Navegación – Mapa del sitio

Brian Nolan et al. Changing Inequalities and Societal Impacts in Rich Countries. Thirty Countries’ Experiences

Marie Duru-Bellat
Changing Inequalities and Societal Impacts in Rich Countries
Brian Nolan, Wiemer Salverda, Daniele Checchi, Ive Marx, Abigail McKnight, István György Tóth, Herman G. van de Werfhorst (dir.), Changing Inequalities and Societal Impacts in Rich Countries. Thirty Countries’ Experiences, Oxford, Oxford University Press, 2014, 784 p., ISBN : 9780199687428.
Inicio de página

Texto completo

1Quand les chercheurs en sciences sociales de tous les pays (ou presque) s’unissent pour conduire des analyses comparables sur la question des inégalités, cela donne cet ouvrage impressionnant, dirigé par sept chercheurs reconnus dans ce champ et écrit par 102 collègues de 30 pays. Ce qui impressionne, ce n’est pas seulement la masse de données rassemblées dans un livre de plus de 700 pages, c’est l’homogénéité et l’ampleur des analyses. Fruit d’un vaste projet européen, celles-ci explorent, dans chacun des 30 pays étudiés, trois grandes questions : qu’en est-il de l’évolution des inégalités de revenus, de richesse et d’éducation depuis 30 ans ? Quelles corrélations peut-on établir entre ces évolutions et un certain nombre de caractéristiques démographiques, socio-économiques ou politiques des pays ? Et enfin quelles implications peut-on tirer de ces observations en termes politiques, en particulier en ce qui concerne le devenir des États providence ?

  • 1 Richard G. Wilkinson, Kate Pickett, The Spirit Level: Why More Equal Societies Almost Always Do Bet (...)

2Évaluer précisément l’état et l’évolution des inégalités dans les 30 pays constitue un premier volet descriptif de l’étude. Mais, dans la mouvance des publications de Wilkinson et Pickett1, se penchant sur les effets de nature psychosociale des inégalités, sur la santé notamment (via les comparaisons sociales et le stress entraîné par ces inégalités), l’analyse englobe ici une gamme plus vaste d’effets (cohésion sociale, satisfaction devant la vie, mobilité sociale, confiance dans les institutions, comportement électoral…). Un autre objectif est d’explorer les liens entre ces effets et les politiques mises en œuvre pour les contrer : si les auteurs rappellent (avec un graphique très net sur ce point p. 389) qu’il existe une corrélation entre l’ampleur des inégalités et l’importance des transferts sociaux, certains pays se montrent plus inégaux que ne le laisseraient attendre ces transferts (l’Italie ou le Portugal par exemple) alors que d’autres, au contraire, sont moins inégaux que le laisseraient attendre un taux (moindre) de transferts sociaux (le Canada par exemple). Il faut donc dépasser les corrélations moyennes et explorer plus en détail ce que font les États.

  • 2 Wiemer Salverda, Brian Nolan, Daniele Checchi, Ive Marx, Abigail McKnight, István György Tóth, Herm (...)

3Les deux premiers chapitres présentent l’échantillon de pays concernés (tous les pays européens sauf Chypre et Malte, ainsi que l’Australie, le Canada, le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud), et soulignent l’intérêt d’un échantillon de pays aussi varié, pour tester précisément ce qui est à présent devenu un quasi lieu commun à savoir la croissance universelle des inégalités. Les études de l’OCDE font effectivement état d’une augmentation du coefficient de GINI de 0.29 au milieu des années 1980 à 0.316 à la fin de la première décennie 2000. Mais les chercheurs vont exploiter la variété des 30 situations nationales pour comprendre l’inégale importance de cette hausse, ses diverses facettes et ses ressorts, et aussi décrire les dispositifs institutionnels qui ont pu la limiter ou au contraire la renforcer. Le livre présente une suite de monographies formatées de manière uniforme (en donnant les références des rapports par pays, à consulter sur le site du projet), avec à l’appui de très nombreux tableaux et graphiques. Cela donne un matériel potentiellement très riche pour des analyses comparatives, que l’ouvrage esquisse sans évidemment les épuiser. Les auteurs renvoient à un second volume réalisés dans le même cadre et doté du même titre, plus spécifiquement dédié aux comparaisons entre pays2.

4De fait, dans certains pays comme l’Autriche, la Belgique ou la France, les inégalités ont peu augmenté ; elles ont même baissé en Espagne (qui reste néanmoins un pays assez inégalitaire), alors qu’elles se sont accrues dans les pays du Nord et plus encore dans les pays d’Europe centrale en transition. Il s’avère en outre que des pays au niveau d’inégalité initialement comparable ont connu des évolutions divergentes, ce qui confirme la portée des politiques propres à chaque pays, et le fait que ces évolutions ne sont pas inexorablement tirées par des facteurs exogènes (globalisation, changements techniques, évolutions du marché du travail…).

