Navigation – Plan du site

Jean-Clément Martin et Laurent Turcot, Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo

David Noël
Au cœur de la Révolution
Laurent Turcot, Jean-Clément Martin, Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo, Paris, Vendémiaire, coll. « Chroniques », 2015, 144 p., ISBN : 9782363581730.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/11/17/le-lendemain-et-meme-ensuite/

1Assassin’s Creed Unity, le cinquième opus du jeu vidéo d’Ubisoft, sorti en novembre 2014, a suscité une polémique dont la presse (Le Monde, Les Inrockuptibles, Mediapart, L’Humanité…) s’est largement fait l’écho, en particulier après les critiques de Jean-Luc Mélenchon. Sur son blog, le député européen du Front de Gauche dénonçait le « parti-pris idéologique » du jeu vidéo : « Les gentils, ici, ce sont la reine, cette infâme traîtresse et corruptrice, le roi, ce mollasson vendu, les aristocrates agents des autrichiens, des anglais [sic] et de n’importe qui qui soit contre le peuple1 ».

  • 2 Abel GANCE, Napoléon, 1927, 330 minutes.
  • 3 Robert ENRICO et Richard T. HEFFRON, La Révolution française, 1989, 320 minutes.

2C’est pour répondre à cette polémique, mais aussi pour réfléchir sur le jeu vidéo comme porte d’entrée pour comprendre l’histoire, que Jean-Clément Martin, professeur à l’université Paris I et spécialiste de la Révolution française, et Laurent Turcot, professeur d’histoire à l’université du Québec à Trois-Rivières et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements, viennent de publier aux éditions Vendémiaire un petit ouvrage intitulé Au cœur de la Révolution, les leçons d’histoire d’un jeu vidéo. Conseillers historiques d’Ubisoft, les deux auteurs entendent montrer d’une part « ce que le jeu vidéo dit de notre époque et de notre relation avec l’histoire et l’enseignement de l’histoire » et d’autre part « ce que le jeu vidéo dit et ne dit pas du Paris de la Révolution ». Avant toute chose, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot replacent Assassin’s Creed Unity dans son contexte, celui d’une production vidéoludique dans un marché extrêmement concurrentiel devenu plus rentable que l’industrie cinématographique. Convoquant le théâtre historique de Shakespeare, Victor Hugo et Musset, le Napoléon d’Abel Gance2 ou la Révolution française de Robert Enrico et Richard T. Heffron3, les auteurs mettent en garde : « Faut-il craindre que la communauté académique ne répète les condamnations énoncées à propos des premiers films historiques, voire des premiers romans historiques ? S’emparer des grands événements ou des grands personnages de l’histoire pour divertir n’est pas une idée neuve. […] Toutes ces productions sont dorénavant pain bénit pour les enseignants ». Jean-Clément Martin et Laurent Turcot rappellent ensuite qu’Assassin’s Creed Unity relève d’un genre, celui de la fantasy, avec ses codes et ses mythes, parmi lesquels le mythe du Graal, celui des Templiers ou de la secte des Assassins. Si c’est avec l’histoire mythique que le jeu vidéo noue ses liens les plus étroits, les auteurs rappellent que « ce fut avec une vision eschatologique et millénariste du monde, et de leurs vies, que nombre de Français entrèrent en révolution » et que le mythe du complot comme la crainte du traître n’ont rien d’une invention d’Ubisoft : de l’abbé Barruel dénonçant la franc-maçonnerie aux intrigues du duc d’Orléans, de la correspondance secrète du roi avec Mirabeau à la fuite de La Fayette, le héros du jeu vidéo, l’Assassin Arno Dorian, habitué du secret et de la conspiration, « n’est pas en décalage avec ce qui fut pour partie, une réalité historique avérée ».

3Décryptant ce que le jeu vidéo dit de la période révolutionnaire, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot soulignent qu’étonnamment, la violence du XVIIIe siècle n’est pas aussi présente qu’elle aurait pu l’être : « rien n’est montré de toutes les émeutes, de tous les massacres, ni même de toutes les exécutions qui ont scandé la période ». La prise du palais des Tuileries le 10 août 1792 sert ainsi de toile de fond à une discussion entre le personnage d’Arno et Bonaparte, qui complote dans l’ombre. Rien non plus n’est montré de la violence quotidienne : malheureux écrasés par les carrosses, noyés dans la Seine, pauvres ou prostituées. La violence du jeu est stylisée, liée à l’emploi des armes blanches par le héros chargé d’éliminer ses ennemis au gré de ses missions : « le jeu se contente d’allusions à la Révolution, identifiée par la guillotine, sans dénoncer cette période au nom d’une idéologie particulière ». Quant aux personnages historiques que rencontre le héros au cours de ses missions, « tous sont réduits à des caricatures, autour d’un trait considéré comme représentatif de leur identité : indécision et faiblesse pour Louis XVI, goût du complot et du double jeu chez Mirabeau, fascination du pouvoir pour Robespierre, ambition pour Bonaparte ». Au fond, pour Jean-Clément Martin et Laurent Turcot, Assassin’s Creed Unity « s’inscrit dans la ligne mainstream qui qualifie Robespierre de terroriste et de sanguinaire ».

