenue entre qualitatif et quantitatif, dont nous sommes nombreux.ses à désirer l’avènement1. Sur ces points, les articles du dossier apportent des réponses différentes, comblant certaines attentes, en laissant d’autres en suspens2.

2La riche présentation des coordinateurs pose avec précision les enjeux d’une réflexion sur le traitement des données numériques, dont je choisis deux facettes qui me semblent importantes pour la recherche en sciences sociales, au-delà de la sociologie et des sciences de la communication, et à partir du regard attentif aux formes langagières et sémiotiques d’une discursiviste. J’y ajoute quelques remarques à partir de l’analyse du discours.

3La distinction entre données natives / non natives (de l’internet/du web) qui court dans le volume, et que je reformule sous cette paire d’opposés, établit une différence de conditions de production entre les données produites en ligne et hors ligne. La présentation du numéro est centrée sur les premières, via plusieurs formulations, comme « traces produites par le développement des médias électroniques » ou « [nouvelles] traces numériques » (p. 9) ; Cardon et al. parlent aussi de « présence numérique » (p. 96), de « monde numérique » (p. 101) et surtout d’« énonciation numérique » (p. 106). Les secondes, les productions non natives, ne sont pas véritablement nommées dans le dossier et consistent classiquement en un ensemble de textes et discours produits hors ligne. C’est le cas par exemple des entretiens et des projets de recherche qui forment une grande partie du corpus de Tari sur les biocarburants, ou des « bulletins de négociation de la terre » qu’analysent Baya-Laffite et Cointet, textes écrits collectivement puis mis en ligne. Sur les cinq articles du dossier, trois portent de fait sur des données natives, partiellement celles de Poibeau et Chateauraynaud, et en totalité pour celles de Cardon et al. Cette distinction n’est pas centralement mise au travail comme une ressource théorique ou méthodologique du dossier ; il semble que les données natives et non natives y bénéficient d’une sorte d’identité conférée par le traitement automatique-numérique (je reviens sur cette autre distinction plus bas) ; si les données sont recueillies sur des terrains différents, une fois construites en corpus, elles semblent s’harmoniser sous la forme de graphes, de cartes et de réseaux sémantiques. Cette distinction me semble cependant forte et, sur ce point, le regard linguistique creuserait plutôt la distinction, à partir de la description de formes et de contextualisations discursives différentes en ligne et hors ligne.

  • 3 Rogers Richards, The End of the Virtual: Digital Methods, Amsterdam, Amsterdam University Press, 20 (...)

4Une autre distinction est posée dans la présentation, entre méthodes « numérisées » / méthodes « nativement numériques » (issue de Rogers 2009 qui établit la différence entre digitized et digital native3). Les méthodes « numérisées » se contenteraient d’appliquer sur des méthodes traditionnelles des outils numériques (par exemple traiter automatiquement des corpus élaborés sans instrument et par conséquent peu aptes à ce traitement), alors que les méthodes « nativement numériques » construisent d’emblée les données en corpus standardisés ou normalisés en vue du traitement numérique. Corrélat direct de cette distinction, celle qui se fait entre méthodes automatiques et numériques, limpidement formulée p. 14 : « Le numérique n’est pas automatique ». Pour dire les choses autrement, il faut distinguer une automatisation simple du traitement de données sans prise en compte des contextes du travail en numérique, et une automatisation complexe relevant de procédures de traitement dans lesquelles les données comme les outils sont élaborés en synergie dans un contexte épistémologique numérique. Cette distinction engage en effet l’ensemble d’une épistémè et les savoirs produits comme ceux à partir desquels ils sont produits en sont de fait modifiés. L’ensemble des articles du dossier illustre cette modification, et témoigne de la longue et parfois fastidieuse élaboration des corpus de données, surtout quand ces dernières sont quantitativement gigantesques et qualitativement hétérogènes, de manière à les rendre aptes aux méthodes digitales. Cela ne veut pas dire que les méthodes précédentes soient écartées ; il est d’ailleurs intéressant que Baya-Laffite et Cointet mentionnent avec insistance le recours nécessaire à des méthodes ni numériques ni numérisées, dans deux formulations différentes, l’une affirmative, l’autre négative : « méthodes traditionnelles de l’analyse sociologique » ou « méthodes “non numériques” » (p. 168). On trouve la mention de ce type d’interaction dans les autres articles également.

  • 4 Cette appellation recouvre des théories, méthodes et pratiques aussi nombreuses qu’hétérogènes tant (...)