5Ainsi, la Belgique, pourtant très ouverte à la mondialisation, a su contenir l’accroissement des inégalités salariales par un fort investissement de l’État dans les négociations collectives et des politiques fiscales, bien mieux que les pays nordiques qui ne s’avèrent plus guère ces modèles que l’on citait jadis en exemple. Les pays où les inégalités se sont fortement accrues (USA, Corée) sont précisément ceux où ce type de pratiques et de politiques n’existaient pas, tandis que tous les pays qui ont laissé s’affaiblir les interventions qui ressortaient de l’« État providence » ont connu une augmentation des inégalités (Suède, Canada, Australie…). Pour autant, l’exemple de l’Italie montre bien qu’il ne suffit pas d’avoir un politique fiscale offensive pour limiter les inégalités (très fortes dans ce pays) car l’État doit être assez efficace pour gérer, et dans ce sens, les fonds ainsi collectés…

6Parmi les hypothèses non confirmées, il y a celle d’un effet des inégalités sur les processus de formation et de rupture des couples et sur leur fécondité, de même que sur l’importance de la criminalité ; la pauvreté est bien plus influente en la matière que les inégalités. La satisfaction par rapport à la vie et le degré global de confiance semblent aussi plus liés au niveau de revenu qu’à l’ampleur des inégalités, cette dernière marquant davantage les comportements politiques. Si les attitudes hostiles aux inégalités semblent se développer proportionnellement à leur accroissement (accompagnées, dans certains pays comme les Pays-Bas, d’attitudes hostiles à l’immigration), il existe, en ce qui concerne l’acceptation et la justification des inégalités, de fortes différences entre les pays, renvoyant avant tout à leur histoire, avec par exemple une dénonciation des inégalités plus marquée dans les pays ex-communistes ou la Suède. Néanmoins, les chiffres décèlent une montée de la dénonciation des inégalités dans les pays où elles étaient jusqu’alors (et restent d’ailleurs) plutôt bien tolérées (au premier rang desquels les USA).

7Au fil de l’ouvrage, le lecteur découvre le rôle de certains facteurs influents sur le niveau d’inégalité, que l’on perçoit mal en général, tant qu’on en reste au niveau d’un pays. Ainsi en est-il du degré d’homogamie ; dans de nombreux pays, le modèle des couples dits « à deux apporteurs » se diffuse, ce qui tend à accentuer les inégalités de revenus entre les ménages d’autant plus que l’homogamie est forte : quand l’homogamie est modérée, mais aussi quand les femmes travaillent souvent à temps partiel (comme en Autriche ou en Belgique) c’est au gonflement des revenus moyens que l’on assiste, tandis que dans une situation opposée (par exemple au Canada), ceci est un des facteurs qui explique la croissance des inégalités. Autre constat peu attendu, concernant les correspondances entre diplômes et emplois : la baisse de rendements des diplômes observée dans la plupart des pays est un facteur qui joue contre les inégalités de revenus parmi les jeunes. On note aussi que, concernant l’acceptation des inégalités, l’existence d’une certaine mobilité intergénérationnelle peut rendre tolérable une croissance de ces inégalités (comme en Finlande), ou du moins la rendre invisible quand cette évolution est elle-même assez modérée (comme au Danemark).

8Il reste que les effets sociaux et psycho-sociaux de l’augmentation des inégalités en tant que telles ne sont pas véritablement démontrés (statistiquement du moins), un constat bien plus systématique étant que, partout, la plupart des indicateurs pris en compte (santé, logement, satisfaction devant la vie…) sont très sensibles à la position dans la structure sociale. Les attitudes et comportements politiques semblent plus affectés par l’accroissement des inégalités, avec plus de démobilisation et de retrait, notamment chez les personnes dont la situation s’est dégradée, ce qui laisse augurer, d’après certains auteurs, d’une polarisation croissante. Sur tous les aspects, néanmoins, les chercheurs suggèrent qu’il est peut-être encore trop tôt pour détecter ces effets…

9Au total, ce livre convainc de l’intérêt qu’il y a à élargir l’empan des inégalités prises en compte, au-delà des seules inégalités de revenu. Pour autant, certains chapitres restent très peu sociologiques, comme celui sur la France réalisé par deux économistes qui insistent sur le rôle de la non-progressivité de l’impôt pour expliquer la très récente hausse des inégalités (on aura reconnu Thomas Piketty, corédacteur, avec Nicolas Frémeaux, du texte) ; on regrette en passant que la sociologie de la stratification sociale soit trop faible en France pour qu’on ait pu trouver dans ses rangs des candidats de la pointure des meilleurs chercheurs européens que sont Herman van de Werfhorst et ses collègues… Comprendre sociologiquement la stratification sociale reste néanmoins un objectif : les approches développées dans ce livre sont avant tout corrélationnelles, et le défi, du moins pour une sociologie qui se référerait à un individualisme méthodologique à la John Harry Goldthorpe (très présent en filigrane chez nombre d’auteurs) est d’élucider les comportements individuels qui produisent les phénomènes macrosociologiques observés. Prometteur, ce livre reste pour l’heure très précieux comme ouvrage de référence quand on a à dresser le fond de carte d’un pays (notamment sur tous les pays de l’Europe centrale et orientale, jusqu’alors peu présents dans les analyses des sciences sociales), ou quand on s’engage sur des comparaisons internationales sous un angle donné (les inégalités en matière d’éducation, en particulier).

Inicio de página

Notas

1 Richard G. Wilkinson, Kate Pickett, The Spirit Level: Why More Equal Societies Almost Always Do Better, London, Allen Lane, 2009.

2 Wiemer Salverda, Brian Nolan, Daniele Checchi, Ive Marx, Abigail McKnight, István György Tóth, Herman van de Werfhorst (dir.), Changing Inequalities in Rich Countries: Analytical and Comparative perspectives, Oxford University Press, 2014.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie Duru-Bellat, « Brian Nolan et al. Changing Inequalities and Societal Impacts in Rich Countries. Thirty Countries’ Experiences », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 02 mayo 2015, consultado el 23 julio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17899

Inicio de página

Redactor

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página