4Jean-Clément Martin conclut le second chapitre en comparant Assassin’s Creed Unity au spectacle du Puy du Fou en Vendée. Pour l’historien de la Révolution française, « L’histoire est une démarche avant d’être un domaine, et s’intéresser à tout ce qu’elle peut traiter ne conduit pas à ne rien hiérarchiser ».

5Après cette présentation du jeu vidéo Assassin’s Creed Unity, les deux auteurs nous proposent une seconde partie intitulée « une promenade dans Paris », divisée en trois chapitres qui dévoilent au lecteur « l’anatomie » de la ville de Paris, sa société en mouvement et qui s’intéressent en dernier lieu aux sens et à aux sensibilités. De fait, le jeu vidéo présente un Paris qui a « tantôt les traits de l’époque, tantôt semble imaginé à la manière du XVIIIe siècle ».

6La promenade dans Paris à laquelle nous convient les auteurs rectifie erreurs et imprécisions du jeu vidéo. Ainsi, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot nous rappellent l’importance de la Seine, fleuve nourricier, pour les Parisiens. De la place de Grève au Palais Royal et du faubourg Saint-Germain au quartier de la Bièvre, les deux auteurs reviennent sur l’importance des cafés politiques, la naissance des restaurants, la diffusion des journaux politiques ou encore l’activité des tanneurs du quartier de la Bièvre.

7Paris sous la Révolution est une société en mouvement, avec ses rues mal entretenues, couvertes de boue, où on tente de réguler le trafic des carrosses. Si dans le jeu il ne semble y avoir que des bourgeois et des mendiants, les auteurs rappellent que les ouvriers sont nombreux à Paris. Bouchers et boulangers sont au cœur de la vie quotidienne des Parisiens. Vêtements et maisons montrent la place de chacun dans la hiérarchie sociale.

8L’ouvrage de Jean-Clément Martin et Laurent Turcot s’achève par un chapitre consacré aux sens et aux sensibilités dans lesquels les auteurs abordent la place de la médecine et du monde de la nuit dans le Paris de la Révolution. Si Assassin’s Creed Unity rend bien compte du bruit de la ville, il ne peut évidemment pas restituer tout un monde d’odeurs : miasmes des charognes et des cadavres qui infestent les eaux de la Seine, parfums que les élites commencent à adopter dans un but thérapeutique et d’affirmation de soi. Évoquant médecins et charlatans, les auteurs rappellent qu’à la veille de la Révolution, la France compte 2 500 médecins pour 25 millions d’habitants, qui tirent toujours leur savoir des traités d’Hippocrate et Gallien alors que nombreux sont ceux qui font appel aux guérisseurs, comme Madame Lenormand, qui ouvre un bureau de voyance et que le personnage d’Arno croise dans le jeu. Omniprésente dans le jeu, la nuit tend à reculer tandis que se multiplient horloges, réverbères et lanternes « devenue l’emblème de la justice populaire, le lieu où l’on veut pendre les aristocrates ».

9À l’issue de ce voyage dans Paris à la veille de la Révolution, c’est Laurent Turcot qui conclut : « Juger un jeu vidéo comme on critique un ouvrage d’histoire est hors de propos […]. La vulgarisation n’est pas une pratique vulgaire. Qu’on le veuille ou non, les jeux vidéo, comme les romans historiques existent. Plutôt que de les dénigrer, apportons-leur un éclairage et entrons avec eux dans l’espace public ». On peut considérer que l’objectif est rempli. Au-delà d’une réponse de deux historiens à la polémique lancée par Jean-Luc Mélenchon sur le regard que véhicule Assassin’s Creed Unity sur Robespierre et la Révolution française, Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo peut être utile à tous les enseignants qui devront aborder la période révolutionnaire devant leurs élèves de quatrième ou de seconde. Sans doute, le jeu propose une vision partielle, erronée et parfois empreinte de connotations idéologiques de la période révolutionnaire, mais pas plus qu’un film comme La Révolution française, pourtant utilisé depuis des années dans les salles de classe par des professeurs d’histoire-géographie entraînés à étudier avec leurs élèves des séquences cinématographiques. Au final, l’ouvrage de Jean-Clément Martin et Laurent Turcot nous invite à ne pas négliger le jeu vidéo comme média et support, mais à le décrypter en enseignant et en historien.

Haut de page

Notes

1 http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/11/17/le-lendemain-et-meme-ensuite/

2 Abel GANCE, Napoléon, 1927, 330 minutes.

3 Robert ENRICO et Richard T. HEFFRON, La Révolution française, 1989, 320 minutes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Jean-Clément Martin et Laurent Turcot, Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 mai 2015, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17934

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page