Navigation – Plan du site

Alexandre Escudier, Laurent Martin (dir.), Histoires universelles et philosophies des l’histoire

Alfio Nazareno Rizzo
Histoires universelles et philosophies de l'histoire
Alexandre Escudier, Laurent Martin (dir.), Histoires universelles et philosophies de l'histoire. De l'origine du monde à la fin des temps, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2015, 406 p., ISBN : 978-2-7246-1660-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Histoires universelles et philosophies de l’histoire : de l’origine du monde à la fin des temps » (...)

1Ce volume rassemble les interventions du colloque tenu, sous la direction d’Alexandre Escudier et de Laurent Martin, en 2008 à Cerisy1. L’ouvrage est une contribution à la question de l’histoire à travers une vision d’ensemble qui se focalise notamment sur deux grandes traditions de la pensée historique : celle relative à l’histoire universelle, qui considère, dans le devenir historique, l’humanité dans son ensemble; et celle de la philosophie de l’histoire qui se charge de trouver le sens, en tant que fin ou que raison, de ce devenir. S’inspirant des nombreux travaux sur ces thématiques, et prenant en compte la crise du paradigme dominant en matière d’histoire et des controverses sur la « fin de l’histoire » ou le « choc des civilisations », les auteurs interrogent les catégories historiques et les enjeux philosophiques autour de la problématique concernant l’histoire globale et ses avatars. L’ouvrage rassemble les contributions de spécialistes de différents domaines, chacun apportant sa perspective différente à la question du sens de l’histoire. Ainsi le débat sort des cadres de la philosophie et de l’histoire et de leurs visions respectives du devenir. Aux côtés du philosophe inactuel et de de l’historien tourné vers le passé, il y a aussi les réflexions du sociologue, du physicien et du géographe, chacun apportant un regard différent sur les questions de l’histoire. Les contributions sont organisées selon trois axes conceptuels où sont analysées, dans l’ordre, la tradition allemande en matière de philosophie de l’histoire, les catégories de la pensée historique et les interprétations globales de l’histoire universelle.

  • 2 Voltaire en 1765 écrit une Philosophie de l’histoire qui deviendra le « Discours introductif » à l’(...)

2Le premier axe se développe autour des réflexions issues de la tradition allemande, qui, depuis Kant et Hegel, s’est emparée du débat philosophique concernant l’histoire. Même si on peut faire remonter l’expression « philosophie de l’histoire » à Voltaire2, c’est avec l’Idéalisme allemand que la philosophie se soucie de « conférer une cohérence globale à la marche de l’humanité » (p. 17). Dans sa contribution, Bertrand Binoche trace ainsi les réquisits et les objectifs qui concernent la pratique philosophique de l’histoire : c’est en répondant aux exigences d’impartialité cosmopolitique et d’exactitude que la philosophie de l’histoire peut atteindre sa mission éducative, qui vise à émanciper la conduite humaine. Les amalgames entre histoire universelle et philosophie de l’histoire sont pourtant nombreux et reflètent souvent des visions partielles et partiales. Comme l’écrit, Alexandre Escudier, il faudrait donc « alimenter une culture historique publique qui ne soit plus fondatrice d’identité épaisse (suivant le modèle nationaliste et ethnogénétique du XIXe siècle), mais médiatrice entre les singularités historiques circonstantiellement advenues ». (p. 97). En ce sens, la perspective d’une « éthique reconstructive », suggérée par Jean-Marc Ferry, pourrait restituer à l’histoire sa disposition à participer à la fondation d’une culture politique pluraliste. Pour ce faire, la critique philosophique doit enfin se rendre compte de la seule raison historique possible : l’irréversibilité du cours factuel de l’histoire. Autrement, toute théorie progressiste ou pessimiste risque d’agir comme une superstructure psychologique visant à déguiser l’histoire et à en fournir une compréhension limitée et partiale.

3La seconde série d’articles propose une analyse des catégories historiques et représente le trait d’union entre les deux questions concernant la philosophie de l’histoire et l’histoire universelle. Dans cette partie, qu’on peut aussi considérer comme une boîte à outils, sont présentées des contributions qui interrogent « des figures classiques ou des implicites du discours historique » (p. 19). La notion d’« époque », analysée par Silvia Caianiello, permet d’interroger l’histoire dans son rapport avec le temps. On y retrouve la généalogie de cette notion entre historicisme de matrice idéaliste et théorie des systèmes. Dans l’opposition entre les visions qualitative et quantitative du temps, la notion d’« époque » favorise la construction d’un modèle qualitatif, par le découpage du devenir historique en périodes unitaires et homogènes Les contributions de Claudine Poulouin et Donald Sassoon, analysent deux autres notions concernant deux moments précis du devenir historique : l’origine et l’avenir. La catégorie d’« origine » est partie intégrante des modèles dominants d’histoire universelle. Cette catégorie « a contribué à poser les bases d’une philosophie du progrès » (p. 157). Cependant elle a été mise en crise par les différentes hypothèses qui attestent une multiplicité d’origines. De même, le courant postmoderniste a remis en cause la possibilité de connaître l’avenir par le biais de la connaissance du passé : l’histoire n’est pas une discipline connaissable scientifiquement. On revient donc au problème de la connaissance partielle de l’histoire, et le modèle hégélien du grand homme n’est qu’un exemple d’une histoire vue d’un point de vue partial et limité. En ce sens, les deux derniers articles de cette partie permettent d’ouvrir le débat sur deux horizons autres que celui de l’eurocentrisme. Les contributions d’Alain Arrault sur l’écriture de l’histoire en Chine, et d’Abdesselam Cheddadi sur la tradition arabe (notamment sur la pensée de l’historien Ibn Khâldun) montrent que la question de l’histoire n’est pas une exclusive de la pensée occidentale.