5Les disciplines représentées dans cette livraison sont, de longue date, contributives pour l’analyse du discours4, et plusieurs points abordés ici sont susceptibles de recevoir en retour son regard et ses questionnements. Je me suis demandée en lisant plusieurs articles, en particulier ceux de Poibeau, Cardon et al. et Baya-Laffite et Cointet, quelle place était faite au sujet, c’est-à-dire à la production de parole comme activité humaine située. Chez Poibeau, les interrogations sur la circulation des citations et les raisons de certaines sloganisations (p. 37) pourraient sans doute bénéficier des nombreux travaux en analyse du discours sur la formule, le slogan, la mémoire discursive, qui décrivent méticuleusement les modes de circulation des discours autres. Chez Cardon et al., le choix « structural » des auteurs (« Positions structurales », p. 91) implique de mettre les sites et blogs étudiés en position de sujet, de les faire parler pour ainsi dire, la parole des « cuisinières » ou « blogueuses » étant peu présente dans l’article. Chez Baya-Laffite et Cointet, c’est bien sûr la parole des graphes qui est l’objet premier, et une brève analyse du discours de l’article montre que la majeure partie des sujets des verbes locutoires sont des collectifs ou des on. Ce qui m’amène à un second point : les données, pourtant au centre de cette livraison, sont assez peu citées dans les articles, hormis dans celui de Thomas Tari sous la forme de longs extraits d’entretiens. Je remarque qu’on ne les voit pas beaucoup, alors qu’elles constituent l’objet même du dossier. Il me semble que la « parole des données » (quel que soit le nom qu’on leur donne : parole des sujets, des locuteurs, des acteurs, des agents, qu’illes soient humain.e.s ou non) pourrait précéder, voire primer sur celle des chercheur.se.s sur les données, et que les approches représentées dans ce dossier pourraient tout à fait coïncider avec une prise en compte plus importante des matériaux langagiers, textuels et discursifs concernés. Tableaux, cartes, graphes et réseaux ne sont pas incompatibles avec la mobilisation de matériaux empiriques. Ces matériaux, et c’est mon dernier point de réflexion, n’incluent, sauf erreur de ma part, aucun élément non verbal ; dans l’ensemble des travaux représentés ici, les corpus sont sémiotiquement homogènes et n’incluent pas d’image fixe ou animée, ou de son. Or, en ligne en tout cas, mais également ailleurs, nombre de productions sont plurisémiotiques et il me semble difficile de conserver des approches logocentrées, même si cela pose de redoutables problèmes méthodologiques, aussi bien qu’épistémologiques. De quoi bâtir un prochain numéro peut-être ?

Haut de page

Notes

1 C’est à partir des choix épistémologiques et des approches théoriques d’une analyse du discours réfléchissant aux formes langagières et discursives des énoncés natifs du web à travers des pratiques transdisciplinaires que ce compte rendu est rédigé.

2 Dans cette livraison figurent également deux articles en varia, l’un sur l’usage de Twitter par les député.e.s français (J. Chibois) et le second sur les modèles de production dans le cinéma d’animation japonais des années 1950-1960 (M. Pruvost-Delaspre).

3 Rogers Richards, The End of the Virtual: Digital Methods, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2009.

4 Cette appellation recouvre des théories, méthodes et pratiques aussi nombreuses qu’hétérogènes tant en France qu’à l’étranger. Quand elle s’inscrit dans les sciences du langage, l’analyse du discours est un champ de recherche autonome, qui s’appuie sur l’analyse de formes langagières (ce qui la distingue de l’analyse de contenu souvent pratiquée hors de la linguistique), n’envisage les énoncés que dans leurs contextes sociaux de production (ce qui la distingue de la linguistique textuelle par exemple) et considère que les productions des locuteurs sont fondamentalement hétérogènes, c’est-à-dire toujours habitées par des discours autres, qu’ils soient passés ou contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Paveau, « Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet et Tommaso Venturini, « Méthodes digitales. Approches quali/quanti des données numériques », Réseaux, n° 188, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17895

Haut de page

Rédacteur

Marie-Anne Paveau

Marie-Anne Paveau est professeure en sciences du langage à l’université de Paris 13 SPC et mène des recherches en histoire et épistémologie des disciplines TDI (texte, discours, interaction). Elle travaille à une conception écologique du discours intégrant le non verbal (corps) et les paramètres non humains (analyse du discours numérique).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page