  • 3 Cela va sans dire, on fait ici référence à l’Idée pour une histoire universelle d’un point de vue c (...)

4Cette tentative de proposer une interprétation globale de l’histoire universelle est mise en évidence aussi dans les contributions du troisième groupe d’articles. Christian Grataloup essaye de penser « géographiquement » l’histoire des hommes, dans l’urgence de fournir un chemin qui permet de « sortir de l’alternative entre histoires parallèles de civilisations peu connectés » (p. 270) pour favoriser une vision unitaire de l’histoire de l’humanité. Le clin d’œil à Braudel apparait aussi nettement dans l’article de Philippe Beaujard, qui tente d’appliquer la théorie du système-monde de Wallerstein à une phase déterminée du monde afro-eurasien entre les VIIet Xsiècles. Parmi les explications possibles du triomphe occidental dans les siècles précédents, la théorie « méreuporique » de David Cosandey est une lecture systématique qui analyse la participation des différents facteurs naturels, économiques et politiques de la création d’un équilibre dynamique dans l’évolution des systèmes d’États « stables et prospères ». À côté de cette interprétation, on trouve une autre théorie polycentrique qui considère l’histoire humaine dans la perspective de la nature, selon deux problématiques. Jean Baechler contribue au débat à travers un questionnement historique et sociologique des facteurs naturels (climat, ressources, vivant), qui peut expliquer le déroulement de l’histoire humaine et repérer des universaux dans la pluralité culturelle de l’humanité. Enfin, l’article conclusif de Catherine Colliot-Thélène témoigne de ce souci humaniste de répondre à la question de l’unité de l’histoire et de rendre universelle l’histoire humaine. Aujourd’hui, la mondialisation pose des questions sur l’unité du monde plus urgentes que celles qui ont amené Kant à écrire ses ouvrages consacrés au cosmopolitisme3.

5On revient ainsi au problème initial : écrire l’histoire et en comprendre le changement est un exercice qui exige une attitude impartiale et honnête. Une histoire conçue d’un point de vue cosmopolitique, c’est une histoire interrogée selon plusieurs perspectives. Il faut donc encourager les méthodes qui privilégient une vision globale et non simplement ethnocentrique, et se rappeler, comme l’écrit Laurent Martin dans la conclusion, que « l’histoire ne s’est pas achevée avec les Temps modernes, pas plus que la foi en l’avenir ou la peur du futur » (p. 374). On comprend donc qu’une connaissance globale de l’histoire demeure impossible, du fait que le devenir ne s’arrête pas, et que toute hypothèse historique construite a posteriori est fondée sur la connaissance des événements ; c’est pourquoi, « si des nouveaux événements venaient à être découverts, ils donneraient lieu à de nouvelles histoires » (p. 188).

6En conclusion, cet ouvrage contribue à élargir la vision en ce qui concerne une méthode philosophique de recherche historique. Agencer une théorie de la connaissance historique reste un objectif ambitieux, qui dépasse le problème d’établir si c’est au philosophe ou à l’historien d’accomplir cette tâche. Et si l’attitude philosophique la plus correcte est peut-être celle proposée par Nietzsche dans sa Deuxième considération inactuelle – où il rappelle que la connaissance historique n’est utile que si elle est critique et que si elle fournit une utilité à la vie –, les contributions présentées dans ce volume démontrent que l’élaboration d’un modèle alternatif à partir des questions sur l’histoire est possible. À travers un questionnement philosophique et une démarche historique ouverte aux apports, parmi d’autres, de la sociologie, de la géographie, du droit et des sciences mathématiques, il est possible de penser un paradigme favorisant une vision cosmopolitique de l’histoire qui peut apporter du profit à la vie humaine.

Haut de page

Notes

1 « Histoires universelles et philosophies de l’histoire : de l’origine du monde à la fin des temps », 1er-8 septembre 2008, Centre culturel international de Cerisy. L’ouvrage ne reprend pas l’ensemble des interventions.

2 Voltaire en 1765 écrit une Philosophie de l’histoire qui deviendra le « Discours introductif » à l’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations publié en 1769. Dans l’édition Bordas de l’Essai (Paris, 1990), Introduction, p. 4-193.

3 Cela va sans dire, on fait ici référence à l’Idée pour une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (1784) et au Traité de paix perpétuelle (1795).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfio Nazareno Rizzo, « Alexandre Escudier, Laurent Martin (dir.), Histoires universelles et philosophies des l’histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17900

Haut de page

Rédacteur

Alfio Nazareno Rizzo

Doctorant en philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et membre de l’IRPHIL (Institut de recherches philosophiques de Lyon, EA 4187).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page